Foncier au Burkina : 34% des terres de production agricole sont dégradées

lundi 23 février 2015 à 23h30min

L’économie du Burkina est basée essentiellement sur son capital « terres et/ou ressources naturelles ». Mais, sous les effets conjugués de l’action du climat et de l’action anthropique, ce capital subit une dégradation inquiétante mettant en péril le développement socio-économique du pays. Actuellement, 9 234 500 ha de terres, soit 34% du territoire national, sont dégradées, selon une étude réalisée par la coordination nationale du programme national de partenariat pour la gestion durable des terres (CPP). Il est donc plus que nécessaire de mettre l’accent sur les actions à même de stopper cette dégradation continue.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Foncier au Burkina : 34% des terres de production agricole sont dégradées

C’est en vue de répondre aux défis de la gestion durable des terres (GDT) que le gouvernement burkinabè a initié le CPP. Pour une meilleure compréhension et partant, une appropriation du programme, la coordination nationale a initié une série de formations. Du 11 au 13 février 2015, une trentaine de journalistes ont bénéficié d’un atelier de renforcement de capacités sur la gestion durable des terres et les conflits liés au foncier. Cette rencontre avait pour thèmes : la « formulation des projets en gestion durable des terres » et les « gestion alternative des conflits liés au foncier ». Elle visait à susciter leur dynamisme d’appui au processus de gestion durable des terres au Burkina.

Un des résultats attendus de la coordination nationale du CPP porte sur la création d’un environnement institutionnel et politique propice et l’affermissement d’une plus grande prise de conscience sur l’importance de la gestion durable et équitable des terres pour le développement. C’est pourquoi, elle a conduit une étude qui a abouti à l’élaboration et à la validation en 2013 d’un plan de formation en matière de gestion durable des terres et de règlement des conflits liés au foncier.

Plus de 9 millions d’hectares dégradés

L’agriculture, l’élevage et la foresterie mobilisent en effet environ 85% de la population burkinabè et génèrent 2/3 des richesses nationales. Mais, selon les résultats de l’étude sus-citée, 34% du territoire national, soit 9 234 500 ha des terres de production sont dégradées en raison de causes anthropiques (croissance démographique, inefficiences politiques de développement) et climatiques. Pire, cette dégradation des terres est en progression continue. Elle est même estimée entre 105 000 à 360 000 ha par an.
Les conséquences immédiates ont pour noms : baisse de la productivité agricole et de l’élevage, perturbation des écoulements hydrologiques avec des diminutions de la disponibilité, de la qualité et de la fiabilité des eaux de surface et souterraines ; régression ou disparition de la végétation et de la biodiversité ; accroissement des émissions de carbone dans l’atmosphère, accentuant les changements climatiques ; accroissement de l’insécurité foncière et recrudescence des conflits… C’est dire donc que la dégradation du capital « terres » met en péril toute l’économie et partant la stabilité socio-politique du pays.

Changer les modes de production et de consommation

Des changements profonds dans les modes de production rurale et dans les modes de consommation s’imposent afin d’inverser la tendance. L’Etat burkinabè a procédé à l’adoption et ratification de plusieurs textes de lois sur la sécurisation foncière. A ces textes, s’ajoutent l’adoption d’une politique nationale de développement durable et l’élaboration de plans d’environnement pour le développement durable. Mais, le plus urgent demeure la prise de conscience élevée entre socio-économie et GDT (Gestion durable des terres).
Le CPP s’y engage. Mais, les besoins de financement de la GDT sont importants. Sur un budget estimé à plus de 800 milliards de francs CFA sur 15 ans, seulement 180 milliards ont été mobilisés ou ont été promis. En tous les cas, une application rigoureuse de la GDT permettrait d’intégrer les préoccupations liées à la préservation de l’environnement et corriger les disparités régionales en matière de développement.
Plus de précisions, voir : www.onedd-burkina.info

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 février 2015 à 08:27, par agronomesansfaçon
    En réponse à : Foncier au Burkina : 34% des terres de production agricole sont dégradées

    La dégradation des terres ne nous surprend guère. Nous avons cessé de voir la terre comme support de la vie, nous la voyons comme substrat. Nous l’empoisonnons par des engrais phosphatés et azotés, nous la torturons pour qu’elle donne son maximum. Et par la suite, elle est abandonnée comme quand on finit de sucer une orange.
    Un des moyens de récupération, c’est retourner à l’agriculture ancienne, traditionnelle, sans engrais, sans produits phytosanitaires. Utilisons les matériaux locaux, le compost pour amender, les extraits de neem et autres pour soigner et non les pesticides chimiques,... En gros, pratiquons l’agroécologie. C’est ma contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2015 à 10:17, par Positif
    En réponse à : Foncier au Burkina : 34% des terres de production agricole sont dégradées

    Très belle initiative mais très mal orientée. Je suis désolé de constater que cette formation soit faite au profit de journalistes. Je ne suis pas contre les journalistes mais je voudrais tout simplement dire que les acteurs du monde rural sont à mon avis les premiers concernés. Vous venez de souligner que "L’agriculture, l’élevage et la foresterie mobilisent en effet environ 85% de la population burkinabè". Ce sont donc les agents de ces secteurs qui devraient avoir un renforcement de capacité en la matière. Ce sont ces agents qui ont pour charge d’aider ces "85% de la population " travaillant la terre à préserver les ressources naturelles.
    De grâce, s’il est dit qu’il n’y pas de moyens pour former les agents, au moins, les formations occasionnelles doivent être bien orientées. N’est ce pas que plus rien ne sera comme avant ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2015 à 16:51, par Tanti Claire
    En réponse à : Foncier au Burkina : 34% des terres de production agricole sont dégradées

    C’est pourtant à Gorom Gorom que Pierre Rabhi et Georges Ouédraogo ont inventé le compost adapté au Sahel, dans le Yatenga que les paysans ont inventé le zaï, les groupements Naam ont la devise "produire sans détruire"... Ah oui, si on rammasse la bouse de vache sur les voies rouges (azote) pour faire une belle terre noire avec des déchets végétaux ( carbone), un peu de cendre de la cuisine ( potasse) et des petits os ou arrêtes de poisson pilé ( calcium et phosphore) on a en 2 semaines un "engrais NPK " naturel, qui coûte deux heures de travail par quinzaine ! Et en deux mois un engrais pour céréales.
    Si en plus on fait des diguettes, des demi-lunes et du Zaî on respecte la terre, elle revit et nourrit ses enfants. demandez à l’école de Sebba B ou aux 26 écoles du Loroum qui le pratiquent, certains depuis 8 ans,et aux deux lycées de Titao, ça marche, les légumes poussent !!!
    Après pépinières avec les semences du CNSF...les arbres poussent...les haies protègent les jardins et nourrissent le bétail comme à la ferme de GUIE.OUI MAIS aucun Koro ne peut bouffer avec ça, juste les enfants des écoles et leurs familles.
    Que Dieu éclairent les politiciens, la priorité de mon pays d’adoption c’est nourrir ses enfants,les éduquer et les soigner. RESTAURONS LA TERRE, ELLE NOUS NOURRIRA !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés