« Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

mercredi 18 septembre 2013 à 23h43min

La Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) et le Service d’information du gouvernement (SIG) proposent désormais aux burkinabè un face –à- face gouvernement-citoyens. Co-animée par trois journalistes dont un de la presse privée, la première de cette émission « Dialogue avec le gouvernement » avait comme invité le premier ministre Luc Adolphe Tiao. Ce 17 septembre 2013 entre 21h et 23h, le chef du gouvernement a répondu autant qu’il a pu, aux questions des animateurs de l’émission mais aussi à celles des téléspectateurs et auditeurs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

« Dialogue avec le gouvernement  » traduirait la volonté de l’exécutif burkinabè de rendre compte et d’instaurer plus de transparence dans les actions entreprises. Ainsi, à tout seigneur tout honneur, dirait-on, puisque c’est le chef du gouvernement qui a inauguré l’émission.

Une bonne dizaine de ministres ont fait le déplacement de la télévision nationale pour l’assister. Luc Adolphe Tiao a tour à tour, abordé les questions politiques, d’éducation, de jeunesse, de civisme, des grands chantiers du développement, de sécurité, de politique internationale… Bref, aucun sujet n’était tabou. Et les deux heures (21h-23h) qu’a duré l’émission ont semblé bien trop courtes.

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, l’invité du jour a pris connaissance de l’avis des burkinabè sur les mesures prises par le gouvernement pour atténuer les effets de la vie chère et améliorer les conditions de vie. Ce, à travers, un micro-trottoir. Dans l’ensemble, s’ils apprécient positivement l’initiative, beaucoup la trouve minimaliste. Ce qui ne surprend pas, du reste, Luc Adolphe Tiao qui déclare : « je n’ai jamais vu une augmentation de salaire applaudie dans ce pays ».

Puis, il estime que le gouvernement a entrepris ses actions en fonction des moyens dont le pays dispose. Tout en précisant que la prise de ces mesures n’a aucun rapport avec le débat houleux sur le processus de mise en œuvre du sénat. «  Cette décision n’a absolument rien à voir avec le sénat », a-t-il soutenu.

A plusieurs reprises, le chef du gouvernement a rappelé que «  le gouvernement travaille pour l’ensemble des burkinabè  », tout en précisant que « nos ressources financières sont très limitées  ». C’est pourquoi, il invite les burkinabè à être patients.

Le sénat ne va pas ébranler le Burkina

Reconnaissant les discriminations et iniquités dans les indemnités allouées aux agents de la fonction publique, le premier ministre soutient que son gouvernement travaille « pour aller vers une grille indemnitaire plus juste  ». Il a par ailleurs salué l’esprit de dialogue accepté par les syndicats.

Comme il fallait s’y attendre, la question du sénat a occupé une part importante de l’émission. Soutenant la position selon laquelle cette 2e chambre permet de renforcer la démocratie dans notre pays, Luc Adolphe Tiao soutient qu’il « faudrait qu’on accepte que nous sommes dans une démocratie ».

Mieux, il estime que c’est la « minorité » qui s’oppose à la mise en place du sénat. S’appuyant sur le fait que le CDP et ses alliés soient majoritaires aussi bien à l’Assemblée nationale qu’au sein des conseils municipaux. Qu’à cela ne tienne, il ne voudrait pas que « cette institution soit créée dans une sorte de haine  ».

C’est pourquoi, le dialogue devrait se poursuivre avec « ceux qui veulent dialoguer ». Tout en qualifiant les arguments avancés par l’opposition « d’arguments de campagne politique  », le premier ministre soutient : « nous n’allons pas imposer le sénat ». Il se dit convaincu que « nous n’allons pas ébranler le pays pour le sénat  ». Par ailleurs, le PM s’est dit satisfait du fait que l’ADF-RDA accepte la nouvelle forme du sénat proposée par le comité de suivi et d’évaluation des mesures consensuelles du CCRP.

Du prix du loyer

L’une des questions qui préoccupaient particulièrement les téléspectateurs et auditeurs de cette émission, c’est sans conteste la question des loyers. Une question qui fait appel à plusieurs réflexions. « Si les revenus des populations augmentent, il est normal que les commerçants augmentent les prix  », reconnait le premier ministre qui estime tout de même qu’il faut éviter les augmentations disproportionnées et injustifiées. Des discussions seraient en cours pour réglementer cette question sensible. « Les négociations sont en bonne voie pour le loyer, nous attendons…  », a-t-il précisé.

Dans le secteur de l’éducation, le chef du gouvernement annonce que 14 milliards sont mis à la disposition du ministère des enseignements secondaire et supérieur pour achever les infrastructures au niveau des universités. Ce montant devrait permettre de résoudre des « problèmes conjoncturels  », a estimé le PM. 

L’augmentation de 25 000f pour l’aide et prêt FONER pousse les téléspectateurs à demander pourquoi la bourse n’a pas connu d’augmentation. « Aujourd’hui, nous n’avons pas les moyens d’augmenter le nombre de bourse. C’est difficile de l’envisager  », soutient le chef du gouvernement.

A quand l’ouverture des cités et restaurants universitaires ? C’est le CENOU et le ministère des enseignements secondaire et supérieur qui doivent se concerter pour décider de la réouverture des cités universitaires, lance-t-il.

« On n’a besoin de s’amuser »

Soutenant que les fonds mobilisés pour célébrer le 11 décembre pourraient servir à résoudre les questions de l’éducation, le PM pense que : «  on n’a besoin de s’amuser. Ça renforce la cohésion sociale. Imaginez qu’on ferme toutes les bonnes boites de nuit à Ouaga ! », déclare-t-il.

Abordant les questions de sécurité, Luc Adolphe Tiao soutient qu’entre 2011 et 2013, l’Etat a débloqué 12 milliards pour contribuer à résoudre les questions de sécurité. Comme quoi, la question de l’insécurité constitue une préoccupation majeure pour le gouvernement. « Ce n’est pas facile, mais nous allons continuer à investir pour assurer la sécurité de nos citoyens  ». Par ailleurs, il invite les citoyens à faire confiance à la justice et surtout éviter de se faire justice eux-mêmes. « Je regrette le fait que certains opposants encensent l’incivisme  », a-t-il dit.

Le procès Guiro en Octobre ?

Sur la question de justice, l’affaire Guiro, l’ex-DG des douanes ne pouvait être occultée. Le PM annonce le procès probablement pour le mois d’octobre 2013. Toujours dans les questions en rapport avec la corruption, le PM était emmené à apprécié le dernier rapport du REN-LAC qui estiment que les membres du gouvernement viendraient en tête des présomptions de corruption. « Non, je ne partage pas ce point de vue. (…) Que le REN-LAC nous dise quel membre du gouvernement est corrompu  », se défend le chef du gouvernement.

Le Burkina avance surement…

Cette émission « dialogue avec le gouvernement  » a permis d’aborder plusieurs autres points, notamment les projets pôles de croissance, l’opération 100 000 charrues promis par le chef de l’Etat, les problèmes d’électricité, la gestion des parcelles. Même si Luc Adolphe Tiao pense que « le Burkina Faso avance surement  », il avoue tout de même : « Je ne pense pas qu’il y aura un moment où on n’aura pas de délestage  ». Mais, des mesures sont prévues pour les minimiser, à travers la combinaison de plusieurs solutions ((groupes, interconnexions, énergie solaire, construction de centrales…).

Se prononçant sur l’après 2015, Luc Adolphe Tiao s’est dit confiant sur l’avenir du Burkina. Le prochain « dialogue avec le gouvernement » se tiendra dans un mois, avec un des ministres du gouvernement Tiao. Co-animée par Adjima David Thiombiano (TNB), Prosper Da (radio Burkina), Edmond Coulibaly (Impact TV), cette émission permet également aux téléspectateurs d’adresser leurs questions au gouvernement en appelant au 50 31 83 53 ou aux adresses mail suivantes avant 18h 00 : infosig.bf@gmail.com, infos@rtb.bf.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 septembre 2013 à 22:37, par Manes5
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Si les revenus des populations augmentent il est normal que les commerçants augmentent les prix. Les commerçants payent t-ils plus chers les produits qu’ils vendent aux populations lorsque les revenus de celles-ci augmentent ? Cela veut dire qu.on est dans un cercle infernal qui tourne comme une roue qui ne s.arretera jamais. Donc aucun impact sur le panier de la ménagère . Baissez donc les prix et épargner nous des ces augmentations qui n.apportent rien au finish

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre 2013 à 23:52, par Moimeme
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    je suis ahuri ! donc le premier ministre estime que c’est normale que les commerçants augmentent les prix si les salaires augmentent ! En ce moment a quoi auraient servi ces augmentations ? Et pour le premier ministre il faut depenser des millards juste pour "s’amuser" alors que de nombreuses préocupations sociales sont en jeu. Il aurait pu trouver une justification plus crédible aux dépenses du 11 décembre. Tout ca me convainc que nos dirigents se préocupent très peu du bien être du peuple.

    Répondre à ce message

    • Le 19 septembre 2013 à 13:43, par explicateur
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      tu n’as pas compris ce que le ministre a voulu faire comprendre. C’est pour dire de décompresser. Ce n’est pas aujourd’hui on va mettre fin a tous nos probleme. dc il faut un temps soi peu oublier nos soucis et faire place à la joie.

      Répondre à ce message

      • Le 19 septembre 2013 à 15:21, par PitiéBurkina
        En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

        Mon cher, 14 milliards à dépenser pour le 11 décembre à dori. Sans oublier que dans chaque région il y aura fête donc des millions qui cumulés pourraient atteindre le milliard sinon plus : tout cela pour décompresser alors que des burkinabés vont mourir au cours de ce même mois de décembre faute d’équipements ou de soins médicaux convenables. Ces victimes n’ont elles pas le droit de décompresser ? leurs parents vont-ils décompresser avec vous ?

        par ailleurs, il serait bien que les ministères de l’urbanisme et celui des finances fassent le point pour connaitre le taux d’occupation des maisons construites à la faveur de ce 11 décembre. Je suis sûr que les vrais résultats ne pourront pas être publiés vu le gâchis...
        continuer à décompresser...

        Répondre à ce message

        • Le 19 septembre 2013 à 22:22, par Assciation des Amis de BLAT
          En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

          Ce sont des mauvais esprits comme vous qui n’ont rien compris à la logique du développement.
          L’argent qui sera depensé à dori entreprises burkinabé qui font faire le travail et c’est burkinabé qui en seront bénéficaires financé par le budget du burkina faso.
          c’est parceque les dirigeants de certains pays comme le Mali n’ont pas su faire pour donner aux ressortissanst de certaines zones qu’ils sont délaissés par les autorités Bamako.
          Comme on le dit nul n’est prophète chez soi mais Il faut avoir le courage de reconnaître que nos autorités ont eu la clairvoyance de voir grand et d’anticiper malgré nos maigres ressources.
          Comme pour plagier un célèbre slogan cher à une entreprise expatriée nous pouvons affirmer sans le risque de nous tromper que NOTRE GOUVERNEMENT TRAVAILLE POUR NOUS.

          Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 01:02, par AD
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Correction ! Si les revenus des salaries augmentent. Il ya combien de salaries au Burkina Faso ? Plus de 80% de la population vivent d’agriculture de subsistance. La majorité des salaries subviennent aux besoins de la majorité de leur membres de famille vivant dans une pauvreté notoire. L’augmentation par les commerçants pénalise plus la majorité de la population burkinabé constituée de débrouillards. Dans ce cas, pas d’augmentation des revenus des salaries mais une baise de prix de tout les produit de première nécessiteux. Utiliser l’argent de l’augmentation pour subventionner ces produits. Mettez une loi en place avec tous les instruments nécessaires pour son application à courte et longue terme. Que fait vous de l’aide extérieur ? Continuer à nourrir des chats gras ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 03:45, par BURKINA2016
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Le PM annonce le proces de Mr GUIRO probablement pour le mois d’octobre.Donc incertain puisque c’est une question de probabilite ? Pourtant le denouement de ce dossier nous situera sur la credibilite et l’independance de notre appareil judiciaire et au dela de la volonte tant pronee par nos autorites de lutter contre la pandemie de la corruption dans notre pays. Mefiez vous de la partie invisible de l’iceberg.le peuple ne dort pas et ne dormira plus.l’aspiration a une paix durable n’est pas le fait de rhetoriques pronant la patience au peuple mais la concretisation des promesses a lui, faites.j’ai jusqu’a present l’impression que nos autorites sous-estiment la force incarnee par le peuple et ce n’est pas bon signe.le peuple qui se bat fut-il minoritaire fera indeniablement l’aube d’un BURKINA meilleur car quel que soit la duree de la nuit le jour finit par se lever.Wait and see...

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 05:10, par positif
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    ecouter il a fait la par des choe arretr vos reaction negatives vs ne voyez rien en positif.jai bien suivi cela il a expliquer.je suis ni dn un partit ni politicien.je veux la paix pour mon pays.

    Répondre à ce message

    • Le 19 septembre 2013 à 13:45, par le révolutionnaire au FASO
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      Chèr frère ’posittif’ tu vois mal par ce que tu n’a pas l’éveil util pour analyser. TIAO commence à marquer négativement les Burkinabé. Comment un gouvernant peut décourager ,désesperer un citoyen sur la probabilité de voir une amélioration de ses conditions de vie.
      1. Pour Tiao les résources sont limiter poutant il faut s’amuser avec ce peu qu’on a.
      2.Il fo q les commerçant profitent des muettes qu’on nous jètte,Sachant le gouvernement est en mème temps le commerçant.
      3.Pour le PM il fo accèpter l’injustice dans la rémuneration des agents servant le mème pays dans les même conditions
      4. Il fo patienter dan la faim, dans l’injustice,dans l’ignorance. ..et laisser le riche exploiter lepays (peuple), nuir à l’avénir de la jeunnesse en les poussant au chomage
      .......
      .........
      Il n’est pas forcer de défendre une politique tordue que soit mème on ne comprend pas .

      Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 05:11, par Toto
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Comme le disait Thom Sank, la bible ne peut pas être lu de même façon par l’oppresseur et par l’opprimé . De même si la patience pour M. Tiao signifie accordez nous encore 1 mois, 1 an, 30 ans pour que nous continuons de remplir nos cantines, envoyer nos enfants a l’extérieur étudier afin qu’ils reviennent vous opprimer. Pour le commun des burkinabés, cette patience signifie, ne pas envoyer son enfant a l’école, ne pas manger à sa faim, ne pas pouvoir se soigner.
    De quelle patience parlés tu ? Nous le sommes depuis 26 ans

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 06:28
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Luc Adolphe Tiao qui déclare : « je n’ai jamais vu une augmentation de salaire applaudie dans ce pays ». c’est tous simplement que ce n’est que 4 ou 5% qui nous donne en général 4000 ou 5000 F de plus sur le salaire du burkinabè moyen, et le lendemain les commerçants augment le prix des denrées... le jour que vous ferez une augmentation de 50% vous verrez qu’on vous applaudira « nos ressources financières sont très limitées Alors pourquoi vouloir instaurer un sénat budgétivore

    Répondre à ce message

    • Le 19 septembre 2013 à 10:29, par leburkinabè
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      j’ai l’impression que le PM n’a plus ses pieds sur terre ou prend tout le monde pour des analphabètes si bien que je demande s’il n’a pas eu de promotionnaires quand il était sur les bancs.
      Sinon s’il dit :"quand les salaires augmentent c’est normal que les commerçants augmentent", cette phrase signifie koi ? L’augmentation des salaires est-il en rapport avec le prix des d’achat des produits pour les commerçants ? Et la patience est pour kan ? En outre la discrimination sur le plan salarial entre fonctionnaires de l’Etat a trop duré. Où sommes nous avec le nouveau concept du management des ressources humaines selon lekel à diplôme égal, salaire égal ?
      En outre si on sait que les ressources du pays limitées nous devons arrêter les gaspillages surtout sur en creant des institutions budgetivoires ou en dissolvant celles ki existent déjà. Nous sommes au drap de beaucoup de choses maintenant ,hein. Hahaha

      Répondre à ce message

    • Le 19 septembre 2013 à 13:40, par 40 !
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      Le débat du PM est loin du direct c’est de l’indirect car il esquissait les questions.
      Les délestages sont notre quotidien Monsieur le PM et cela nous fâche car on ne peu se développer sans électricité. Arrêter de nous comparer à ces mauvais exemples qui vous complaises. Comme vous êtes en boue de solution, détaxé les accessoires de l’énergie solaire pour les alimentation domestiques (4néon 120Ah et 1TV 42’’) au profit des Burkinabés pendant 5ans.

      Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 14:22
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      M le 1er ministre, quand votre prédécesseur Tertuis a augmenté les salaires des ministres de 30% en plus de leurs multiples avantages en nature, vous étiez à Paris sinon vous auriez vu pour une fois une augmentation de salaire applaudie dans ce pays. Les fonctionnaires ne sont pas des mendiants qui devraient applaudir quand on se moquent d’eux. Il y en a qui sont plus instruits que ceux qui pensent aujourd’hui que toutes les richesses du pays doivent leur revenir en priorité

      Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 10:43, par kan meme !!!!
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Sur la question de l’énergie, le PM a declare ceci " JE VAIS ETRE CLAIR. JE NE PENSE PAS QU’UN MOMENT VIENDRA OU IL N’Y AURA PLUS DE DELESTAGE" Patissakana !!!!!! Je suis completement ahuri et bouche bée devant une telle affirmation d’un chef de gouvernement. Avec une telle conviction de défaitiste et de fatalisme, que deviant alors l’émergence tant decrier tous les jours ? Et meme, votre minister de l’énergie à passé sont temps a dire que bientot, c’est la fin des délestages.......depuis X années. Ce genre de langage et de discours n’est pas celui que doit tenir un leaders qui veut mobiliser le people et aller au developpelement. Dans ce pays, ya des gens qui croient qu’on peut en finir avec les delestages. Si vous n’y croyez pas, alors COUPER TOUS LES RELAIS ET GROUPES ELECTROGENE QUE VOUS AVEZ CHEZ VOUS. On va voir si vous aller supporter 10 heures de delestages par jour.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 10:49, par Aristide
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Je salue l’initiative et la sincérité avec laquelle le PM a repondu aux questions.
    on vous apporte des solutions vous vous plaignez hey BURKINABE vraiment vous etes bizarre quoi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 11:12
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Il faut parler de la correction des inégalités entre fonctionnaires et contractuels. Il faut aussi prévoir des avances de solde de 2 à 3 ans pour les travailleurs qui veulent construire. Il faut enfin être regardant sur le partage des richesses à tous les niveaux : par exemple lorsque dans une structure 20 % s’accaparent de tout , la grogne qui ne devrait pas exister s’installe. Salut à tous

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 11:30
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    « Si les revenus des populations augmentent, il est normal que les commerçants augmentent les prix ».
    vite et très vite un cours d’économie sur les déterminants des prix pour le PM. 

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 11:42, par ouedassi
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    « le gouvernement travaille pour l’ensemble des burkinabè » qui ont FAIM, SOIF, BESOIN D’ÉDUCATION, BESOIN DE SE SOIGNER, BESOIN DE VÉRITÉ, BESOIN DE JUSTICE, BESOIN DE SE VÊTIR, et ce GOUVERNEMENT là n’a que « nos ressources financières sont très limitées » alors que faire : le chef de ce GOUVERNEMENT là invite les burkinabè à être PATIENTS. une "méchanceté" intellectuelle jamais égalée. NO COMMENT !

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 11:46, par Michel
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    LAT : "Je ne pense pas qu’il y aura un moment où on n’aura pas de délestage" . Enfin ils ont le courage de reconnaitre qu’ils ne sont pas à même d’apporter des solutions idoines à nos préoccupations. Quand on arrive à ses limites, on cède la place à d’autres. Autrement on appelle ça de l’irresponsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 11:52, par LE GRAND ZAPATA
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    MESURES SOCIALES DU MERCREDI 11 SEPTEMBRE 2013 : RIEN QUE DE L’ILLUSION MONÉTAIRE QUI NE FERA QU’ACCÉLÉRER ENCORE PLUS LA SOUFFRANCE LÉGENDAIRE DES BURKINABÉ DÉJÀ AU BOUT DU ROULEAU !!!!................Pas du tout, je ne suis pas UN ÉCONOMISTE de formation mais je vais quand même me débrouiller un peu en FRANÇAIS FACILE pour expliquer ce que la majorité des burkinabé sait déjà mais ignore peut-être aussi : L’ILLUSION MONÉTAIRE. Devant la souffrance extrême et légendaire de mes très chers frères burkinabé et pour faire baisser LA TEMPÉRATURE DE LA FRONDE SOCIALE ANTI-SÉNAT et donc de la modification éventuelle de L’ARTICLE 37 en ligne de mire, les autorités politiques burkinabé ont fini par consentir, malgré elles, à des mesures sociales minimes afin d’amadouer le peuple. Cela nous amène à faire remarquer que ces mesures quoique toutefois salutaires, ne feront qu’empirer indiscutablement les problèmes quotidiens des burkinabé déjà au bout du rouleau. Et pour cause !

    Nous nous souvenons qu’il y a de cela plus de 3 MOIS que LE RÉGIME COMPAORÉ a procédé unilatéralement à l’augmentation de 15 à plus de 20% du prix du GAZ BUTANE de 5000 FCFA pour les 12Kg (4000 FCFA) et à 2000 FCFA (1510 FCFA) pour les 6 KG et ce sont les bouteilles les plus utilisées par le bas peuple. Dans LA FAMILLE ZAPATA, nous utilisons mensuellement 1 bouteille de 12 KG et 2 bouteilles de 6 KG ce qui donne une dépense supplémentaire de 2000 FCFA mensuelle. Pour le carburant, malgré l’insistance des syndicats pour la baisse sensible, l’état qui a promis depuis pratiquement 2010 de revoir la structure des prix par une révision globale du prix des hydrocarbures, refuse toujours de revoir à la baisse sa marge bénéficiaire de plus de 200 FCFA sur le litre à la pompe. Et c’est la raison principale du coût très élevé du carburant ! Grossomodo donc, les prix de l’essence, du riz, du loyer, de l’huile, du lait, du savon, du parking, etc.…..les produits de grande consommation continuent de grimper vertigineusement sans un mot de l’état car en réalité plus de 90% DES COMMERÇANTS ET HOMMES D’AFFAIRES de ce pays, se recrutent massivement parmi nos politiciens cupides et véreux. L’ÉTAT a tout simplement démissionné se réfugiant derrière LE LIBÉRALISME SAUVAGE qui a aussi pourtant ses règles à ce qu’on sache.

    L’ILLUSION MONÉTAIRE donc c’est qu’on vous fait croire à travers des augmentations substantielles de salaires ou autres avantages matériels que l’on a conséquemment amélioré votre situation financière. Et dans le même temps, l’inflation galope dans les commerces et autres, on vous incite au maximum à la consommation et sans le savoir surtout, à la fin vos dépenses deviennent horriblement supérieures à celles d’avant. LE MALHEUR DE L’ILLUSION MONÉTAIRE c’est que tout de suite on ne s’en rend pas compte mais c’est plus tard qu’on s’aperçoit de la baisse considérable de SON POUVOIR D’ACHAT D’AVANT. Donc on plonge, et les problèmes sociaux s’aggravent et s’enchainent à une vitesse exponentielle et nous sommes IMPUISSANTS, désespérément plus appauvris et plus endettés !

    L’HEURE EST PLUS QUE GRAVE au BURKINA FASO. Les burkinabé ne doivent plus jamais accepter de se laisser diriger par DES HOMMES INCOMPÉTENTS, VÉREUX ET SANS SCRUPULE qui s’engraissent tous les jours sur la souffrance du bas peuple majoritaire à plus de 90% et s’en fichent éperdument de leur avenir. LE RÉGIME COMPAORÉ est arrivé à son terminus, il et fini, complètement foutu et n’a plus rien de nouveau et de bon à proposer aux burkinabé. SEULE LA LUTTE PAYE comme aimait si bien le dire NOTRE HÉROS LÉGENDAIRE FEU LE PRÉSIDENT-CAPITAINE THOMAS SANKARA ISIDORE. Le moment est enfin venu pour que LE PEUPLE INTÈGRE BURKINABÉ prenne son destin en main et se libère totalement des emprises de LA HAUTE BOURGEOISIE qui pille sans pitié nos maigres ressources.LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !…………..LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 12:01, par Michel
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    LAT : "Je ne pense pas qu’il y aura un moment où on n’aura pas de délestage" . Enfin ils ont le courage de reconnaitre qu’ils ne sont pas à même d’apporter des solutions idoines à nos préoccupations. Quand on arrive à ses limites, on cède la place à d’autres. Autrement on appelle ça de l’irresponsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 12:05, par Tigungu
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    je suis du CDP , mais le Premier Ministre ne parle pas bien ! Il fragilise plus notre parti majoritaire !
    Je trouve que pour quelqu’un qui se dit communicateur , il manque d’idées , de pédagogie et n’accroche pas avec ses sa gestuelle excessive. Il ne sait pas doser également
    . J’ai été choqué par ses propos sur l’incivisme , sur les commerçants, sur la situation dans les universités . Il parle meme de wack ! Le Burkina Faso peut faire mieux ...

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 12:33, par ouedassi
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    « le gouvernement travaille pour l’ensemble des burkinabè » qui ont FAIM, SOIF, BESOIN D’ÉDUCATION, BESOIN DE SE SOIGNER, BESOIN DE VÉRITÉ, BESOIN DE JUSTICE, BESOIN DE SE VÊTIR, et ce GOUVERNEMENT là n’a que « nos ressources financières sont très limitées » alors que faire : le chef de ce GOUVERNEMENT là invite les burkinabè à être PATIENTS. une "méchanceté" intellectuelle jamais égalée. NO COMMENT !

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 12:36, par hope faso
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    A tout honneur tout seigneur. C est le president lui meme qui doit defendre son programme. Le premier ministre na parlé qu au nom de son superieur. L approche est deja bien, mais c est au president de se defendre. Vs voyez que Tiao a eu du mal a repondre a la question du senat au cas ou il n y aura pas de consenus malgré les concertations.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 13:04, par PITOYABLE
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    constatez le paradoxe suivant : une augmentation= pertes énormes, c’est-à-dire lorsqu’une augmentation salariale des fonctionnaires (environ 100 000 sur 16 millions soit 0,62%) est faite de l’ordre de 4 à 5% donnant droit à un surplus entre 3000F et 10000F pour les plus gradés, les commerçants font une augmentation sur le riz, mais, huile, oignon, carburant, transport, loyer, condiments, boissons, habillement, scolarité, vélos, motos, pièces détachées, etc. Si bien qu’à la fin, les 10000F d’ailleurs soumis à la taxation IUTS sont engloutis par les commerçants, même le salaire initial est sollicité pour compléter le trou creusé par ces commerçants insensibles au malheur d’autrui. Du coup, les pauvres foncos souffrent davantage, n’en parlons pas des autres 99% de la population. Donc, il est préférable de ne plus faire du tapage sur tous les toits pour de la poudre jetée dans les yeux des foncos, sources de leur malheur au foyer et hors du foyer !

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 13:32, par Rachid sidpayété
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    un Premier Ministre n’est pas obligé de sortir pour dire du n’importe quoi sauf s’il veut que tout bascule pour qu’il devienne encore un PRESIDENT DE transition à risque , Apprenez à vous taire quand vous n’avez rien de bon à nous proposer . BONNE RECEPTION

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 14:14, par pas serieux
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    je que c etait important de prendre les 11 milliard plus sur l education la sante et les l alimentation. pour la pauvrete des jeunes qui sont emploi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 14:21, par Amour
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Tout ça bien. Mais c’est jusqu’en 2015. Car après cela on ne souhaite que le CHANGEMENT c’est à dire l’ALTERNANCE. Vous avez fait ce que vous pouviez. Merci beaucoup ! Amen

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 14:48, par LAGUI ADAMA
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Ce reportage comporte beaucoup d’insuffisances. Pourquoi ne revenez-vous sur la question des salaires comparés entre les assistants de police (niveau BEPC) et les administrateurs civil (maîtrise) que le PM a balayée du revers de la main, faisant remarquer surtout que les policiers se sont battus (en prenant des armes avec les militaires en 2011) pour avoir leurs avantages (statut spécial) et que les administrateurs devraient se battre aussi pour les leurs ?
    Même la question du procès de Guiro, le PM a déclaré qu’on le fera en Octobre pour que tout le monde ait la paix.
    Cher journaliste, il faut aussi avoir un esprit critique ; nous avons tous suivi, mais nous n’étions pas aussi satisfaits que vous, surtout le numéro affiché ne passait pas. ça ne sonnait même pas occupé. J’ai eu comme l’impression que les questions des téléspectateurs avaient été sélectionnées auparavant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 15:34, par GO
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Dites au premier ministre que ce n’est pas le même langage qu’ils ont tenu lors des campagnes. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il faut dire ça. On veut aujourd’hui des gens qui ont des idées et peuvent vraiment lutter contre les maux qui nous empêchent d’avancer. Pourtant, ce régime refuse de lutter contre ces maux car ils semble être tous impliquer la dans. Donc, rien a faire, il faut risquer avec l’opposition qui a fait un acte formidable malgré leur moyens limité avec le problème des étudiants. Nous savons que le Burkina est un pays enclaver avec peut de ressource. Ailleurs dans le monde on peut aussi avoir des pays comme ça, mais avec les idées, ils sont plus en avant. On dit que tout est urgent ??? Même ce train de vie des nos gouvernant est urgent ??? Ces mesures ne vont rien changer dans le quotidien des Burkinabé. Rien du tout. C’est pour encore tromper ceux qui pensent court. Même en Europe, il y a des pays qui n’ont pas accès à la mer, qui n’ont pas d’or ni de pétrole. Ce sont les idées et la rigueur dans la bonne gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 19:47, par LaRoche
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Très sincèrement, je suis fortement déçu de LAT. Pour le communicateur que je connaissais, j’avoue que jusqu’à présent, je n’en reviens pas des propos du genre " C’EST NORMALE QUE LES COMMERÇANTS AUGMENTENT LES PRIX SI LES SALAIRES AUGMENTENT !" et, "JE VAIS ETRE CLAIR. JE NE PENSE PAS QU’UN MOMENT VIENDRA OU IL N’Y AURA PLUS DE DELESTAGE" Chers journalistes, il y’a des propos qui ne doivent pas passer inaperçus dans un débat aussi important. Je suis réellement resté sur ma soif …
    LAT, tout ce qui est sortie de ce DIRECT-TV, est la VRAI POLITIQUE GENERAL DE TON GOURVERNEMENT II ; ce que tu avais "lu" devant les députés n’était en réalité que tu copié-collé... Le peuple Burkinabè en tiendra compte.
    Blaise mon Prési, tu dois assumer tout ce qui a été dis dans ce face à face ou alors prendre tes responsabilité avec LAT pour le reste du mandat qui te reste ... l’histoire en jugera ! A bon entendeur, Salut ! Dieu Béni le BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 21:49, par santana
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Ecouter tout probleme il faut les analyse´s a partir de la base fondamental .
    le debut on est mal parti,il ne faut pas avoir la memoire courte,c´est de lá que l´injustice a commencer comme les burkinabes n´ont pas agit l´histoire contunira,n´accusons pas seulement le parti au pouvoir et prennons le cas contraire si c´etait l´opposition au pouvoir on n´est tous complices de l´injustice.
    Toutes les manieres nous ne pourons pas eviter les troubles qui viendront dans ce pays que nous aimons tous.le pays a besoin d´une nouvelle histoire et cette histoire sera HOMME INTEGRE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 22:25, par Assciation des Amis de BLAT
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Si nous nous referons à l’organisation de la fête de l’indépendance à Dori
    l’argent qui sera depensé à dori entreprises burkinabé qui font faire le travail et c’est burkinabé qui en seront bénéficaires financé par le budget du burkina faso.
    c’est parceque les dirigeants de certains pays comme le Mali n’ont pas su faire pour donner raison aux ressortissanst de certaines zones qu’ils sont délaissés par les autorités Bamako.
    Comme on le dit nul n’est prophète chez soi mais Il faut avoir le courage de reconnaître que nos autorités ont eu la clairvoyance de voir grand et d’anticiper malgré nos maigres ressources.
    Comme pour plagier un célèbre slogan cher à une entreprise expatriée nous pouvons affirmer sans le risque de nous tromper que NOTRE GOUVERNEMENT TRAVAILLE POUR NOUS.

    Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 12:11
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      OK il travaille mais est-ce du bon travail et est-ce une priorité ? Vos infrastructures dans le cadre du 11 décembre sont mal faites voire non achevés comme à Bobo ou Koudougou. Certaines infrastructures faites à Fada depuis des années sont sous utilisés alors que l’on manque d’écoles, dispensaires, hopitaux, d’ampli pour les étudiants... alors allez plus loin dans vos analyses car le résultat n’est pas satisfaisant pour l’émergence du Burkina Faso

      Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2013 à 22:56, par Assciation des Amis de BLAT
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    une chose est sûre et certaine LE GOUVERNEMENT TRAVAILLE POUR NOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 10:58, par Assciation des Amis de BLAT
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Laissez parler les gens car ce ne sont pas les dires des petits esprits qui vont arrêter l’élan de la dynamique dans laquelle le gouvernement s’est engagé, malgré l’énormité des besoins et la modicité des moyens disponibles et mobilisables, pour postionner le burkina dans le cercle restreint des pays émergents.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 11:28, par ouedassi
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Je regrette M. le PM, l’INCIVISME a pris sa source dans VOS plats A VOUS LES DIGNITAIRES ou si vous voulez les MOOGO PUISSANTS, n’allez pas plus loin ! Norbert ZONGO lui disait que NE DIS PAS OU EST MON PLAT, DEMANDES QUI A MANGE MON "PLAT". Depuis 1987 à nos jours, le régime n’a pas ENCORE produit un citoyen avec les vertus de civisme. la malhonnêteté, la corruption, le gain facile, l’avoir effréné du matériel, l’immoralité, la bassesse, la courbette, le trafic d’influence, l’absence d’éthique, et que sais-je encore ont ouvert grandement la porte de l’ENFER à notre PEUPLE. Le PM, voyant que votre méthode qui consiste à allumer le feu et venir en sapeur-pompiers pour l’éteindre ne fonctionne pas et n’a pas fonctionné depuis, cherche à mettre cela sur le dos des OPPOSANTS en déclarant que : « Je regrette le fait que certains opposants encensent l’incivisme ». Vos prédécesseurs, M. le PM, n’ont pas indexé les OPPOSANTS, ils ont essayé avec plus ou moins du succès avec des slogans du genre "être burkinabè cela se mérite". Ce slogan ne pouvait prospérer du fait de l’absence d’indicateur de mérite (qui est toujours d’actualité) au sommet de l’État (famille présidentielle). Pour retrouver une citoyenneté "burkinabè", il faut un CHANGEMENT.

    Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 18:07, par anita
      En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

      très décevant. alors, mr le pm, tu veux dire que la maigre augmentation de salaire de 4000à 5000f des 10% seulement des fonctionnaires burkinabé doit se faire suivre obligatoirement par une augmentation des prix de première nécessité par les commerçants ? quelle insulte ! quelle foutaise ! Ou bien tu veux dire par là que les 90% des burkinabé restant et croupissant également dans la misère auront désormais un salaire ? De grâce, donc si c’est cela que tu appelles augmentation de salaire, autant laisser. Nous n’en voulons pas. j’en profite lancer un appel aux fonctionnaires burkinabé de sortir massivement dans la rue pour rejeter de très loin ce cadeau empoisonné. Quelle déception ! quelle honte !

      Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2013 à 19:18, par Assciation des Amis de BLAT
    En réponse à : « Dialogue avec le gouvernement » : Luc Adolphe Tiao demande aux burkinabè d’être patients

    Nous, ce n’est pas l’argent du pm ni les facilités qu’on pourrait avoir avoir lui qui nous intéressent mais c’est tout simplement l’exemplarité de son action.
    Il est notre modèle.Il est l’une des rares figures politiques qui arrive à joindre l’acte à la parole.
    Il nous souvient à en croire ce que la presse a rendu public qu’il a refoulé de nombreuses personnes venues lui offrir des présents lors des fêtes de fin d’année.
    Combien de gens au sein de nos administrations publique, parapublique et privée refusent les enveloppes,moutons et autres cadeaux dont ils peuvent se passer.ces cadeaux empoisonnés qui conditionnent les gens à être psychologiquement redevable et à se discréditer dans des coups tordus.
    Ces habitudes à la peau dure que nous critiquons d’une manière acerbe chez les autres et que nous tolérons de nous même.
    Quand quelque chose ne va pas il faut la critiquer haut et fort mais quand il n y a rien à dire dire aussi évitons de chercher des poux sur une tête rasée.Il faut plutôt encouger les bonnes volontés qui font un travail digne de ce nom.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés