Lutte contre le référendum : Le ‘’carton rouge’’ de l’opposition à Blaise Compaoré

lundi 2 juin 2014 à 00h54min

Ils étaient nombreux à converger vers le stade du stade du 4 Aout de Ouagadougou en cette matinée de 31 mai 2014. Non pas pour suivre un match de football ou un meeting d’athlétisme. Mais, pour prendre part au meeting organisé par l’opposition politique burkinabè pour dire son refus à la tenue d’un référendum sur la modification de l’article 37 de la constitution. Même si le stade n’était pas plein « recto-verso » comme le dirait Salia Sanou, il y avait grand monde. Sous un soleil de plomb.

Lutte contre le référendum : Le ‘’carton rouge’’ de l’opposition à Blaise Compaoré

Hama Arba Diallo ‘’expulse’’ Blaise Compaoré du jeu politique en 2015. C’est sans conteste l’image du jour. Dans un stade du 4 Aout quasiment plein, le président du PDS/Metba a choisi de faire dans la symbolique. Tout en étant en phase avec le lieu qui abrite la manifestation. Ainsi, à la fin de son discours, le député-maire de Dori a brandi un carton rouge à Blaise Compaoré et invité le peuple burkinabè à en faire autant. Par ce geste symbolique, il semble montrer la porte de la retraite au locataire du palais de Kossyam. Et rappelle que, selon la mouture actuelle de la constitution burkinabè, il ne peut se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Exprimer son refus d’un référendum sur la modification de la constitution. C’était l’objectif de ce meeting du 31 mai. Pari plus ou moins réussi. Dès 7h, les « anti-référendum » ont commencé à prendre d’assaut le stade. Mais, une heure plus tard, ils n’étaient que quelques centaines.

Visiblement, certains organisateurs semblaient angoissés. Mais, petit à petit, les inquiétudes semblaient dissipées. A 9h, toutes les loges étaient occupés, tout au moins partiellement. A ce moment, le président du comité d’organisation, Ablassé Ouédraogo, fait des va-et-vient pour s’assurer que tout se passe bien, puis donne des consignes et instructions. Au son de la musique reggae.

La chaleur oblige certains à abandonner les gradins

Mais, déjà à cette heure de la matinée, la chaleur est très forte. A 9h30, la presse est priée de rejoindre la tribune qui lui est réservée. Elle s’exécute. Mais, pas pour longtemps. Car, la chaleur est intenable. Rapidement, un par un, les journalistes regagnent la pelouse du stade, certains trouvent refuge sous les gradins. La position debout est plus que confortable, comparativement à l’enfer des gradins. Mais, le public, lui, tient. Même sans eau.

Puis, la coordination nationale des personnes handicapées (en tricycles) décident de faire un tour du terrain, question de réveiller le public qui se débat avec la chaleur. Mission accomplie, puisqu’ils sont applaudis tout le long de leur parcours.

A partir de là, ça s’anime un peu plus dans les gradins. Pour ajouter un plus à l’ambiance, les deux leaders du ‘’Balai Citoyen’’, Smokey et Sam’s K le Jah prennent les choses en main. Avec eux, tous entonnent l’hymne national. Avant de quitter le podium, ils lancent des « Héiiiii ! N’Gaou » à Assimi Kouanda et autres partisans du référendum. Une manière de les mettre en garde contre toute tentative de toucher à l’article 37 de la constitution en vue de permettre à Blaise Compaoré de rempiler pour un autre mandat en 2015.

Dans cette chaleur suffocante, les artistes musiciens, principalement des reggaemen tentent comme ils peuvent de tenir le public en haleine. Petit Docteur, avec son tube ‘’Présidents africains’’ ajoute de l’ambiance à celle existante déjà. Mais, il ne finira pas le morceau, obligé d’arrêter pour l’accueil des chefs de partis politiques d’opposition. Là, il est 10h. Zéphirin Diabré, Roch Marc Kaboré, Bénéwendé Sankara, Hama Arba Diallo, Saran Sérémé, Ablassé Ouédraogo, Tahirou Barry et les autres… font le tour pour saluer le public et prendre un bain de foule. Puis, ils regagnent leur place, à la tribune officielle, très ensoleillée elle aussi. Aux pas de course, les chasseurs d’images (cameramen, photographes…) les suivent tout le long du parcours.

Une fois de plus, le public entonne le Ditanyè. Le meeting peut enfin commencer.

Zéphirin Diabré au petit trot

En trottinant, le chef de file de l’opposition quitte son siège, rejoint le podium pour demander une minute de silence à la mémoire de Ali Lankouandé, ancien président du PDP-PS et de Salifou Nébié, membre du conseil constitutionnel retrouvé mort sur la route de Saponé le 24 mai dernier. Mai, lorsque le nom du magistrat est prononcé, tout le public scande en cœur : ‘’justice, justice, justice…’’

C’est au petit trot que Zéphirin regagne sa place. C’est aussi en trottinant qu’il rejoindra le podium pour prononcer le discours final du meeting. Preuve qu’il se porte bien ? Toujours est-il que des militants scandaient ‘’Prési, Prési’’ à chacune de ses sorties. C’est ainsi qu’ils ont chanté après le discours de Roch Marc Christian Kaboré aussi.

La sécurité était impressionnante. Gendarmerie et police nationale étaient au niveau de toutes les portes du stade. A cela, s’ajoute la sécurité informelle du CFOP (Chef de file de l’opposition politique burkinabè). Pour avoir accès aux gradins ou à la pelouse, il faut passer par une fouille minutieuse. Mais, tous acceptent de se soumettre à cet exercice. Comprenant que c’est certainement le prix à payer pour le bon déroulement de ce rassemblement qui sera déroulé sans accroc.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés