Situation Mali : Le groupe de contact ménage la chèvre et le chou

lundi 9 juillet 2012 à 01h51min

A l’issue de leur réunion du 7 juillet 2012 à Ouagadougou, les chefs d’Etat du groupe de contact de la CEDEAO sur la crise malienne ont annoncé une batterie de mesures visant à assurer une gestion efficiente de la situation à Bamako et au nord du Mali.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les mesures annoncées portent entre autres sur la consolidation de l’ordre constitutionnel ; la gestion de la crise au nord du Mali et sur la recherche de l’apaisement et de la confiance entre acteurs. Sur la consolidation de l’ordre constitutionnel, le groupe de contact a exprimé son soutien à la demande des forces vives relative à la formation d’un gouvernement d’union nationale chargé de la mise en œuvre d’une feuille de route de sortie de crise. Ce gouvernement selon le communiqué final doit être formé avant le 31 juillet 2012 et sur la base de consultations. En outre, les chefs d’Etat membres du groupe de contact exigent du gouvernement malien la lumière sur l’agression physique contre le président de la transition Dioncounda Traoré et des poursuites contre les auteurs de cette agression.

S’agissant de la gestion de la crise au nord du Mali, les chefs d’Etats ont invité le pouvoir de Bamako à établir une coopération dynamique et soutenue avec la CEDEAO, l’Union africaine et l’Organisation des Nations Unies en vue d’une gestion efficace de la crise. Pour ce faire, le président Dioncounda Traoré est exhorté à adresser sans délai une requête à la CEDEAO et à l’ONU en vue du déploiement d’une force de la CEDEAO pour soutenir l’Armée malienne dans sa mission régalienne de défense du territoire national.

En ce qui concerne la recherche de l’apaisement et de la confiance entre acteurs de la crise, des mesures ont également été annoncées. « Le groupe de contact sur le Mali lance un appel pressant à toutes les parties prenantes à la crise malienne pour un arrêt complet des hostilités avant le début du mois de Ramadan. Il appelle les mouvements armés occupant le nord du Mali à mettre fin immédiatement à la destruction des monuments historiques de Tombouctou et invitent la communauté internationale à créer un fonds spécial destiné à la restauration et à la préservation de ces monuments qui sont classés dans le patrimoine mondial des bien culturels. Il demande la libération de toutes les personnes arbitrairement détenues.

Il demande en outre à la Cour pénale internationale (CPI) de procéder aux investigations nécessaires à l’identification des auteurs de crime de guerre et à engager les poursuites nécessaires à leur encontre ». Par ailleurs, le gouvernement malien a été invité à prendre les dispositions utiles pour renforcer sa coopération avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers du Mali, afin de préserver le tissu économique du pays et de répondre aux besoins fondamentaux des populations maliennes sans exclusives.

On l’aura compris, le groupe de contact tout étant pour la négociation pour une sortie de crise au Mali n’exclut pas le recours à la force pour restaurer la paix dans le pays. ‘’Les Chefs d’Etat membres du groupe de contact rappellent que tous ceux qui s’opposent au bon déroulement de la transition et aux décisions de la CEDEAO s’exposent à des sanctions individuelles ou collectives’’, mentionne le communiqué final. Le groupe, à l’analyse des mesures prises, ménage la chèvre et le chou.

Selon le médiateur de la CEDEAO, Blaise Compaoré, les résultats de la réunion de Ouagadougou constituent les « fruits d’une synergie d’action » entre les Chefs d’Etat du groupe de contact et les parties prenantes du Mali. Et de saluer l’esprit d’ouverture, de compréhension et de dépassement des vues partisanes, qui a permis de placer les intérêts supérieurs du Mali au dessus de toute autre considération. En effet, la plupart des structures représentées à la rencontre de Ouaga ne voulaient plus, en tout cas à entendre leurs responsables, du gouvernement Cheick Modibo Diarra qui ne ferait plus l’affaire du Mali.

Le gouvernement est accusé de toutes parts de ne rien faire depuis son installation pour sortir le pays de la crise et d’être toujours manipulé par les hommes de l’ex-junte. Dans la logique des tenants de cette thèse, il fallait absolument un nouveau gouvernement. S’ils n’ont été totalement suivis dans leur logique par le groupe de contact, ils ont été quand même écoutés puisque la formation d’un gouvernement d’union nationale est annoncée pour d’ici fin juillet 2012.

L’actuel Premier ministre malien sera-t-il mis en touche dans ce futur gouvernement ? Sur la question, le médiateur Compaoré a préféré botter en touche, indiquant que c’est aux acteurs maliens de décider du contour du futur exécutif. En attendant d’être situé là-dessus, l’on remarque à travers les mesures annoncées que le président de la transition est remis au centre du jeu du pouvoir tout étant fait pour qu’il recouvre la plénitude de ses attributs de Chef de l’Etat au détriment du Premier ministre Diarra à qui ces attributs de président avaient été conférés au lendemain de l’agression du président Dioncounda.
Bref, quelle qu’en soit la configuration que prendra le prochain exécutif, pour leur part les représentants des forces vives maliennes à la rencontre de Ouaga ne cachaient pas leur optimisme quant à la suite heureuse du processus de sortie de crise dans leur pays et se disent disposés à jouer leur partition.

« Nous y croyons, raison pour laquelle nous sommes ici. Sinon, on ne serait pas venu », confie Ibrahima N’Diagne, premier vice-président de l’Alliance pour la démocratie au Mali, Parti africain pour la solidarité et la justice (DEMA/PASJ). « Nous avons espoir », a renchéri pour sa part Nana Sissoko Traoré de l’Alliance des femmes pour un Mali uni. Reste maintenant à savoir les réactions des forces vives restées à Bamako et celles des acteurs du Nord du Mali qui n’ont pas été de la réunion de Ouagadougou.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net


Les à-côtés du Sommet

Deux élus du nord Mali persona non grata

Mohamed Ould Mataly et Azaz Ag Loudag Dag, 4e vice-président du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) sont deux élus de la région de Gao, au Nord du Mali. Ayant appris la tenue de la réunion des Chefs d’Etat du groupe de contact de la CEDEAO sur la crise malienne, ils ont fait le déplacement de Ouagadougou pour y prendre part en tant qu’acteurs de la société civile. Ils étaient mêmes dans la salle de conférences de Ouaga 2000 avant le début des travaux. Mais, le problème c’est que la rencontre n’était pas ouverte selon les forces vives maliennes aux rebelles du nord. Pour cette raison, les noms des deux élus de Gao ne faisaient pas partie de la liste des membres des forces vives maliennes invitées.

Aussi ces deux élus étaient-ils considérés comme persona non grata et ont été poliment priés de se retirer avant le début des travaux de la réunion. Ne voulant pas créer un scandale, ils se sont exécutés mais leur réaction n’allait pas attendre. Ils convoquèrent une conférence de presse à l’hôtel Laico pour exprimer leur mécontentement et leur frustration. Ils n’en voulaient pas aux autorités Burkinabè, ni aux structures maliennes de la société civile, mais à des individus qui seraient à l’origine de leur expulsion de la salle. Ils disaient ne pas comprendre leur mise à l’écart parce qu’ils sont légalistes et travaillent pour la République au Nord. Ils disaient aussi ne pas être des islamistes. En outre ils se disaient toujours prêts à apporter leurs contributions à la sortie de crise.

Des Nigériens mécontents

Des membres de la délégation nigérienne ne sont pas passés par quatre
Chemins pour exprimer leur mécontentement à la lecture de la première version de la motion de remerciement des forces vives maliennes. Cette première version de la motion de remerciement citait seulement les noms de quatre chefs d’Etat sur six présents à savoir ceux de Yaya Boni du Bénin, de Alassane Dramane Ouattara de la Côte D’Ivoire, de Blaise Compaoré du Burkina Faso et de Jonathan Goodluck du Nigéria. Le nom du président Mahamadou Issoufou du Niger ne figurait pas dans la motion. Il n’en fallait pas plus pour que mes voisins se mettent en colère. « Ce n’est pas normal. Il faut qu’on reconnaisse au moins ce que le Niger fait pour aider le Mali. Nous avons par exemple accueilli 60 000 refugiés maliens dont 500 militaires. Ce n’est quand même pas rien » explique l’un deux.

Finalement dans la lecture de la motion de remerciement, aucun Chef d’Etat n’a été cité. En revanche, dans le communiqué final, le nom du président nigérien a été cité en quatrième position, juste avant celui de son homologue nigérian.

Par GBB

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 juillet 2012 à 07:40, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Situation Mali : Le groupe de contact ménage la chèvre et le chou

    - CONTINUEZ DE MÉNAGER L’HYÈNE ET LA CHÈVRE ! VOUS SEREZ SURPRIS ET DÉSTABILISÉS PAR CES ISLAMISTES ! ! ! VOUS PERDREZ LE SOMMEIL ET LES DÉLICES DU POUVOIR ! VOUS IREZ CASSER LES CAILLOUX DANS LES BAGNES POUR CONSTRUIRE DES MOSQUÉES ! ! !

    - Mes chers amis, ATTENTION ! FAISONS GAFFE ! La menace islamiste pèse certainement aussi sur le Burkina et les autres pays du Sahel et l’Afrique de l’Ouest en général, après avoir atteint le Mali.

    Croyez ou ne croyez pas, désignez cette menace par les termes que vous voulez : Salafisme, Aqmi, Al-Qaïda, Ansar Dine, MUJAO. C’est même pipe, même tabac. Il n’y a pas de différence dans les considérations politico-religieuses.

    En réalité, le Wahhabisme semble se cacher derrière tout ça ! Et les pays comme l’Arabie Saoudite et le Qatar ne sont pas innocents dans le financement de ces nombreux mouvements salafistes qui veulent convertir tout le monde sous le couvert de Jihads ou guerres dites saintes déguisées.

    C’est désormais une véritable menace terrible qui pèse sur la laïcité des Etats, mais aussi la démocratie et les fondements de la république.

    Ceux qui sont derrière ces mouvements, qui les financent et les activent son en complicité avec des bourgeoisies islamo-compradores pourries qui opèrent probablement dans nos pays depuis longtemps pour préparer le terrain. Les Pétrodollars ont fermé les gueules des gens nobles qui n’osent plus dire la vérité ! ! ! !

    On pensait que l’Afghanistan est loin ! Eh bien rendons-nous à l’évidence car il est à nos portes !

    - Que les décideurs et autres dirigeants dans les pays de l’Afrique de l’Ouest le sache et se le mettent dans les têtes : Leurs grosses femmes ruisselantes et haletantes de bonne bouffe et de santé seront bientôt les 3ème et 4ème épouses des salafistes et autres islamistes. Leurs enfants pourris balayeront et nettoierons les toilettes dans les mosquées

    A bon entendeur, messieurs les dirigeants, continuez de dormir dans de nombreux et interminables conciliabules !
    Ce sont vous qui souffrirez plus que nous de toute façon. Nous on peut arborer le turban et rentrer tranquillement dans les mosquées sans être reconnus. Ce n’est pas votre cas et nous allons contribuer même à vous dénoncer aux islamistes à cette occasion !

    - Je vous avais averti depuis 2 ou 3 ans sur ce même site et en guise de plaisanterie, je disais qu’on va nous embarquer dans des charriots brinquebalants tractés par des chevaux maigres pour aller faire la guerre Ste en Afghanistan. Rappelez-vous ! Certains m’avaient même insulté ! Et aujourd’hui ? Ai-je raison ou pas ! Cette fois aussi, si vous voulez ne me croyez pas et insultez moi, on sera tous là ensemble !

    - En tous cas, nous on va profiter pour incendier tous ces petits maquis de liqueurs frelattées qui détruisent la jeunesse et les font baisser les bras !

    - QUE DIEU AIT PITIÉ DES INFÂMES QUI FINANCENT LES SALAFISTES !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés