Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

samedi 15 novembre 2014 à 00h37min

La charte de la transition a été officiellement remise cet après-midi au chef de l’Etat. En attendant demain 15 novembre pour sa signature, le chef de l’Etat, lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida qui était, selon ses mots, préoccupé, a dit vivre maintenant un instant de bonheur. Le président de la transition pourrait être choisi la semaine à venir.

Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

C’est le pasteur Henri Yé qui a officiellement remis le document au chef de l’Etat aux environs de 13h. Il était accompagné de Luc Marius Ibriga, Bénéwendé Stanislas Sankara, Ablassé ouédraogo, Safiatoiu Lopèz et Ollo Kam.

Le chef de l’Etat a félicité toutes les parties prenantes qui ont participé à sa rédaction de façon consensuelle, avec un esprit patriotique. « Ils ont mis en avant les intérêts du Burkina Faso. Cela a permis que nous soyons aujourd’hui tous d’accord sur l’organe de transition et sa durée. Nous allons procéder à la signature demain matin. Après cela, nous allons désigner les différentes personnalités qui seront commises à la tâche … », a dit le lieutenant-colonel Zida qui s’est par ailleurs voulu rassembleur.
« Nous avons le sentiment d’avoir réussi quelque chose »

Pour lui, les instants sombres vécus ne doivent pas diviser les Burkinabè. « Que les filles et les fils de ce pays se saisissent la main, que nous puissions regarder vers l’avenir. Il faut que nous nous ressaisissions, réapprendre à vivre ensemble, parce que le Burkina Faso doit se construire avec tous ses fils », a poursuivi le futur ancien chef de l’Etat. Comme s’il faisait déjà son bilan et prêt à céder son fauteuil à un prédécesseur encore inconnu, il a précisé : « Nous avons le sentiment d’avoir réussi quelque chose ».

Le bout du tunnel n’est donc plus loin puisqu’à en croire le pasteur Henri Yé, le nom du président de la transition pourrait être connu la semaine prochaine. Pour l’homme d’Eglise, c’est une action de grâce qu’il faut faire au Seigneur qui a permis aux différents protagonistes de parvenir aussi vite à un document consensuel. « Nous avons beaucoup prié pour le Burkina et nous pouvons dire que nous voyons les résultats ».

En rappel, c’est hier 13 novembre que la charte de la transition a été adoptée à l’unanimité des différents représentants de l’ancienne opposition, les chefs religieux et coutumiers, la société civile et de l’armée. Ce, après plusieurs jours de chaudes tractations.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2014 à 01:06, par vérité no1 En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    C’est déjà un pas en avant ! Vive le Burkina Faso ! En enfer le CDP ! Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 04:22, par Blessed Son En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Je crois nous sommes sur la bonne voie. Dieu aime le Burkina Faso et nous devons travailler à garder jalousement ce qu’Il a construit pour nous. Nous sommes au début, c’est vrai, mais restons vigilants afin que personne ne vienne voler notre plus grand trésor, la paix, un trésor sur lequel toute nation prospère s’est construite. Merci au Lieutenant Colonel, qui, s’il réussit le pari de la transition, méritera à mon humble avis le grade de "Général" !
    Vive le Burkina Faso, vive le peuple mature du pays des hommes intègres, vive les hommes et les femmes qui ont travaillé jusqu’ici pour une sortie de crise !
    God bless Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 04:48, par Didier Emmanuel En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    BRAVO A TOUTES ET A TOUS. EN VRAI PATRIOTES, VOUS AVEZ OSE ET AVEZ REUSSI A NOUS EVITER LE PIRE QUI SE DESSINAIT. QUE DIEU VOUS ENTENDE. J’OSE ESPERER QUE TOUT LE MONDE SERA DORENAVANT CORRECTE ET HONNÊTE COMME VOUS, JOUANT CHACUN SA PARTITION DANS L’HISTOIRE TOUT COMME VOUS POUR PREPARER ET LAISSER A LA GENERATION FUTURE, UN PAYS VRAIMENT DEMOCRATIQUE, EMERGENT ET PERFORMANT. DIEU EST ET RESTERA AVEC VOUS

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 08:03, par BILL En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    BRAVO, MON COLONEL ! DEPUIS LES PREMIERS INSTANTS, NOUS AVONS SU QU’ON POUVAIT COMPTER SUR VOUS. BRAVO ÉGALEMENT AUX PARTIS POLITIQUES, A LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUX COUTUMIERS ET RELIGIEUX. C’EST CELA LE BURKINA, UN PEUPLE TRAVAILLEUR, SÉRIEUX ET INTÈGRE, CAPABLE D’UN SURSAUT PATRIOTIQUE !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 08:19 En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    chef de l’Etat ? je dis non ! c est plutôt le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 09:08, par levieux En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    merci mon président du moment pour cette décision sage et ce travail abattu au profit du peuple burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 09:35, par Le fou guéri En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    je suis protestant mais franchement, je pense qu’on aurait dû choisir un catholique pour aller remettre cette charte plutôt qu’un protestant. Nous a t-on déjà entendu, nous les protestants, condamner une seule fois ouvertement le projet de Blaise ? Non, pas du tout. parce que nous sommes, par nos pasteurs, des opportunistes qui aiment jouer à l’équilibrisme à l’image de Maitre Gilbert Noël Ouedraogo pour pouvoir saisir tout changement de vent ; pour ce motif, nous sommes disqualifiés comme les musulmans aussi en raison de notre politique du tube digestif. ça me fait vraiment mal qu’on apparaisse subitement pour jouer aux bons samaritains. Non, c’est hypocrite, très hypocrite, et Dieu n’aime pas ça mon Pasteur.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 10:08, par MAM TASEGO En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Merci pour cet avancement des choses.Colonel ZIDA faisons vite maintenant parce que beaucoup de choses sont bloqués en ses périodes de fin d’années.Plus que le cerveau je veux parles du ministère des finances a bloqué plusieurs dossiers soit disant que le SG n’a pas compétences.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 10:18, par Ka En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Merci aux internautes qui m’ont demandé de ce qui je pense du geste de Zida Yacouba ? Je remercie par ce message, Bouabré , Kouassi, Gruez, Lopez, Gandhi, et les autres.’’’’ Si vous n’aviez pas lu un message de moi depuis ce que le peuple Burkinabé appelle de la bonne nouvelle pour la décision du président Zida, c’est que je suis en colère vu que Alain Yoda, achille Tapsoba, Assimi Kouanda, et les autres acolytes du CDP qui ont causé le soulèvement populaire suivis des morts, et qui ont encore des mots dans cette transition. Je suis en colère que ces militaires qui ont permis la fuite de plusieurs responsables qui ont refusé de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 qui interdisent tout président du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs et qui a causé un soulèvement populaire dont nos jeunes ont trouvé la mort continuent de faire la loi. Je suis en colère que Diendiéré le meneur de la répression depuis 1987 jusqu’à nos jours se retrouve en liberté et continu à remuer la plaie en sous-marin. Je serai tranquille, moi qui a lutter farouchement pour l’alternance politique et économique de notre pays, surtout le maintien de l’article 37, si Alain Yoda, Achille Tapsoba, Assimi Kouanda, Topan Sané, Tiao, sont écarté définitivement de la vie politique de l’alternance, pour une bonne marche de l’émergence du Burkina avec sa jeunesse. Tant que la garde présidentiel du Burkina n’a pas été remplacé par une nouvelle équipe prête à respecter un représentant digne du peuple pour sa justice et sa paix, il n’y aura jamais une alternance apaisé au Burkina, surtout pas avec la famille Diendiéré dans les parages du pouvoir. Le Burkina retrouvera une justice et la paix, si la garde présidentiel sera considéré comme toute armée du Burkina qui a pour rôle de protéger le peuple et non jouer de la politique d’autruche. Un militaire sans une formation politique est un criminel en puissance. Blaise Compaoré a fait de sa garde une ennemie du peuple. Le rôle d’un militaire est de protéger son peuple et non prendre des décisions politiques. La lutte de mon pays pour la liberté ne fait que commencer.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 11:08, par kalkuto En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    On vous croît on vous suit

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 11:17 En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Mdrci à tous les organes de presse qui permettent à nous autres qui n’avons mas le courage ou l’lccasion d’être devant les choses d’exprimer nos points de vue. Je voudrais seulement savoir quels traitments réservent-ils aux différentes opinions qui sont exprimées par les internautes ? Il y a souvent de bonnes propositions qui sont faites mais à quelle finalité ? Je souhaiterais que lefaso.net me réponde si possible.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 11:18, par tianfola En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    J’ai honte et pitié de certains de nos intellectuels qui induisent la population analphabète en erreur. Je voudrais que les constitutionnalistes me disent si vraiment le Lt Colonel est vraiment le chef de l’état ? Si Mme Saran SEREME ou le général LOUGUE étant passé comme président, je l’aurais compris car étant choisi (e) par une partie des manifestants. Dans quel pays démocratique a t- on vu pareil cas ? Certains internautes vont jusqu’à se plaindre parce que des journalistes occidentaux appellent le Lt colonel ZIDA homme FORT . En quoi cela est faux ? il s’est imposé par la force des armes. Bien sûr que cela nous a évité les tueries. Si les autres corps d’armées étaient aussi armés c’était la syrie . Mais Dieu merci. La vérité entraine toujours la paix

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 11:49 En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    je suis au garde à vous mon colonel....quelle sagesse !!! vous sortirez par la grande porte et resterez dans l’histoire de notre pays.....

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 13:02 En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Arrêtez de jouer avec les mots,le lieutenant-colonel Zida Isaac n’est pas le chef de l’Etat burkinabè même si cela flatte son égo.D’ailleurs il ne devrait pas bénéficier du statut d’ex président quand nous aurions choisi notre président de transition,que les choses soient claires et le lieu de pointer du doigt le rôle malsain que les armées des Etats de l’Afrique noire ne cessent de jouer à leurs sociétés et à leurs peuples.En effet les armées en Afrique noire ont ce réflexe particulier,la promptitude d’accaparer le pouvoir et de se mettre à la tête de l’État dès lors que le pouvoir exécutif vacille,tombe et dans beaucoup des cas ,c’est l’armée qui fomente les coups bas pour s’implanter au pouvoir et suspendent constitution et les structures de l’État etc etc.Pourtant dans aucune constitution en Afrique noire une telle prérogative n’est prévue pour les armées pour la simple raison que ce n’est pas parce que la société en a ras le bol en rejetant un gouvernement voire un président que l’État cesse d’exister.Cette violence permanente perpétrée par les armées en Afrique noire qui brouille toutes les cartes et qui fait qu’à chaque fois il faut recommencer de nouveau doit nous amener à repenser et à réinculquer aux militaires le rôle de leur subordination au pouvoir politique civil.Ceci est une exception africaine,une inculture qui n’est connue à aucune armée des grandes nations en matière de la conduite et de la détermination de la politique de la nation.Il n’y a pas de concession particulière à concéder aux militaires,ils sont les exécutants dans l’État des ordres émanant du pouvoir politique et non l’inverse.L’armée en tant que personne juridique morale ne jouit d’aucune portion de souveraineté à partager avec le pouvoir civil.Le soldat est par définition un subordonné qui exécute un ordre,point barre.C’est dans ce sens qu’il faut poser la question à savoir qui a donné l’ordre à nos militaires à s’ingérer dans les événements et de se mettre à la tête de l’État quand le peuple civil a fait sa révolution et maintenant ils sont là à impacter négativement sur les négociations qui traînent jusqu’á ce jour ?C’est inadmissible et insoutenable que les armées en Afrique noire continuent ainsi à faire frein au développement et à l’épanouissement des peuples.Dans un Etat de droit,le militaire n’a que l’honneur de servir et d’obéir.Il faut que cela soit clair maintenant

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 13:37, par Ka En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Un message sanctionné par un site d’information des réseaux sociaux en ligne est un message de vérité adressé au peuple : le prix du CSC n’est qu’un prix de la langue muselé et celui du peuple est un honneur. Ce message est publié par lebanco.net, et aux Etats Unis. Merci aux internautes qui m’ont demandé de ce qui je pense du geste de Zida Yacouba ? Je remercie par ce message, Bouabré , Kouassi, Gruez, Lopez, Gandhi, et les autres. Ce message s’adresse à toutes et tous mes lecteurs.’’’’ Si vous n’aviez pas lu un message de moi depuis ce que le peuple Burkinabé appelle de la bonne nouvelle pour la décision du président Zida, c’est que je suis en colère vu que Alain Yoda, achille Tapsoba, Assimi Kouanda, et les autres acolytes du CDP qui ont causé le soulèvement populaire suivis des morts, et qui ont encore des mots dans cette transition. Je suis en colère que ces militaires qui ont permis la fuite de plusieurs responsables qui ont refusé de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 qui interdisent tout président du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs et qui a causé un soulèvement populaire dont nos jeunes ont trouvé la mort continuent de faire la loi. Je suis en colère que Diendiéré le meneur de la répression depuis 1987 jusqu’à nos jours se retrouve en liberté et continu à remuer la plaie en sous-marin. Je serai tranquille, moi qui a lutter farouchement pour l’alternance politique et économique de notre pays, surtout le maintien de l’article 37, si Alain Yoda, Achille Tapsoba, Assimi Kouanda, Topan Sané, Tiao, sont écarté définitivement de la vie politique de l’alternance, pour une bonne marche de l’émergence du Burkina avec sa jeunesse. Tant que la garde présidentiel du Burkina n’a pas été remplacé par une nouvelle équipe prête à respecter un représentant digne du peuple pour sa justice et sa paix, il n’y aura jamais une alternance apaisé au Burkina, surtout pas avec la famille Diendiéré dans les parages du pouvoir. Le Burkina retrouvera une justice et la paix, si la garde présidentiel sera considéré comme toute armée du Burkina qui a pour rôle de protéger le peuple et non jouer de la politique d’autruche. Un militaire sans une formation politique est un criminel en puissance. Blaise Compaoré a fait de sa garde une ennemie du peuple. Le rôle d’un militaire est de protéger son peuple et non prendre des décisions politiques. La lutte de mon pays pour la liberté ne fait que commencer.’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 20:34, par Ka En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Merci aux internautes qui m’ont demandé de ce que je pense du geste de Zida Yacouba ? Je remercie par ce message, Bouabré , Kouassi, Gruez, Lopez, Gandhi, et les autres. Ce message s’adresse à toutes et tous mes lecteurs.’’’’ Si vous n’aviez pas lu un message de moi depuis ce que le peuple Burkinabé appelle de la bonne nouvelle pour la décision du président Zida, c’est que je suis en colère vu que Alain Yoda, achille Tapsoba, Assimi Kouanda, et les autres acolytes du CDP qui ont causé le soulèvement populaire suivis des morts, et qui ont encore des mots dans cette transition. Je suis en colère que ces militaires qui ont permis la fuite de plusieurs responsables qui ont refusé de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 qui interdisent tout président du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs et qui a causé un soulèvement populaire dont nos jeunes ont trouvé la mort continuent de faire la loi. Je suis en colère que Diendiéré le meneur de la répression depuis 1987 jusqu’à nos jours se retrouve en liberté et continu à remuer la plaie en sous-marin. Je serai tranquille, moi qui a lutter farouchement pour l’alternance politique et économique de notre pays, surtout le maintien de l’article 37, si Alain Yoda, Achille Tapsoba, Assimi Kouanda, Topan Sané, Tiao, sont écarté définitivement de la vie politique de l’alternance, pour une bonne marche de l’émergence du Burkina avec sa jeunesse. Tant que la garde présidentiel du Burkina n’a pas été remplacé par une nouvelle équipe prête à respecter un représentant digne du peuple pour sa justice et sa paix, il n’y aura jamais une alternance apaisé au Burkina, surtout pas avec la famille Diendiéré dans les parages du pouvoir. Le Burkina retrouvera une justice et la paix, si la garde présidentiel sera considéré comme toute armée du Burkina qui a pour rôle de protéger le peuple et non jouer de la politique d’autruche. Un militaire sans une formation politique est un criminel en puissance. Blaise Compaoré a fait de sa garde une ennemie du peuple. Le rôle d’un militaire est de protéger son peuple et non prendre des décisions politiques. La lutte de mon pays pour la liberté ne fait que commencer.’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2014 à 20:35, par Ka En réponse à : Situation nationale : La Charte de la transition remise officiellement au chef de l’Etat

    Merci aux internautes qui m’ont demandé de ce que je pense du geste de Zida Yacouba ? Je remercie par ce message, Bouabré , Kouassi, Gruez, Lopez, Gandhi, et les autres. Ce message s’adresse à toutes et tous mes lecteurs.’’’’ Si vous n’aviez pas lu un message de moi depuis ce que le peuple Burkinabé appelle de la bonne nouvelle pour la décision du président Zida, c’est que je suis en colère vu que Alain Yoda, achille Tapsoba, Assimi Kouanda, et les autres acolytes du CDP qui ont causé le soulèvement populaire suivis des morts, et qui ont encore des mots dans cette transition. Je suis en colère que ces militaires qui ont permis la fuite de plusieurs responsables qui ont refusé de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 qui interdisent tout président du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs et qui a causé un soulèvement populaire dont nos jeunes ont trouvé la mort continuent de faire la loi. Je suis en colère que Diendiéré le meneur de la répression depuis 1987 jusqu’à nos jours se retrouve en liberté et continu à remuer la plaie en sous-marin. Je serai tranquille, moi qui a lutter farouchement pour l’alternance politique et économique de notre pays, surtout le maintien de l’article 37, si Alain Yoda, Achille Tapsoba, Assimi Kouanda, Topan Sané, Tiao, sont écarté définitivement de la vie politique de l’alternance, pour une bonne marche de l’émergence du Burkina avec sa jeunesse. Tant que la garde présidentiel du Burkina n’a pas été remplacé par une nouvelle équipe prête à respecter un représentant digne du peuple pour sa justice et sa paix, il n’y aura jamais une alternance apaisé au Burkina, surtout pas avec la famille Diendiéré dans les parages du pouvoir. Le Burkina retrouvera une justice et la paix, si la garde présidentiel sera considéré comme toute armée du Burkina qui a pour rôle de protéger le peuple et non jouer de la politique d’autruche. Un militaire sans une formation politique est un criminel en puissance. Blaise Compaoré a fait de sa garde une ennemie du peuple. Le rôle d’un militaire est de protéger son peuple et non prendre des décisions politiques. La lutte de mon pays pour la liberté ne fait que commencer.’’’’’’

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés