Destruction de biens privés et marches illégales : Nabaloum et les autres séjournent désormais en prison

mercredi 11 juillet 2012 à 00h27min

Toutes les audiences sont les mêmes, mais ne se ressemblent pas. En effet, ce mardi 10 juillet dans la matinée, en plus des gardes de sécurité pénitentiaire et des vigiles qui filtrent habituellement les entrées, il y avait des gendarmes, en tenue de combat, de la porte d’entrée jusqu’à l’intérieur de la salle d’audiences du Tribunal de grande instance (TGI).

Comme à l’accoutumée, en tout cas pour ceux qui fréquentent le palais de justice, il fallait montrer patte blanche avant de pénétrer dans la cour, mais surtout la salle d’audiences. Car, en plus du premier contrôle, un second plus renforcé était fait par les gendarmes. Une foule s’était amassée devant la salle du TGI. Il n’y avait plus de place dans la salle. Même pas pour la presse. Néanmoins, nous avons pu avoir accès aux loges. Heureusement, le débat tant attendu n’avait pas encore commencé. Après la vérification des dossiers au rôle, enfin le dossier Nabaloum Salif sera appelé à 9h 21mn.

« J’ignorais les procédures d’autorisation de marche publique »

Nabaloum Salif, est commerçant de profession et père de sept enfants. Il est poursuivi en plus de six autres personnes (Ouédraogo Issouf, 32 ans, Sanou Kalifa, 57 ans, Ouédraogo Soumaila, 41 ans, Sawadogo Souleymane, 57 ans, Souli Mahamadou, 64 ans, et Golo Seni, 30 ans) pour avoir à Bobo-Dioulasso, le 3 juillet 2012, organisé une manifestation sur la voie publique sans au préalable en demander la permission auprès des autorités compétentes. Et dans les mêmes circonstances, inciter à des actes de vandalisme sur des biens d’autrui. Après ce rappel aux prévenus des faits à eux reprochés par le président du Tribunal, leur conseil Maître Bruno Fako Ouattara (il a été commis par le Mouvement citoyen de la ville de Bobo-Dioulasso) a laissé entendre qu’il est convaincu que ses clients seront relaxés. Aussi, a-t-il demandé une exception de nullité des faits contre Nabaloum Salif.

En effet, cette affaire dite Nabaloum Salif n’est rien d’autre que les manifestations de certains habitants de non-lotis suite au lotissement dans des secteurs dont le 15 (Ouezzin-ville) de Bobo-Dioulasso. Interrogé alors sur sa responsabilité par le président du tribunal, Nabaloum n’a pas réfuté les faits qui lui sont reprochés. Il raconte : « Je reconnais que j’ai mal agi. Mais je ne savais pas qu’il fallait faire recours aux autorités compétentes pour l’obtention d’une autorisation de marche sur la voie publique. Je reconnais aussi que j’ai plusieurs fois été approché par le Procureur du Faso, me demandant de retenir les gens pour toute tentative de manifestation contre les constructions ».

Après toutes ces rencontres avec le Procureur, Nabaloum et ses hommes ont toujours empêché les gens, soit de valoriser leurs parcelles, ou encore les agents du Cadastre de procéder aux indications de parcelles déjà attribuées. Nabaloum et ses compagnons justifient leur acte par l’injustice dont ils sont victimes de la part des autorités communales en matière de lotissement et d’attribution de parcelles. « Des gens ont été attributaires de parcelles alors qu’ils n’ont jamais habité dans le secteur. Ceux qui y étaient depuis des années n’ont pas eu, ne serait-ce qu’un lopin de terre. C’est pour cela que nous empêchions ces gens de construire tant que les résidents ne seront pas satisfaits », se défend le cerveau (selon les termes du ministère public) de la bande Nabaloum Salif. D’ailleurs, renchérit-il : « Nous avons agi ainsi suivant la décision du gouvernement interdisant les lotissements ».

Au cours de ces manifestations, ils ont retiré des motos à deux personnes et saccagé des biens (pelles, brouettes, fers à béton…) sur un chantier en construction. A la question de savoir s’il détient un pouvoir quelconque pouvant empêcher un citoyen de valoriser sa parcelle, Nabaloum répond par la négative.

Beaucoup de rencontres, mais aucune solution

Plusieurs rencontres ont eu lieu par rapport à cette affaire de lotissement au gouvernorat des Hauts-Bassins sous Pascal Bénon. Mais aussi sous l’actuel gouverneur Joseph Bakouan. Selon Nabaloum, aucun ordre ne lui a jamais été donné le 21 mai 2012 d’empêcher tout indicateur de parcelles qui viendrait à se présenter sur le terrain. En tout cas, le ministère public est resté convaincu que le prévenu Nabaloum savait bien qu’une marche publique sans autorisation de l’autorité, au regard des multiples rencontres d’apaisement avec le procureur et bien d’autres autorités, pouvait lui causer des désagréments. Les six autres prévenus, qui ont eux aussi reconnu leur acte disent avoir agi parce qu’ils estiment qu’ils sont victimes d’injustice dans cette affaire de lotissement.

Des peines fermes !

Quatre ans de prison ferme et une amende de 1,5 million de F CFA pour Nabaloum Salif et deux ans de prison ferme et une amende de 100 000 F CFA pour les six autres compagnons. Le parquet et le tribunal ont tous reconnu la culpabilité de ces sieurs et ont estimé qu’il est temps d’instaurer l’autorité de l’Etat. « Toute personne qui viendrait à manifester illicitement sera punie à la hauteur de son acte », ont-ils promis. Le Secrétaire général du Mouvement citoyen de la ville de Bobo-Dioulasso et le conseil des prévenus qui ont dénoncé le verdict entendent faire appel.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Messages

  • lol. l’otorite de ’etat ne commence pas a se retablir dans un palais de justice. C’est bien au- dela. D’ abord il va falloir que les juges ne soient plus acquis mais simplement des juges republicains qui disent le droit rien que le droit. Quand tu vois que dans une famille on se foiut du pere de famile, il sait ce qu’ il a fait.

    • j’ai honte pour notre justice a deux vitesse ;pourkoi na tu pas courage de dir le droit sur la mort de norbert zongo et ses compagnons’thomas sankara’dabo boukary......ETC et les militair arretes ou tues a bobo ;ET GUIRO ?.APRES CE POUR DIRE KON NE VOUS RESPECT PAS.WAIT AND SEE

    • JE SUIS RENTRE DE LA COTE D’IVOIR APRES AVOIR IDENTIFIE DES SIGNES D’une VERITABE CRISE.ET AUJOURD’HUI CE LES MEMES SIGNES QUI SONT ENTRAIN DE SE PRODUIR ICI ET LA DANS MON PAYS.C’EST A DIR IMPUNITE’INJUSTICE.LA MINORITE RICHE EPAULE PAR DES HOMMES ARMES DOMINENT LA MAJORITE PAUVRE.OU ALLONS NOUS ?NOUS N,IRONT PA DEVAN NI DERRIERE.ICI NOUS ALLONS NOUS DEFENDR POUR MOURIR OU SURVIVR.ON EN A MARRE.

    • GENDARMES ET CRS FAUT FAIR PARDON.QAN ON VOUS ENVOIE EN MISSION ET QUE VOUS ARRIVER’FRAPPER DOUCEMENT.TU AS FRAPPER MON FRER KI PARTAIT AU CHAMP BLESSE.DEPLACE SON BRAS AU SETEUR 15 A COTE DE LA COUR DE NABALOUM ET OJOD8 IL PEUT MEM PA MANGER/MR LE JUGE FAUT JUGER CA LA.CE NEST PA NORMAL.

  • Toujours Bobo comme exemple ! Et les manifs de ouaga ? Koudougou ? Ouahigouya ? On les condamne quand ?

  • c’est de l’abus ; donnez les leurs parcelles et ils arreteront de marcher’ quelle sale autorite de l’Etat ??? quel Etat d’ailleurs ; Bande de voleurs et de delinquants au pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Ce verdict ne m’etonne pas. Ils sont entrain de deplacer le probleme de parcelle mais cette fois ça va les coûter chère. Les habitants du loti du sect 15 sont determinés et ils ne pourons pas les demobiliser. Le vieux Nabaloum vient d’être arrêté illigalement pour une une 2ème fois. A bobo on est assez enervé maintenant. Il faut vraiment une desobeissance civile pour montrer à ces autorité là ce qui veut dire une manifestation legale. Un probable mot d’ordre du MCB (mouvement citoyen de bobo ) serait la bienvenue.

  • Ceci est bien, mais qu’en est-il de leur requête de terrains ? Qu’en est-il de ceux qui ont vendu des parcelles au détriment de cette pauvre population.
    Tant que la justice se fera complice des bourreaux du peuple, il n’ y aura pas de restauration de pouvoir de l’Etat, car un Etat qui dilapide l’intégrité de ses citoyens, n’a aucune légitimité.

    C’est ainsi que vous vous créer de plus en plus de problèmes, ces individus ont certes manifesté sans permission, mais 4 ans de prison pour ça ? C’est un peu trop, alors que l’affaire Guiro n’a toujours pas été jugé, c’est drôle de voir comme la justice des hommes dépend de la fortune et du statut social.
    C’est dommage que notre justice ne soutienne que les plus forts et demandent après à être reconnue.
    Je vous demande pardon, mais si vous voulez restaurer l’atorité de l’Etat, il faut juger tout le monde sur le même pied d’égalité, nous ne voulons pas d’une justice faite sur mesure pour écraser les plus faibles.

  • Qu’est ce que ces fouineurs de gendarmes viennent foutre ici ? C’est leur manie d’être partout surtout la ou n’a jamais besoin d’eux qui enervent les autres. Les GSP vous ont dit qu’ils n’étaient pas à même d’assurer la securité de l’audience ou quoi encore ? Un conseil, eviter de fourrer vos nez dans tous les trous.
    Du reste je suis parfaitement d’accord que l’autorité de l’Etat doit être instaurée et ce procès en est un bel exemple. on ne pouvais plus permettre à n’importe qui au moindre prétexte de défier les autorités inpunement. Pour une des rares fois je dirais que la justice a tenté de faire du bon boulot.

    • c’est ce que j’appelle une justice de pacotille. en complicité avec la justice,des gens volent les terrains des pauvres gens et vous ne voulez pas qu’ils manifestent. c’est de l’abus. en plus 5 ans ferme pour avoir marché en criant à l’injustice,alors votre guiro va prendre combien ?

  • "Le parquet et le tribunal ont tous reconnu la culpabilité de ces sieurs et ont estimé qu’il est temps d’instaurer l’autorité de l’Etat"
    Comme si l’Etat avait une autorité !!! Commencez par juger les militaires incarcérés dépuis belles lurettes et vous restaurerez "votre autorité". Quelle justice de façade à deux vitesses ???

  • Tout ca pour faire peur aux honettes citoyens qui se sentent brimes afin que les gens ne marchen plus. vous avez echoues ca ne fait que nous mettre plus en colere

  • Bravo à la justice Burkinabé !!!
    Le verdict n’est pas à discuter au regard des lois qui regissent notre pays. Nul n’a le droit de rendre justice quelqu’en soit le tort ou l’injustice expérimenté/vécu.
    Malheureusement ce cas n’est pas l’unique au Faso. J’en veux pour preuve ce qu’ont vécu (ce que vivent) certains propriétaires de parcelles dans un quartier de la capitale Burkinabé appellé BALKUY (Commune de Bogodogo). Je connais personnellement un jeune qui a pris un prêt bancaire pour payer sa parcelle et la mettre en valeur pour y résider MAIS il a été empêché... Si j’avais sa permission, je vous aurais donné se cordonnées. En son temps, les autorités (la mairie et commissariat de police) ont été approchées MAIS LA JUSTICE QUE LE CAS DE BOBO A CONNU N’A MALHEUREUSEMENT PAS ETE EXPERIMENTE DANS ON CAS. Bien au contraire, un officier de police ( celui en charge du dossier) lui aurait dit qu’il n’a pas de parcelle donc il n’a rien à voir avec histoire de parcelle...il était face à des gens qui n’était pas prêts à prendre leur responsabilité en main... Découragé, abattu, aigri, victime ... il a laissé tomber sous pretexte qu’il ne veut pas forcer la population avec laquelle il est appellé à vivre avec... Voici facilement plus deux (02) bonnes années qu’il traine avec son problème alors que s’il avait finis sa construction, il aurait gagné en tout. Même s’il n’y habitait pas, il pouvait mettre sa maison en location. Le prix des matériaux de construction ont certainement augmenté.
    Bref, que cette justice s’applique à tous car celui dont j’ai fait cas n’est pas le seul. Combien sont ils les sans voix qui sont rongés par des situations semblables ?
    Bravo encore Justice Burkinabé !!!
    Que celui qui a des oreilles entende les cris du silence !!!

    • La lecture de cet article m’inspire une réflexion : c’est bon, mais ce n’est pas arrivé. Certes, les auteurs se sont rendu justice. Ce qui est grave. Mais l’on comprend que leur acte est né de frustrations, d’injustices criardes, ce qui est encore plus grave. Alors, à quel moment la justice burkinabe se lèvera-t-elle pour combattre efficacement ces injustices qui minent notre société actuelle ? Est-ce le début ? Alors, à nos marques, prêts, partons !

    • OH MON DIEU’pauvre nabaloum ;tu es victime de l’injustice mais tu sortiras la tete haute ;car maltraite de cette facon tout simplement tu demande parcelle pour dormir ;pendant ce temps d’aute possede plus de 20 parcelles dans ce meme secteur ;cette photo est une honte pour mon pays ;cela ne fais qu’ouvrir les yeux du peuple burkinabe ;

  • allez-y comprendre cette injustice de la "justice du Faso".

    vraiment, elle est où quand les daels de parcelles se font, cette justice !!!

    Brave agonie !!!

  • Est-ce une réprise en main des choses ? Il était quand même temps que les lois de la république soient respectées. N’oublions pas que nous sommes dans une société organisée régie par des normes. Des énergumen de cette espèce méritent d’aller reflechir sur leur sort en prison. Au sortir de ce sejour, je ne crois pas qu’ils s’aviseront à se donner à ces genres de comportements désinvoltes. Bravo aux autorités politiques, administratives et judiciaires. Il était vraiment temps, force doit rester à la LOI.

    • je suis d’accord avec toi mon frère.Force doit rester à la loi et à l’Etat.que les auteurs de ses genres d’actes soient punis partout ou ils le font.Jespere que la justice a un regard sur ce qui s’est passé à passakongo, village situé à quelques encablures de DEDOUGOU où les bwabas sont venus incendier les habitats et les vivres de la communauté peulh aux fins de les amener à renoncer à la chefferie.Tout cela sous le regard apathique des autorités locales. Jusqu’à present aucun manifestant n’est inquiété et continuent au contraire de commettre leurs exactions.j’accuse en premier lieu, le maire de la ville qui devrait à mon sens avoir un quelconque intéret à ce que les choses se passent ainsi

    • Et les maires et autres qui font des deals sur les parcelles,est ce que ta même loi s’appliquera à eux aussi ?
      Il ne faut pas se foutre des gens dans ce pays,il n’y a jamais eu de justice et il n’y aura pas de justice dans ce pays tant que ce même pouvoir corrompu restera en place.Ils sont tous mouillés jusqu’au cou et donc la justice dont tu fais cas,reste une justice sélective qui se fait selon la tête des gens.
      Donc il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer pour une telle justice avec de mots creux du genre "force reste à la loi"

  • Oh pauvre Nabaloum.
    Et l’injustice subi par les habitants qui n’ont pas eu les terrains ? je crois que l’on aurait dû reparer 7 injustice avant de voir le cas Nabaloum. la justice ne doit pas être partisane sinon ça ns conduite à l’anarchie.
    L’autorité de l’Etat ne peut se retablir sans une justice vraie, des lois applicables à tout le monde sans distinction

  • Je suis partisan de l’ordre et de la discipline dans toute la société. Les juges devaient voir aussi les causes de révoltes. Si non les gents ne peuvent pas marcher pour rien. Il faut que la justice soit juste avec tout le monde.

  • Peut être que le droit a été dit mais pas la justice. Mrs les juges du Faso, vous allez contribué à brûler le pays si vous continuer d’être moins regardant voir corrompus sur les attributions de parcelles au Burkina. Pour ce cas de parcelles injustement attribuées à des non résidents, qui peut trouvez cela juste ? Face à une telle grave injustice faite à des Burkinabè (car un Burkinabè n’est pas supérieur à un autre selon notre constitution)au profit d’autres Burkinabè que voulez vous que ceux qui sont lésés fassent ? Vous de la justice, pourquoi avant cette manifestaion de colère, n’avez-vous pas ouvert une information judiciaire pour vérifier les faits litigieux et anticiper ainsi sur la colère des populations ? Pourquoi alors, il y a des Procureurs du Faso dans toutes les régions du Burkina entretenus aux frais du contribuable ? En envoyant ces gens en prison, c’est comme si vous aviez coupé les feuilles d’un arbre tout en sachant qu’elles vont repoussées et de plus belles du reste. Les Procureurs doivent faire leur travail de protection de la société en ouvrant une information judiciaire sur les lotissements dans certaines régions où parfois cette information est même dans le domaine public et il suffit seulement de la volonté de la justice et du politique bien sûr pour assurer la paix dans la cité. Malheureusement cette justice "aux ordres" du politique est manipulé à souhait.

  • Hé bien ! Regardez bien l´image de ce vieillard montant dans son container de prison et dites moi si c´est le genre de justice que vous souhaitez avoir au Burkina. Voyez bien ceux qui derrière suivent hagards, et dites moi si ces derniers comprennent ce qui leur arrive ? Des problèmes de parcelles il y en aura toujours. Je connais des magouilleurs, qu’ils se nomment Ouya Bertin ou je ne sais encore… qui sont aujourd´hui d´honorables députés ou maires, après avoir dépouillé beaucoup de familles de leurs biens précieux. L´injustice c´est d´abord la non attribution de parcelles aux résidents. Et la justice consiste à mettre en prison tous ces maires et conseillers qui attribuent des parcelles aux non résidents, pas à jeter en prison de pauvres gars ayant manifesté leur droit ! Vivement une vraie justice au pays des hommes qui ne se cessent de se désintégrer chaque jour !
    La patrie ou la mort nous vaincrons !

  • Force doit rester à la loi, je conviens (lol). Mais ayons le courage de dire que le développement de la justice privée au Burkina découle d’une démission de notre justice et des institutions républicaines à répondre aux préoccupations des populations de manière juste et équitables.Sans connaitre le fond du problème (ce n’est pas une excuse pour moi), je dis que les opérations de lotissement au Burkina sont souvent une vraie arnaque aux populations.Des gens venus de nul part, inconnus et sans lien aucun avec une localité usent de corruption et jouissent d’un favoritisme déconcertant.Pendant ce temps, les habitants de la localité parce que pauvres et incapables de satisfaire aux procédures édictées par les "lotisseurs" sont écartés royalement de ces opérations et se retrouvent sans le moindre lopin de terre. Où voulez-vous qu’ils aillent ???
    Soyons sérieux et plus regardant sur ces injustices qui engendrent l’oppression et la violence. Plutôt que de s’appesantir sur les conséquences, attaquons les causes.

    "TAGSGO"

  • En Democratie il ya place pour des anarchistes aussi.Toutes les greves paut etre consommer sans permissions des autorites concernees,mais cela ne veut dire s attaquer au bien prives des citoyens.cette affaire er singulierement jugeeavec son verdict hormis les autres.Donc ne mixer pas ce cas concret avec d autres impunites du regime en place.Il faut que les autorites de justice recouvrent leur legimite en sanctionant de tels delits.Personne n est au-dessusde la lois.

  • Si il est vrai que force reste à la loi ou force doit rester à la loi, il est capital que l’on sache et retienne que la loi se dit et doit être dite en fonction du droit.
    Ceci étant, ces citoyens qui ont été spolués de leur droit, droit à la terre, précisement à l’habitat si l’on considère nos réalités, devant quelle justice devraient ils aller se faire entendre ? Qui pourrait leur faire justice si ce n’est un changement ?

  • c’est clair que ces parcelles ont ete attribuees aux autorites en laissant ces pauvres qui residaient depuis de belles lurettes, vraiment j’ai honte a la justice rendue, mais que faire c’est le faso et on y peut rien. Dieu est grand et sa justice est justice.

  • Si il est vrai que force reste à la loi ou force doit rester à la loi, il est capital que l’on sache et retienne que la loi se dit et doit être dite en fonction du droit.
    Ceci étant, ces citoyens qui ont été spoliés de leur droit, droit à la terre, précisement à l’habitat si l’on considère nos réalités, devant quelle justice devraient ils aller se faire entendre ? Qui pourrait leur faire justice si ce n’est un changement ?

  • le Burkina Faso va tout droit dans le mur. en d’autre temps ces gens allaient réfléchir par deux fois avant d’arpenter la rue car ayant eu des rencontre avec les "autorités" des hauts bassins sur la question. si malgré tout ils ont manifesté bruyamment c’est que l’injustice est criarde. ne voyons pas seulement l’acte de ces condamnés mais les raisons qui les ont poussé à la poser. je vous dit le Burkina n’échappera pas au sort des autres pays tels que la Côte d’Ivoire, le Libéria et j’en passe si la vraie justice n’est pas de mise.
    Ce n’est défier l’autorité de l’Etat mais c’est plutôt l’expression de trop de frustrations encaissées.je ne suis pas un messie mais je ne donne pas plus de 3ans pour que le pays bascule si les choses ne changent pas dans le bon sens. chacun comprend ce que je dis.quand le peureux a été repoussé jusqu’à son dernier retranchement et vous voulez toujours le pousser il vous charge.la mort ne sera en ce moment qu’un ouf de soulagement pour lui.

  • quand on amenait Guiro à la MACO qui l ’ a vu ? mais voila que la photo de Nabaloum fait le tour du monde sur la toile : c’est çà la justice ?
    que l’on songe à restituer les parcelles détournées d’abord !

  • Je pense que C’est You Mooré qui mérite cette peine que le Vieux Nabaloum. Ce n’est pas parce que ce vieux n’a pas quelqu’un pour organiser des marches suvages qu’on va se lever et déclarer ventre en l’air que "on va restaurer l’autorité de l’Etat". Si voulez le faire, il faut libérer le vieux et faire arrêter You Mooré et ses acolytes qui se moquent de la justice et la traîne dans la boue.

  • ceux sont ces genres de comportements qui mènent le pays en feu,
    c’est de l’exagération de condamné ces monsieurrs à 4 et 2 ans de prison fermes. C’est pour intimider les lutteurs de justice, mais Blaise, fait très attention. Quand l’âne veut te faire tomber, tu ne verra jamis ses oreilles. A bon attendeur, salut.

    • NABALOUM EST SYNONYME DE BOUAZIZI LE JEUNE QUI S’EST IMMOLE EN TUNISIE ET A APORTE LE CHANGEMENT DANS CE PAYS ;APRES AVOIR TUES NOS MILITAIRES’les EMPRISONNES’gazes et blesses nos mamans de leguema logo’tue YVES KOHOUN OJODUI CE LE TOUR DE NABALOUM.CE LE DERNIER ET LA FIN.

  • Si l’etat a perdu son autorite qu’il peine tant a restaurer c’est a cause de cette justice a deux vitesse. Le cas Nabaloum n’est plus qu’une de plus

  • hoooo !justice corrompue quand tu nous tient !mais tôt ou tard le peuple se sacrifiera. N’est -il pas vrai que que les autorités communales ont brimé leurs populations ?La terre de BOBO vous jugera.

  • SI le voleur est plus fort que toi transforme toi en bagagiste. la justice burkinabe ne sera jamais comprise des populations car on a l impression qu elle protege les plus forts et meme les voleurs.

  • Bonjour à tous
    Cette affaire est bien plus lourde de sens et de conséquences qu’il n’y paraît et nombre d’intervenants ne s’y sont pas trompés. La question centrale est bien celle de la justice et son corollaire, la cohésion nationale. Le droit a certes été dit (sous réserve des suites liées à un éventuel appel), mais la justice pleine et entière n’y est pas. Les motivations des prévénus ne manquent pas de légitimité et leurs attentes doivent trouver une réponse satisfaisante. C’est à cette condition que l’on pourra parler de justice. De même, les attributaires des parcelles doivent pouvoir jouir sans entrave de leurs biens, sous réserve de la régularité d’acquisition desdits biens. Si celle-ci s’est faite dans des conditions obscures comme parfois, la justice consisterait à leur demander des comptes.
    Mais plus fondamentalement se pose ici la question non moins centrale de l’égalité de traitement des citoyens par l’Etat. Si les "Autorités Compétentes" n’y prennent garde, il risque de ’insinuer dans les esprits le funeste sentiment que la loi n’est pas la même selon les régions ou les communautés d’appartenance.
    1) les régions d’abord : des "jacqueries" de ce type ont eu lieu un peu partout dans le pays. Recencez, amis internautes,les localités dans lesquelles l’Etat a fait preuve de fermeté et celles dans lesquelles le même Etat a été "magnanime". Considérez ensuite la composition sociologique desdites localités et faites votre analyse.

    2)Les communautés d’appartenance ensuite :
    -Il y’a quelques mois tout un village Peul a été déguerpi des environs de Mogtedo, alors que les intéressés y vivaient depuis des décennies (70 ans pour certains ?). Ils n’ont toujours pas réintégré leur village ; on attend la réaction des services de l’Etat alors que l’hivernage est bien installé.
    - Il y’a quelques jours, c’est encore une communauté Peul qui a été déguerpie des environs de Kaya avec menace de mort contre elle en présence, semble-t-il, du procureur soi-même, excusez du peu ! Qu’adviendra-t-il de ces familles alors que, là aussi, l’hivernage est installé et qu’il y’a des bouches à nourrir avec du tô et pas seulement avec du lait, aussi complet soit cet aliment ? On est en droit d’attendre de l’Etat qu’il veille avec diligence à ce que ces citoyens burkinabe ne soient pas expulsés de chez eux, de leur pays. Sinon, les grandes envolées dégoulinantes de compassion sur l’accueil (au demeurant noble et légitime car conforme au devoir) des réfugiés et autres trémolos subséquents prêteraient à...pleurer de rage contre ce qui apparaîtrait pour ce qu’elle est : une hypocrisie d’Etat.
    Chers amis internautes, certaines mesures invitent à la réflexion profonde sur les enjeux qui dépassent les individus ponctuellement concernés. C’est rien moins que notre vivre ensemble et les conditions d’édification de la nation qui sont parfois impliqués. Ns sommes donc tous concernés et, chaque fois que chacun de nous ferme les yeux sur des drames collectifs qui touchent une partie (géographique ou sociologique) du pays, il/elle se rend coupable et comptable des suites . jamais plus qu’en ce moment, le dévoir de justice n’a été impérieux. La vraie justice, la même pour tous soit qu’elle protège, soit qu’elle chatie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés