RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

mercredi 23 mai 2012 à 03h15min

Beaucoup de réformes ont été entreprises en matière de recrutement du personnel de l’Etat ces dernières années. Les efforts déployés pour une meilleure organisation des concours directs et professionnels ne sont plus à présenter. Les dispositions prises par le ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, à travers l’Agence générale de recrutement de l’Etat, tendant à recruter en fonction des besoins réels, peuvent être perçues comme un nouveau tour de vis dans le sens de l’amélioration du rendement du personnel de l’Etat. Il n’est un secret pour personne que dans de nombreux secteurs de l’Administration burkinabè, les effectifs sont pléthoriques. Chez les observateurs avisés, certains recrutements suscitent moult interrogations en termes de profils et surtout d’effectifs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Si l’on peut comprendre que les recrutements répondent aussi à des impératifs sociaux, surtout que l’administration publique reste encore la principale pourvoyeuse d’emplois sous nos tropiques, il n’est pas concevable que l’on recrute juste pour recruter. Les recrutements d’agents, faut-il le dire, doivent répondre à des besoins clairement exprimés. Difficile d’évaluer tout le mal que les recrutements qui ne sont pas assis sur des besoins effectifs des structures en ressources humaines font au budget d’un Etat. Une des conséquences en tout cas, est que certains agents sont payés à ne rien faire. Et s’il est vrai que ceux-ci, en abandonnant très souvent leurs bureaux pour des affaires personnelles, sont blâmables, l’Administration elle-même n’est pas exempte de critiques.

Les recrutements indélicats et les affectations sans logique ont achevé de transformer certains services en véritables ruches où les agents grouillent comme des essaims d’abeilles alors qu’il y a très peu de travail dévolu à ces structures. En d’autres termes, certains responsables administratifs, dans l’allocation des ressources humaines aux structures, créent ou acceptent des situations dans lesquelles il y a visiblement une disproportion entre les effectifs des agents et la part de missions confiées aux structures. Certes, cela n’est pas à mettre seulement au compte des mauvais recrutements. D’autres facteurs comme la quête par certains agents de fameux postes « juteux » dans tous les sens du terme, sont à prendre en compte.

Toujours est-il qu’on atteint souvent le comble avec des agents « sans bureaux fixes », réduits à squatter les bureaux de leurs collègues et probablement à qui on confie très peu, voire pas de travail. Sans qu’il soit besoin de trouver le coupable de telles situations, il faut se convaincre d’une chose : dans ces conditions, ces agents ne sont pas en mesure de donner le meilleur d’eux-mêmes et c’est le pays tout entier qui perd. Certains agents, à la sortie des écoles de formation professionnelle, ont constaté, dès leur première affectation, avec amertume, que leur structure d’accueil ne s’attendait pas à les recevoir et n’a souvent pas vraiment besoin de leur profil. C’est une lapalissade de dire que cette situation déplorable contraste avec une gestion efficace des ressources humaines.

Et c’est sans doute cette rationalisation des ressources humaines qu’a entreprise le ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, en supprimant certains concours directs cette année. Aucune bonne gestion des ressources humaines ne peut se faire en occultant l’aspect gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Cela permet, entre autres, d’allouer aux structures tous les agents qu’il leur faut et rien que les agents qu’il leur faut au moment où il le faut et d’optimiser de ce fait, leur emploi. La faiblesse des ressources du pays et le contexte de crise financière dans lequel se trouve le monde, sont des motifs supplémentaires pour que les dépenses de personnel soient rationnalisées le plus possible. Inutile de dire que les effectifs pléthoriques d’agents dans certaines structures riment avec une insuffisance de personnel crûment ressentie dans d’autres. Point n’est besoin d’être un clerc pour se convaincre que des secteurs comme l’éducation et la santé, même s’ils ont déjà les plus gros effectifs du personnel de l’Etat, en demandent davantage.

Dans ces conditions, les efforts du ministère en charge de la Fonction publique de recruter en fonction des besoins réels des ministères et autres institutions de l’Etat, sont à saluer à plus d’un titre. Il faut, à l’instar de ce qui se passe dans le secteur privé, que la culture du résultat soit effective dans l’administration publique. Il ne faudra, pour ce faire, négliger aucun moyen. Il faut donc recruter utile et affecter selon les vraies nécessités de service tout en améliorant autant que faire se peut, les plans de carrière, éléments importants de motivation des agents, donc de rendement. Cette rationalisation des recrutements n’est certainement pas suffisante, à elle seule, pour assurer un meilleur rendement des agents publics, mais c’est déjà un grand pas.

Car il est de notoriété publique que l’administration publique est une machine trop lourde qui met du temps à se réformer. Mais l’amélioration continue de la gestion des ressources humaines à la Fonction publique doit s’ériger en principe et celle-ci doit entraîner dans son sillage tout le reste de l’Administration. Il est donc de bon ton de souhaiter que cette logique de réformes dans le bon sens se poursuive et s’ancre irréversiblement dans nos mœurs.

« Le Pays »

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 mai 2012 à 11:25
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    Très bien vu. je suis un fonctionnaire et c’est ce constat que j’ai fait dès les moments de ma prise de service (la direction n’avait pas besoin d’agents)
    Mais, s’il y a quelque chose dans la fonction publique qu’il faut éviter et même bannir, c’est bien les recrutements sur mesures nouvelles (que les ministres font profiter les parents, car organisés à leur guise avec des mesure de transparence douteuse) surtout dans les "administrations pures" ; dans une certaine mesure ça peut se justifier au niveau de l’enseignement) mais pas au niveau du Mef, du commerce,...
    Je propose dont que l’Etat réaffecte ou redéploie dans les structures où les effectifs sont pléthoriques en rendant tous les postes "juteux".

    Répondre à ce message

    • Le 23 mai 2012 à 15:29, par l’intègre
      En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

      Vous parlez de gestion rationnelle des ressources humaines.mon oeil ! comment comprendre qu’une directrice regionale (au MEF) puissent disposer de 3 secretaires et 3 agents de liaison ? elles passent leur temps à critiquer le personnel qui trime pour faire avancer le pays. elles n’attendent que les avantages.expliquez moi comment un agent recruté par la commune de ouaga peut se retrouver au tresor public et vouloir rivaliser avec ceux qui sont passés par ENAREF ? le peuple vous observe DGTCP !

      Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2012 à 12:21
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    A propos de profil, je me demande toujours qui conseille nos ministres sur les profils de base. Comment comprendre que pour recruter un professeur de français-histoiregéo (ce qui est déjà une aberration)on reçoivent des candidatures de juristes, communicateurs, linguistes, sociologues, etc. en sus de celles de géographes, historiens, lettres modernes.
    Et on veut qu’il en sorte des écoles professionnelles de bons enseignants. Soungalo, il faut du nettoyage

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2012 à 13:42
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    Merci pour cet article qui est d’actualité. c’est bien de régulariser les recrutements mais il faut aussi que le ministère de la fonction publique veuille à ce que les agents déjà recrutés soient employés dans des postes qui sont les leurs en envoyant les inspecteurs techniques sur le terrain s’entretenir aussi avec les agents. certains agents sont à la touche pendant que des postes sont vides et on réclame encore des agents, pour quoi faire ?
    Si je prends le cas de mes amis de l’agriculture ds le centre sud qui se plaignent chaque jour que Dieu fait de chômer à longueur de journée par ce qu’ils n’ont rien à faire alors que quelques individus seulement à la solde du DRAH sont sur tous les terrains et se plaignent souvent d’avoir trop à faire. L’organisation administrative de la DR n’est pas respectée avec plein de sections vides et des agents sans poste d’affectation.Il y’a un bordel qui y règne à en croire les agents mais personne ne dire rien.
    A cela, il faut que les ministres veuillent à former leurs directeurs dans le sens du management du personnel et assure le suivi de la mise en application de ce qu’ils ont appris pour une meilleure rentabilité de chaque agent sur le terrain. on a besoin de tous pour développer le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2012 à 17:33, par La voix
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    Tres bonne analyse. Mais si on n’y prend garde, il y aura une révolution au sein de l’administration. il y a des fonctionnaires et des fonctionnaires de second rang. Il suffit d’être recruté pour le compte du ministère des finances et on a tous les avantages (primes, fond commun ...) comme peut on motiver un agent plus que sa masse salariale ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2012 à 17:45
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    moi félicite beaucoup le Ministre de la fonction publique car sa présence à ce ministère donne vraiment un coup de pouce à la fonction publique. Mais ce sont certains ministres partisan de moindre effort qui sème la merde. je ne voudrais pas citer mais mon cher ministre de la santé, il faut travailler car il y a un désordre qui est entrain de s’ériger dans le ministère de la santé où le pays risque de faire un recule de plusieurs décennies. Si tous les ministre se mettaient à la tâche comme le ministre de la fonction publique l’espoir pourrais être permis. Mais.....

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2012 à 18:43, par Nabiga
    En réponse à : RECRUTEMENT D’AGENTS PUBLICS : Un nouveau tour de vis

    La Voix, là tu es hors sujet. Bref, tu fais une digression inexplicable. Si tu es intéressé par les avantages des agents du MEF, tu peux passer le concours de l’ENAREF.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés