Inondation à l’hôpital Yalgado : Des désagréments, mais pas de grands dégâts matériels

lundi 30 septembre 2013 à 23h25min

Une pluie s’est abattue sur la ville de Ouagadougou dans l’après-midi du lundi 30 septembre 2013 et a provoqué l’inondation de l’hôpital Yalgado Ouédraogo. Il n’y a pas eu de grands dégâts matériels, mais des désagréments ont été enregistrés chez des malades.

Inondation à l’hôpital Yalgado : Des désagréments, mais pas de grands dégâts matériels

Après une pluie d’environ trois heures d’horloge qui s’est abattue sur la ville de Ouagadougou, le lundi 30 septembre 2013, l’hôpital Yalgado Ouédraogo s’est retrouvé inondé. Il n’y a pas de grands dégâts matériels, mais on déplore quelques désagréments. A notre arrivée sur les lieux, le personnel était à pied d’œuvre pour débarrasser les parties encore inondées, des eaux.

Approché, le Dr Ibrahim Séré explique la situation : « On était enfermé, on ne savait pas qu’il y avait une forte pluie. Et subitement, on a constaté que l’eau nous envahissait ». L’eau atteignait les genoux, a-t-on, appris. Les lieux les plus touchés, selon les explications du directeur général du CHU-Yalgado Ouédraogo, Robert Sangaré, sont les urgences pédiatriques, le laboratoire biologique, la médecine nucléaire, la grande réanimation et ses alentours. « Nous avons dû nous mobiliser pour faire face à la situation. Les autorités sont venues nous apporter leurs concours. Vous êtes venus à un moment où l’eau est vraiment partie, sinon l’eau était sérieusement rentrée surtout dans les services d’urgences », a-t-il confié.

Il a poursuivi que l’hôpital subit les conséquences du bouchage des caniveaux de la rue 381 de l’Avenue Kumdayoonré, avec toutes les installations qui se sont faites des deux côtés de la voie. Pour Robert Sangaré, si cette situation est encore d’actualité, c’est à cause de la lenteur des procédures engagées depuis 2009 pour déboucher les caniveaux extérieurs. En effet, il a indiqué que le 24 juillet 2012, le CHU avait connu le même problème d’inondation.

Le directeur général de l’hôpital Yalgado a fini par rassurer que le ministre de la Santé qui est passé à l’hôpital pour faire le constat, a pris aussitôt des mesures. De concert avec son homologue du ministère de l’Economie et des Finances, la question des travaux concernant l’ouverture des caniveaux à l’intérieur et la procédure d’attribution du marché vont être accélérés pour que les travaux puissent commencer d’ici à la semaine prochaine.

Bakary SON
Somborigna Djélika DRABO

Sidwaya

Messages

  • voila plus de quatre ans que le 1er septembre est passé par là. on constate que le chuYO est devenu plus vulnérable. tous les projets annoncés pour le rebattir sont rester sans suite. on est dans un pays où les dirigeants sont devenus des pompiers au lieu d’ètre des"gouvernants".

  • depuis 2009 , on tergiverse, il faut que les financiers acceptent travailler en urgence comme à l’ hôpital. et les caniveaux promus ? ca ayez où ?, l’eau ne connait pas vos procedures

  • Pourquoi attendre que des problèmes surviennet pour réagir vite. Sacré Burkina Faso. Depuis 2009, on savait ce qu’il fallait faire. Il y a de l’argent budgétisé pour ça. On attentd que qu’il ait un problème pour accélerer les choses. ça devrait être fait avant l’hivernage. Les décideurs pensaient jouer avec le temps pour ne pas débloquer l’argent et voilà que dame nature dit non.

  • Malgré le 1er septembre 2011 et toutes les mesures qui nous avaient été annoncées nous en sommes encore là ? Vivement que des solutions définitives soient trouvées ç ce problème d’inondation

  • C’est malheureux pour les autorités du Burkina Faso,il faut toujours attendre que le problème vienne avant de commencer à chercher des solutions. c’est très décevant pour moi, en tan que Burkinabé que le problème de l’hôpital reste toujours sans suite. Pourquoi, nos dirigeants Africains ne veulent pas prendre la décision de moderniser nos hôpitaux où ils peuvent eux même se soigner au lieux d’aller remplir les caisses des autres pays et du coût leurs population en bénéficieront. j’interpelle le chef de l’Etat, Blaise Compaoré de prendre le problème de nos hôpitaux au sérieux. Il n’a cas avoir juste peur de Dieu et résoudre ce problème une fois pour tous. je pense que s’il investie 30 milliard dans nos hôpitaux, cela fera une garantie de plus d’un quart de siècle ( + de 25 ans). N’est ce pas un bon investissement pour la population Burkinabé qui ne vous oublierons pas pour cela. Investissons utilement. merci

  • Voilà pourquoi nous disons qu’il faut sursoir à ce machin de sénat et resoudre tous ces problèmes avant d’y penser. Sinon nous ne sommes pas contre ce truc de sénat. Voilà une priorité où l’argent d’une année de fonctionnment du sénat peut resoudre facilement. Et comme vous ne voulez pas comprendre cela, vous nous traitez d’ennemis de la republique, nous qui ne voulons pas de ce machin pour le moment. Soyons au moins raisonnables une fois dans notre vie pour nous occuper de nos problèmes réels. Quand on est pauvre, il faut savoir utiliser le peu qu’on a, le peu qu’on nous donne. A bon entendeur, Hello !

  • C’est vraiment malheureux tout ça. Les priorités du Burkina Faso, ce n’est pas le Sénat mais c’est bien la sante, l’éducation, le coût de la vie !!! Alors de grâce prenez et travaillez dans ce sens, car j’ai comme l’impression que vous, les dirigeants de ce pays ne savez pas encore, après plus de 25 ans, quoi faire ni comment faire !!!

  • ah ! encore ce problème il va falloir agir avant que le malheur n’arrive,chaque fois le médecin après la mort,c’est vraiment inamissible que l’hôpital soit inonder il faudra battre le fer quand il est chaud sinon nous allons tous perir un jour avant que les bonnes volontés n’arrivent ,

  • A quand le déménagement annoncé depuis tant d’année

    • Le Sénat encore ? Pourquoi pas Blaise pendant qu’on y est ! Des nuls ne font pas leur travail : il faut les identifier et les interpeller, à défaut les punir (qu’ils supportent tous les frais de réparation !).
      Laissons les autorités tranquilles et faisons notre boulot ! Arrêtons cette culture de gros bébés qui pleurent tout le temps ! Il faut que les syndicats nous fassent moins de marches, moins d’injures et plus d’éducation, de formation et d’actions exemplaires ! Mobilisation des syndicats de la santé pour sauver l’hôpital serait plus citoyen ! Si les malades rapportaient, l’opposition se serait mobilisée comme pour les étudiants qui ont brûlé les voitures de l’état !
      Merci à ceux qui travaillent déjà à cela ! En avant !

    • désolé de te contredire mais le poisson pourrit toujours par la tête en premier.

    • Ayons un minimum d’honneteté tout court. Encore une autre inondation qui touche ce qu’il y a de plus précieux pour le Burkina : l’hôpital universitaire Yalgado. Combien faudra-t-il d’inondations et de dégâts des eaux pour qu’enfin les autorités du Burkina ( avec à leur tête le président du Faso), prennent la bonne décision de fermer transitoirement cet hôpital pour réaliser les trvaux de reconstruction nécessaire ? Comment comprendre l’immobilisme et le manque d’anticipation des autorités politiques de ce pays concernant ce simple volet de la protection de ce grand hôpital contre les inondations récurrentes ? Imaginez que l’hôpital national blaise compaoré est entrain de moisir dans la rouille faute de fréquentation par les patients (nombreuses infrastructures inoccupées, matériels médico-techniques de dernière génération à l’arrêt, personnel en chomage technique...) ? Pourquoi ne pas transférer transitoirement l’hôpital yalgado vers les batiments inoccupés de l’hopital blaise compaoré ? S’il vous plait, personnes de bonne foi, de bon sens sens, ouvrez les yeux des dirigeants aveugles du Burkina. ...

    • Pose-toi bien la question : pourquoi des nuls ne font pas leur travail ? La faute à qui ? C’est la faute à ces mêmes autorités que tu semble défendre farouchement.
      Tout se tient de façon logique dans ce système totalement pourri ; la responsabilité de cette situation honteuse incombe aux autorités sanitaires, au gouvernement et donc à Blaise qui ne se préoccupe guère du quotidien des burkinabè ! Ne vous en déplaise !

  • depuis 2009 , on tergiverse, il faut que les financiers acceptent travailler en urgence comme à l’ hôpital. et les caniveaux promus ? ca ayez où ?, l’eau ne connait pas vos procedures

  • ......"Le directeur général de l’hôpital Yalgado a fini par rassurer que le ministre de la Santé qui est passé à l’hôpital pour faire le constat, a pris aussitôt des mesures"
    Quelle type de mesures a t-il pris ?

  • L’argent du senat peut servir à resoudre les problèmes de nos hopitaux qui sont delaissés. Le pouvoir navigue à vue sinon après les inondations du 1er septembre 2009, ce problème devrait être resolu mais ils sont là à se pavaner pour dire que le pays est emergent en realité le pays est immergent

  • c’est simple : réoccuperons notre hôpital dénomme Blaise Compaoré pour le peuple. Puisqu’il s’agit d’un empreint que les peuples burkinabè doivent rembourser pendant plusieurs décennies. même s’ils ne nous disent pas. Pour nous dire dans quelques année que le Faso est endetté. hors il s’agit d’une minorité qui se..... bref !!!!!!

    • Il conviendrait aussi de récupérer la clinique souka dont on s’est approprié alors que c’est le fruit d’une coopération inter-étatique et devrait se trouver sous la coupe du ministère de la santé.

  • Le ministre de la santé se comporte comme le médecin après la mort. Si en 4 ans, on a été incapable de prendre des mesures idoines pour faire face aux inondations, c’est qu’il y a un grave problème de mal gouvernance qui perdure depuis des années. Et, dire qu’il y a encore des inconditionnels de Blaise pour qu’il continue après 2015 à croire qu’ils sont des inconscients pour l’avenir de ce pays. Décidément, le Burkina est tombé bien bas et on préfère hypothéqué l’avenir en gaspillant de l’argent pour le sénat en vue de modifier l’article 37.
    J’ai vu les images à la télé du 13 heures, c’est TRISTE ET PITOYABLE POUR UN PAYS QUI VEUT EMERGER.

  • de mésures en mésures ;et le phénomène se repète. c’est évident ils ne se soignent pas à yalgado. imaginez kelkun en réanimation et entre temps on voit de l’eau à la hauteur du lit. yalgado est très dépassé ; construisez un autre chu au lieu de senat. il faut reconnaitre k ’on est sincèrema fatigué

    • Comme si nos autorités s’étaient trompés de la combinaison de 5 lettres. La priorité est à la SANTE et non au senat

  • on a pas besoin d’être ingénieur pour savoir ce qu’il faut faire pour éviter ce genre de problème. il suffit d’arriver pour voir les aménagement à faire qui sautent à l’œil.c’est aussi simple que ça.
    et franchement l’hôpital peut faire construire ces caniveaux sur fond propre mais comme c’est public ils diront toujours qu’ils ont rien.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés