Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

samedi 6 juillet 2013 à 04h30min

L’actualité politique nationale est dominée par des tractations autour de la mise en place du Sénat. Pour en savoir davantage sur la position du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), nous avons approché le député Mélégué Traoré, par ailleurs conseiller politique du parti. Il a réaffirmé la détermination de sa formation politique – parti au pouvoir- à soutenir la mise en place effective de cette seconde Chambre du parlement, et a fustigé l’attitude de l’opposition politique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

Lefaso.net : Y’a-t-il aujourd’hui au sein du CDP, unanimité quant à la mise en place du Sénat ?

Mélégué Traoré (MT) : Globalement, si ce n’était le cas, on n’aurait pas pu instituer le Sénat. Je ne dis pas qu’il y a unanimité, mais il y a un consensus. Le consensus, c’est lorsqu’il y a un accord général, et tout le monde est d’accord. Le consensus, ce n’est pas l’unanimité. Mais il y a vraiment un consensus quant à la mise en place du Sénat. Même les gens qui, comme moi, étaient traditionnellement réticents vis-à-vis des secondes Chambres, ont, à la longue, admis que pour améliorer la représentation de toutes les couches sociales, qu’on pouvait effectivement créer un Sénat.

Vous savez, j’ai l’occasion de parcourir toute l’Afrique aujourd’hui pour conseiller les parlements, les chefs d’Etats et de gouvernement sur ces questions. L’un des constats qui m’ont fait évoluer sur cette question de seconde Chambre, c’est qu’il y a un mouvement assez général en faveur des secondes Chambres en Afrique. Si vraiment le Sénat n’avait aucune utilité, ce mouvement n’allait pas être assez général. Nous avons une cinquantaine de parlements en Afrique, et on a entre 22 et 25 pays où le Sénat existe.

Il y a des pays où on crée et on supprime ; le Sénégal par exemple avait son Sénat qui a été supprimé, remis en place et supprimé de nouveau. Mais l’exemple sénégalais que les uns et les autres prennent souvent n’est pas le bon exemple. Nous avions une centaine de sénateurs au Sénégal ; sur les cent, le président de la République nommait 65 ; c’était vraiment excessif. C’est pourquoi je dis toujours que l’exemple sénégalais n’est pas toujours le bon. Ceux qui le prennent, c’est parce qu’ils ne connaissent pas très bien comment ça se passe au Sénégal. Sinon, actuellement, il y a une tendance presque générale. Même des pays qui, comme le Kenya avaient supprimé la seconde Chambre à l’indépendance, l’ont rétablie avec leur dernière révision constitutionnelle.

Quand j’ai eu une meilleure connaissance de ce qu’une seconde chambre peut apporter en matière de travail parlementaire, notamment en matière législative et de représentation ; c’est ça qui m’a fait évoluer. Sinon traditionnellement, moi je suis réticent vis-à-vis des secondes chambres, parce qu’une chambre parlementaire quelle qu’elle soit, coûte toujours chère.

Mais le problème principal, ce n’est pas le coût ; le problème principal tient à la question « A quoi sert la chambre ? ». Si on crée une chambre, il faut qu’elle serve à quelque chose ; si elle ne participe pas au vote des lois, alors là, ce n’est pas la peine.

Lefaso.net : Les raisons qui ont prévalu à la suppression en 2002 de la seconde chambre de notre parlement sont-elles aujourd’hui dépassées ?

MT : La suppression de la seconde chambre en 2002 était venue essentiellement du fait que cette chambre avait évidemment son importance au plan parlementaire, mais n’avait pas de pouvoir sur le plan législatif.

A l’époque, il a paru important de ne pas continuer à faire fonctionner une chambre qui n’avait qu’un pouvoir consultatif. Il faut aussi dire que le mode de fonctionnement du parlement à l’époque faisait que le déséquilibre était total entre l’Assemblée nationale et la Chambre des Représentants.

Il faut se souvenir que la Constitution disposait que le président de l’Assemblée nationale est aussi le président du parlement. Par ailleurs, tous les actes importants à la Chambre des Représentants étaient pris par le président de l’Assemblée nationale, y compris les indemnités. C’est le bureau de l’Assemblée nationale qui arrêtait tout cela. Les indemnités qui étaient servies aux responsables de cette chambre, étaient régies par un arrêté du président de l’Assemblée nationale. Même les sessions de la Chambre des Représentants étaient officiellement ouvertes par le président de l’Assemblée nationale ; c’est lui qui présidait la cérémonie d’ouverture des sessions de la seconde chambre.

Mais le mode de fonctionnement faisait que finalement, le rôle de la chambre était réduit ; simplement parce que, n’ayant pas de pouvoir véritable pour légiférer, la Chambre ne pouvait donner que des avis ; lesquels avis étaient transmis à l’Assemblée nationale qui en faisait ce qu’elle voulait. J’étais le président de l’Assemblée nationale, je sais bien. Mais c’est surtout parce que les délais dans lesquels les textes des avis de cette seconde chambre étaient transmis à l’Assemblée, ne permettaient pas de prendre ces avis en considération.

Le texte était discuté ici, envoyé à la Chambre de Représentants ; il revenait ici avec les avis de la Chambre. Mais dans nombre de cas, lorsque nous recevions les avis de la seconde chambre, les textes étaient déjà votés. Autant dire qu’elle ne servait pas à grand-chose.

Mais vraiment la principale raison de suppression de cette Chambre, c’était qu’elle n’avait pas de pouvoir du tout. Je suis bien conscient que la suppression de la Chambre a marqué beaucoup ceux qui en étaient membres. Et tout le monde pensait que c’est moi qui ai fait supprimer cette chambre, alors que je n’avais pas ce pouvoir de décision.

La seconde chambre aurait pu continuer à fonctionner si les propositions qui avaient été faites en avril 2000 au moment de la révision de la Constitution, avaient été retenues. La principale proposition consistait à faire en sorte que la seconde Chambre puisse avoir des compétences de l’initiative législative ; ce qui n’a pas été retenu. Moi j’avais ma conviction qui était que, soit on supprime la Chambre, soit on la transforme en sénat en lui donnant de véritables pouvoirs.

Les conditions actuelles ne sont pas tout à fait les mêmes dans la mesure où la Constitution est claire. Le Sénat qui est la seconde Chambre du parlement, a des pouvoirs législatifs.

Lefaso.net : Qu’est-ce qui a manqué à la procédure de mise en place effective du Sénat pour que le gouvernement sorte pour expliquer son bien-fondé, et que l’opposition politique s’y oppose ?

MT : Je ne crois pas que ce soit une question de procédure. Le débat tel qu’il est mené actuellement, n’est pas sain. Simplement parce que ce n’est pas maintenant qu’il fallait faire ce débat. Ce débat aurait dû avoir lieu l’année dernière. Lorsque le CCRP et les assises sur les réformes politiques fonctionnaient, c’est là que le débat devait avoir lieu.

Moi-même j’étais aux assises ; il y avait un certain nombre de personnes qui n’étaient pas pour. Mais il y a un consensus à la fin pour qu’il y ait une seconde chambre.

Je répète, je crois que l’opposition a commis une erreur en ne participant pas aux débats ; parce que probablement on n’aurait pas pu créer le Sénat. Si l’opposition radicale avait participé aux assises sur les réformes politiques, évidemment le point n’aurait pas été retenu comme point consensuel. Et même s’il fallait y revenir un jour, ce ne serait pas dans les mêmes conditions. Voilà pourquoi je pense que la question n’est pas seulement une question de procédure. Il y a vraiment eu au niveau politique même, une erreur de la part de l’opposition pour n’avoir pas participé aux instances où se prenaient les décisions.

En plus, lorsque nous sommes arrivés au débat constitutionnel lui-même, on n’a entendu personne dire qu’elle est contre le Sénat. On ne peut pas instituer un organe de l’Etat aussi important que le Sénat qui figure donc désormais dans la Constitution, et au moment de sa mise en place, on dit ce n’est pas opportun. L’opportunité d’une institution se juge au moment de sa création ; ce n’est pas au moment de son installation que la question de son opportunité se pose.

Lefaso.net : Justement, l’une des raisons qu’avance votre parti en faveur de la mise en place du Sénat tient à sa constitutionnalisation. Mais cette constitutionnalisation oblige-t-elle vraiment à installer le Sénat ?

MT : Oui, et il n’y a pas que ça. Là où une seconde chambre existe, il y a toujours des fonctions précises qui lui sont assignées. C’est d’abord d’améliorer la fonction de représentation du parlement. Le parlement représente le peuple burkinabè, et il doit pouvoir refléter autant que faire se peut, l’ensemble des sensibilités sociales et politiques du pays.

Il y a des personnalités de très grande qualité qui ne seront jamais députés, qui n’ont aucune chance qu’elles soient élues si on passe par le suffrage universel direct. Pourtant, elles sont de très grandes qualités.

Le Sénat permet, par le biais des nominations par le chef de l’Etat, mais aussi par le biais de certaines structures spécifiques comme les coutumiers, les dénominations confessionnelles, les syndicats, les Burkinabè de l’étranger, etc., par leur mode de fonctionnement spécifique, de désigner leurs représentants au sein du Sénat. Cela améliore la représentation. Là où les deuxièmes chambres existent, l’une des principales raisons de leur création, c’est d’améliorer la représentation des collectivités locales et des sensibilités sociales spécifiques.

La seconde raison pour laquelle on met en place une seconde chambre, c’est le perfectionnement législatif. Normalement avec une seconde chambre, les lois sont approfondies parce que vous avez un premier débat à l’Assemblée et on envoie le texte à cette seconde chambre qui l’examine ensuite qui apporte ses corrections, le texte revient à l’Assemblée. Dans notre Constitution tel que c’est prévu, l’Assemblée nationale qui a le dernier mot ; sauf sur certaines questions relatives aux collectivités territoriales. Vous avez cette seconde fonction, la fonction législative qui est extrêmement importante.

C’est vrai aussi que l’autre grande fonction qui est le contrôle de l’action de l’Exécutif. C’est vrai qu’un contrôle exercé par l’Assemblée nationale et par le Sénat est beaucoup plus profond qu’un contrôle exercé par la seule Assemblée nationale.

Même avec la Chambre des Représentants qui n’avait que des pouvoirs consultatifs, il exerçait malgré tout, une mission de contrôle de l’Exécutif à travers les questions orales, les questions écrites, les auditions des membres du gouvernement.

Je comprends qu’au niveau de l’opposition, on mette en avant les points qui paraissent les plus polémiques. On ne peut pas lui reprocher cela, car je pense aussi qu’elle est dans son rôle. Mais il faut comprendre aussi qu’une majorité parlementaire est là pour soutenir une politique précise. Or ici, il s’agit de l’aménagement institutionnel du pays. C’est tout à fait normal que le parti majoritaire soutienne.

Lefaso.net : Etes-vous encore, au CDP, confiants quant à la mise en place effective du Sénat ?

MT : Cette confiance, je crois qu’au fond, ce sera au Sénat de prouver que ceux qui sont contre lui ont tort. Je crois que le Sénat même, quand il sera mis en place, a plus d’intérêt à travailler au maximum pour démontrer qu’il n’est pas inutile.

Il y a même plein de Burkinabè qui pensent que l’Assemblée nationale est inutile. Dans l’histoire politique de ce pays, comme dans d’autres Etats africains, on a su qu’un Etat peut vivre sans parlement. Pendant les périodes d’exception, il n’y a pas de parlement et les chefs d’Etat légiféraient par ordonnances qui servaient de lois. Donc, je pense aussi que quand nous débattons, tout le admette qu’il y a de bons côtés. Mais tel que le Sénat est présenté par l’opposition, tout est négatif là-dedans ; ce qui n’est pas vrai du tout. C’est parce qu’il y a trop de calculs politiques derrière tout ça, à mon avis.

Lefaso.net : Quels sont-ils, ces calculs politiques ?

MT : L’opposition explique qu’en réalité, la mise en place du Sénat, c’est pour faciliter la révision de l’article 37. Moi, j’ai toujours rappelé qu’il n’y a aucun lien. Quand l’idée du Sénat est venue il y a trois ans et qu’on en discutait, on ne parlait pas de l’article 37. Et l’un des premiers documents écrits sur la question l’a été par moi-même.

Lefaso.net : Peut-on encore dire qu’il n’y a aucun lien entre la révision de l’article 37 de la Constitution et le Sénat quand on sait que l’article 15 de la loi portant organisation et fonctionnement du parlement prévoit la possibilité pour le chef de l’Etat de réunir en Congrès les deux chambres pour discuter de toute question d’intérêt national ?

MT : Faites très attention parce que ça c’est un fourre-tout, ces genres de dispositions. Ils donnent beaucoup de possibilités au chef de l’Etat sinon il ne peut pas diriger le pays.

Mais ce je veux dire par là, c’est que si vous avez deux chambres, et que la Constitution prévoit une procédure de sa révision par voie parlementaire, forcément le Sénat est dedans. Mais il n’a pas été créé pour ça, c’est différent. Vous savez quand les uns et les autres disent cela, franchement ça me fait un peu rire. Avec la seule Assemblée nationale, on peut réviser l’article 37 ; on peut le faire, parce que notre système est fait de telle façon que vous avez deux possibilités pour réviser la Constitution.

Quelle que soit l’initiative – elle peut venir des députés, du chef de l’Etat, de 30 000 citoyens - elle passe par le parlement d’abord. Si le parlement réunit la majorité qualifiée, la révision constitutionnelle a lieu. Si jamais le parlement n’atteint pas cette majorité, de toute façon le président a toujours la possibilité d’en appeler au référendum. Ça veut dire qu’avec l’Assemblée actuelle, contrairement à ce que les gens disent, on peut réviser l’article 37. D’ailleurs, on l’a fait à plusieurs reprises dans le passé.

Là où je pense que le débat n’est pas très sain, c’est qu’on ne peut pas dans une Constitution trier ce qui nous arrange et rejeter ce qui ne nous est pas favorable ou nous pensons ça ne nous est pas favorable ; ce n’est pas normal. C’est un tout, la Constitution burkinabè. Ce n’est pas un menu comme dans un restaurant où on choisit ce qui nous plaît et on laisse de côté ce qui ne nous plaît pas ; ça ne marche comme ça, sinon il n’y a pas l’Etat.

Lefaso.net : Avec l’examen des mêmes textes aussi bien par l’Assemblée nationale que par le Sénat, n’y aura-t-il pas une lourdeur qui soit préjudiciable à l’opérationnalité du parlement ?

MT : Partout où vous avez une seconde chambre au parlement, c’est pareil. Ça n’a rien de spécifique au Burkina. Si on fait le choix du principe d’une seconde chambre, nécessairement cela amène une certaine lourdeur.

Mais c’est le prix à payer pour de meilleures lois. Pour moi, cela ne gêne pas du tout ; tout dépend de la manière dont les rapports sont organisés entre les deux chambres. Là où ça fonctionne bien, ce n’est pas seulement grâce aux dispositions constitutionnelles ; c’est souvent aussi grâce à des mesures pragmatiques que les deux présidents de chambre et les deux bureaux de chambre prennent de manière à ce que ce soit huileux dans le fonctionnement quotidien même des chambres.

Par exemple, du point de vue des structures, on peut avoir des difficultés si par exemple le Sénat dans son règlement prévoit des commissions qui sont radicalement différentes de celles de l’Assemblée. Il faut que les deux bureaux s’entendent de sorte que les structures qu’on aura au sein du Sénat ne soient pas trop différentes de celles de l’Assemblée nationale. De toute façon, le Sénat ne va pas réinventer l’organisation du parlement.

D’ailleurs, il n’y a rien dans la Constitution qui interdit que les commissions puissent travailler ensemble. Prenez la question du budget, qui est une grosse question chaque année ; la Commission des finances et du budget que nous avons au niveau de l’Assemblée fait un immense travail dès le mois d’août chaque année pour préparer le budget de l’année suivante. Il faudra que quand le Sénat sera en place, qu’il fonctionne de la même manière. Et que dès qu’on a la proposition de loi de finances qui vient du gouvernement, même si les textes ne le prévoient pas, il faut le communiquer dès ce moment au Sénat qui pourra aussi travailler là-dessus. Avec ce genre de mesures pratiques, je crois que ça va bien fonctionner.

Lefaso.net : Au regard de sa composition telle qu’annoncée, avez-vous foi que le Sénat sera une institution qui saura se départir de considérations politiciennes ?

MT : Je crois qu’une bonne chambre parlementaire doit fonctionner avec des considérations politiques ; ce qui est différent de considérations politiciennes. Mais il y aura toujours des considérations politiques. Cela dit, ce n’est pas la politique au sens de la compétition ; c’est la politique au sens de quelle propositions on fait pour bien gérer le Burkina Faso. Dans ce sens, c’est vrai, on aura une fonction politique. De toute façon, une chambre parlementaire est d’abord une institution de nature politique.

Lefaso.net : Avec la dernière révision constitutionnelle, le parlement devrait désormais fonctionner avec ses deux chambres. Mais jusque-là c’est l’Assemblée nationale seule qui fonctionne ; or la Constitution n’a pas prévu de mesures transitoires l’autorisant à fonctionner en attendant la mise en place du Sénat. N’y a-t-il pas inconstitutionnalité là ?

MT : J’ai déjà posé ce problème, même à Ziniaré récemment à l’occasion des journées parlementaires du CDP. Il y en a qui prétendaient qu’il n’y a pas de problème ; ce n’est pas vrai. Il y a un problème.

Disons que tout ce que nous faisons maintenant, c’est par coutume ; sinon c’est vrai que la Constitution prévoit que le parlement fonctionne avec deux chambres pour prendre les principales décisions liées aux fonctions du parlement.

Mais ce que je vais vous dire, c’est important aussi. On ne peut pas en même temps dire qu’on est contre le Sénat et exiger au même moment que le Sénat soit là. Je veux dire que vous ne pouvez pas en même temps dire que l’Assemblée nationale est inconstitutionnelle parce qu’elle vote les lois seule et être contre le Sénat. Ça n’a pas de sens, ce n’est pas logique. Il faut rester dans la logique des textes. C’est pour cette raison que moi j’avais toujours suggéré qu’il faut que l’on fasse le plus rapidement possible pour sortir de ce schéma, parce qu’il n’est pas le bon.

Lefaso.net : Quelle est votre lecture sur l’environnement politique actuel du Burkina ?

MT : Sincèrement, je pense qu’on a une démocratie qui fonctionne. Nous avons connu un système politique qui était dominé par un seul parti ; par la suite l’ODPM/T devenue CDP avait un poids écrasant.

Avec l’évolution actuelle, ce n’est plus le cas ; c’est sûr que le CDP est le principal parti, mais il n’a plus le rôle prépondérant qu’il jouait. Et ça c’est sain pour la démocratie. Personnellement, moi j’estime que le fait qu’il y ait maintenant deux autres grands partis – l’ADF/RDA et l’UPC – au parlement, le fait que nous avons un Chef de file de l’opposition reconnue, on a énormément évolué du point de vue du fonctionnement de la démocratie. De toute évidence, il y a une évolution, et à mon avis, elle est positive. La démocratie, ce n’est pas seulement des élections, pas seulement des institutions plurielles, pas seulement le multipartisme. C’est aussi la possibilité pour tout le monde de s’exprimer. Et c’est pour cette raison que l’éclosion de mouvements associatifs à mon avis, ainsi que la liberté d’expression des médias, sont des indicateurs d’une évolution positive de la démocratie dans nos pays, singulièrement au Burkina Faso.

La lecture que moi je fais de notre paysage politique actuel, elle est donc positive parce que je crois que chacun joue son rôle ; la majorité joue son rôle comme je vous l’ai dit, une majorité parlementaire est là pour soutenir une politique gouvernementale précise. L’opposition est dans son rôle aussi quand elle conteste. Maintenant, nous devrions toujours voir quel est l’intérêt du Burkina, c’est le plus important. Il n’y a pas de mauvais burkinabè et de bons burkinabè ; je veux dire qu’il n’y a pas les méchants dans la majorité et les saints dans l’opposition, ni l’inverse d’ailleurs. On est tous des cadres burkinabè, et je pense que c’est sain que nous débattions tel que le faisons actuellement. Mais restons dans les normes telles que prévues par notre Constitution et nos lois.

Lefaso.net : Le CDP annonce une marche le 6 juillet prochain. Quelles en sont les raisons ?

MT : Alors, quand l’opposition a voulu marcher le samedi dernier, est-ce que vous leur avez posé cette question ?

Lefaso.net : Bien sûr

MT : Et qu’est-ce qu’ils ont dit ?

Lefaso.net : Que c’est normal de marcher pour dire non au Sénat qu’ils trouvent inutile et coûteux

MT : Alors, c’est normal pour le CDP aussi de marcher pour soutenir ; nous voulons faire fonctionner l’Etat, correctement.

S’il y a une partie de la population qui est contre le Sénat, il faut que les gens sachent qu’il y a une autre partie de cette même population qui est pour aussi ; sinon ce n’est plus équilibré là ! Il y a eu une marche de l’opposition, c’est tout à fait normal qu’il y ait une marche de la majorité. C’est ça la démocratie.

Entretien réalisé par Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 juillet 2013 à 18:23, par Cicéron
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Voilà qui est très bien argumenté. Merci à Mélégué Traoré, surtout de nous avoir éclairé sur le mauvais exemple du Sénégal en matière de Sénat. Mais comme il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, nos chers opposants vont continuer à nier les évidences. Pourvu que le parti majoritaire ne cède pas devant la désinformation orchestrée par une opposition dont tout le monde sait qu’ elle est minoritaire.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 18:36, par un enfant de kankalaba
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Du blabla !! on sait qu’au CDP les militants n’ont pas d’ambition vous jurez par le nom d’une seule personne Blaise compaoré le président fondateur. rappelez vous quand vous étiez président de l’assemblé nationale vous l’avez amené bouffer le wack à kankalaba et après il vous ai mis au garage quelle honte !

    j’oubliais pourquoi OBAMA est venu au Sénégal ? parce que c’est un exemple un bon un vrai un pur sans coup d’etat.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 18:40, par
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Merci.Felicitation.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 18:40, par Raso
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    La démocracie ne consiste pas à multiplier les institutions. Faites marcher ce qui existe déjà comme il faut. Que les élections soient transparentes. Qu’une partie ne puisse pas utiliser l’argent de l’état à volonté pour acheter les consciences. Que des conseillers ne se retrouvent pas à transporter des urnes bourrées de bulettins pour ensuite être "recompensés" comme maire adjoint. Que des gens poursuivis par la juste pour avoir volé des milliards ne se retrouvent pas candidats, ... C’est comme ça que la démocracie sera approfondie..

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 18:42, par
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Merci.Felicitation.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 18:43, par Raso
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    La démocracie ne consiste pas à multiplier les institutions. Faites marcher ce qui existe déjà comme il faut. Que les élections soient transparentes. Qu’une partie ne puisse pas utiliser l’argent de l’état à volonté pour acheter les consciences. Que des conseillers ne se retrouvent pas à transporter des urnes bourrées de bulettins pour ensuite être "recompensés" comme maire adjoint. Que des gens poursuivis par la juste pour avoir volé des milliards ne se retrouvent pas candidats, ... C’est comme ça que la démocracie sera approfondie..

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 19:09, par tinga
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    bonsoir monsieur melegue on ne dit pas que ce que vous avez dit est faux.on ne veut pas tout simplement le senat dans notre pays.affecter les depenses du senat a autres secteurs tels que la sante et l’education et vous verez que le pays sera calme.

    Répondre à ce message

    • Le 5 juillet 2013 à 21:37, par saambiiga
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Monsieur tinga,
      En réalité, bien qu’il y’ait le facteur coût qui n’est pas à négliger, c’est surtout la finalité de cet inopportun sénat là qui révolte et qui va mettre le pays en feu si le pouvoir en place n’y renonce.
      Quand on sait que le but ultime de ce fantôme de sénat est de pouvoir modifier l’article 37 de la constitution de notre pays afin de permettre à blaise de se présenter aux présidentielles de 2015.
      c’est vraiment énervant c’est sûr que le peuple ne pourra s’en contenir.
      Vivra verra !

      Répondre à ce message

    • Le 6 juillet 2013 à 14:11, par l’AS
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Très bien parler tinga !!! il faut les dirrigeant cesse un peut de parler de leur histoire texte !! nous on mange pas les texte !!! d’ailleur ses textes la viennent de qui, de vous !!!
      On veut pas que vous prenez l’argent la mettre dans senat la !! ya d’autre preocupation plus urgente !! 77% de jeune au chomage sa ne vous dire rien je supose ?

      Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 19:11, par Le burkinabè
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    si tu n’a rien à dire, tais toi.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 20:38, par beb
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    mr le ministre ciceron si tu n’a rien a dire tais toi ! on s’en fou du senat. laisse le peuple s’exprimer la dessus !

    Répondre à ce message

    • Le 5 juillet 2013 à 21:02, par Guevara
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Si je comprends bien, Mélégué sortira aussi marcher pour que le Sénat voit le jour. Aucune justification n’est donnée pour expliquer la nécessité d’un Sénat dans ce pauvre Burkina où les priorités sont ailleurs. J’aimerais bien les voir défiler comme des zombies aux avant postes. Ce sera l’image ridicule pour l’histoire du Burkina. Non au Sénat y en a marre !

      Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 21:01, par Guevara
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Si je comprends bien, Mélégué sortira aussi marcher pour que le Sénat voit le jour. Aucune justification n’est donnée pour expliquer la nécessité d’un Sénat dans ce pauvre Burkina où les priorités sont ailleurs. J’aimerais bien les voir défiler comme des zombies aux avant postes. Ce sera l’image ridicule pour l’histoire du Burkina. Non au Sénat y en a marre !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 21:09, par Hermann
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Oui.jai bien suivis l’argumentation de notre cher deputé.les raisons sont noble,mais je pense que ça va rien changé a notre procesus de democratie.car lui meme l’a dit:le senat et l’assemblée nationale feront de sorte a etre sur les memes bases.donc pas question de le crée,d’autant plus qu’il coûte chére !!.
    A mon niveau,je ne vois en quoi l’article 37 est en rapport avec le senat.
    Mais voyées,le senat coûte chere.pourquoi n’est pas pensé a ce torcon ouaga-bobo ou il n’y a meme pas de lampadaire a l’entrée de la 2eme ville du pays,ni de feux.la où depuis ce lundi ya eu plus de 5 accident ont couteux la vie.il ya plein de ces problemes dans ce pays.
    Alors mes CHERES députés,si le SENAT n’est pas une obligation pour notre burkina,penchez sur les vrais problemes de securitè,d’alimentation et de scolorarisation.
    IMAGINEZ VOUS 7 MILLIARDS INVESTIT CHAQUE ANNEE DANS CHAQUE PROVINCE DE PAYS.
    ça ne peut pas n’est pas étre mieux qu’un SENAT.
    N’EST CE PAS ??

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 21:34
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Tout est alors dit ; donc la marche du 06/07 a pour but de soutenir le SENAT ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 22:16, par Le Dernier Juge
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Les intellectuels au sein de l’opposition ont intérêt à inculquer la valeur démocratique et la notion du civisme politique à tous ceux qui sont contre la mise en place du sénat. A y voir de près, il ya des milliers de Burkinabè qui ont marché le 29 juin dernier sans être capables de savoir objectiver ou de définir les fondements du Sénat. Il ne s’agit pas de dire que le sénat est inutile et coûteux. Il faut avoir une culture idologique pour toucher le fond de l’utilité d’une seconde chambre au Burkina. Décidément, les gens de l’opposition ont marché pour marcher, comme si c’en était une mode à l’africaine.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 22:19, par rayim
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Vraiment assez de tout ses discours stérile.
    Y’a pas deux façon de ON VEUX PAS.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 22:21, par Noyesman
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Belle interview réalisée sans arrogance, par contre je crois que de 2 choses il faut choisir le moindre. C’est l’option que l’opposition a faite. Sa participation au CCRP n’aurait rien changé à l’agenda arrêté par le pouvoir. S’il n’avait pas eu consensus sur la création du Sénat, le CDP aurait recouru à la voie référendaire pour rouler toute la classe politique dans la farine de sa machine à fraude électorale. Cela aurait constitué un coût inutile auquel se serait ajouté celui de la création du Sénat. A la fin de l’entretien Mr Mélégué a eu le mérite de reconnaître de façon sibylline que l’initiative du 6 juillet 2013 prévue par le CDP est plutôt une contre marche pour soutenir le Sénat, alors que les organisateurs font valoir la fallacieuse raison de marche pour la paix et le renforcement de la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 22:30, par I CAN
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Mr le Pauvre Mélégué est fatigué. Fatigué par ce qu’on l’a utilisé, sucé et laissé au garage. Pensez vous que Mélégué peut dire plus que ce qu’il a dit ? S’il était garçon, c’était au moment où on le laissait tomber qu’il devrait réagir comme Salif ou Saran. C’est d’ailleurs pour les gens comme Mélégué qu’on a créé le Chiénat. Tout simplement un garage pour les vieux gênants. Vous allez le mettre en place, c’est par ce que vous n’écoutez pas la population consciente, mais nous allons le désinstaller par ce nous avons raison. Rappelez vous de la TDC ou du Port des casques.
    Le renforcement de la Démocratie, ce n’est pas la démultiplication des institutions. C’est se loger, se nourrir, se soigner, se vêtir. Que Mélégué fasse un tour à Yalgado.
    Notre justice sévira même lorsque vous seriez dans vos tombes et l’Histoire retiendra tout ce que vous aviez poser comme acte dans pays "Danseur de Vodou". Et votre WAc vous lâchera car vous êtes avocat de Diable.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 22:56, par El paysan
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Ciseron es ce qu on se comprend en faite personnelement je trouve pas d’inconvenient au senat seuleument on a trop de probleme sais tu que nos hopitaux manque souvent de minimum

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2013 à 23:48, par Chalamar
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Aucun argument sérieux n’est évoqué et qui rend indispensable la mise place de ce sénat.
    Peux-t-on me faire un bilan, depuis 2002, combien de lois ou projets de lois autres que ceux concernant la modification de la constitution ou des institutions démocratiques ont été voté ? Et combien sont appliquées ?
    Le taux d’interventions et de participation des députes au débat de l’assemblée témoigne de la nullité, de la mascarade et de l’irresponsabilité de ces députés.
    Juste pour les avantages liés au titre, les gens sont prêts à se nier, se ridiculiser, etc. La honte est morte au BF.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 00:00
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Je me pose la question de savoir, comment un chef coutumier sénateur analphabète pourra discuter du budget de l’Etat ou d’une loi et pourquoi les personnes de moins de 45 ans (je crois) ne peuvent pas être sénateurs. tout cela relève de calculs politiciens de la part du CDP. Il y a quelque chose qui n’est pas clair dans tout ça. NON AU SENAT !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 07:36, par Neblaneda
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Où est la différence entre le sénat sénégalais et le nôtre si l’on additionne la part du Chef de l’Etat et celle du CDP, M.Cicéron ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 08:10, par انصار بوركينا @ Ançar Burkina
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Monsieur Melegue je m’attendais à ce que l’intellectuel argumente pour montrer que lors de la suppression de la deuxième chambre l’argumentaire du CDP qui disait " l’expérience des parlements bicaméraux révèle une lourdeur administrative source de lenteur, en sus des couts de fonctionnement très élevés pour les fragiles économies de nos Etats. Dans notre pays, l’option prise de lutter contre la pauvreté commande que nous tenions compte de la question des couts " n’est plus d’actualité mais que nennié. La lourdeur administrative sera forcément au rendez vous, le coût de 6 milliards par an reste très élevé pour notre économie qui est plus que fragile et la lutte contre notre pauvreté qui ne fait que s’accentuer d’année en années est le seul credo d’une action politique responsable. Par ailleurs s’agissant du contenu, pour respecter la séparation et l’équilibre des pouvoirs il n’est pas sain que le chef de l’exécutif puisse nommer le tiers des membres du SÉNAT et ce n’est pas juste d’exclure la jeunesse qui représente plus de la moitié de la population

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 08:29, par LePenseur
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Je crois que M. Mélégué TRAORE ne perçoit pas que le SENAT est coûteux et subgétivore. L’opposition dit que le SENAT à l’heure actuelle n’est pas opportun, en français facile, cela veut dire que le SENAT est bon mais son moment n’est pas "arrivé". Nous voyons comment les lois sont actuellement votées à main levée à l’ASSEMBLEE. Un mot d’ordre passe et les députés du CDP (majoritaires) lèvent tous la main : donc passoir !
    Juste trois questions : Le Senat peut-il rejeter ou annuler une loi votée à l’assemblée ? Quel pouvoir le Senat a véritablement ? Que fait-on des conseils et suggestions de nos institutions ? CES ? CIL ? ASCE ? En matière de textes bien faits en Afrique, le Burkina semble être à la Tête de liste mais dans leur application véritable, nous sommes en queue de péleton. En fait, nous avons un seul HOMME fort et tout tourne autour de lui. En résumé, le problème du Burkina, c’est BLAISE COMPAORE. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 08:52, par LePenseur
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Parlons de la representativité du SENAT : Pourquoi 45 ans révolus pour être éligibile ?
    Au Burkina, 74% de la population a moins de 30 ans. Supposons que 30 à 44 ans représentent 15% de la population sans exagération. Donc 89% de la population a moins de 45 ans.100% des élus du SENAT seront issus de 11% de la population. Alors, quelle représentativité ? Est-ce une assemblée de Seniles ? Si oui, autant constituer un collège de Sages, moins budgétivore et plus sage pour conseiller de manière désinteressée en matière de l’intérêt général de la Nation. Nota Bene : Blaise Compaoré (1951-1987) avait 36 ans quand il prénait le pouvoir et tout le CDP convient depuis toujours qu’il "dirige" très bien le Burkina. Pourquoi 45 ans pour être Sénateur ? A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 08:54, par YEL PIAN
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Même au CDP, le SENAT ne fait l’unanimité.
    Voilà le CDP qui veut marcher pour faire fonctionner l’état correctement. A qui la faute si l’Etat ne fonctionne pas correctement ? N’est-ce pas au CDP qui gère l’Etat. En quoi le SENAT va faire fonctionner l’Etat correctement ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 10:45, par SawadX
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Toi qui estime être intello que ceux qui sont sortis le 29 JUIN, comment notre pays a fonctionner depuis tjrs sans SENAT.
    l’instauration du SENAT a deux fondement :
    Pour le CDP et les sangsue qui le suivent, c’est pour renforcer la démocratie, ces dernier n’avaient jamais dis auparavant que notre démocratie manque de quoi que ce soit mais comme ils veulent du SENAT il faut inventer quelque chose.
    Pour les militants du 29 JUIN, le SENAT est d’abord budgétivore au vu des priorité qu’il y’a dans notre pays. Ensuite le gouvernement CDP est sourd au crie du peuple qui réclame des meilleur condition de vie. Aussi, le SENAT sera a plus de 85% CDP et nous savons que le CDP restera à la solde de François Comp, les autre dormirons tranquillement sur leur siège sénatorial comme il le font déjà a l’assembler.
    Vous du CDP vous aller gouter à la colére de la rue et amorcer du coup votre declin !!! La Patris ou la Mort, nous Vaincrons

    Répondre à ce message

    • Le 6 juillet 2013 à 13:01, par salou
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Le CDP peut marcher toute l’année et mettre en place son machin budgetivore qui n’apportera rien à notre democratie. Mais cela va changer un jour car la génération consciente sera au pouvoir. La génération Blaise & Francois sera bientot revolue(Incha’allah) pour laisser place à la vraie democratie. Encore une fois ce senat sera nul. Ca fait pitié pour nos populations qui croupissent dans la misère et l’état ne pense que d’Institutions. Si a la place, on pouvait mettre la meme energie pour un plan de developpement économique. Ce regime ne sait rien faire pour le peuple (santé, education, emploi). Ca va sans changer mais un jour ca changera, peuple.

      Répondre à ce message

    • Le 6 juillet 2013 à 14:13, par SS
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Ce que moi je comprends pas, pourquoi on parle de decision consensuelle de la CCRP alors que la CCRP n’est elle même non consensuelle. A mon avis un machin inconsensuelle ne peut rien accoucher de consensuel.

      Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 12:17, par Trébi
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    L’opposition burkinabé à fuit le débat en son temps et aujourd’hui il veulent mener ce même débat dans la rue...

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 14:46, par Sissi
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Mon pauvre burkina.
    juste pour donner le poste de président à François.....
    Notre démogratie n’est pas aussi mature pour nécéssiter un senat.
    La route du developpement passe par le devloppement des routes ; Mais des interets individuels.
    Après le printemps arabe, ce sera l’hivers de l’afrique noire partant du bf.
    Le peuple a les yeux ouverts. les dirigeants doivent ecouter les manifestations de la rue.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 16:41, par tièkadiyé
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Bonsoir webmaster ! Je voulais vous envoyer des infos à chaud d’une manif des populations de Diapaga. Les gens réclament que la Police leur livre des "braqueurs arrêtés à Logobou pour un lynchage en règle. Ces derniers, en bande de 8 personnes selon ma source, auraient tué de sang froid 4 personnes dont une femme à Logobou.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2013 à 17:27, par TIENFO
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Mélégué est en train de rater l’occasion pour se racheter auprès du peuple burkinabé pour ses dérives politiques. Par conséquent, le dernier wagon pour rentrer positivement dans l’histoire notre vaillant peuple. Quel gâchis que ce soient les deux premiers de la cinquième République (la République de la famille C…) qui se donnent en spectacle.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2013 à 11:26, par koumakan
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    M.Mélégué TRAORE nous savons que le sénat c’est pour que la Compaorose demeure pour que vous continuez comme des sangsues à succer le sang du peuple. nous ne santons plus en vous le bon scout de jadis. que laisserez-vous aux jeunes si vous continuez dans cette lancée ? tient rien avant-hier mon patron voulait que j’aille photocopier les fiches de notation pour me faire noter parce notre ministère n’a pas donné des fiches pour cela. S’il y a de l’argent pour faire le sénat et qu’il n y en a pas pour reproduire des fiches de notation des travailleurs alors nous on dit : a bas le sénat. A bas la modification de l’article 37

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2013 à 13:09, par onelove
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Dr Melegue svp ! Ceux qui passent leur temps a le qualifier de Monsieur la !! Il n’est pas comme vous

    Répondre à ce message

    • Le 8 juillet 2013 à 11:31, par no-onelove
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      Dr c’est koi ? c’est grand mais c’est pas ça qui fait kil n’est pas monsieur. Même Blaise le président on lui dit monsieur. Dr c’est un diplôme de haut niveau académique kil a eu oui . Mais moi avec mon diplôme de bas niveau ou intermédiaire académique est-ce que l’on m’appelle bachelier un tel , licencier un tel ou maitrisé d un tel ? Il est comme moi, c’était le camarade de tout le monde sous la révolution, même s’il est passé docteur avec tous mes respects il est monsieur et ailleurs il risque même d’être qualifié du sieur Mélégué.
      C’est comme ça vous faites et les Guiro ne sont pas comme tout le monde.
      Amuseur là !

      Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2013 à 14:14, par Roum de Gatineau
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Ce Mélégué ne peut pas faire autre chose que de soutenir son bienfaiteur Blaise Compaoré. En fait il a oublié son passé récent lorsqu’il roulait lui même sa voiture et sans chauffeur et quand il était même incapable de mettre la clim dans sa voiture.
    Il ne se souvient plus de comment il a quitté l’AN.
    J’ai pitié pour ces politiciens burkinabés.

    Répondre à ce message

    • Le 8 juillet 2013 à 10:19, par Siidnooma
      En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

      les Mélégué et autres sont les intellectuels du CDP. Ils sont là pour justifier tout ce que le Prince veut. Si le Parlement décidait de vendre le pays à Blaise Compaoré, les Mélégué et autres vont sortir pour justifier cette décision avec des arguments ’’convaincants’’. c’est leur role. C’est après le départ du Prince qu’ils vont sortir encore pour justifier leur comportement d’alors et s’il vous plait avec des ’’ arguments convaincants’’...encore.

      Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2013 à 11:35, par la loupe
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Mr Mélégué Traoré, ancien president de l’assemblé national, vous n’avez plus de carrière à faire donc soyez sage et peut être l’avenir vous sera clement. vous savez plus que nous que le Senat, au dela de son coùt de fonctionnement n’apportera rien au fond de la democratie si ce n’est que dans sa forme. Et même si il était à zéro (o) francs on pense qu’il est judicieux de renforcer d’abord l’existant en lui donnant les moyens dont elle a bésoin pour rayonner comme une institution autonome. quant à mon chers président, ton bilan n’est pas aussi mediocre même si tous les présidents qui ont un tel passé finissent tous de la même mamière je pense que l’exception est possible, sachiez quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2013 à 12:30
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    L’opposition à eu raison de ne pas participer a ce cirque de CCRP. Le principal point non consensual qu’est l’article 37 ( Article de trop pour François COMP) est entrain d’etre discuter aujourd’. Djaffar vous a prévenu. C’est un Article de SANG. Si vous le changer.........c’est vous meme ki vous etes conduit a l’Abattoir.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2013 à 17:04
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Hé Mélégué, toi aussi..... Tu n’a même plus honte quoi ??? Tu te souviens bien que tu étais le président de l’Assemblée nationale en 2002 mais par contre tu ne te souviens plus ce que vous aviez avancé pour supprimer la chambre des représentants ???

    Q1 : En 2002, pourquoi vous n’aviez pas donné assez de pouvoir à la chambre des représentants, si le problème de cette chambre était son manque de pouvoir ???

    Q2 : En 2002, pourquoi donc vous vous empressiez de voter les lois quand elles sont encore entrain d’être examinées par la chambre des représentants ???

    Q3 : Est-ce que ce sénat n’est pas le filet de récupération que tu espérais, depuis qu’on t’as usé aux salles besogne de ce pouvoir ???

    En tout état de cause, Dieu te vois et tu n’échapperas pas au Tribunal de Dieu pour tout le mensonge et le tort que faites aux plus faibles ! Tu dois avoir honte et te teindre tes cheveux en noir car, les cheveux blancs ne manifestent aucune sagesse chez toi !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 22:01, par Pita
    En réponse à : Mélégué Traoré : Il y a consensus au CDP sur la question du Sénat

    Nous pouvons aussi etre d’accord avec le senat mais bien avant il faut que blaise descende du pouvoir. Oui au senat dans l’apres blaise. S’ils sont pas d’accord , on va simplement tout bruler et tout le monde perdra pour de bon. Au mois on aurait mis fin a la dictature du regime et rendu justice a toutes ces victimes du regime.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés