Programme de développement de l’apprentissage dans les Hauts-Bassins : Le Comité de suivi a été installé

vendredi 12 septembre 2014 à 22h39min

Les 09 et 10 septembre 2014, la ville de Bobo-Dioulasso a abrité un atelier d’informations et de formation sur le Programme de développement de l’apprentissage et de la formation professionnelle des artisans (PDAFA). A l’issue de 48 heures de travail, le bureau de suivi du PDAFA dans les Hauts-Bassins a été installé officiellement par le gouverneur, Joseph Nébilma Bakouan.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Programme de développement de l’apprentissage dans les Hauts-Bassins : Le Comité de suivi a été installé

L’installation officielle du Comité de suivi de l’apprentissage dans la région des Hauts-Bassins (CRSA-Hauts-Bassins) a été l’apothéose des 48 heures d’atelier des acteurs du Programme de développement de l’apprentissage et de la formation professionnelle des artisans (PDAFA). Réunis à Bobo-Dioulasso autour de la Fédération nationale des artisans du Burkina Faso (FENABF), des représentants des collectivités territoriales, de l’administration publique, des organisations professionnelles d’artisans et des parents d’artisans ont planché sur la responsabilisation des acteurs locaux dans le développement de la formation professionnelle et spécifiquement de l’apprentissage. Et c’est avec le concourt de tous ces participants que le CRSA-Hauts-Bassins a été installé. Fort de vingt-un membres et présidé par le Conseil régional des Hauts-Bassins, ce nouveau comité de suivi a désormais la lourde tâche de promouvoir l’artisanat dans cette région. C’est tout heureux donc que le gouverneur Nébilma Joseph Bakouan a installé ce comité en rappelant au passage la disponibilité du gouvernement burkinabè à toujours accompagner les artisans du Faso. Egalement tout heureux, Cyr Prospère Barry, le président de la FENABF a remercié toutes les personnes qui ont œuvré de près ou de loin à la tenue de cette formation qui est un outil essentiel pour la mise en œuvre du PDAFA-selon lui.

24 heures plutôt, c’était des communications

La première journée de l’atelier d’information et de formation sur le Programme de Développement de l’Apprentissage et de la Formations Professionnelles des Artisan(e)s (PDAFA) a été surtout marquée par des communications. Roland Tankoano du cabinet EDRIC a été le premier à s’entretenir avec les participants. Entre autres, il a axé sa communication sur les concepts d’apprentissage ; de la formation ; de l’apprentissage moderne, de son organisation et de sa mise en œuvre… Conseiller chargé de la formation professionnelle et de l’alphabétisation de la FENABF, Benoit Bado a, par la suite, présenté le PDAFA aux participants. Selon lui, l’un des objectifs du PDAFA est d’accompagner la construction de systèmes régionaux d’apprentissage et de formation professionnelle adaptée aux réalités et répondant aux besoins de développements économiques territoriaux. La première partie de la communication de Bénoit Bado a porté sur des généralités sur le PDAFA (le contexte, le constat, la justification, les objectifs, les principes directeurs, les critères de choix des métiers, les critères de choix des atelier/centres). Quant à la deuxième partie, elle a concerné le PDAFA dans les Hauts-Bassins. A ce niveau, la communication a porté sur le dispositif opérationnel, les centres de formation, les entreprises d’accueil, les difficultés rencontrées ainsi que les acquis du PDAFA dans la région. La troisième partie a consisté à l’analyse du modèle à travers ses forces, ses faiblesses ou contraintes

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 septembre 2014 à 17:55, par Boanga
    En réponse à : SUD A

    LA TUMEUR DE L’ECOLE SUD ’’A’’ DE KOUDOUGOU

    Il se passe des choses pas du tout catholique à l’école SUD ’’A’’ de Koudougou. Une tumeur cancérigène nommée N.P sème un climat malsain entre les enseignants et entre les enseignants et les parent d’élèves. Suivez nous.

    1- Quand la tumeur N.P arrivait à l’école, il héritait de quatre armoires pleine de livre d’élèves à craquer ( ns avons une copie du PV de passation de service). Elles ont été vidées de leur contenu et céder à une librairie de la place. Un parent membre de l’APE peut témoigner s’il ni les faits.
    2. Deux brouettes dont l’une appartient l’école et l’une à la brigade verte chargé de la propreté à l’école ont été emportées à domicile par la tumeur. Un des gardiens de l’école l’a aidée à charger le matériel.
    3. Après le vol à l’école SUD’’B’’ la tumeur n’a pas hésiter à vandaliser son bureau en 2007 pour faire porter le chapeau à un des anciens gardiens de l’école qu’il déteste par devers tout. A cette occasion 18médailles obtenues en phase finale provinciale par la troupe culturelle de l’école ont été emportées car il les croyait en or pour avoir entendu l’animateur du jour dire que c’était des médailles en or.
    4. Entre 2008 et 2012 des lettres anonymes qu’il fait recopier par des élèves ou rédiger de ses propres mains vilipendent ses adjoints et le fait passé comme le seul travailleur de l’école. Silencieusement démasqué grâce à la graphie des lettres il change de méthode et fait désormais saisir et tirer ses écrits.
    5. Des devoirs d’élèves non encore corrigés ont été brulés par ses propres mains dans un tiroir du bureau de Monsieur Kabore dans le but de faire accuser des élèves jugés indisciplinés et voleurs
    6. Partout où il a mis les pieds, N.P a volontairement empêchés des élèves de passer l’examen du CEP car selon lui les encadreurs au vu des notes en devoirs et des points des élèves lors des tests ne leur permet pas de réussir l’examen. Tout simplement parce qu’il veut relever le taux de succès de l’école : visitez Didyr, Sourgou, école du secteur 6 et SUD ’’A’’.
    7. Cette année plus qu’auparavant les vivres des enfants ont été spoliés la nuit comme à ses habitudes. Pour réussir tout ses coups il a refusé les salles de classes, une année après son arrivée, aux lycéens qui avaient l’habitude de venir étudier sous prétexte, que l’inspectrice qui a la voiture rouge a surpris des élèves en pleins ébats dans une classe et lui a dit de ne plus céder les salles aux élèves. Madame t’y reconnais-tu ?
    8. l’argent des parents est bouffé n’importe comment avec des reçus bancals : Photocopie de papier à 90000f. Même l’inspection n’en fait pas autant. N.P à une fois coller une dette de près de 70000f au bureau des parents d’élèves.
    9. Cette année scolaire l’école n’a rien mis dans ses caisses. N.P avec la complicité d’un adjoint a fait récolter les cotisations dans les classes. Il a ensuite fait versé à son niveau et tout bouffer. Il a même dit que des classes n’ont rien versé (CP2, CE1’’B’’, CE2 et les CM2). Alor qu’on comptait sur ça pour payer l’ONEA qui est venu enlever le compteur d’eau.
    10. La T.N.P a fait entendre que la bouteille de gaz et le foyer de la coopérative des élèves à été volé le 07 Juillet (jour de fermeture des classes). Aucune plainte n’a été déposée ni à la gendarmerie ni à la police.
    11. Les fournitures des enfants de l’an passé ont été partagées la nuit (23h) par des gens qui ne sont pas de l’école.

    12. Monsieur l’inspecteur vous avez envoyé une nouvelle tumeur dans notre école alors que vous savez qu’il est mortel pour les filles. Avez-vous remarqué la grande fille qui parlait dans le micro le jour de la fermeture des classes ? y’a deux autre dans sa classes et une dans l’autre CM2 . Les maitres sont au courant. Il a une fois envoyé une chez lui vers 10h et il a suivi après. Quand les maitres sont parti derrière lui, ce n’est pas bon à dire ; puis que sa femme vend au grand marché.
    13. Pourquoi as-tu entrainé ta femme dans la danse. A l’école de Semtenga elle a fait comme toi avec les vivres des enfants en disant qu’on a volé. Dénoncé à ses adjoints par le gardien qui la voyait tout le temps bien chargé, elle a été séquestrée par ses adjoints. Il a fallu la dextérité de l’inspecteur pour qu’on la lâche. Mutation au secteur 4 s’en est suivie.
    Madame ressaisissez-vous, ce n’est pas ce que vos parents ni l’église vous a appris.
    S’il vous plait enlevez-le, sinon ce que Kologrogogo n’a pas fait nous on vas le faire : l’envoyer en justice.
    ça c’est un petit morceau. Yaa ya bouin ?
    A bientôt

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2014 à 15:19, par aja
    En réponse à : Programme de développement de l’apprentissage dans les Hauts-Bassins : Le Comité de suivi a été installé

    félicitations et beaucoup de courage à vous

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés