Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

dimanche 24 novembre 2013 à 11h00min

Avant même de retenir l’eau, le barrage en gestation de Guitti, accumule les problèmes. Lancés il y a 4 ans par l’ex-ministre de l’agriculture, de l’hydraulique et des ressources halieutiques, Laurent Sedego, les travaux de sa réalisation connaissent un grand retard, malgré l’investissement de plusieurs milliards FCFA, mobilisés sur le budget de l’Etat. C’est à croire que c’est le barrage le plus titanesque.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

Guitti, localité située à une dizaine de kilomètres de Séguénéga, province du Yatenga, attend toujours son barrage. Et pour cause, les travaux du barrage sont à la traine. Des ouvriers en activité, des graviers entassés le long de la digue du barrage, une machine en plein concassage de blocs de roche. Sur le site, les travaux semblent tournés au ralenti même si pour Epilou Bamouni, de l’entreprise EBATP/GECAUMINES, le travail s’effectue 24h/24.

Mais avec le retard que connaît le chantier, la déception des populations est à la hauteur de l’euphorie suscitée lors du lancement du projet le 30 avril 2009. Le barrage de Guitti se veut un outil pour renforcer le potentiel économique de la région du Nord. Avec une prévision de 900 tonnes de riz, 3000 tonnes de légumes, 250 tonnes de poissons et de produits halieutiques, la zone de Guitti se voyait comme le grenier de la région du Nord. Le projet a pour but principal d’approvisionner en eau, la ville de Ouahigouya qui connait des pénuries d’eau pendant la période chaude du mois d’avril.

A l’Agence d’exécution des travaux eau et équipement rural (AGETEER), société d’Etat créée en 2008 et chargée de la maîtrise d’ouvrage délégué, on précise que la quantité d’eau qui sera mobilisée est très largement au-delà des besoins en eau de la ville de Ouahigouya pour les 30 prochaines années au moins. Selon elle, les calculs montrent que même en année décennale sèche, le barrage se remplit. Il n’y aura théoriquement donc pas de problème, en tout cas en ce qui concerne la disponibilité en eau au niveau de la source qu’est le barrage.

Mais hélas avec les difficultés que rencontre le projet, les objectifs peuvent-ils être atteints ? Selon l’ingénieur en génie rural, Oboudé Séré, chef du projet de construction du barrage de Guitti, l’AGETEER n’est pas responsable du retard que connait la construction du barrage. « Les retards sont liés à de multiples facteurs indépendants de l’AGETEER… », soutient M. Séré. A son avis, s’il est vrai que la réception du barrage se fait toujours attendre, cela s’explique par un certain nombre de difficultés liées à l’histoire même du projet de construction du barrage.

Un projet insuffisamment mûri ?

« L’AGETEER a en effet hérité d’un projet dont l’étude technique comportait des insuffisances et qui ne pouvait de ce fait être mis en œuvre en l’état ». Il s’est agi principalement a-t-il dit, de problèmes de fondations liés à la présence de failles souterraines susceptibles d’occasionner des fuites d’eau importantes au niveau du barrage que l’AGETEER a constaté au moment de la reprise de l’étude. « Il faut noter également des problèmes de qualité de matériaux pour la réalisation du type de digue (digue homogène) adoptée lors de l’étude initiale.

Ce problème qui se traduit par l’insuffisance de matériaux argileux de qualité, a été constaté au cours de l’exploitation de la zone d’emprunts argileux pour la construction de la digue », poursuit Oboudé Seré. Et d’ajouter qu’à titre d’exemple, la fondation devait descendre au niveau du lit mineur du cours d’eau à une profondeur de plus de 18 m dont près de 15 m en dessous de la nappe c’est-à-dire sous l’eau. « Les travaux ne pouvaient être réalisés dans ces conditions avec le matériel dont dispose nos entreprises locales.

Au regard de ces difficultés, l’AGETEER s’est vue contrainte de faire reprendre une bonne partie des études techniques afin de rendre le dossier techniquement viable et réalisable. Certaines parties de l’étude nécessaires pour finaliser le dossier et qui ne dépendaient pas des trois acteurs directs du projet que sont l’AGETEER, le bureau en charge du contrôle des travaux (CETECH CONSULT) et de l’entreprise chargée de la construction (EBATP/GECAUMINES), a malheureusement pris presque que un an avant que les résultats ne soient disponibles », indique-t-il.

Par ailleurs, il signale qu’en cours d’exploitation des zones d’emprunt pour la réalisation de la digue, l’AGETEER s’est rendu compte que les matériaux argileux identifiés en phase d’études initiales n’étaient pas tout à fait convenables pour construire une digue en terre homogène comme précédemment prévu. Ces problèmes ont eu pour conséquence la suspension du chantier pendant une longue période afin de permettre la recherche de nouvelles zones d’emprunt.

Malheureusement, ces investigations n’ont pas permis de découvrir des matériaux convenables pour la digue. « Il s’est en effet avéré qu’à plus de 10 km à la ronde du site du barrage, le matériau n’est pas de qualité suffisante pour réaliser le type de digue préconisé. Il a fallu donc adapter l’étude technique pour utiliser les matériaux disponibles sur place malgré leur qualité insuffisante », souligne M. Séré. C’est finalement en 2012 que toutes ces difficultés ont pu être surmontées avec une finition des travaux programmée en son temps pour juin 2013.

L’impact socio-environnemental, une épine

Tous les ouvrages de l’envergure du barrage de Guitti ont des impacts négatifs sur l’environnement et les populations. Si aujourd’hui l’AGETEER dit être à près de 90% d’exécution des travaux sur le site, il s’avère que le plan de gestion environnementale (qui est en cours d’actualisation) n’était pas effectif car n’ayant pas bénéficié de financement. Une situation que dénonce le secrétaire général (SG) de la mairie de Séguénéga, Noufou Traoré pour qui les travaux du barrage ont été entamés sans avoir fait au préalable une étude d’impact environnemental et social.

Cet état de fait a entrainé des conséquences fâcheuses pour les populations riveraines telles que les inondations de 2012. « Notre objectif, c’est de construire le barrage mais pour les aspects environnementaux, il n’y avait pas de financement. Si une étude environnementale a été réalisée en 2007, il fallait la réactualiser, et c’est ce qui est en train d’être fait actuellement par le ministère des Infrastructures et du désenclavement (MID).

Mais pour le moment, les résultats de l’étude environnementale ne sont pas encore disponibles », réplique Oboudé Séré. Or l’impact environnemental (pour ce qui de Guitti) prend en compte trois aspects : l’eau potable (barrage), les canaux de conduite d’eau vers Ouahigouya, la nationale 15 (route Ouahigouya-Séguénéga) qui devrait être coupée car se trouvant en amont du barrage.

En effet, il y a lieu de trouver une solution pour la déviation de la route nationale N°15 reliant Séguénéga à Ouahigouya dont les risques d’inondation ont été confirmés par les différentes études hydrologiques du projet. Il faut également ajouter des difficultés liées au transport de certains matériaux et l’évolution de leurs coûts, confie Epilou Bamouni, de l’entreprise EBATP/GECAUMINES qui a en charge les travaux à Guitti. Par exemple, l’entreprise déclare-t-il, est contrainte d’aller chercher du sable à plus de 170 kilomètres.

A l’AGETEER, on estime que le barrage faisant 44 millions m3, une grande superficie de terre sera inondée et ce sont une dizaine de villages qui se retrouve dans la cuvette du barrage. Après le barrage dans son aspect purement infrastructurel, il faudra envisager la mise en eau du barrage qui se situe sur le fleuve Nakambé encore appelé Volta blanche. Mais on n’en est pas encore là, le plan de gestion environnemental n’étant pas encore disponible. Après la mise en eau, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) devrait procéder à l’installation d’une station de pompage.

Selon Hamado Ouédraogo, directeur des investissements et de la planification, il s’agira dans le cas du barrage de Guitti, de faire le traitement de l’eau sur place avant le transport par des conduits vers la ville de Ouahigouya. Ce dispositif répond au souci de faire bénéficier les populations locales de l’eau potable. L’ONEA, en réalité, intervient dans la 3e composante du projet, à hauteur de 16 milliards de FCFA et compte sur le financement de la Banque islamique de développement (BID) qui ne sera acquis qu’à l’accomplissement de certaines conditionnalités (effectivité de l’étude environnementale).

Et même si ces conditionnalités sont satisfaites et le financement acquis, l’ONEA ne pourra être au rendez-vous de l’alimentation de la ville de Ouahigouya qu’au bout de 2 ans. «  La composante en eau potable consiste en une prise d’eau dans le barrage pour transporter vers une station de traitement qui sera construite à l’aval sur la rive droite du barrage. De la station de traitement, il est prévu la construction d’une bâche d’eau claire, d’eau traitée, d’une capacité de 650 m3. A la sortie de cette bâche, il est prévu la construction d’une station de refoulement qui va conduire l’eau d’une part vers la ville de Séguénéga et d’autre par vers la ville de Ouahigouya.

Sur la route menant vers Ouahigouya, 29 villages seront desservis. Pour que l’eau aille de Guitti à Ouahigouya, il y a une conduite fonte de 300 m2 qui va être posée. Il faut aussi une ligne électrique de 14 km qui reliera le site de traitement à Séguénéga ». explique le directeur des investissements et de la planification de l’ONEA, Hamado Ouédraogo. Il poursuit en affirmant qu’il y a aussi le volet château d’eau sur lequel l’ONEA a anticipé par la réalisation d’un château à Ouahigouya.

La composante eau potable devrait coûter environ 16 milliards de FCFA. L’ONEA a comme part contributive, la construction du château d’eau et de la station de pompage, soit une valeur de 6 milliards de FCFA. Pour la conduite de l’eau de Guitti vers Ouahigouya, d’un coût de 8 milliards de FCFA, l’ONEA est toujours à la recherche de fonds auprès de la Banque islamique de développement (BID).

Mais la mise en eau du barrage et le plan de gestion environnementale reste une des conditions de financement de la BID. « Si les conditionnalités sont levées et le financement acquis, au bout de 2 ans, nous pensons pouvoir être au rendez-vous  », dixit Hamado Ouédraogo. La procession vers l’eau potable s’annonce donc longue et endurante pour les populations de Guitti.

16 villages en voie de disparition, des terres cultivables non épargnées

En attendant de voir le bout du tunnel, dans la cité de Naba Kango, tout comme à Séguénéga, certains observateurs lient le retard dans l’exécution du barrage à un manque de volonté de l’Etat de débloquer les fonds. Mais qu’en est-il des villages et des populations situées sur le lit du barrage ? Avec la construction du barrage, ce sont au moins 16 villages qui sont menacés de disparition parmi lesquels les villages de Gninbsé, Ramsa, Wonko ,Guitti, Goubré, Kandigua et Gouroungo.

Des milliers de pieds de manguiers, de goyaviers, de baobab et d’autres arbres vont disparaitre. Les terres cultivables ne sont guère épargnées. «  On nous a sommés de quitter nos champs cette année parce que nous sommes au bord du barrage. Nous avons demandé qu’on nous permette au moins de cultiver cette saison. Nous nous sommes finalement compris sur cette base. Mais, nous sommes très inquiets quant à notre avenir. Nous sommes dépossédés de nos terres cultivables et de nos domiciles alors que nous n’avons pas encore les mesures d’accompagnement », affirme Amado Ouédraogo, un habitant de Roffo.

Avant même la fin des travaux, le village de Roffo, situé au cœur du futur barrage depuis plusieurs décennies a déjà été victime d’inondation au cours de la saison pluvieuse en 2012, nous confie Yacouba Ouédraogo, 1er adjoint au maire de Séguénéga. Et d’ajouter que les nouveaux sites d’installation font l’objet de bagarres entre autochtones et allogènes.

Le gouvernement burkinabè aurait promis de dédommager le plus tôt possible tous les déguerpis. Plus de quatre ans après, les populations sont lassées d’attendre. La plupart d’entre elles ne savent plus à quel saint se vouer et commencent à douter de la bonne foi des autorités. Pire, en 2012, elles ont menacé de bloquer les travaux si leur sort n’est pas examiné rapidement.

Pour l’AGETEER, le déguerpissement des populations fait partie des impacts négatifs qu’on ne peut malheureusement pas éviter dans ce genre de travaux. Ainsi, les habitations et infrastructures qui sont dans la cuvette du barrage et sur l’emprise immédiate des travaux seront touchées. Un recensement a été déjà fait dans ce sens et les populations sont informées.

Une actualisation du recensement a été faite en juin 2013 pour tenir compte de l’évolution sur le terrain. A ce jour, seules les populations sur l’emprise des travaux (environ 150 personnes) ont été touchées et provisoirement relogées. Des concertations avec elles ont permis de les recaser sur un autre site. «  Il ne s’est pas agi d’un dédommagement à proprement parler mais d’un léger appui pour leur permettre de reconstruire d’autres logements en attendant qu’une solution définitive soit trouvée par les autorités pour l’ensemble des populations concernées », précise Oboudé Séré.

Par ailleurs, ce dernier affirme qu’il est difficile de donner une date sur la fin des travaux étant donné que le plan de gestion environnementale et sociale commandité n’est pas encore prêt. Des propos pris à contre pied par Epilou Bamouni de EBATP/GECAUMINES qui estime que d’ici le mois de novembre 2013, l’ouvrage pourrait être terminé. Une échéance, puis une autre ; c’est à cette cadence que se construit ce barrage.

Souleymane KANAZOE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 novembre 2013 à 20:14, par Powerful
    En réponse à : Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

    Ca toujours été comme ça. Quand chacun veut profiter construire son étage et s’acheter une grosse caisse, les travaux ne peuvent pas bien s’achever dans le délai. Les pauvres populations peuvent prendre leur mal en patience.
    Ces mêmes cas se produisent lors de bitumage de certaines routes.on prend les milliards et on bacle les travaux et 1 an apres la livraison, la catastrophe. Dieu vous voit.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2013 à 20:52, par Powerful
    En réponse à : Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

    Ca toujours été comme ça. Quand chacun veut profiter construire son étage et s’acheter une grosse caisse, les travaux ne peuvent pas bien s’achever dans le délai. Les pauvres populations peuvent prendre leur mal en patience.
    Ces mêmes cas se produisent lors de bitumage de certaines routes.on prend les milliards et on bacle les travaux et 1 an apres la livraison, la catastrophe. Dieu vous voit.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2013 à 08:02
    En réponse à : Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

    Finalement, on a mis la charrue avant les boeufs pour ce projet de barrage. Quand la folie des grandeurs est dans la tête de nos ministres, il faut s’attendre à ce mauvais travail. Merci Laurent Sedogo qui a laissé un futur éléphant blanc à ces successeurs. Comment comprendre que l’étude d’impact ne soit pas faite avant ? qui est responsable de la mauvaise qualité de l’étude technique ? Au final, on n’est même pas sûr que la production agricole ne va pas baisser si les terres de 10 villages sont concernés et, donc, noyée dans l’eau contre une prévision de 900 tonnes de riz et des légumes.
    Quelle sera la longévité de cette digue si la qualité des matériaux est médiocre ? Bref, nos ingénieurs travaillent comme nos artisans dans le secteur informel parce que nos politiciens sont plus préoccupés par le gombo des marchés juteux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2013 à 08:16, par Lay’e
    En réponse à : Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

    Si j’ai bonne mémoire, il y a aussi le barrage de Ganzourgou (Gourcy) qui est toujours resté sec jusqu’à présent et qui constitue un nid de serpents au niveau même de la digue. Alors, je me demande jusqu’ou les bailleurs de fonds vont avoir pitié des braves populations ? Vous financez des projets au profils de qui ? Population du Yatenga , Le mal et sa solution se trouvent sous les fentes de vos talons du courage !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2013 à 10:19, par mytibketa
    En réponse à : Barrage de Guitti : quatre ans de travaux sans fin

    De manière récurrente ; la construction des barrages se heurte à l’éternel problème d’insuffisance des données de base notamment la nature géologique des terrains . Pourtant il y a dans ce pays une telle masse de données et de compétences à même d’éviter ces errements techniques. Mais voilà nous sommes au Burkina et entre les pots de vin , le désir de placer son bureau d’étude ou son bureau de suivi des travaux font que les médiocres et les larbins finissent par faire leur trou dans ce milieu. Conséquence on assiste à des études complémentaires et des avenants qui grèvent le cout de réalisation des ouvrages. Il ne faut rien dire car on dira que vous êtes jaloux. Non seulement on ne respecte pas le dimensionnement de l’ouvrage que l’on revoit à la baisse pour mieux payer les intermédiaires , mais les objectifs initiaux n’intéressent personne sauf les prétendus bénéficiaires qui n’auront ni terre ni eau pour produire .Cette manière de faire fait parti de la mal gouvernance pour laquelle il faudrait qu’ensemble ,nous luttions sans relâche pour atténuer ses méfaits sinon ce ne sont pas les barrages qui vont céder c’est le pays qui va couler .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés