Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

vendredi 3 janvier 2014 à 22h23min

Seydou Ouédraogo, un ouvrier de la SN-SOSUCO a été victime d’accident ce jeudi 26 décembre 2013. Son bras droit a été amputé. Seydou OUEDRAOGO, la trentaine, est un employé de" la Régie de l’Emploi", un sous-traitant à la SN-SOSUCO. Il a expliqué de son lit d’hôpital au Centre Hospitalier Régional de Banfora s’être rendu au travail le 25 décembre 2013 (jour de Noël), à 22 h.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

Vers 4h du matin, son chef d’équipe lui dit de monter au 2e niveau de l’usine pour débarrasser le tapis du " transporteur de sucre sec " du sucre granulé qui s’y était entassé. C’est pendant qu’il s’affairait à l’exécution de la tâche à lui demandée que son bras droit lui a été arraché d’un coup sec, juste au-dessus du coude. Le sang a commencé à jaillir. Il n’y avait personne à ses côtés pour lui venir en aide. Ses cris de détresse se perdaient dans le bruit des machines. Il a décidé alors de descendre seul jusqu’au rez- de- chaussée où se trouvaient les autres ouvriers. Arrivé à leur niveau Seydou ne se souvenait plus de rien.

Seydou OUEDRAOGO, à la fleur de l’âge, avec une femme inconsolable et un enfant, vient de perdre son bras au service alors qu’il ne peut même pas prétendre au statut d’accidenté de travail, car il n’est pas affilié à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Son père, Moustapha OUEDRAOGO, très affligé, explique néanmoins que tous les frais liés aux soins de son fils ont été remboursés par son employeur, " la Régis de l’Emploi ". Mais et la suite ?

Lorsque nous avons approché M. Amadou SAGNON, le représentant de l’employeur de la victime, il nous a rassuré quant aux mesures envisagées pour que le cas Seydou OUEDRAOGO soit "géré avec le plus grand soin".

Golleau Isidore TRAORE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 janvier 2014 à 12:16, par Ecoeuré
    En réponse à : Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

    L’absence d’assurance de ce monsieur est la conséquence de la concurrence internationale et de la recherche effrénée du profit qui ont pour résultat la dégradation de la situation sociale des travailleurs. Que Dieu lui vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier 2014 à 16:18, par Mogho ma mogho wélé
    En réponse à : Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

    On ne finira jamais t’interpeller les employeurs et les sous traitants non seulement de s’affilier à la Caisse nationale de sécurité sociale mais de déclarer honnêtement les employés qu’ils emploient régulièrement.Ils ne le font pas et pendant ce temps les employés perdent des bras ou leur vie (il y a 2 cas d’accidents mortels dont les travailleurs décédés ne sont pas déclarés à la CNSS voir le rapport à la SN-SOSUCO). C’est criminel ! Que deviennent les familles de ces derniers ?
    Si monsieur OUEDRAOGO SEYDOU était déclaré à la CNSS, il aurait eu droit non seulement à tous les soins médicaux et après consolidation, il allait avoir une prothèse faite à sa taille plus une rente vu le dégré de la blessure etc. Que Dieu le rétablisse rapidement.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier 2014 à 20:23
    En réponse à : Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

    Que c’est horrible. C’est malheureusement la precarité des emplois au Faso. Des gens qui sacrifient leur vie por leur pain quotidien, juste pour le pain quotidien, on en rencontre un peu partout au Faso. Or la logique veut que "l’homme trvail pour gagner sa vie et non la perdre".
    Beaucoup de courage au blessé et que le seigneur ramolisse le coeur de son employeur à son profit.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2014 à 11:32, par Justice
    En réponse à : Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

    Il serait bien que les agents de la CNSS retiennent les noms des sociétés citées pour y faire un contrôle et s’assurer que les travailleur restant soient déclarés à la CNSS. Triste ce qu’est arrivé à ce Monsieur. Courage et que Dieu lui vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2014 à 13:59, par Taraole
    En réponse à : Accident de travail à la SN-SOSUCO : Seydou Ouédraogo perd son bras droit

    Même si le travailleur n’est pas déclaré à la CNSS, cela ne saurait le priver d’une éventuelle réparation ! En l’espèce, il revient à l’employeur de se substituer à la CNSS en versant à la victime une rente d’incapacité.
    Toutes les prestations consécutives à cet accident sont à la charge de l’employeur qui a omis de déclarer son travailleur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés