Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

Accueil > Actualités > Opinions • Point de vue • dimanche 9 novembre 2014 à 21h36min
Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est  pas terminée ; gare aux notes discordantes

Depuis plusieurs années, les forces vives de la nation ont mené une lutte acharnée pour le triomphe de l’idéal démocratique. Elles ont surtout tenu à recourir aux moyens les plus légaux pour dissuader le régime de Monsieur Blaise Compaoré de tripatouiller la constitution à sa guise. Grisé par des apparents succès remportés dans la médiation des conflits en Afrique de l’Ouest, Monsieur Blaise Compaoré, qu’une certaine opinion présente comme un homme indispensable à la stabilité de la sous-région, pensait qu’il avait tous les droits et tous les pouvoirs dans son pays.

Et il n’en fallait pas plus pour que ses courtisans engagent la logique de guerre médiatique généralisée dans laquelle le slogan « nous voulons la paix » devient le motif le plus éloquent de la modification de l’article 37. Jamais, de mémoire d’historien, le mot paix n’a été autant prononcé depuis la constitution du Burkina Faso en 1958. On a compris que la condition de la paix devait être le silence du peuple dans la souffrance et la résignation. Autrement dit, « si vous voulez la paix, abandonnez-nous le pouvoir économique, politique et soyez nos esclaves ! » Le peuple consciencieusement préparait sa réponse à cette forfaiture. L’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 a révélé aux dépens de Monsieur Blaise Compaoré que le pouvoir appartient au peuple.

Il faut saluer et féliciter l’ensemble du peuple burkinabè qui a refusé de se faire tondre jusqu’à la chair et qui, défiant la « férule humiliante » du régime Compaoré, s’est levé, « comme un seul Homme », dans tout le pays, pour se libérer du joug de sa dictature. Nous le félicitions pour sa détermination à engager cette lutte opiniâtre qui fit échouer l’odieux projet de modification de l’article 37, et mieux, à chasser le porteur du projet. Ce courage, le peuple l’a payé au prix du sang versé de nombreuses personnes tombées sur le champ de bataille.
Le SYNADEC présente ses sincères condoléances et exprime sa profonde compassion aux familles de ces martyrs de la libération nationale. Il souhaite que les blessés recouvrent rapidement leur santé. A ce titre, il faut remercier le syndicat des médecins et personnels de santé qui s’est engagé à soigner sans relâche et gratuitement ces vaillants combattants de la liberté. Par ailleurs, le SYNADEC demande aux autorités compétentes de saisir la justice afin que justice les circonstances de décès des martyrs soient éclaircies.

Le SYNADEC saisit l’occasion pour saluer l’initiative de large concertation impliquant toutes les composantes de la nation, entreprise par les autorités actuelles pour sortir le pays le plutôt possible de la situation de crise. C’est le lieu, de louer le courage de toutes les parties prenantes de l’insurrection populaire, à savoir les forces vives de la nation, en particulier l’opposition politique organisée au sein du CFOP, la société civile, mais aussi l’armée qui à un moment critique de la lutte républicaine qui s’est placée du côté du peuple pour éviter un bain de sang plus important qui aurait causé un drame dont l’horreur serait inqualifiable. Le SYNADEC félicite toutes ces parties prenantes et leur engagement contre l’instauration d’une monarchie au Burkina Faso.

Mais qu’on ne se méprenne pas ! Le plus facile n’est pas de gagner une bataille ou de lancer le cri de victoire du peuple. La lutte n’est pas terminée. Elle est à son tournant décisif de non-retour en arrière, un tournant qui nous impose l’obligation de mettre en place des institutions fortes. La victoire ne sera totale que lorsque l’ensemble des forces vives de la nation et l’armée sauront gérer la transition vers l’instauration d’une république véritablement démocratique dans laquelle il n’y aura plus d’homme fort mais des institutions fortes. L’essentiel se trouve donc dans une gestion habile, sans excitations ni passions de la période de transition, afin de poser les fondements solides de la construction nationale. En observant la scène politique depuis le 31 octobre, on se pose cette question qui traduit des inquiétudes légitimes : comment gérer cette victoire d’étape quand, en écoutant les médias, on s’aperçoit que les forces vives de la nation grincent des notes discordantes, chacune ayant la prétention d’avoir joué le rôle le plus déterminant dans la chute du régime Compaoré ?

A entendre de tels propos, on éprouve cette crainte fébrile que ce concert de voix discordantes nous fasse revivre le syndrome de 1966 où l’immaturité de la classe politique avait donné raison aux militaires de conserver le pouvoir, parce qu’étant à l’époque les seuls à pouvoir garantir l’unité nationale. Le général Lamizana lui-même ressentit entre temps une sainte horreur pour le multipartisme qu’il présentait comme la source des clivages politiques stériles. Il voulut alors proposer en lieu et place un régime de parti unique, celui du Mouvement National du Renouveau (MNR). En 2014, les données ont profondément changé. Les consciences politiques sont nettement plus éveillées et le peuple est profondément attaché aux aspirations de liberté qui caractérisent le régime démocratique. Il faudrait que l’ensemble de la classe politique et la société civile prouve leur maturité par leur capacité à surmonter les divisions et à mettre en place un agenda cohérent de transition pour un avenir meilleur.

Car malgré les quelques progrès réalisés pendant les 27 ans de pouvoir autocratique de Monsieur Blaise Compaoré, le Burkina Faso reste dans la queue du peloton des nations du monde. Le rapport mondial de 2014 sur le développement humain durable classe le Burkina Faso 183e sur 187 pays. Les défis sont donc importants à relever. Pour cela, la classe politique, la société civile et l’armée doivent chaque être capable d’inscrire l’intérêt général au-dessus de toute autre considération. L’heure n’est donc pas à la cacophonie, mais à l’engagement de tous dans la poursuite d’un objectif commun, celui de redresser le pays, de le remettre sur les rails du développement. L’heure de la transition, ce passage d’une situation donnée, insatisfaisante à une autre plus satisfaisante, est le moment où il faut baliser le chemin vers l’idéal d’une véritable démocratie. Nous rappelions dans notre précédente déclaration que l’organisation d’élections ne signifie pas véritablement démocratie.

Pendant près d’un quart de siècle, on n’a organisé des élections au Burkina Faso que pour le maintien au pouvoir de Monsieur Blaise Compaoré. La période de transition doit permettre de prendre des dispositions pour éviter la répétition des mêmes erreurs. A cette heure de la transition, on a besoin de tout le monde, sans exception, chacun en fonction de sa spécificité à la place qui est la sienne. L’opposition politique, les organisations de la société civile et l’armée doivent avoir la même détermination en mettant en synergie leurs efforts pour atteindre l’objectif ultime d’une transition réussie qui les crédibilise et accrédite la thèse d’un modèle africain de soulèvement populaire ayant permis de barrer la route à la dictature.

Le SYNADEC se réjouit de l’engagement quoique tardif de l’Union Africaine, de la CEDEAO et des Nations Unies aux côtés des burkinabè pour sortir de la crise. Leur soutien est essentiel et contribuera sans doute à la réussite de la transition.

Le SYNADEC attire l’attention du futur gouvernement de transition civile, que le premier acte à poser est d’organiser une journée nationale à la mémoire des martyrs de la Révolution d’octobre 2014 et que la journée du 30 octobre soit déclarée journée nationale de commémoration des héros de la révolution burkinabè. Le SYNADEC formule le vœu que le boulevard qui va du Monument des Héros à l’entrée de Kosyam soit rebaptisé, Boulevard des Martyrs du 30 octobre.

Fait à Ouagadougou le 04 novembre 2014

Pour le SYNADEC

Le Bureau national

Vos commentaires

  • Le 9 novembre 2014 à 22:27, par Un citoyen de la diaspo burkinabè En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Monsieur, vous avez posé une question pertinente qui est la suivante :

    - "Comment gérer cette victoire d’étape quand, en écoutant les médias, on s’aperçoit que les forces vives de la nation grincent des notes discordantes, chacune ayant la prétention d’avoir joué le rôle le plus déterminant dans la chute du régime Compaoré ?

    - Dès lors, comment le groupe des Ibriga, Kam et Albert du Tocsin peuvent-ils honteusement vouloir disqualifier et écarter de manière discriminatoire la diaspora burkinabè au seul motif qu’elle n’a pas "respiré des gaz lacrimogènes" comme eux. Tous nos parents des villages étaient-ils à la place de la révolution ? Est-ce pour autant qu’il convienne de les laisser de côté ? Le sectarisme ne passera pas...

    - Ceux qui véhiculent cette discrimination de la diaspora burkinabè ne feront pas long feu comme les cdpistes impénitents, intransigeants et arrogants qui ont honteusement poussé Blaise Compaoré à l’exil forcé. Hey, Hey, Hey, attention aux apprentis transitaires....

    Répondre à ce message

  • Le 9 novembre 2014 à 23:37, par Tony En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Et si on laissait de cote la politique pour nous recentrer sur la revendication de meilleures conditions de travail aussi bien pour nos étudiants que pour les enseignants. Que nous ne nous y trompons pas, il risque de ne pas avoir de miracle pour nous. Il faudrait que nous commencions a criez nos difficultés a mener a bien cette reforme LMD du fait du manque de volonté politique qui n’a pas accompagné l’entree dans le système LMD par les moyens matériels et humains requis.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 08:32, par UN CITOYEN En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    que signifie SYNADEC ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 10:03, par Un autre citoyen En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    SYNADEC = Syndicat national Autonome des Enseignants Chercheurs

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 15:14, par Kaf En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Je suis un militant du SYNADEC (Syndicat national Autonome des Enseignants Chercheurs). C’est une créature de Joseph Paré (ancien président de l’UO et ex-ambassadeur du BF en France) , un cadre du CDP. Le SYNADEC était donc un syndicat du CDP jusqu’à la création du MPP où nous avons connu, en notre sein, des proCDP et proMPP. Avec les deux dernières déclarations de notre syndicat, je sent enfin que notre position (celle du MPP) l’a emporté. Qui est fou !!!
    Courage camarade Somé Magloire pour ce repli tactique !
    Vive le SYNADEC !
    Vive le MPP !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 18:14, par Kouliga NIKIEMA En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Merci camarade de faire entendre notre voix de syndicalistes des universités. Il faut que des camarades muselés depuis des décennies acceptent de sortir de leur mutisme pour participer à la construction nationale. Je félicite le SG pour les propositions formulées. Vive le SYNADEC, Vive le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 18:22, par Kouliga NIKIEMA En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Le message dudit camarade du SYNADEC qui attribue le syndicat au CDP puis au MPP est proprement insultant. Il y a toujours de ces sortes de savants qui ignorent juste qu’ils ne savent rien. Je suis triste de savoir que je milite avec de telles camarades. Bonne chance pour ce rêveur.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 22:26, par Magloire Somé En réponse à : Le SYNADEC sur la situation nationale : La lutte n’est pas terminée ; gare aux notes discordantes

    Salut Kaf !
    Si tu es du SYNADEC comme tu le clames haut et fort, tu n’es certainement qu’un militant de la dernière heure ou peut-être même encore un sympathisant, pourquoi pas un détracteur du SYNADEC ? Je soupçonne que tu sois plus un détracteur qu’un militant. A la création de notre syndicat, Joseph Paré n’y était pas ! Il a toujours été militant du SNESS et n’a jamais renoncé d’y militer. Joseph Paré n’est ni de près ni de loin mêlé à la création de notre syndicat.
    Notre syndicat n’a aucun lien avec aucun parti politique, ni aucune organisation de nature politique. Mais n’importe qui pourvu qu’il soit enseignant-chercheur peut y militer dans un esprit constructif. Nous mettons en avant de notre action syndicale le corporatisme, la défense des intérêts matériels et moraux des enseignants-chercheurs. Mais face aux questions nationales de grande importance, nous avons toujours pris position par des déclarations. Tant mieux si nos déclarations rencontrent la vision de politiques. Tant pis si elles heurtent ou choquent des sensibilités politiques. Nos déclarations résultent toujours d’un débat interne pour harmoniser nos vues et dégager une position consensuelle.
    Il me semble d’ailleurs que certains observateurs comme toi s’obligent obstinément, aveuglément à délivrer des étiquettes de couleur, des stigmates pour tranquiliser une conscience troublée par je ne sais quel cauchemar, quelle hallucination, quel fantasme. Ils s’obligent de voir en nous des pions du CDP, de considérer notre syndicat comme un syndicat jaune, et maintenant du MPP. Si cette logique était vérifiée, pourquoi n’y a-t-il pas eu ces démissionnaires du SYNADEC, ceux qui seraient fâchés contre la direction du SYNADEC et qui auraient pris le parti de démissionner pour se rapprocher du CDP. Dire d’ailleurs qu’on est devenu MPP, c’est dire que nous sommes courageux dans un moment où la peur panique de beaucoup de gens les a rangés honteusement dans un silence coupable.
    Qu’on se tienne pour dit. Au SYNADEC on n’est pas tenu par la politique du ventre !
    Kaf, si tu es un vrai militant du SYNADEC viens me voir, te révéler au grand jour comme j’ai signé de mon nom pour répondre à ton propos indignant pour notre syndicat.
    Les chiens aboient, la caravane passe. Les chiens aboient, mais la caravane du bonheur du SYNADEC passe...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso : Trente-quatre ans après, des réalités similaires ?
Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?
Financement du cinéma burkinabè : La Grande marche à Reculons
Modification du code électoral : Me Paul Kéré dénonce un coup d’Etat contre la démocratie et la Constitution burkinabè
Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)
Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme
Aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO : Nous sommes inquiets
Journée internationale de la paix : De la nécessité d’œuvrer au respect de la dignité humaine
« Je veux débattre avec Patrice Talon » : Le constitutionnaliste, Pr Frédéric Joël Aïvo veut confronter le président à la réalité du Bénin lors de la présidentielle de 2021
Et si on parlait archives !
Un écrivain au ministre Aboul Karim Sango : « J’ai un sérieux contentieux avec votre ‘’Chargé de mission’’, Koba Boubacar Dao »
Burkina : La Parenté à plaisanterie autour de la politique agricole et de la sécurité alimentaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés