Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

mardi 2 décembre 2014 à 00h34min

Le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation ont effectué une visite au CHU de Bobo-Dioulasso et sur les débris du palais de justice qui a été saccagé par des manifestants le 31 octobre lors de l’insurrection populaire. C’était le dimanche 30 novembre 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

Au lendemain de sa rencontre avec les forces vives de la région des Hauts-Bassins, la délégation conduite par le premier ministre ZIDA a voulu constater de visu les conditions de travail des agents de santé du centre hospitalier universitaire Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso (CHUSS) et les encourager. Aussi, la délégation a voulu toucher du doigt les réalités dans lesquelles les malades sont reçus dans cet hôpital. Cet hôpital qui a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre et de salive de par le passé. Accueillie par le DG de l’hôpital et le DR de la santé des Hauts-Bassins, le premier ministre et sa suite ont fait un tour aux urgences puis à la morgue. A l’issue de cette visite, il s’est adressé aux personnels. Conscient des conditions difficiles dans lesquelles les agents travaillent, il les a encouragés à continuer le travail tout en les rassurant d’un éventuel changement. « Les conditions dans lesquelles les malades sont reçus à l’hôpital de Bobo sont véritablement exécrables. Au 21ème siècle, cela est inadmissible » a-t-il remarqué. Informé du projet de construction d’un nouvel hôpital à Bobo, le PM entend prendre des mesures transitoires avant l’avènement de cet hôpital. « Avant la construction du nouvel hôpital de Bobo, nous allons donner des instructions fermes afin que le plateau technique de celui déjà existant soit amélioré. Il faut que les services fonctionnent correctement. Nous avons pu visiter la morgue et nous pensons que pour des personnes décédées n’y sont pas accueillies de façon digne. Il faudra donc réhabiliter cette morgue afin d’y accueillir les morts comme il se doit », a-t-il martelé.

Cap sur les débris du palais de justice

A l’issue de sa visite à l’hôpital, le PM et sa suite se sont dirigés vers les débris du palais de justice qui a subi le courroux des manifestants le 31 octobre dernier lors de l’insurrection populaire. Accueillis à leur arrivée par les premières autorités judicaires de la ville, la délégation s’est rapidement dirigée vers les bâtiments saccagés pour constater les dégâts où il est ressorti que plus d’une trentaine de bureaux ont été incendiés. A l’issue de cet exercice, il s’est adressé au personnel de la justice. Selon lui, instructions avaient déjà été donné afin qu’un bâtiment soit loué et mis à la disposition du personnel. «  Il faut trouver un bâtiment pour le personnel afin qu’il travaille. Ils sont là pour travailler au bénéfice des populations » a-t-il insisté. Toute chose qui, dans les normes devraient s’opérer dans deux semaines afin de permettre à la justice à nouveau à Sya. Mais, si celui-ci n’arrive pas à contenir tout le personnel, un autre sera loué selon lui. Il a de ce fait encouragé le personnel au nom de tout le gouvernement et les a inviter à continuer le travail afin de rendre la justice au peuple Burkina qui, selon lui, en a soif.
« Ce que notre pays a traversé, c’est le fait que nombreux de nos concitoyens se sentaient brimer dans leurs droits fondamentaux. Il faudra donc travailler à éviter cela » s’est-il adressé au personnel de la justice. Au regard de l’importance d’un appareil judiciaire dans un état de droit, le PM estime qu’il faut caser le personnel le plus vite possible. Interrogé sur le cas de la mairie, le PM a estimé que cela n’est pas prioritaire. « Pour l’heure, il faut s’attaquer aux questions prioritaires. Je pense que les délégations spéciales qui viendront n’ont pas forcement besoin des locaux de la mairie. La question de la mairie sera traité au second plan » a-t-il répondu. Aux sorties du palais de justice, la délégation a pris la direction de Dédougou où elle devra aussi rencontrer les forces vives de la région de la Boucle du Mouhoun.

Par Mady BAZIE

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2014 à 08:58, par Bakary K
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    "Tout ce que vous avez construit, nous le détruirons" avait dit un ténor de l’opposition avant l’insurrection. Puis des journaux ont parlé après l’insurrection, de réunions secrètes et de listes établies pour la mise à feu de maisons identifiées... Le bien commun a été volontairement détruit.
    S’il y a regret, que cela soit dit et entendu ! Sinon tout sera comme avant ! Commençons par le passé d’hier avant de nous retarder avec avant-hier !

    Courage à la Transition

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 09:11, par TAIRE
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    Je souhaiterais aussi que le PM prenne des mesures disciplinaires à l’encontre des imfirmiers qui puisent dans les médicaments des malades ou qui rallongent la liste sur l’ordonnance afin de les soustraire pour les revendre à d’autres malades. Pourquoi des imfirmiers vendraient-ils des médicaments directement à des malades pendant qu’il existe une pharmacie au sein de l’hopital . J’en parle parce que j’ai été plusieurs fois victime et surtout témoin de cette pratique et toutes les fois c’était des imfirmières et surtout celles qui montent la garde.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 09:36, par vision 2015
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    Le poisson pourrit par la tête. La santé n’a jamais été une priorité pour le régime de Blaise. IL faut le gouvernement actuel commence par changer les DG, les directeurs régionaux, les médecins chefs des districts. Qui ont été nommé par affinité personnelle et non pour leurs compétences. Ces responsables qui ne pensent qu’à se remplir les poches au détriment de la santé des populations. La justice doit faire la lumière sur les détournements dans les CHU et plusieurs CHR, Districts sanitaires, CMA. Si vous faites tout ça les infirmiers n’oseront plus racketter les malades. COURAGE à ZIDA

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 09:57, par Piement Noir
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    Moi j’interviens juste pour poser une question que des citoyens moi même m’ont posé et je n’est pas pu avoir la réponse.Pourquoi le P M n’a pas visiter la mairie centrale ? En tout cas cela ne peut pas s’expliquer par un manque de temps car il a rendu visite à assez de personne et de lieu. C’est vrai il ne peu pas tous faire mais la mairie est aussi une maison commune ,m^eme si effectivement certains en avaient fait leu salon.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 11:53, par koudpiga
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    le CHUSS, tout comme les autres formations sanitaires du Pays, souffrent de graves dysfonctionnements et ce, malgré les efforts consentis pour la santé. Il ne sert à rien de renforcer chaque année les plateaux techniques avec des nouvelles acquisitions si on ne les utilise pas ou si on ne veut pas les utiliser (par incapacité ou blocage). Il n’ya souvent pas d’endroit pour installer des équipements dont les besoins sont exprimés. On anticipe l’achat. Pourquoi le secteur privé de soins, moins nanti en équipements médico techniques fonctionne mieux alors que dans le public, avec des équipements de pointe, on critique la qualité des soins offerts aux populations. La réponse est bien simple. Le CHUSS, tout comme les autres formations sanitaires reçoivent des équipements suivant des expressions de besoins. On ne peut pas indéfiniment renforcer les plateaux techniques et les choses n’évoluent pas dans nos formations sanitaires. Est ce que les équipements restent dans les formations sanitaires ou détournés à d’autres fins ?Que veut dire ce renforcement des plateaux techniques ? si c’est la capacité d’accueil, est ce que sur le plan architectural cela est possible pour certains de nos hôpitaux ? Au niveau des ressources humaines, il faut saluer la qualité (20/20 d’agrégés cette année pour ne citer que cela) et une relative bonne quantité ( personnel médical, paramédical) spécialistes et non spécialistes. Mais, le hic, parmi ce nombre, il ya des gens qui bossent dur, d’autres font semblant et la majorité ne fou rien. A qui la faute ???Côté infrastructures et équipements, il faut mettre l’accent sur la question fondamentale de la maintenance pour prolonger la durée de vie des équipements. On préfère les nouvelles acquisitions à la maintenance de l’existant. Beaucoup de formations sanitaires regorgent d’équipements neufs jamais utilisés, d’autres en immobilisation pour des pannes mineures (c’est le cas de l’ambulance neuve du même CHUSS sur cale dès qu’une nouvelle est arrivée). Les marchés publics ne respectent aucunement la spécificité du matériel médical. Les besoins exprimés par les utilisateurs ne prennent pas en compte la réalité et la technicité recherchée. Plusieurs intervenants dans l’achat, et personne pour le suivi et la gestion des biens dans les formations sanitaires.. C’est là la difficulté. C’est par les émissions comme affairage qu’on veut résoudre au + vite les problèmes. Heureusement que ces tribunes existent pour dénoncer certaines tares. Il va falloir sanctionner aussi les responsables qui laissent les solutions dormir dans les tiroirs attendant ces tribunes pour réagir. Ce n’est pas ça la bonne gouvernance. Dieu veille sur notre Patrie et ses hommes

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 18:31
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Zida au CHUSS et au palais de justice

    Il faut un changement de comportement et de mentalité sinon nous perdons notre
    temps car nos medecins et infirmiers sont tous
    de grand dealeur. Ils detournent les dotations en medicaments , materiels etc pour les cliniques, pharmacies privees et la commercialisation avec les malades . Consequences des ruptures de stocks et des acquisations a tort envers ladministration.
    Monsieur le ministre il faut des mesures draconiennes pour permettre aux hopitaux un avenir meilleur. Par exemple il faut clarifier les statuts : option agents de letat ou option prive car la vie est un choix et partant on ne peut pas poursuivre 2 lievres en meme temps.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés