Maison de l’Artisan : En attendant la « terre promise »

mercredi 23 mai 2012 à 03h09min

Du bras de fer qui les a opposés au Village artisanal de Ouagadougou (VAO), ils sont finalement sortis perdants. Eux, ce sont les artisans priés de quitter les locaux du VAO au profit d’autres personnes. Ils ont désormais trouvé refuge à la Maison de l’Artisan sise en face du Boulevard Charles De Gaulle, à quelques pas de l’Université de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Logée dans la cour voisine à l’Espace Or, qui a servi de restaurant universitaire, la Maison de l’artisan est le refuge qu’ont trouvé les façonniers en attendant la « terre promise ». « Nous sommes ici pour l’instant. Mais nous comptons réaliser un autre local que nous dénommons déjà la terre promise. Je pense que nous serons tranquilles là bas », a indiqué Brahima de S Ouédraogo, représentant les artisans au sein de l’Association Bolobara So.

Plus d’une cinquantaine, les artisans exercent leurs activités non sans difficultés. « Les difficultés sont essentiellement financières. Cela s’explique par le fait que la Maison de l’artisan est nouvellement créée », ajoute M. Ouédraogo.

A en croire les façonniers, les articles se vendent de tout même bien. C’est ce qu’affirme Rasmata Nathalie Nikiéma, responsable d’un stand. Elle a rejoint les artisans venus du VAO. « J’avais mon atelier en ville avant de venir ici. Comparativement à ce que je gagnais là bas, je trouve que c’est mieux ici », a-t-elle indiqué.

Résolument décidés à faire prospérer leurs activités sur le nouveau site, les artisans ont convenu d’enterrer la hache de guerre avec le VAO. « La page du système rotatif du VAO est maintenant tournée. Nous mettrons l’accent sur la Maison de l’artisan », a précisé Brahima de S Ouédraogo. Après avoir obtenu le gain de deux procès, les artisans indiquent n’avoir perçu aucun franc du VAO comme dédommagement.

Management budgetaire et finances pubiques {PDF}Le premier procès trouvait illégale la décision des responsables du VAO de vider les artisans de ces lieux et le second intimait l’ordre d’ouvrir aux façonniers les portes du village sous peine de payer des dommages et intérêts aux artisans. Ces derniers se disent tjrs prêts pour négocier avec l’administration si toutefois celle-ci en a envie. « Nous sommes aussi prêts à apporter notre expertise à ceux qui viennent de rejoindre le VAO. Cela pourrait se faire par des formations, une assistance technique et autres », a ajouté M. Ouédraogo.

JTB

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés