Centre-Est : Des agents des collectivités territoriales réclament leur intégration dans les mesures sociales du gouvernement

jeudi 1er mai 2014 à 06h01min

Des agents des collectivités territoriales du Centre-est ont observé, les 23, 24 et 25 avril 2014, trois jours de sit-in pour exiger leur prise en compte dans les mesures sociales prises par le gouvernement burkinabè pour baisser la tension sociale et rehausser le pouvoir d’achat des populations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Centre-Est : Des agents des collectivités territoriales réclament leur intégration dans les mesures sociales du gouvernement

« Suite aux mesures sociales prises par le gouvernement en vue d’apaiser le climat social et de donner à tous les Burkinabés l’espoir de lendemains meilleurs, le personnel des collectivités territoriales s’est vu laisser en marge du processus. Aucune action visant son épanouissement n’a été prise en compte : salaire dérisoire, indemnités rares et statiques, grille salariale en déphasage avec les réalités », ont écrit les manifestants dans une lettre adressée au gouverneur de la région.

En septembre 2013, le gouvernement a pris une série de mesures sociales, -le rehaussement d’indemnités en faveur des travailleurs du public et du privé, la création d’emplois, l’amélioration des conditions de vie des étudiants, et la prise en charge de personnes vulnérables- dans un contexte marqué par des revendications sociales tous azimuts.

Des mesures consolidées en mars dernier par une nouvelle série, dont la mise en œuvre de la nouvelle grille indemnitaire en vue d’une revalorisation des revenus des travailleurs, estimées à 110 milliards de CFA.

« On nous laisse entendre souvent que nos indemnités de logement sont juste à la taille d’une location de porcherie au regard de ses montants (entre 1 500 f Cfa à 2 000) », a regretté Joseph Oubda, un agent de la mairie de Koupéla.

« Nous demandons un tant soit peu à ce qu’on revisite les textes sur notre traitement salarial », a renchérit Pascaline Tougouma, comptable à la mairie de Pouytenga.

Selon le maire de Koupéla, Simplice Dambré, « c’est une réclamation juste et fondée car l’Etat a pris des mesures pour uniformiser et corriger à la hausse le traitement salarial de la police municipale du pays », se demandant alors « pourquoi laisser les autres agents quand on sait qu’ils sont tous des agents collectivités ? ».

« Pour ceux qui revendiquent, qu’ils sachent que le gouvernement n’est pas sourd, le gouvernement ne ferme pas les yeux. Nous voyons les réalités et nous agissons en fonction des possibilités du moment », avait déclaré le ministre de l’action sociale Alain Zoubga, lors d’un point de presse gouvernemental.

AS-AB/TAA

AIB

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés