Saint Sylvestre à Ouagadougou : On a « gâté le coin » en pensant transition politique et élections

jeudi 1er janvier 2015 à 22h46min

La tête est à la fête, mais l’esprit se projette dans l’avenir au plan personnel, pour les proches, pour la nation. Des quartiers populaires, aux endroits les plus huppés de la capitale, sous un froid de canard, on a passé le réveillon, chacun avec ce que sa bourse lui permettait. Mais les vœux sont les mêmes, la santé, la paix, le bonheur, des élections paisibles pour 2015.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Saint Sylvestre à Ouagadougou : On a « gâté le coin » en pensant transition politique et élections

Les artistes se succèdent sur scène au paradis des meilleurs vins sur l’avenue kwamé Nkrumah. Un public « select » chacun avec sa coupe de vin, se délecte des sonorités du Djongo amené par Bill Aka kora. Omar Yago assis avec des amis ne se prive pas de ces moments de joie. Il s’égaie et dit avoir passé un bon réveillon. « Je souhaite une année de paix et de joie pour tout le Burkina Faso. 2015 sera une année électorale, que les conditions soient remplies afin que les élections se passent bien et qu’on ait un nouveau gouvernement « normal » qui puisse nous conduire au développement ».

L’année commence plutôt bien pour certains artistes. C’est le cas pour le Slameur, Apollinaire Pengwendé Ouédraogo, Ombr Blanch comme nom de scène. « J’ai passé un très bon réveillon, je suis monté sur scène à minuit 5 minutes, c’est déjà une bonne chose, il n’y a rien de plus beau pour un artiste. On espère partager des scènes et des scènes avec nos fans ». L’artiste qui dit avoir beaucoup de projets et des tournées en Europe, en Afrique et un peu partout dans le monde formule des vœux de santé aux Burkinabè, de prospérité surtout à l’endroit de la jeunesse et les acteurs du milieu culturel. « Avec cette transition, on espère qu’on arrivera à poser des bases pour permettre à ceux qui viendront après de travailler, et permettre aux jeunes dans tous les secteurs d’aller plus haut. C’est l’espoir de toute une génération, une jeunesse, pour que le sacrifice de ceux qui se sont levés pour dire non, ne s’éteigne pas de sitôt mais porte des fruits. Nous comptons vraiment sur cette transition aussi pour des élections nettes, claires et transparentes » ajoute le citoyen Slameur.

L’artiste Patrick Kabré lui est reconnaissant à 2014 pour lui avoir permis de faire des tournées. Et 2015 s’annonce plutôt bien pour le jeune artiste pour la sortie prochaine de son 2è album et une tournée qui le conduira en Afrique, en occident et en Amérique. « Je souhaite beaucoup de paix, de santé et beaucoup de bonnes choses pour ceux qui croient » lancera-t-il.

Généralement en couple, les noctambule de la saint sylvestre ont bravé le froid pour voir les premières lueurs de 2015 qu’ils espèrent plein de bonheur, de succès, de réussite dans tous les projets, à l’image de Sidiki Aboubakar Diarra qui souhaite aussi, comme pour reprendre le refrain « que la paix règne au Faso qu’on ait une très bonne élection présidentielle » , sa compagne Leila Coulibaly sous le regard de son chéri ne dira pas le contraire.

A chacun sa fête

Autre lieu, autre ambiance. Dans les maquis et bars, on se lâche. On est loin de la réserve des tontons et tanties du paradis des meilleurs vins. Les parkings sont pleins de motos à deux roues. A l’intérieur on affiche complet. Il faut bien faire des biens et des mains pour se trouver une place à certains endroits.
Au Matata, on affiche complet, bien plus que d’habitude. Sur la piste, on manifeste sa débordante joie. DJ Everest à la cabine distille les sonorités en vogue. « J’ai l’impression que les gens préparaient cette fête en économisant. Ça bouge comme d’habitude, il n’y a pas de place » nous confie le disque joker, casque bien accroché. Je souhaite la réussite pour moi et mes proches. L’année 2014, n’était pas facile, mais on souhaite que 2015 apporte le succès » ajoute-t-il avant de retourner à ses platines.

Pour ces travailleurs de nuit, la stabilité dans le pays est avant tout la base pour faire des affaires. Le gérant de ce lieu populaire ou la joie se démocratise, souhaite donc « qu’il y ait la stabilité au Burkina. Avec vous qui nous informer, on sent que tout n’est pas encore stable. On craint qu’après la transition, on n’ait pas la stabilité. Un couvre-feu, ça à nuit toutes nos activités » nous explique Ismaël, gérant du Matata que nous avons presque poursuivi pour arracher quelques mots.

A jour spécial, mesure spéciale. Pour le 31, les règles ont quelque peu changé dans ce lieu qui ne désemplit pas même en temps ordinaire. « Tout le monde veut sortir et faire la fête avec sa compagne, donc il y a un prix d’entrée qu’on a instauré et on ajoute au moins 50 FCFA sur les boissons », nous précisera un autre gérant.
Certains, plus âgés préféré passer le réveillon en un seul lieu, comme au paradis des meilleurs vins, le jardin de l’amitié, le jardin du maire ; les plus jeunes par contre ont fait le tour de la ville, passant de points chauds en points chauds. Tout ceci sous l’œil des agents de forces et de sécurité bien visibles dans chaque carrefour. Généralement occasion de tous les excès, ce réveillon, a plutôt été fêté avec une zeste de sagesse à tout égard.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés