Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines.» Antoine De Saint-Exupéry

Dialogue politique national : « S’il y a des questions qu’on peut résoudre pour que notre pays aille de l’avant, ce sera une bonne occasion », Zéphirin Diabré

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 24 septembre 2014 à 00h59min
Dialogue politique national : « S’il y a des questions qu’on peut résoudre pour que notre pays aille de l’avant, ce sera une bonne occasion », Zéphirin Diabré

Sur sa propre initiative, le Président du Faso, Blaise Compaoré a rencontré, dans la matinée du mardi 23 septembre à Kosyam, la majorité, l’opposition et le Front républicain dans la perspective de la mise en place d’un cadre de dialogue entre opposition et majorité pour discuter des « questions qui touchent à la vie de la nation ».

Annoncée en fin de semaine dernière dans un contexte marqué par des débats « houleux » sur l’article 37 et la mise en place du Sénat, la rencontre de ce jour qu’on peut qualifier de « premier pas », jette donc les bases d’un dialogue entre majorité et opposition pour « traiter des questions qui engagent la vie de la nation ». Reçue après la majorité, et avant le Front républicain, la délégation de l’opposition, conduite par son premier responsable, Zéphirin Diabré, était composée de Hama Arba Diallo (PDS/Metba), Bénéwendé Stanislas Sankara (UNIR/PS), Ablassé Ouédraogo (Le Faso Autrement), Roch Marc Christian Kaboré (MPP) et de François O. Ouédraogo (RDS). « Au cours de l’entretien, le Président a proposé que s’instaure un dialogue entre l’opposition et la majorité, sous son égide, pour évoquer les questions touchant à la vie de la nation, sans exclusive aucune », a déclaré Zéphirin Diabré à la sortie de la rencontre avant d’ajouter : « Sur le principe, fidèle à notre manière de faire la politique, et aux valeurs auxquelles nous croyons, l’opposition ne refuse pas de rencontrer la majorité pour un échange ; d’autant plus que s’il y a des questions qu’on peut résoudre pour que notre pays aille de l’avant, ce sera une bonne occasion ».

Pour la délégation de l’opposition, ce cadre de dialogue offre « encore » une occasion pour expliquer au mieux sa position sur l’article 37 et la mise en place d’un Sénat. « C’est l’occasion pour nous aussi de toujours dire et redire nos positions sur les points qui divisent actuellement le pays à savoir, la question du Sénat et de la révision de l’article 37. La position de l’opposition est restée toujours la même ; nous sommes fermement opposés à toute révision de la Constitution qui ferait sauter le verrou de la limitation du mandat et nous sommes fermement toujours opposés à la mise en place d’un Sénat », souligne le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, Zéphirin Diabré.

« Ce cadre est différent du CCCRP…et c’est intéressant à noter »

A la question de savoir s’il ne s’agit pas d’un autre CCRP (Conseil consultatif sur les réformes politiques), Zéphirin Diabré fait noter qu’il s’agit de deux cadres bien différents. « Au CCRP, l’opposition n’y était pas, puisque nous avions remis en cause le format, les méthodes, le mode de décisions autour des conclusions qui sont arrivées. Cette fois-ci, on ne nous a pas présenté un cadre préétabli. On souhaite que dans le cadre d’un échange avec la majorité, on définisse, nous-mêmes à la fois le cadre, les modalités et les limites…. C’est quand même un changement de ‘’cap’’ qui est intéressant à noter », précise le chef de délégation.

Dans l’attente d’être à nouveau recontacté pour être située sur la date de la rencontre, l’opposition affirme ne pas trouver de problème en toute discussion qui peut avoir lieu pour faire avancer la démocratie. « Nous pensons que le dialogue majorité-opposition fait partie du jeu républicain et du jeu démocratique », a dit M. Diabré, estimant que le Burkina a plusieurs questions qui peuvent faire l’objet d’un dialogue entre la majorité et l’opposition.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Centre-ouest : Les femmes du CDP plus que jamais déterminées à conduire Eddie Komboïgo à Kosyam
Insécurité au Burkina : Roch Kaboré et Paul-Henri Damiba doivent « forcément répondre des crimes devant les populations », exige le PDP/PS
Détention de Roch Kaboré : Une marche-meeting le 2 juillet prochain à Koudougou, pour exiger sa libération
Grand prix Manéga de la paix : Des personnalités distinguées pour leur combat pour la paix au Burkina
Bobo-Dioulasso : Des OSC demandent la démission du président Damiba et annoncent un « concert de casseroles »
Commune de Dapélogo (Plateau central) : La délégation spéciale installée
Opération mana mana : « Si nous pouvons nous mettre ensemble pour rendre nos villes propres, nous pouvons également nous mettre ensemble pour relever les autres défis », estime le Président du Faso
Opération Mana-mana : Le Premier ministre se réjouit de la mobilisation à Koudougou
Burkina/politique : Eddie Komboïgo répond à la lettre de Blaise Compaoré
Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Un congrès ordinaire pour apaiser les tensions
Enquête de perception des 100 jours du MPSR
"Détention arbitraire" de Roch Kaboré : « La junte ne doit plus attendre un énième appel à sa libération » signale Désiré Guinko
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés