Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. Nelson Mandela» 

Musique burkinabè : Rama, Weezy et Sofiano émerveillent déjà

Accueil > Actualités > Culture • • samedi 12 avril 2014 à 03h36min
Musique burkinabè : Rama, Weezy et Sofiano émerveillent déjà

Rama, Weezy et Sofiano. Retenez bien ces noms car ces trois artistes pourraient bien révolutionner le paysage musical burkinabè. Suite à la sortie de leurs premiers albums respectifs, ils se sont chaleureusement prêté au jeu d’une séance de dédicace, le 9 avril, dans le jardin de la musique Remdoogo.

C’est d’abord Sofiane Kanazoé alias Sofiano, avec son album Dossé qui a émerveillé le public avec les titres code 226 e foo yaneeré. L’album compte 10 titres dont trois en featuring avec Weezy Franck son complice de studio, s’ly, et Dez altino. L’afro zouk et la variété sont les différentes colorations de ce premier opus, signé Sofiano, reconnaissable par son slogan : « yiinsan ; laafi ».

Weezy Franck, de nationalité nigériane et résident au Burkina Faso a fait un album aux sonorités Azonto baptisé My life. Chanté en anglais, en français, en ibo, ce disque est un hymne à la vie ! Cet artiste entend faire des tournées internationales aux USA, en France et dans bien d’autres pays.

Ramatou Diakité alias Rama, originaire de Bobo-Dioulasso, embrassera la carrière musicale depuis sa candidature en 2008 à Faso Academy, émission de téléréalité consacrée aux jeunes artistes musiciens en devenir.

Le n’goni, instrument mythique des maîtres de la parole, accompagne principalement Rama et fait d’elle une vraie griotte de naissance. Son album baptisé Mougnou, comporte dix titres à travers lesquels l’artiste évoque des thèmes tels que la sorcellerie, la parenté à plaisanterie, l’amour et bien d’autres qui sont d’actualités.

Vue la richesse des sonorités des trois opus cités ci-dessus, on ne saurait s’abstenir de s’offrir un temps soit peu le plaisir de s’évader dans un monde plein de rêve. C’est le moment de s’approprier ces albums qui sont déjà sur le marché pour découvrir la progression de la musique burkinabè dans toutes ses variétés.

Minata TOE (stagiaire)

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2014 à 06:41, par UN FRERE En réponse à : Musique burkinabè : Rama, Weezy et Sofiano émerveillent déjà

    Je souhaite un bon vent aux trois artistes dont les albums contribueront sans doute à l’évolution de la musique burkinabé. Mes chers journalistes, la troisième chanteuse dont vous n’avez pas mentionné la ville d’origine est elle des îles galapagosses ou d’Hawaï ? Juste vous dire que pour ces genres de détails si vous les mentionner faites le pour tous vos figurants(même si je ne suis pas adepte de ces genres de détails). Un(e) frère(sœur) est un(e) frère(sœur) et reste un(e) frère(sœur).

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2014 à 12:50, par Assistant En réponse à : Musique burkinabè : Rama, Weezy et Sofiano émerveillent déjà

    un peu de serieux dans la Snc à l’aveinr

    la troupe de danse traditionnelle YINEZIOU de Goundi à fait les frais d’un manque de serieux criard de la part du jury. elle a été disqualifiée à la place d’une autre. mais à quand la fin de la stagnation dans cette tribune qui porte tous les espoirs de tous les artistes burkinabé ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tourisme : Des Burkinabè à la découverte du Pic Nahouri
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
Un trophée d’honneur à Naaba Saaga 1er
SIAO 2018 : Jean Roger Zabsonré, l’homme qui a pris part à toutes les éditions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés