Bobo : Le Balai Citoyen en sit-in le 28 juin à la place de la mairie

jeudi 26 juin 2014 à 22h51min

Comme prévu, le Balai Citoyen maintient son sit-in du 28 juin 2014 à la place de la mairie. Mais, en lieu et place de la demande de démission du maire SaliaSanou à la tête de la commune de Bobo, les balayeurs interpelleront SaliaSanou et tous les maires d’arrondissement à s’impliquer davantage dans le développement de la ville.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo : Le Balai Citoyen en sit-in le 28 juin à la place de la mairie

Alexandre kaba Diakité, le coordonnateur du Balai Citoyen à Bobo-Dioulasso et ses collaborateurs ont animé une conférence de presse ce mardi 25 juin 2014. Portant sur le sit-in du samedi 28 juin 2014, cette conférence a été l’occasion pour le Balai citoyen de mettre en « stand-by » sa demande de démission du maire SaliaSanou à la tête de la commune de Bobo. Désormais, Alexandre Kaba Diakité et les Cibals et Cibelles de Bobo demandent à SaliaSanou et aux maires d’arrondissement de Bobo de s’impliquer davantage dans le développement de la ville de Sya. Au cours de cette conférence de presse, il a été demandé au maire SaliaSanou d’oublier un tant soit peu sa casquette de secrétaire général de la section/Houet du CDP pour porter celle du maire de Bobo. Selon les animateurs du Balai Citoyen, SaliaSanou est plus sur le front de la défense et de la promotion de son parti que sur celui du développement de sa ville. En prenant exemple sur l’édile de Ouagadougou, Marin Casimir Ilbouldo, les balayeurs ont demandé à SaliaSanou de se décharger des questions purement politiques. Répertoriées dans la déclaration liminaire de cette conférence de presse, les préoccupations du Balai Citoyen tournent autour des problèmes de lotissement, des problèmes de voirie, de la mauvaise gouvernance…Le sit-in du Balai citoyen commencera à partir de 09 h à la place de la mairie.

Ousséni BANCE

Lefaso.net


Encadré

CONFERENCE DE PRESSE SUR LA MANIFESTATION DU SAMEDI 28 JUIN 2014

DECLARATION LIMINAIRE

Mesdames et Messieurs, Chers amis des Médias,

Avant tout propos, je voudrais au nom de tous les membres du mouvement « Le Balai citoyen », vous remerciez du travail professionnel que vous menez déjà et d’avoir répondu aujourd’hui encore, à notre invitation et surtout pour l’attention et l’importance que vous accordez à nos actions.

Mesdames et messieurs, la présente conférence de presse est relative à une manifestation d’interpellation citoyenne des autorités municipales qui se tiendra le samedi 28 juin prochain et visant à dénoncer la mauvaise gestion de la commune urbaine de Bobo-Dioulasso
En effet, depuis plusieurs années déjà, les populations de Bobo-Dioulasso, sont confrontées à une gestion chaotique de leur commune dont l’état actuel de décadence n’a d’égal que la médiocrité et la voracité de ceux la même que nous avons désignés à la tête de nos mairies.

Bobo-Dioulasso, 2ème ville et dite capitale économique du Burkina Faso va de mal en pis et cela s’est accentué depuis l’avènement d’un certain Salia Sanou à la tête du Conseil Municipal.

Pour cause, la mairie qui doit être un service public d’administration et de gestion de la municipalité, est devenue une entreprise en bande organisée pour le détournement, de spoliation de tout genre et de main mise mafieuse sur toutes les ressources de la localité au profit d’une minorité.

Notre ville agonise et a besoin aujourd’hui que ses habitants se mobilisent et se mettent debout pour exiger une meilleure gouvernance locale dont nous imputons entièrement les défaillances élus locaux du parti au pouvoir (CDP) que nous avons portés à la tête de notre municipalité.

Chemin faisant, la situation ne fait que s’aggraver et se manifeste dans tous les aspects de la municipalité : l’état de nos routes, de nos écoles, l’insalubrité grandissante, les lotissements mafieux, les problèmes d’assainissement, la voirie, nos centres de santé, la délinquance fiscale (recette publique), la gestion patrimoniale de nos mairies, etc.

Le Balai Citoyen, une coopérative de veille citoyenne dont l’objectif global est « d’assainir la gestion de la chose publique par l’action citoyenne » estime que cette situation n’a que trop duré.

Nous ne nous faisons plus aucunes illusions sur la capacité de nos autorités municipales à gérer la commune urbaine de Bobo-Dioulasso et à rétablir la belle ville de Sya dans ses lustres d’antan.

Faut il rappeler que, un maire, une fois élu à la tète d’une municipalité, devient le maire de tous ses habitants ? Le Maire Salia Sanou semble l’avoir oublié et montre son mépris vis-à-vis des populations bobolaises à travers des propos enfantins, ridicules, démagogiques, mensongers, ethnicistes, régionalistes et dangereusement divisionniste.

Les populations de Bobo-Dioulasso sont indignées et révoltées par toutes ces dérives. Elles le disent dans les familles, les services, les marchés, dans les radios et télé. Elles l’écrivent dans les journaux. Désormais, elles exigent le changement social au niveau local et souhaitent le manifester dans la rue.

En effet, l’interpellation citoyenne est un est droit garanti par la Constitution. Thomas Sankara disait :
« L’esclave qui ne sait pas assumer sa propre révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur sort ».

Les populations de Bobo-Dioulasso ont décidé d’agir car c’est lorsque les populations sortent dans la rue, que les autorités tremblent.
Et c’est pourquoi, Le Balai Citoyen s’engage à mener des actions avec pour objectif de mettre fin aux dérives politico-administratives du maire afin de lui rappeler impérativement à son devoir de Maire qu’il confond abusivement avec son titre de SG de la Section CDP/Houet.

Pour ce faire, le balai citoyen en collaboration avec les mouvements citoyens frères (cocorico, liberté club, mouvement en rouge, …) et avec le soutien d’autres forces citoyennes, envisage d’observer le samedi 28 juin prochain un sit-in devant l’hôtel de vile de Bobo-Dioulasso au cours duquel sera lu et remise une déclaration revendicative aux autorités municipales.

Les manifestants viendront de tous les quartiers lotis et non loti de Bobo-Dioulasso. Ceux venant particulièrement du non loti (sect. 31) et de Ouezzin-ville, et qui rallierons le lieu du St-in, procéderons par une marche citoyenne qui partira de l’Avenue Nelson Mandela (Ouezzin-ville) et empruntera l’avenue passant par le marché de Bindougousso, puis croisera le Boulevard de l’indépendance par la station Shell (Bindougousso), ensuite passera par l’avenue Imam Sakidi Sanou pour aboutir à la place de la mairie centrale.

Mesdames et messieurs, la présente conférence de presse vise à informer l’opinion publique nationale et internationale. Elle est aussi une occasion pour la grande communauté des CItoyens BALayeurs (CiBals) de Bobo-Dioulasso en mouvement pour le changement social, de lancer un appel à l’unité d’action et d’inviter les vaillantes et dignes populations de Bobo-Dioulasso, regroupées ou non dans des organisations syndicales, politiques et associatives locales, et autres mouvements citoyens frères actifs de Bobo-Dioulasso, à se mobiliser à leurs côtés le 28 juin 2014 à partir de 8 H 00 pour :
- dénoncer un service de voirie municipale en décadence et dont l’équipement et ses employés sont utilisés pour les entreprises personnelles (fermes, …) de certains maires de Bobo-Dioulasso
- demander des explications sur le recrutement de « conseillers municipaux » dans le cabinet du maire central, en violation des textes et lois sur les collectivités territoriales
- dénoncer l’absentéisme chronique du maire central mettant à mal le bon fonctionnement de l’administration municipale (les agents étant régulièrement obligés d’empiler les dossiers pour signatures au domicile privé dudit maire)
- rappeler les promesses non tenues et sans cesse renouvelées à savoir : la réfection de certaines infrastructures routières délabrés aux alentour du grand marché, l’arrêt de l’électrification de la RN1 entrée Bobo, le non démarrage de l’électrification de la RN2 (route du Mali), entre autres…
- exiger le démarrage immédiat des travaux de bitumage de l’avenue Nelson Mandela dont le lancement s’est fait à grandes pompes par le 1er ministre depuis plus de 3 février 2014 avec un délai d’exécution de 5 mois mais sans aucune avancée jusqu’à nos jours,
- exiger la dépolitisation de l’administration (le maire confondant son rôle à la tète de la mairie avec celui de SG de la section/Houet de son parti
- demander une enquête sur les faits et agissements des maires sur la poursuite mafieuse des lotissements dans certains arrondissements de Bobo-Dioulasso
- dénoncer les velléités de bafouer les droits des résidents de certains quartiers non lotis menacés de déguerpissement
- attirer l’attention de la mairie sur l’état du campement (RAN)
- dénoncer la main mise de la mairie centrale sur les recettes publique (fiscales) de certains arrondissements en contradiction des textes en vigueur en la matière.
- exiger une transparence dans les travaux de construction en cours au sein de la mairie
- demander l’arrêt de la mauvaise gestion ou des détournements des fonds à d’autres fins
- demander l’arrêt du favoritisme et du recours systématique aux entreprises de Ouagadougou au détriment de celles de Bobo-Dioulasso pour le moindre marché public (dont les travaux sont souvent mal exécutés et sans contrôle),
- dénoncer les problèmes criards de canalisations dans les quartiers Belleville, Sarfalo, … quartiers où les routes se confondent aux caniveaux et vis-versa,
- dénoncer les feux tricolores de plus en plus remplacés par des « Stop »
Etc.

Cette liste n’est pas exhaustive et sera étoffé par d’autres revendications. L’ensemble constituera une « Plate forme revendicative d’interpellation citoyenne » que nous remettrons le jour de la manifestation aux autorités concernées.

La manifestation envisagée se veut pacifique, citoyenne et responsable. Notre démarche est de plus, guidée par notre mission qui est de « constituer une force d’interpellation et de pression pour le changement social par l’action citoyenne ».

Conscient que nous ne pourrons y parvenir que dans le cadre d’une unité d’action qui engage les organisations de la société civile, syndicats,… et l’ensemble des acteurs en faveur du changement social en vue d’un meilleur vivre-ensemble dans notre belle ville de Sya et au Faso, nous leurs réitérons notre invitation à nous rejoindre, et à entrez dans la dynamique populaire autour du Balai Citoyen pour faire de ce mouvement, [UN BALAI NATIONAL] au service de la propreté de notre [MAISON COMMUNE] : le Burkina Faso.

Mesdames et messieurs, chers invités,

Le mouvement Balai Citoyen est convaincu que la presse, puissant vecteur de l’information, est un outil indispensable pour le succès des mouvements populaires. Aussi, tout en se réjouissant déjà des actions que mènent les hommes et les femmes des médias nationaux et internationaux pour porter la voix du peuple, il fonde l’espoir que, par leurs actions diverses, les journalistes contribueront la victoire finale, celle de la justice sur l’impunité et la corruption rampante, du peuple sur les clans et les réseaux mafieux qui gèrent l’Etat, notre bien commun à tous, comme leur patrimoine personnel.

Pour une meilleure gouvernance locale de Bobo-Dioulasso, en avant
pour le changement social
Notre nombre est notre force !
Ensemble on n’est jamais seul !
Merci de votre attention !

Fait à Bobo-Dioulasso, le 24 juin 2014

Pour « Le Balai Citoyen »

La Coordination de Bobo-Dioulasso

CONTACT : 78 00 23 69 / 76 18 58 88

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés