Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

mardi 31 juillet 2012 à 10h57min

Le mois du juillet est le plus souvent celui réservé aux ordinations sacerdotales dans l’Eglise catholique du Burkina. Cette année, des jeunes se sont encore consacrés au ministère sacerdotal. Dans le diocèse de Ouahigouya, 4 d’entre eux ont dit " oui " au Seigneur. Ils sont désormais oints pour toujours et engagés totalement dans l’annonce de l’Evangile. Parmi ceux-ci, Abbé Souleymane Prosper Ouédraogo, mérite attention car issu d’une famille musulmane. De surcroit, son père est El Hadj. Cet exemple de tolérance interreligieuse, à la fois non unique et non ordinaire, nous exhorte à faire de l’amour du prochain le fondement premier de nos relations interpersonnelles.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Samedi 7 juillet 2012, Souleymane Prosper Ouédraogo n’appartient plus à sa famille humaine, mais bien à la grande famille des prêtres de Jésus Christ. Oint par la grâce indélébile du sacerdoce, il est désormais annonciateur de l’Evangile du Christ, au service de Dieu et de ses frères et sœurs. Quand certains de ses promotionnaires du Petit Séminaire l’ont vu se parer de sa jolie chasuble et de sa belle étole, ils n’ont pu s’empêcher de ressentir un petit regret au fond du cœur, pour n’avoir pas été élus comme lui en ce si beau jour.

Mais ne dit-on pas que " Beaucoup sont appelés, et peu sont élus " ? Ces derniers se sont donc " consolés " en se remémorant ce qu’on avait l’habitude de leur dire à Koudougou : " Que tu sois prêtre ou marié, dans tous les cas, c’est Jésus qui gagne ". Et c’est vrai en plus ! Bref, là n’est pas la question, revenons à notre sujet du jour, à savoir l’un des nouveaux prêtres, l’abbé Souleymane. Prosper Ouédraogo, le fils de El Hadj Laalewaya Boukary Ouédraogo et de Amssétou Justine. Arrivé à Tikaré (situé à 135 km de Ouagadougou) à 3 ans, le petit Souleymane a été bercé dans un milieu catholique et s’y est plu. Au fil des ans, il a été baptisé, confirmé et a reçu l’appel de Dieu de se former en vue du sacerdoce ministériel. Et Ladji dans tout ça ? Son père, contre toutes attentes, n’y trouva pas d’inconvénients. Bien au contraire, il a accueilli cette nouvelle avec joie, en témoigne le fait qu’il ait pris en charge la formation intégrale de son fils depuis l’école primaire jusqu’au Grand Séminaire Saint Jean-Baptiste de Wayalghin, en passant par le Petit Séminaire Notre Dame d’Afrique de Koudougou. Et voilà : après quinze années d’études et cheminement aux petit et grand Séminaires, le fils de Ladji est consacré prêtre.

El Hadj Boukary est resté convaincu que Dieu est unique, malgré la diversité des voies pour l’atteindre. Il se dit fier de savoir qu’un musulman comme lui puisse offrir à Jésus Christ un prêtre pour le service de l’Eglise. Si pour l’abbé Souleymane Prosper Ouédroago, "la vraie religion est une religion d’amour", pour l’Evêque de Ouahigouya, Monseigneur Justin Kientega, à qui il a juré obéissance, l’exemple de ce brassage de religions " est un acte de confiance en Dieu qui ne fait pas de distinction entre les hommes. Ce Dieu nous accepte tel que nous sommes, et malgré nos cheminements différents, nous comptons tous un jour nous retrouver auprès de Lui. " Mgr Justin Kientega résume toute l’histoire en soutenant que le bon esprit travaille à unir, tandis que le mauvais, l’odieux entraîne haine et divisions. Et c’est peu de le dire.

Ce que nous commande cette histoire

Au-delà de ce cas qui peut paraître banal pour quelque esprit, il reste un exemple palpable de ce que la paix et le dialogue, surtout entre nos différentes confessions religieuses, constituent les meilleures garanties pour maintenir et consolider la stabilité de notre société. Là où l’intolérance et la violence ont prévalu, la division a toujours pris le dessus. Les exemples existent, et non loin de nous, qui nous rappellent que la paix et la tolérance ne sont jamais des acquis. Bien au contraire, notre devoir constant doit être de toujours œuvrer main dans la main à consolider les bases de nos relations humaines par la promotion de la tolérance, du dialogue, du respect, de la compréhension… mutuels. Admettre chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes propres, respecter la liberté de conscience et ouvrir son esprit à ceux qui professent une religion ou des doctrines religieuses différentes, voilà le mode de vie qui doit définir les vrais hommes intègres.

Hermann GOUMBRI

(Correspondance particulière)


Propos de trois acteurs majeurs : au sortir de la messe à la paroisse de Tikaré

Abbé S. Prosper O., après sa 1ère messe à la Paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception de Tikaré (14 juillet 2012) :" La vraie religion est une religion d’amour "
" Merci à tous ceux qui sont venus me soutenir en ce jour de ma messe d’action de grâce à Tikaré. Je suis très content et très ému, vu la situation particulière dans laquelle Dieu m’a rejoint et ma choisi. Je lui rends grâce pour tous ses bienfaits. Par rapport à la question de la tolérance interreligieuse, je reste convaincu qu’au-delà des considérations humaines, au-delà de ce que nous avons, et compte tenu de nos limites humaines, ce que Dieu veut pour nous, c’est d’être unis. Même si nous appartenons à des religions différentes, son amour et sa volonté pour nous commandent que nous restions membres de la famille humaine. En ce qui me concerne particulièrement, le papa a bien compris la chose et moi aussi j’ai bien compris par rapport à l’expérience que j’ai vécue.

C’est donc dire que je n’ai pas rencontré de difficultés majeures par rapport à la différence de religions entre mon père et moi. Bien au contraire, il m’a toujours encouragé, a pris en charge mes études de bout en bout jusqu’à ce jour heureux. En tant que père, il m’a toujours regardé comme son fils. J’encourage tous ceux qui vivent des situations difficiles dues à l’intolérance religieuse de garder confiance, car il est évident que beaucoup n’ont pas eu ou n’ont pas la chance que moi j’ai eue avec mes parents. Il faut qu’au final, ce soit l’amour de Dieu qui l’emporte. Travaillons à cela. A tous les croyants, je lance cet appel : la vraie religion est une religion d’amour, c’est-à-dire rechercher l’amour les uns pour les autres, en bannissant toutes sortes de violences. "

- El Hadj Boukary Ouédraogo, père du nouveau prêtre :" J’ai converti ma femme à l’Islam et rendu à l’Eglise un prêtre "
" Ce que j’ai fait s’apparente à un " coup d’Etat " contre les catholiques. En effet, la mère de mon fils était catholique quand je l’ai connue. Et pour la marier, j’ai dû me faire passer pour un catholique du nom de Emile. Mon coup a bien marché et on s’est mariés. Seulement après le mariage, je l’ai convertie à ma religion qui est l’islam. Si mon fils est prêtre aujourd’hui, je prends cela comme une réparation de ce que j’ai fait pour pouvoir épouser sa mère. Brièvement, j’ai pris une fille catholique et j’ai rendu à l’Eglise un fils prêtre. Tout ceci est symbolique de la bonne cohésion et de la tolérance qui existent entre nos deux confessions religieuses. Je peux dire que c’est Dieu qui a fait son œuvre. Je remercie donc Dieu, l’Evêque ainsi que tous les fidèles catholiques de Tikaré et d’ailleurs pour leur soutien et leurs prières.

Dieu fasse que l’enfant accepte jusqu’au bout sa volonté. Qu’il exauce ses vœux en notre faveur. Je suis El Hadj, mais je sais que Dieu est unique, même si les chemins pour parvenir à lui sont divers. On a connu des cas d’intolérance religieuse ici à Tikaré. Souvent, lorsque des musulmans organisaient le baptême de leurs enfants, les catholiques venaient communier avec nous. Mais lorsque ces derniers avaient une manifestation, nous musulmans, on n’était pas prompt à y aller. Avec le temps, on s’est concerté entre nous musulmans et on a estimé que notre attitude n’était pas convenable. Finalement, on s’est convaincu qu’aller à une activité des catholiques ne nous obligeait pas cependant à faire comme eux, et inversement, mais que cela était simplement un signe de largeur d’esprit et de communion fraternelle."

- Monseigneur Justin Kientega, Evêque de Ouahigouya : " Le bon esprit travaille à unir, et le mauvais divise "

" Je suis là pour signifier ma gratitude au père du nouveau prêtre et à toute l’Eglise famille de Dieu à Ouahigouya pour cet acte de foi. Le cas de Ladji Boukary et de son fils prêtre constitue pour nous chrétiens un acte de confiance en Dieu qui ne fait pas de distinction entre les hommes. Ce Dieu nous accepte tel que nous sommes, et malgré nos cheminements différents, nous comptons tous un jour nous retrouver auprès de Lui. Le processus de recherche de paix, de cohésion, d’entente et de dialogue a des fruits que nous n’espérions pas humainement. Mais le Seigneur a su répondre à nos prières aujourd’hui. Le peu d’expériences de deux années dans ce diocèse de Ouahigouya, fortement islamisé, me donne la certitude que nous pouvons vivre en paix les uns avec les autres, en toute symbiose. Voir dans nos écoles catholiques beaucoup d’enfants musulmans veut dire qu’il y a une certaine confiance, une certaine volonté de vivre en paix, dans l’harmonie entre nos deux familles religieuses.

Ils nous confient leurs enfants, sachant bien comment nous les éduquons. L’Esprit du Seigneur travaille vraiment pour que le dialogue soit une réalité ici. Le bon esprit travaille à unir, et le mauvais divise. Dès que je suis arrivé comme Evêque à Ouahigouya, j’ai été bien accueilli par toutes les religions présentes dans la localité. Si le constat est positif, il ne faut pourtant pas baisser les bras, car le vivre-ensemble n’est jamais un acquis. Merci à Abbé Prosper et à son papa El Hadj Boukary pour ce bel exemple de tolérance. "

H.G.
Le Progrès

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 juillet 2012 à 02:40, par Jadis
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Que dieu bénisse et donne longue à ce ladji et bcp de courage à l’abbé souley.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 06:07
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    c’est bien cette tolerence religieuse et meme recommandé. mais tout ce que nous semons nous la recolterons tot ou tard et el hadj en a eu pour son compte. sinon en toute sincerité, quel pere convaincu de sa foi religieuse aimerais voir son enfant empreinter un chemin autre que le sien.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 07:05, par BERE
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Mes félicitations à El Hadj Papa et au Père Fils. Vous nous donner là un bel exemple de Tolérance inter religieuse. Que le Tout Puissant continue de nous assister.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 07:05, par citoyen libre
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    ça ne va rien dire le fait d’avoir un père El Hadj ou une mère Adja.
    S’il est prêtre c’est son choix et non celui de ses parents. Ne confondons pas les choses pour embrouiller les gens !

    moi je ne vois pas de lien avec la tolérance inter religieuse dans ce cas-ci mais plutôt une tolérance familiale !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 07:22, par OR
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Merci au Seigneur pour toutes ces grâces reçues par la famille OUEDRAOGO et pour ce témoignage de tolérance inter religieuse.
    Bon ministère à l’abbé Prosper.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 07:28, par Yelé
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    GLOIRE A DIEU : LA RTB DOIT FAIRE UN GRAND REPPORTAGE SUR CETTE SITUATION EXCEPTIONNELLE POUR CULTUVER DAVANTAGE LA TOLERANCE ET L’AMOUR DU PROCHAIN DANS NOTRE SOCIETE

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:06, par bouba
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Quel bel exemple !J’ai eu les larmes aux yeux en lisant cet article. Musulman pratiquant, je n’hésiterai pas à faire la même chose et même plus si je me trouverai dans la même situation. ANSARDINE doit être informé de cela.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:37, par croiyante
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    je suis trés émue de lire cet article, parce que c’est rare de voir ce genre de situation. c’est vraiment un bel exemple que Dieu bénisse son père.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:52, par Conscience du Faso
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Que la Grâce de Dieu soit avec la famille Ouédraogo pour sa grandeur d’esprit. Vraiment, je suis merveilleusement touché et épaté. Si je ne me trompe pas, c’est la première fois qu’on voit cela au Faso, peut-être au monde. C’est un geste honorable, divin à saluer. Ah ! Comme c’est beau et merveilleux de voir cela. C’est cela une famille épanouie. Franchement ce geste de Dieu Tout-puissant est très fort et plein d’enseignements pour tous les croyants du monde.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:53, par SIRAC
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Que de propos émouvants ! Oui, la vraie religion est celle de l’amour, le grand commandement de Jésus et la confession quotidienne des musulmans.Puissions-nous vivre tous les jours dans la bonne entente au Burkina Faso ! Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:54, par pag-noor la a loko
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Si tout le monde pouvait faire preuve d’une aussi grande tolérance religieuse, la vie serait bien meilleure.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 08:58, par Pat
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Vive la cohésion sociale. Aimons nous les uns les autres avec toutes nos différences car c’est cela qui rend le monde beau.

    Personne n’est revenue du paradis nous dire que telle religion est la meilleure. Confions nous à Dieu et cultivons la tolérance gage de paix, d’amour et d’entente.

    Je vous aime tous !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 09:34, par po
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    que le Tout Puissant bénisse cette famille, j’ai des larmes aux yeux !rien qu’hier j’ai assisté à une scène qui m’a bouleversé. Un voisin qui frappe son enfant de 5 ans à cause du carême, parce que selon lui s’il le laisse grandir il peut changer de réligion. j’ai imprimé l’article dans l’intention de lui faire lire mais je me rend compte qu’il est analphabète.
    merci à cette famille

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 09:49, par BIC
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Rien à dire, j’ai les larmes aux yeux en lisant l’article. Que dieu bénisse cette famille

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 09:58, par Jean-Pierre Abdoulaye
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Je sus très touché par les propos du père du Père Souleymane : "j’ai pris une fille catholique et j’ai rendu à l’Eglise un fils prêtre. Tout ceci est symbolique de la bonne cohésion et de la tolérance qui existent entre nos deux confessions religieuses. Je peux dire que c’est Dieu qui a fait son œuvre".Quelle audace pour un musulman qui plus est El Hadj. Courage ! Je suis persuadé qu’à travers ses paroles fortes, l’Esprit de Dieu, le Saint Esprit souffle au delà des barrières humaines. Cet exemple dément l’actualité marquée par la violence au nom soi disant de la religion. Je souhaite bonne mission au Père Souleymane. Par cet engagement presbytéral et pastoral c’est toute la famille qui bénéficie des grâces divines. C’est le peuple burkinabé qui se consolide dans sa vie interreligieuse. c’est vraiment symbolique.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:09, par LoiseauDeMinerve
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Paix et salut sur EL HADJ OUEDRAOGO et son EPOUSE (mère). Que le Dieu Tout Puissant, l’Unique, Créateur de l’Univers l’ennoblisse et qu’il soit un repère de l’amour des autres, de la tolérance. Je suis protestant et très admiratif de la vie de cet El Hadj.

    Je propose que le 11 décembre dans mon Koudougou de fief, El Hadj et Adja, s’il ne sont pas encore décorés, soient décorés à l’Ordrte National (SVP) pour l’amour et l’exemple. Que Dieu les bénisse

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:13, par LYRO
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Que Dieu bénisse le ministère du Prêtre et bénisse toute sa famille un tres bel exemple vive la cohésion interréligieuse

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:19, par la verité
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    ya ladji et puis y a ladji car il ne suiffi pas d avoir de l argent pour allez a la mècque.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:22, par Pasteur
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Vraiment émouvant, cet article...
    Félicitations au journal LE PROGRES pour son sérieux et surtout sa ligne. J’avoue qu’au départ j’avais une phobie pour ce canard parce qu’on le dit proche du pouvoir (en claire, que cè le journal du CDP). Mais les analyses et autres sujets abordés montrent vraiment autre chose. Et c’est au mérite des jeunes filles et hommes qui l’animent. Je vous exhorte à rester sur votre lancée : ne pas verser dans des éloges absurdes(suivez mon regard) ne pas aussi verser dans les dénigrements et autres injures(suivez aussi mon regard). Même si le métier est le plus ingrat... DIEU vous donne la force de rassembler et de construire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:24, par çaksida
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Dieu benisse le Burkina Faso !!!
    C’est émouvant, suis fier de ce grand monsieur, de cette famille pleine d’amour !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:29, par DUOLO
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Extraordinaire, ce qui est arrivé à cette famille Ouédraogo. Un ladji accepté que son fils soit prêtre de Jésus Christ. Il faudrait traduire ce texte en anglais et faire parvenir cela à un journal du Nigéria et qui sait que cela fera réfléchir et pourquoi pas changer certains extémistes réligieux.Et même au Faso, ce message doit être largement ventilé en langues nationales car il existe aussi quelques extrémistes tapis dans l’ombre qui continuent de torpiller leurs enfants. Dans certains diocèses du Burkina, ce jeune ne serait jamais ordonné parce que ces géniteurs ne sont pas tous deux catholiques.J’en connais qui ont été victimes silencieuses de cette intolérance réligieuse où à ce jour un enfant hors mariage ne peut accéder par exemple à l’ordination sacerdotale donc au chasuble de Jésus Christ et c’est dommage car nul n’a le droit de juger son prochain sur la croyance sauf Dieu.Bon vent à Mr l’Abbé S Prosper Ouédraogo et à ses parents exemplaires.

    Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 17:04, par yako
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Le titre n’est pas neutre donne l’impression de lire un bulletin paroissien. et pourquoi pas influencé par le médias-moi meme dans ma famille 99% musulman le cousin maternel de mon gd-père s’appelait Géorges et sa soeur Bernadette tjrs vivante à Toma étaient acceuilli chez nous (Kougny) dans ma famille comme les leur.Il faut noter que mon gd père était l’imam du village bien que....donc Je donnerai à ce fait divers le titre " symbiose réligieuse en famille,respect et différence" c’est plus élégant snon on fait pub pour une partie au final une autre forme de violence..

      Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:42
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Très emu...bel exemple de tolérance !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:43, par Tiéfotiè
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Que du bonheur ! Voila des gens qui véritablement compris le vrai sens de la réligion, car la réligion est faite pour s’aimer, pour s’unir et vivre ensemble en toute harmonie, en toute quiétude. Belle leçon pour les Ansardine et autre MUJAO.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:48, par parlepasboku
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    AMAZIINNNNGGGGGG ! ENVOI CA AU LYBAN EN SYRIE EN PALESTINE ET EN EGYPTE COMME EXEMPLE DE PAIX ET TOLERANCE
    MAVAIS MEME

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:51, par Wendyam
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Bel article,

    J’ai été émue à la lecture de l’article. c’est un très bel exemple pour nous tous, une belle leçon d’humilité, acceptons nous les uns les autres avec nos différence, cultivons la tolérance. Nous prions tous le même Dieu, j’en suis convaincue, nous croyons tous qu’il a un être supprême qui nous a donné le souffle de vie et qui veille sur nous. , nous avons réussi le pari de la grande diversité culturelle avec la parenté à plaisanterie, maintenant nous devons cultiver nos relations avec les autres confessions religieuses à l’instar de ce beau témoignage, cela semble banal, mais nous serons sur le chemin d’une paix durable et méritée.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:55
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Voilà qui illustre bien que la tolérance et la compréhension mutuelle, quelles que soient nos différences de points de vue ou de religions, sont les ferments pour construire une vraie paix et une solidarité agissante entre nous. Ce type de comportement gagnerait à etre suivi, vu la gangrène de l’intolérance absurde et aveugle qui mine beaucoup de nos Etats (Mali, Nigéria…) et qui malheureusement font au quotidien de nombreuses victimes. Ce El Hadj a démontré sa grandeur d’esprit, et il n’est pas pour autant moins musulman que ces radicaux insensés qui tuent au nom d’Allah. Allah ou Dieu, ou Wenaam n’a jamais commandé de tuer son semblable en son nom, et les vrais adorateurs de son nom, savent d’abord respecter autrui. Dieu fasse que chaque jour nous gagnions plus en amour les uns pour les autres, pour un BF plus épanoui et épargné des affres d’une fratricide.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:57, par Bénéba
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Quel miracle. Que le Seigneur tout puissant soit loué. En ce mois béni de ramadan, Dieu a révélé ce bel exemple pour davantage amener les religieux du Monde à s’accepter sans tenir compte de la différence de religion. Cultivons en nous et autour de nous cette tolérance religieuse. Prônons cela dans les mosquées, dans les églises et temples pour que triomphe la religion d’amour, de pardon et de partage.
    Je demande au ministre de la communication de faire initier des reportages radio et télé auprès de ces heureux élus de Dieu et de bien vouloir diffuser leur message en langue à tous les burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 10:59, par Le même
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé S. Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    J’ai déjà vu une musulmane qui me disant que son frère jumeau est moine ici au FASO.je connait aussi une famille où le défunt père était Assemblée de Dieu ainsi que l’est la maman.Mais cette famille a donné deux(2) prêtres à l’Eglise Catholique dont un en Côte d’Ivoire et l’autre est Missionnaire Père Blanc. Que c’est beau la tolérance religieuse.Des exemples qui doivent nous servir tous....

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 11:10, par moi
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    la tolérance inter-religieuse dans le mariage est aussi nécessaire. si mon (peut être) futur beau père était comme ce monsieur il ne m’exigerai ma "conversion" avant d’épouser sa fille. cet exigeant à détruit et continuera de détruire la vie nombreuses personnes
    Dieu bénisse cette brave famille, modèle

    Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 13:47, par Me2I
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Eh oui, malheureusement dans toutes les communautés religieuses il y’a des radicaux qui détruisent et qui continueront de détruire des couples.

      Dans ton cas c’est une famille musulmane qui réclame ta conversion et bien j’en connais ou c’est toute la communauté protestante qui s’érigent contre l’une union d’une connaissance.

      C’est du kiff kiff bourico.

      J’appelle les musulmans, protestants, chrétiens et autres d’être tolérants, surtout que nous savons que dans notre cher Burkina, tous font avec les ancêtres au village ( un poulet immolé par la, une grosse superstition par la, un sachet noir par ci... ) et c’est pour sortir crier au nom de Jesus ou de Mohamed.

      La foi étant personnelle personne n’ira au paradis à la place de l’autre. Donc soyons tolérant.

      Paix, Amour, Tolérance et que cette famille soit bénie. Elle doit être un exemple pour toutes les communautés religieuses.

      Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 11:13, par El Hadj
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Aléloua, Amina...!

    Que c’est beau, que c’est beau, que c’est beau !!!!

    Vive ce Burkina des valeurs indéniables. Vive le Burkina Faso de l’INTELLIGENCE !!!
    Sincèrement, les mots me manquent...
    Merci chers braves constructeurs du journal LE PROGRES et bon vent à votre canard.
    El Hadj

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 11:23, par Myriam
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Mon FASO, je suis fière de toi.
    Loin, à des milliers de kilomètres de ma terre natale riche de sa soixantaine d’ethnies et de ses multiples religions
    Mon FASO, pauvre mais INTELLIGENTE...
    Suis FIERE....
    Merci, chers frères et soeurs journalistes du journal LE PROGRES pour nous avoir gratifier d’un tel élément à une époque TRES TRES IMPORTANTE.
    DIEU bénisse votre journal dans son oeuvre de construction d’une société de tolérance !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 11:59, par Integriste
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Voici un exemple qui montre que vous n’etes pas des vrais musulmans. Vous etes des infideles. Il faut avoir le courage de le dire. Vous refuser de parler arabe, vous refuser de vous convertir tous et devenir des vrais musulmans comme beaucoup d’arabes. Lisez le coran et vous comprendrez ce que ça veut dire etre musulman

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 12:13, par N’Djolé
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Si vous avez lu cet article sans que des larmes ne vous coulent, c’est que vous êtes soit sans foi, soit « ansardinés » (donc hypocrites) ou tout simplement vous ne l’avez pas compris. Tout ce que je voulais dire à mes frères en Christ du Burkina et plus précisément du diocèse dont relève cette famille de Ladji et de prêtre, c’est de cotiser pour soutenir Ladji et sa femme à (ré) faire un pèlerinage à la Mecque. Tout simplement.
    L’exemple de Ladji est plus poignant et parlant que le spectacle effarant qu’on nous présente lors des différentes fêtes religieuses qui consiste pour les dirigeants religieux d’aller s’asseoir regarder hypocritement, éhontément et comme des spectateurs d’autres gens prier. On peut assister physiquement à quelque chose et la condamner au font de soi comme on peut soutenir de cœur quelqu’un ou quelque chose de loin. Ecouter certains messages delivrés par certains de ces « spectateurs » d’un jour une fois qu’ils ont quitté ces lieux de « spectacle » et vous comprendrez. Ladji, tu n’as plus besoin de ce genre de spectacle pour montrer ta hauteur d’esprit, même si je ne condamne pas que tu ailles. A travers toi je reste convaincu que l’Islam est une religion de « tolérance », même si certains de vos « égarés » vous font honte au nom de la haine humaine et refusent qu’on leur remonte les bretelles du bon croyant.
    Ce qui est sûr moi mes meilleurs amis sont des musulmans. Et j’envisage épouser une musulmane croyante sans lui intimer l’ordre de croire de la même façon que moi. Car je suis certain d’une seule chose : il n’y a pas de meilleure religion. Il n’y a que de mauvais croyants et pratiquants. Et si je dois aller en enfer pour avoir aimé mon frère qui n’est pas de la même religion que moi, que j’y aille. Quand Jésus dit « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » il ne s’adresse pas qu’à ceux qui le suivent, mais à tous les êtres humains. Sinon son message ne s’adresserait qu’aux israéliens, si ce n’est aux douze apôtres.
    La rivalité entre les religions est née du fait des hommes qui veulent avoir le maximum d’adeptes pour se faire le maximum de sous. Jésus est né modestement, a vécu modestement et mourut modestement, ressuscité victorieusement et est allé au Père avec toutes ses gloires. Mahomed naquit humble—orphelin à l’âge de six ans—excusez, chers frères musulmans du mensonge— vécut humblement et mourut comme tel et plein de sagesse. Mais regardez la bombance dans laquelle vivent certaines personnes qui parlent aux noms de ces deux, du simple fait qu’ils sont dirigeants religieux, mais pas pour avoir versé leur sueur. Que Dieu bénisse la famille de Ladji et à travers eux, tout le diocèse.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 12:15, par MC
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Salut Cher Internaut !
    Si tout le monde pouvait etre ainsi, c’est le paradis divin qui viendra nous combler sur terre. Cela me fair penser a mon pere qui Musulman Pratiquant qui a accepter prendre en charge tous mes frais pour mon bapteme me rendant un Chatolique Pratiquant !
    Par ma propre experience de tolerance intereligieuse, j’ai appris que Dieu est Amour et est tres loin des differences inutules des Hommes !
    S’il plait a Dieu j’aurai surprendre le Papa !
    Que Seul, La volonte de Dieu soit faite

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 12:48, par dul
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    C’est un non-évènement,car ces cas sont légion ;en témoigne le très populaire pasteur Karambiri Mamadou.Son géniteur était un maître coranique.Pas un simple ladji

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 13:12, par Myriam
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    A l’internaute "dul". ça te fait qu’on en parle autant de fois qu’il faut ? cè toi qui payé les pages du journal et l’espace des internautes ! Si c’est un non-évènement, pourkoi es-tu intervenu ? étais-tu obligé ? cè pour éveiller la conscience de vous otre...merde !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 13:23, par un prêtre qui connaît un peu le Coran
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Le Coran dans la sourate Al Ma’ida parle du
    potentiel d’amour enfermé dans le cœur des Chrétiens et de l’Humilité des Prêtres et des moines :

    "Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : "Nous sommes chrétiens." C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil." Coran (sourate 5, verset 82 )

    Nous demandons donc la grâce de l’humilité et celle de la fidélité pour l’abbé Souleymane Prosper.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 13:31, par indjaba
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Il y a eut plus émouvant et nos journalistes font semblant de ne pas le révéler. Combien de parents sont restés animistes et ont donné des prêtes, des Ladji et des pasteurs dans ce pays sans qu’il n’ y ait rupture dans la famille ? C’est innombrable. Mais les journalistes ne trouvent pas ça émouvant. C’est musulman qui a donné prête ou bien pasteur qui est émouvant. Rester là avec des croyances importées et vous subirez le même sort que les ressortissants du Nord Mali. Quand on importe la religion d’autrui on doit la pratiquer bien sinon on mérite la lapidation à mort. Sinon dans le Coran, il est dit que celui qui n’est pas musulman est un infidèle et mérite d’être combattu. Il par ailleurs dit dans la Bible que nul ne va au père sans passer par moi (Jésus). Sans hypocrisie, la tolérance dont vous faites cas ici ne relève que de la vue de l’esprit sinon les écriture sont claires. Sinon est rigoureux dans l’application des textes, il n’y a vraiment pas amitié entre les religions dites révélées. C’est l’animisme seul qui ne dit pas que celui qui n’est pas animiste est un ennemi ou bien n’ira au ciel. Mais indjaba si les Noirs sont complexés jusqu’à la moelle.

    Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 16:05, par N’Djolé
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Ansardine ne trouvera pas que ceux qui ont commenté ici, mais y compris toi. Et pire si ce que tu dis était vrai, tu devais être combattu puisque tu n’es ni chrétien ni musulman, toi qui en sais tant à propos de ces religions « importée » selon ta minable conscience et connaissance.
      Sans vouloir ouvrir une polémique sur ton ignorance de la religion, je me fais le devoir de te situer un peu. Toi qui en sais tant, peux-tu nous dire si au moment ou ces religions naissaient Dieu ou un de leurs prophètes a dit que le Christianisme appartenait aux Israéliens ou l’Islam aux arabes ? Sache que ces deux ont été combattus par leurs propres peuples—rappelle-toi l’adage selon lequel nul n’est prophète chez toi que tu peux vérifier dans la Bible. Dans la Bible (pour ce que je sais le plus) Jésus a même dit : « Allez et faites de toutes les nations mes disciples » et non faites du Moyen-Orient mes disciples encore moins de l’Israël. Mieux les Juifs ne sont pas chrétiens mais majoritairement du judaïsme.
      C’est des enfoirés comme vous autres qui ont privé l’Afrique de sa part dans les grandes évolutions du monde en pensant que dans les évangiles aucune mention n’est faite des noirs. Quand on est fier d’entendre le nom de l’Egypte cité dans la révolution scientifique on doit l’être aussi quand on sait qu’une partie du récit biblique s’y est déroulée et écrite parce que l’Egypte c’est en Afrique. De même penses-tu que Dieu devait révéler sa parole (la même et de la même façon) au Moyen-Orient et en Afrique en même temps, ou en Afrique en non ailleurs ? Auquel cas que diraient les autres continents qui n’auraient pas vu naitre ces religion. Tu es libre d’être athée ou animiste mais tu as l’impérieux devoir de ne pas raconter des cochonneries sur ce que tu ignores le plus.
      A ceux qui parlent de non évènement je dis ceci. Les cas que vous cités s’ils méritent d’être médiatisés, il vous appartient d’en parler dans la mesure où le journal ne peut pas tout voir. Il parle de ce qu’il sait, connaît et/ou a vu. D’ailleurs dans certains de ces cas ca a été au péril de ces derniers, qui n’ont pas été soutenu comme Abbé Ouédraogo, s’ils n’ont pas été simplement bannis. Dans le meilleur des cas leurs proches ont vu en eux des démons, des parjures, du sacrilège ne mentionnant même pas leurs noms comme membres de la famille, et au pire des cas des gens à abattre. Ils les prennent comme des gens qui leur font honte. Ici, Ladji est fier de son rejeton et de ce qu’il est et en parle fièrement. Donc tais-toi, il n’est pas donné à tous de croire et surtout de bien croire.

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 22:44
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      AVE Indjaba, l homme integre fache te salue.
      Rien a Ajouter

      Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 14:15, par Bernard TANKOANO
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Merci à Papa Ladji et à son fils pour cette leçon d’Amour de Dieu et de tolérance religieuse. Dieu fasse que ce acte devienne un ferment dans ce monde où l’intolérance religieuse prend souvent le pas sur le vivre-ensemble. Heureux sacerdoce mon cher Abbé Prosper. On peut dire que les Yadsé ont commencé à grandir d’esprit grâce aux bons conseils de leur Maitre Sa Majesté Kupiendieli, Roi du GULMU. Dieu bénisse la famille Ouédraogo

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 14:29, par moimeme
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    que de personnes auraient trouvé un foyer heureux si leurs parents leur avaient permis de se marier à des personnes d’une autre réligion !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 14:35
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Cela permettra de lever certaine barrieres.Mais soyez en sure la grand majorité des musulmans surtout et malheuresement ceux qui sont dans nos universités c’est à dire la future elite musulman de ce pays continuera à nos assomés que la seul façon d’atteidre le Paradis c’est d’etre musulman.J’aimerai bien que c’est gas la me donne une explication valable de ce fait.S’il vous plait nous avons besoin de faire de notre pays un avre de paix

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 14:36, par moimeme
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    l’intolérance religieuse est la pire des cécités !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 14:46
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Moi meme mon pere est hadj ma mere ma grande tous eté à la mecque et après j´ai choisi de devenir catholique et il n´ont aucune raison de s´opposer.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 15:03, par Souly N. Stéphane
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    En 1991 alors que j´étais encore étudiant en Algérie, j´ai vu et vécu des choses incroyables. Seules des circonstances dont je saurais d´ailleurs décrire m´ont donné le courage de finir mes études dans ce pays. Un soir du mois de Ramadan, peu avant la coupure du jeûne, devant une boutique je me suis aligné comme tout le monde afin d´acheter du pain ! Quand ce fut mon tour, le vendeur me demanda comment je m´appelais. Sans vouloir mentir je lui dis mon nom : Stéphane
    Alors il me répondit : « Dans ce cas je ne peux pas vendre mon pain á un juif pendant le ramadan. Eloignes toi de moi ! Je ne vendrai pas mon pain à un non musulman pendant le ramadan ! »
    Je suis resté glacé quelques secondes puis je me décidai á continuer mon chemin. A peine 200 mètres plus loin. Je fis de nouveau le rang devant un autre vendeur de pain. De nouveau mon tour arriva, et là encore le vendeur me demanda si j´étais musulman, je lui répondis que non : Il fit appeler son épouse par la porte, puis s´adressant à moi, il me dit : « le pauvre ! Comment faites vous alors pour survivre si vous n´êtes pas musulman et que les restaurants sont fermés pendant le ramadan ? » Il me fit asseoir, et demanda à son épouse d´apprêter un plat de soupe de vermicelles, de la viande de poulet et du couscous pour moi. Plus encore il m´offrit une bouteille de soda que l´on appelait communément « Gazouss ». Il me donna 04 baguettes de pain et demanda à son fils de me conduire en voiture à la citée universitaire où j´étais logé. Plus étonnant il refusa de prendre l´argent du pain que je lui tendais. Cette histoire je l´ai vécue. Elle n´est ni une imagination, ni une invention ! Cette histoire s´est passée dans la même ville de Médéa en Algérie, dans un même quartier. Naturellement ceci aussi est un non événement ! Les hommes sages ou cultivés ou croyants verront en ceci la manifestation de la foi et de l´amour entre les hommes. Mieux ils nommeraient ceci intolérance et tolérance selon les cas !
    Pour terminer, lisez attentivement cette histoire, et vous comprendrez peut-être. Un jour je me suis retrouvé dans un grand magasin á Oran toujours en Algérie. Je voulais y acheter un Coran pour un ami à mon père, lequel était un Iman á Doudoulma. Quand je suis rentré dans le magasin, le propriétaire me fit appeler et me demanda ce que je cherchais. Je lui fis comprendre que j´étais à la recherche d´un coran, pour un ami à mon père, et je pris soin de préciser que ce coran ne devait pas coûter plus de 10 dinars. Le grand barbu devant moi me demanda si moi-même j´étais musulman ! Je répondis que malheureusement non. Il me demanda de m´asseoir. Il fit venir un serviteur, l´homme semblait vraiment être aisé. Il donna des instructions à son employé, puis quelques minutes plus tard, ce dernier revint avec un gros coran luxueux dont la couverture était en cuir, et une mallette remplie de cassettes audio. À peine a-t-il commencé à emballer que je lui fis savoir que je n´avais certainement pas suffisamment d´argent pour pouvoir payer tout ce qu´il faisait emballer, et que je me contenterais d´un tout petit coran !
    À cette remarque, il laissa éclater un large sourire, puis prenant un air mi-sérieux, mi-méchant, il me dit : « Homme de peu de foi, taisez-vous ! Qui vous a dit que l´on voit le coran á un non musulman ? Notre prophète, paix sur lui, nous a enseigné qu´un non-musulman qui achète un coran pour un musulman, recevra un grand cadeau au ciel ! Vous êtes égoïste vous, pourquoi voulez-vous garder ce cadeau pour vous seul. Moi aussi je veux ma part de ce cadeau ! Alors remettez tout ce que je vous ai donné à l´ami de votre père et demandez lui de penser aux hommes de peu de foi comme vous ! » Il fit emballer le tout et me le remit sans même prendre un seul rond ! Je suis ressorti tout honteux du magasin. L´histoire ne s´est pas arrêtée là, mais ce n´est ni le lieu ni le moment de raconter la suite. Je voudrais seulement dire que tout ce que nous vivons doit nous inspirer ! À l´Abbé Souleymane Prosper Ouédraogo, je souhaite plein succès dans sa mission. À El Hadji Boukary Ouédraogo, je souhaite également plein succès dans sa vie. Si le Burkina pouvait dans son ensemble être l´image de cet homme et son fils, hé bien nous n´en serions pas là où nous en sommes aujourd´hui ! Moi je voudrais être aussi tolérant qu´eux ! Je voudrais pouvoir sortir souvent de l´ordinaire ! Un peu comme le décrit cet article qui passionne tant les débats !

    Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 16:47, par la coudée
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Ah frère Stéphane, j’ai trop aimé ton histoire...on sent que tu as des choses à nous dire encore, moi je veux la suite. J’aime ta façon de narrer les choses, belle plume !

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 16:55, par N’Djolé
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Témoignage poignant et édifiant.

      Continue d’y croire. Tu rencontreras cette occasion peut-être sans le savoir. Et lorsque tu l’auras raté tu t’en souviendras comme Simon Pierre probablement sans qu’aucun coq ne chante ni une fois ni deux fois encore moins une troisième fois. En déclarant vouloir avoir l’occasion d’être tolérant, tu as peut-être tenté Dieu et Il Se présentera non pour te faire du mal mais pour voir combien tu y tiens. Moi par exemple je témoigne chaque fois que la période de jeune musulman m’apporte chance sans que je ne sache pourquoi.Bonne chance

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 18:15
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Merci à Stéphane pour son témoignage. Je suis marié depuis 16 ans avec une femme de famille musulmane, je suis d’ailleurs le premier catholique a être accepté dans cette famille, depuis lors les choses ont évoluées. Elle m’a donné quatre merveilleux enfants qui portent tous un nom catholique, musulman et un nom de mes ancêtre. En lisant ce reportage j’ai aussi eu des larmes aux yeux, ma femme pratique sa religion et moi la mienne, mais j’avoue qu’il y’a des jours comme celui là où je dis il n’a pas de religion, il n’y a que Dieu, il n’y a de prophète il n’y qu’une voie unique et personnel qui nous lie au même créateur. Que Dieu bénisse abondamment El adji et sa famille.

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 18:40, par un citoyen
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Mon TRES CHER STEPHANE, merci. Et merci encore.

      Car quand j’ai lu cet article, parcouru ces messages, arrivé à celui de "L’INTEGRISTE", le mercure m’est monté à la tête et l’adrenaline aussi. Je pense même que la créatinine est montée dans mon sang et envahi mes reins.

      Mais les réponses qui lui ont été données ne l’enseigneront en RIEN, car il ne peut les comprendre.

      C’est ton message qui m’a soulagé et a purifié mon corps et mon esprit. Que tes récits soient compris par une LARGE MAJORITE de lecteurs. C’est en cela que les gens comprendont que "MEME DANS LES TENEBRES IL Y A DE LA LUMIERE VIVE". Mais ce n’est pas tout le monde qui peut la voir.
      Si non, comment croire que dans cet ALGERIE Réputée terre d’intégristes musulmans on trouve des gens UASSI BONS.

      QUE DIEU TOUT PUISSANT, DIEU DE TOUT L’UNIVERS NOUS BENISSE TOUS !!!

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 19:31, par CELIA
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Rien à dire j’ai des larmes aux yeux, après lecture de cet article, et celle de l’histoire de Mr SOULY. Notre DIEU ne fait rien au hasard, c’est lui qui nous a crée, nous lui appartenons et cela pour toujours. Que le SEIGNEUR bénisse son nouveau serviteur ainsi que tous les membres de sa famille, que ce bel exemple amène beaucoup d’entre nous à marcher selon sa volonté. Que DIEU bénisse notre chère patrie !

      Répondre à ce message

    • Le 31 juillet 2012 à 23:33, par Souly N. Stéphane
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Suite de mon aventure !
      Quand je suis sorti du magasin, j´ai pris le bus et me suis rendu dans le quartier St Eugène où je passais mes vacances chez un prêtre père Jean Marie Lancelot, lequel avait servi au Burkina auparavant avant de se retrouver en Algérie. Paix á son âme car il est décédé depuis environ une dizaine d´années. Je lui ai raconté l´histoire. Et il m´a dit, « il arrive que dans un désert on y trouve une fleur, et tout le monde peut se demander qui a pu bien planter cette fleur ici et qui l´arrose de sorte que cette fleur résiste á la sécheresse ! » Sœur Renée Corneille, qui était aussi présente à la paroisse avec moi ce jour était tellement impressionnée par mon histoire qu´elle promit de rendre visite á ce vendeur. Le même jour je leur ai raconté l´histoire du pain pendant le ramadan.
      De retour à Médéa j´ai de nouveau raconté mes aventures aux moines de Tibhirine, lesquels aussi seront malheureusement sauvagement assassinés quelques années plus tard (Mai 1996) par des islamistes intégristes ! Il en en fut de même pour l´évêque d´Oran Monseigneur Pierre Claverie que j´ai connu personnellement et qui a été assassiné quelques mois plus tard le 1 Août 1996. (Pour ceux qui douteraient de mon récit je laisserai mon mail à la fin de mon écrit afin qu´ils aient la possibilité de vérifier ce que j´ai écrit. Que mon histoire est réelle car je leur donnerai les noms des témoins vivants !)
      Quand pendant les vacances universitaires je voulus me rendre au Burkina, l´homme de peu de foi que j´étais trouva moyen de laisser le gros coran dans sa chambre. La raison j´avais un excédent de bagages et je ne me voyais pas payer quelques centaines de francs français pour un coran. Tant pis pour l´ami de mon père ! Je fis mes bagages et pris la route de l´Aéroport. Quelle ne fut pas ma surprise, je n´avais pas confirmé ma réservation. Alors je ne pouvais pas voyager. Je devais donc attendre une semaine. En effet à l´époque Air Algérie avait un seul vol dans la semaine en direction du Burkina. C´était chaque jeudi. J´ai dû patienter, et puis vint le jour j, je fis de nouveau mes bagages et décidai encore de laisser le coran dans ma chambre. Nissubiré Fréderic mon ami, étudiant en pharmacie comme moi me conseilla de le prendre, et que si á l´Aéroport mon excédent de bagages était tel que je ne pouvais pas payer, hé bien lui il le ramènera avec lui. Je fis donc deux valises de 40 kg chacune. Plus un sac de voyage ! En tout environ 120kg. Je mis le coran dans une de ces valises et gardai la mallette comme bagage de main. À l´Aéroport au contrôle on ouvrit ma première valise, celle dans laquelle il y avait le coran ! Le policier ou le douanier ne vit d´abord que le coran, il le prit, prononça quelques mots en Arabe et le montra á tous ceux qui étaient avec lui. Hommes et femmes tous regardèrent le coran, puis me demandèrent de refermer ma valise. Quand je voulus ouvrir la deuxième, puis le sac de voyage, je m´entendis dire c´est bon. On fit passer tous mes trois bagages, après bien sûr les avoir pesés. Je m´attendais á payer environ 80 kg d´excédent de bagages, mais il n´en fut pas ainsi. Je ne payai aucun centime. Mes cheveux se mirent á danser sur ma tête, je frémissais de presque tout mon corps. Je pris place dans l´avion et commençai à réciter le chapelet que j´avais toujours dans ma poche. Au Burkina j´ai remis à cet ami de mon père le coran et la mallette qui contenait les cassettes, lesquelles étaient en fait une version audio du coran. Mon père est décédé le 23 juillet 2003, mais son ami l´imam doit toujours être en vie ! Je ne suis pas sûr. Cet imam m´a demandé combien j´avais acheté tout cela. Je lui ai dit tout simplement qu´on me les avait donnés ! Il ne me croyait pas. J´ai juré comme je pouvais mais il ne me croyait pas toujours, car pour lui ce coran et ses cassettes sont trop chers pour être donnés gratuitement ! Pourtant c´est la vérité lui ai-je de nouveau juré !
      Me voici de retour en Algérie j´avais pris soin d´acheter du café et des bananes pour ces deux Messieurs. Je les ai fréquentés jusqu´à la fin de mes études. Puis entre temps éclata la guerre du FIS. Un jour alors que je me rendais á l´hôpital je fus agressé par un islamiste. Il menaça de m´égorger. Il m´accusait d´être entré dans une mosquée, avec mes chaussures et en plus j´étais en culotte ! Ceci était un crime puni par le coran et l´islam. Et que lui devait me tuer pour laver ce péché très grave ! Une histoire banale. Face à cette situation, je me rendis directement dans le bureau du directeur de l´hôpital et fis part de ses menaces. Tout de suite, la police fut informée et on me pria de leur montrer la personne qui me menaçait ! Ce que je fis sans hésiter. Il fut embarqué sur le champ et on fixa un rendez-vous pour nous écouter ! Je l´identifiai de nouveau et la police me remercia. C´était une scène pénible. En effet quelqu´un était entré dans la mosquée en culotte avec ses chaussures, mais il ne s´agissait pas de moi ! Alors, la situation de l´Algérie de l´époque était telle que tout islamiste pris était plus ou moins au pire des cas condamné á mort ou au moins…à passer le restant de sa vie en prison quelque part dans le désert ! Le jour du procès, le wali me demanda si je voulais poser une plainte contre cet islamiste. Je répondis que non ! On me pria de bien réfléchir, et je leur fis comprendre que ma décision était prise. Je ne porterai pas plainte. Je veux pouvoir seulement aller en ville comme je le souhaite sans avoir peur ! Oui sans être dans la crainte que quelqu´un veuille me trancher la gorge ! La famille du malheureux était en larmes dans les couloirs de la Wilaya ! Son père, sa mère et sa grand-mère, toute sa famille était là et avaient les yeux fixés sur moi ! Je vous assure que je souhaite á personne de vivre ce que j´ai vécu dans cette salle ! Je regardai de nouveau cette famille et leur fit comprendre que chez moi au Burkina, mes meilleurs amis se nommaient Rasmané, Ousmane ou Karim. Et que tout le monde pouvait se tromper, que je n´étais pas la personne qui était entrée dans la mosquée. Mieux le directeur de la citée et quelques étudiants sont venus témoigner en ma faveur ! « Stéphane n´est pas celui qui était entré dans la mosquée, mais il s´agissait bel et bien d´une autre personne ». Quand j´ai décidé de ne pas porter plainte, j´ai pu lire la déception dans les yeux des policiers. On m´ordonna de repartir, et je ne sus pas tout de suite ce qui s´était passé après moi. Un mois plus tard, alors que j´étais devant la cour de la citée universitaire, un Monsieur m´aborda, et me pria de venir avec lui. Je lui fis comprendre que je ne pouvais pas le suivre. Il insista, me dit qu´un Imam voulait me parler. Je refusai catégoriquement et lui fis savoir que cet imam pouvait aussi se déplacer et venir á la citée me voir ! Alors un soir, mon accusateur, son père, et un barbu, vinrent me voire à la citée. Ils me parlèrent sagement, me demandèrent pardon pour ce qui était arrivé. Par la même occasion, ils m´invitèrent chez eux à prendre un repas ! J´avoue avoir mis du temps avant d´accepter. Quand je me rendis dans cette famille, tout le monde m´a embrassé. Les enfants voulaient me toucher, la grand-mère et la mère de mon accusateur pleuraient. À la fin du repas, on me raccompagna à la citée, puis l´Imam me dit : « Monsieur Stéphane, est-ce que vous savez que vous avez sauvé la vie de notre fils en décidant de pas porter plainte » ! Je lui répondis que non ! Ce qui était en fait un mensonge, car à la police, j´ai vu dans les yeux de la police militaire la haine que ces derniers avaient á l´égard des islamistes. Quant à ce dernier, il est devenu un de mes meilleurs amis ! Il venait dans ma chambre autant qu´il pouvait. Tenez il a même essayé de convertir. Quand il vit que cela n´était pas possible, il lâcha : « Stéphane, je sais que dans ta tête tu es un musulman, même si tu te nommes Stéphane. Tu as un bon cœur pour être un chrétien ! Tu es un musulman »
      Jusqu´à présent je me demande ce qu´aurait pu me répondre mon ami vendeur de pain, si je lui avais dit qu´il était trop bon pour être un musulman ! Souvent quand j´y pense je rigole ! Libre aux lecteurs d´interpréter, de croire ou de ne pas croire ! Pourtant c´est vrai. J´ai même des photos de cet islamiste avec moi ici, dans mon album ! Bonne nuit !
      N. Stéphane Souly snssouly@hotmail.com

      Répondre à ce message

      • Le 1er août 2012 à 10:27, par Tengembiiga
        En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

        Que d’émotions et de larmes à la lecture de ce vibrant et poignant témoignage ! Un peu de déception aussi vers la fin car la réaction de votre nouvel ami est aussi la preuve des préjugés que nous avons les uns par rapport aux autres (quand il a dit que vous étiez trop bon pour être chrétien). Mais j’ai une réflexion que je partage : si Dieu vous a permis de vivre cela, c’est pour que vous en rendiez témoignage. Vous venez de commencer en faisant le premier pas. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin...

        Répondre à ce message

    • Le 1er août 2012 à 10:04, par Tengembiiga
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      Merci à Stéphane pour son témoignage. C’est la preuve qu’on peut rencontrer des gens tolérants dans tous les pays et de toutes les religions. Je suis persuadé que nous devons publier les témoignages de ce genre pour montrer aux yeux du monde que dans ces temps d’intolérance et de troubles, il y a des gens qui osent simplement laisser parler leur coeur d’êtres humains...

      Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 16:33, par indjaba
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    N’Djolé, ça ne sert à rien de projeter ton venin sur moi. Je crois plutôt que tu as des trous d’air dans ton cerveau que justement les différents prêcheurs exploitent en essayant sans effort de les bouchant avec de la pate d’illusion. Ton cerveau serait autrement que tu aurais compris que les débats de religion sont des débats sans fin. Ni ceux qui ceux croient, ni ceux qui ne croient pas ne peuvent apporter d’argument solides sur telle ou telle chose écrite dans les écritures Saintes. Tu penses que le Dieu qui est omniscient, omniprésent, infiniment bon et infiniment puissant va créer par hasard ou par erreur tous les Noirs disséminés dans un continent avec la même pratique et que ce Dieu ne soit pas au courant de cette pratique ? Crois-tu que quand on dit que « nul ne part au père sans passé par moi » soit une disposition équitable pour tous les peuples ? Crois tu qu’il soit juste de demander à quelqu’un de changer de prénom au nom de la religion ? Crois qu’il soit nécessaire de prier dans une langue étrangère pour se faire entendre par Dieu ? Etc. etc. Les interrogations sans réponse solide sont multiples. La meilleure écriture sainte, la meilleure religion c’est d’aimer son prochain comme soit même. Après le reste coule de source. Mais indjaba si tu penses être le seul à avoir lu les écritures saintes et à détenir la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 16:35
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Merci mon frère. Merci pour ce témoignages si sacré et intéressant. Il faut que certains comprennent qu’aucun de nos ancêtres noirs ne sont à l’origine des religions que nous appartenons en majorités : chrétienne et islamique. C’est d’ailleurs ridicule quant je lit des extrémistes bander des muscles. Ils oublient qu’un noir reste un noir. Bref. Et toutes les religions nous ont été imposé d’une manière ou d’une autre. Même si aujourd’hui, nous avons le choix. Donc, il faut que nous gardons que nous sommes une société dont le bonheur dépend depuis les origines, de notre cohésion sociale. Après ce principe défendu, que chacun aille prier ou et comme il veut. Pourvu qu’il ne cherche pas à faire les choix pour les autres. Car nu n’a 2 cerveau pour pensé penser mieux et connaitre mieux que les autres, et pousser la chose à vouloir imposer des choix aux autres. Vive ces témoignages et honte à l’extrémisme religieux qui détruit.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 16:54, par Magnificat
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Une telle cohésion interréligieuse,ça donne des larmes ! El Hadj Ouédraogo,Dieu vous benisse pour votre grandeur d’Esprit !Vivement que votre exemple soit suivi afin que désormais chrétiens et musulmans cohabitent enfin en frères

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 16:58, par SÉTOU
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Courge à l’abbée Prosper. Bonne misssion au service du peuple de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 17:06, par phelie
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    si seulement tout le monde pouvait suivre ce bel exemple ; bonne chance à eux et que le seigneur les bénisse

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 17:08
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Gloire à DIEU !
    Que le tout puissant bénisse El Hadj Boukary et son épouse et leur donne longue vie pour qu’ils accompagnent toujours l’Abbé Souleymane Prosper avec leur bénédiction tout au long de sa mission.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 18:43, par Sydney
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Bravo et féliciation à El Hadj, les mots me manque merci pour cette clairvoyance,

    Combien sont les jeunes qui n’ont pu s’unir à cause de cette barrière.

    Vraiment que cela serve d’exmple à tous.
    Merci encore pour cet très bel exemple je suis très heureux l’espoir est permis.

    C’est Dieu qui est fort.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 19:23, par L’Opaisme
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    ACTE TRES LOUABLE ET SURTOUT SALUTAIRE CAR CELA NOTE UNE BRILLANT
    INTEGRISME AU BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 19:29, par Quid
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    C’est tellement beau que j’ai eclaté e sanglots à trois reprises !
    Le Tout Puissant vous benisse

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 21:30, par Le tchadien
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    préservons cette richesse pour notre Pays, Notre Peuple. La tolérance est essentielle a la construction d’une nation

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 21:31, par Le regard
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Quel bel exemple de cohésion inter-religieuse !J’en suis fière et que l’exemple soit suivi par d’autres pour un monde de paix et d’amour !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 21:35, par Amosis Le Fils de Cham
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Merci Monsieur l’abbé, merci El Hadj, merci maman Justine Amsétou, Merci Stéphane pour ton témoignage.
    Que le Seigneur vous bénisse et vous garde.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet 2012 à 22:17, par Wilguima
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Merci beaucoup Ladji Ouédraogo. Il y a Ladji et ladji. Il y a ladji qui craint Dieu et ladji qui ne craint ni Dieu, ni satan, ni personne. Que l’Éternel bénisse ce vrai croyant ladji Boukary.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août 2012 à 04:41, par Bayiir biiga, Kinshasa.
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Je suis très ému par ce beau témoignage de vraie vie de foi qui nous fait école. Félicitations à toute la famille et bravo à Monsieur Stéphane pour sa très constructive contribution relative à son expérience en Algérie. Ton partage me touche personnellement. J’ai aussi été en Tunisie, un pays voisin de l’Algérie où j’ai passé deux ans. Et J’ai été beaucoup touché par toutes ces marques d’amitié, de fraternité et d’amour de la part de mes ami(e)s musulmans qui plus est arabes alors que je suis un catho. Oui, un monde de paix où règnent la tolérance et le respect mutuel est bien possible. J’en suis témoin et je vous l’annonce avec foi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août 2012 à 11:38, par Islam
    En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

    Il n’y a que celui qui n’a pas de ligne de conduite religieuse qui a une telle conception ignorante de sa foi. On ne peut pas être au four et au moulin. En plus, il faut savoir qu’en Islam, l’appellation El Hadji ou Hadja n’est pas grand chose. Le croyant musulman sait très bien que le non musulman est égaré. Comment peut-on aider sa progéniture à suivre le chemin de la perdition ?

    Le comportement et les attitudes des ignorants ne changeront rien à la vérité, même si tout le monde applaudi. L’Islam est venu rétablir la vérité religieuse corrompue dans les religions précédentes.

    Répondre à ce message

    • Le 6 août 2012 à 16:25, par un ami des hommes
      En réponse à : Tolérance interreligieuse : Abbé Souleymane Prosper, le fils de El Hadj Boukary Ouédraogo…

      il ne faut pas confondre l’islam avec Dieu qui seul etablit la vérité dans la vie des hommes. tous les musulmans integristes grandiront le jour où ils prendront conscience que comme tous les autres êtres humains ils sont à la recherche de la VERITE. Musulmans, chrétiens, ou animistes, tous ont une dignité aux yeux de Dieu, mais tous sont imparfaits devant lui. Seule la miséricorde de Dieu peut les sauver et les restaurer tous. Dieu est amour, que celui qui se réclame du còté de Dieu aime, tolère, comprend son prochain comme Dieu le fait. Gloire au Dieu unique dans le ciel et paix sur la terre aux hommes, bien aimés par LUI

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés