Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Projet de modification de l’article 37 : à Dédougou les gens ont répondu à l’appel à la désobéissance civile du CFOB

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 28 octobre 2014 à 22h50min
Projet de modification de l’article 37 : à Dédougou les gens ont répondu à l’appel à la désobéissance civile du CFOB

La coordination des partis de l’opposition politique du Mouhoun ont manifesté ce mardi 28 octobre 2014 à Dédougou contre la modification de l’article 37. Une modification qu’ils qualifient de « coup d’Etat constitutionnel ». Selon les organisateurs, la manifestation marque le début de la désobéissance civile. Et elle durera aussi longtemps que le projet de modification suivra son cours.

A Dédougou, c’est parti pour la désobéissance civile. En effet, conformément à l’appel du Chef de file de l’opposition politique, la coordination des partis politiques de l’opposition du Mouhoun ont organisé une marche de protestation contre la modification de l’article 37. Les manifestants ont indiqué que la marche qui a lieu ce mardi 28 octobre 2014, marque le début de la désobéissance civile. Car, explique l’ancien député du CDP aujourd’hui membre du MPP, Maurice Dieudonné Bonané « la modification de l’article 37 est un coup d’Etat constitutionnel. Et la population est en droit selon la constitution de sanctionner un tel coup d’Etat par la désobéissance civile ». Et de définir, « la désobéissance civile signifie l’absence de l’Etat, l’absence de loi ».

Les manifestants sont partis de la gare de melon en passant par le rondpoint Nazie Bonie, le haut commissariat où ils ont remis une lettre adressée au Président Blaise Compaoré ; le rondpoint de la femme, ils ont contourné le grand marché avant de terminer la marche au melon gare. Les manifestants ont fait des escales au niveau de la police, la gendarmerie et au haut commissariat où ils ont répété en chœur l’hymne national. Au haut commissariat après la récitation de l’hymne nationale, le Coordinateur des partis politiques de l’opposition politique du Mouhoun, Monsieur Fatin Tiébo a brandi la constitution invitant les participants de la marche à rester mobilisés pour mener une lutte « historique », car il s’agit de défendre la loi fondamentale. Pour lui, le monde entier et plus particulièrement l’Afrique a les yeux rivés sur le peuple Burkinabé qui fut l’un des premiers pays africains à faire un soulèvement populaire à peine 6 ans après son accession à l’indépendance. A l’instar de 1966, M. Tiébo invite les participants à rester courageux et déterminés pour faire respecter cette constitution en empêchant le coup d’Etat constitutionnel. Toute chose qui peut taire selon lui les velléités de modification constitutionnelles de certains pays africains.

Dans la lettre remise à madame la haut commissaire, la coordination menace, « Excellence monsieur le Président, si au delà des multiples interpellations de l’opposition politique, des organisations de la société civile, si vous restez sourd à la grogne montante, si vous tenez à vos ambitions démesurées de rester à vie au pouvoir en défiant tous les principes démocratiques alors ne soyez pas étonnés d’une insurrection populaire et que le peuple réclame votre départ sans condition du pouvoir avant même la fin de votre mandat ». Et de poursuivre en citant Thomas Sankara, car « il n’y a pas de plus grand fétiche que le peuple. Le fétiche le plus puissant, celui que l’on ne pourra jamais vaincre c’est le peuple ».

Madame la haut commissaire a promis de transmettre la lettre à qui de droit. Elle a invité les participants à rester républicain dans leur lutte.
Tout au long de la marche les slogans ne manquaient pas. « Blaise doit partir, il va partir », « 27 ans c’est bon et si tu mourais aujourd’hui », « le tripatouillage de la constitution à bas ! ». On pouvait également lire sur les pancartes « Blaise Compaoré notre ébola », « un seul homme menace la paix au Burkina, Blaise Compaoré ! »
Ibrahima Traoré
Lefaos.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés