Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

mardi 14 février 2012 à 02h00min

Dans le cadre de la coopération militaire entre les Etats-Unis d’Amérique et le Burkina Faso, le ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants organise, du 13 au 17 février 2012 à Ouagadougou, un séminaire de planification d’une nouvelle stratégique militaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« L’intérêt du présent séminaire réside au niveau des réorientations stratégiques dans l’acquisition et l’utilisation des moyens de défense de notre pays, en prenant en compte de nouveaux acteurs et un contexte de plus en plus changeant(…) », a soutenu le chef d’état-major général des armées, le général de brigade, Honoré Nabéré Traoré, à l’ouverture des travaux. Justifiant ainsi le bien-fondé de la rencontre qu’il préside, M. Traoré a rappelé que depuis 1994, la stratégie militaire du Burkina Faso n’a pas été révisée, alors que le département de la défense a connu des « mutations diverses tant du point de vue de sa structuration que de ses missions ».

Eu égard donc à ce nouvel environnement empreint de défis sécuritaires multiples, les participants au séminaire, notamment des des officiers et officiers supérieurs, vont repenser la politique de défense nationale. La mission fondamentale des Forces armées nationales (FAN), à savoir la préservation de l’intégrité du territoire national, sera donc revue, pour être adaptée aux nouveaux contextes national, sous-régional et mondial. Ce travail de réflexion qui débouchera sur la production d’une nouvelle stratégie militaire nationale, note-t-on, se fera avec l’apport d’experts américains en stratégie militaire, issus de l’Ecole de guerre de l’Armée de terre des Etats-Unis d’Amérique.

Louant l’existence de la coopération militaire entre le Burkina Faso et son pays, le représentant des experts, le colonel Kurt Crytzer a affirmé : « nous allons revoir la stratégie militaire nationale du Burkina Faso, pour la mettre en adéquation avec la vision des autorités civiles. Nous allons assurer la facilitation et le gros du travail sera fait par les officiers burkinabè ». Représentant l’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina, le premier conseiller, Christopher R. Davis, a opiné : « il nous permet d’accompagner l’armée nationale dans sa professionnalisation et de renforcer notre coopération avec le Burkina Faso ». Cette coopération a été magnifiée à juste titre par le chef d’état-major général des armées qui, au cours de son intervention, est revenu sur ses acquis.

Il a cité, entre autres, la signature d’un accord d’assistance mutuelle, l’admission du Burkina à plusieurs programmes militaires américains, l’équipement du Bataillon Laafi et la tenue de l’exercice militaire multilatéral, FLINTLOCK 2010 au « Pays des hommes intègres ».

Kader Patrick KARANTAO (stkaderonline@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 février 2012 à 13:56
    En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

    en voila bien une bonne ! Les USA en viennent maintenant a la 2e etape de leur plan. Et que peuvent nos militaires ? Rien ! sinon s’y soumettre. Et la nomination d’un ambassadeur militaire par la france à ouaga n’y changera rien
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 15 février 2012 à 03:06
      En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

      On aura prévenu !
      La recolonisation est en marche et l’opposition politique au Burkina-Faso (toute l’opposition) ne se saisit de rien ; surtout pas des questions qui engagent l’avenir de notre peuple.
      Que viennent faire ici les Américains et autres recolonisateurs, prédateurs occidentaux dans l’élaboration des plans stratégiques de défense de notre souveraineté ?
      La forêt de casquettes visibles sur la photo serait devenue incapable d’élaborer en toute autonomie, une doctrine de défense armée de notre indépendance et de notre peuple ? Tranquillement, est-ce désormais les américains qui planifient notre défense ? Sans que cela ne donne lieu à aucun débat ? Ce sont avant tout des questions qui relèvent de la politique nationale mise en débat, avant d’être militaire ; à moins qu’il ne s’agisse d’une décision de junte militaire à la tête du Faso ?
      On veut la vérité : les USA sont-ils en train de réussir l’installation de l’AFRICOM chez nous au Burkina-Faso ? Et tout donne à voir là encore un coup tordu de Blaise Compaoré !
      Par couardise et silence complice, si de tels projets se concrétisent sur initiative de ce régime, avec le silence complice des uns et des autres, nous pouvons dire adieux à tout avenir indépendant et émancipé. Les luttes d’indépendances n’auront servi à rien et nous n’aurons rien appris de l’expérience des autres peuples que des bases US et occidentales domiciliées ont écrasés et écrasent toujours. Il ne faudrait pas alors s’étonner à l’avenir de voir des Burkinabès arrêtés, emprisonnés, massacrés par des barbouzes occidentales installées à domicile ; parce que tout simplement perçus comme hostiles à ces forces étrangères d’occupation. Leur souci premier à ces forces reste avant tout la protection de leurs intérêts et le soutien aux régimes dictatoriaux et asservis à leurs bottes.
      Plus que jamais, il est encore temps de remuer dans le landerneau. Et plus que jamais les questions brulantes sont à l’ordre du jour : Où sont passés les anti-impérialistes, progressistes, communistes ou patriotes sankaristes vrais de ce pays ?

      Répondre à ce message

      • Le 15 février 2012 à 11:56, par M’BAYIIRI
        En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

        Quoique l’on puisse penser, il du plus grand intérêt du Burkina que de diversifier ses partenaires en coopération militaire !
        Rappelons-nous 1975 et nos vieux mousquetons !

        Personnellement je pense que cette initiative est bonne car elle permettra à notre pays de diversifier ses fournisseurs en équipement militaire !

        Le Burkina ne peut continuer à être respecté qu’à la seule condition de pouvoir assurer sa défense sans dépendre totalement d’un seul pays soit-il un "ami" et partenaire de longue date !

        N’oublions pas qu’après la chute du bloc de l’Est, nous n’avons plus vraiment beaucoup de choix de partenaires et ce, d’autant plus que nous ne produisons aucune arme dont nous pourrions avoir crucialement besoin en cas de conflit.

        Ne soyons pas dupe : pourquoi donc la FRANCE notre partenaire privilégiée a-t-elle réintégré l’OTAN ? Au regard de certaines mutations, il est sage pour nous de traiter directement avec le "bon Dieu" qu’avec ses intermédiaires.
        Par ailleurs, il est indubitable que la diversification de nos sources d’expérience dans l’art militaire ne peut qu’apporter un plus à notre armée.

        Répondre à ce message

        • Le 15 février 2012 à 13:31
          En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

          Diversifier ses achats d’armes est une chose et élaborer ses plans de défense armée avec des prédateurs criminels qu’on s’apprête à installer à domicile en est une autre.
          A quoi sert de payer à des colonels et autres généraux, des années d’école de guerre s’ils ne sont pas capables de tracer en toute autonomie des plans de défense stratégique du pays, sans l’aide de sous-officiers barbouzeux étrangers qui ont saccagé partout où ils ont érigé des bases.
          Demandez aux Centre-américains, aux Vietnamiens, aux Irakiens ou aux Afghans dont les morts, par racisme et conduite infrahumaine, ont droit à leurs urines et autres matières fécales. Vous appelez ça une « grande puissance » ou une « démocratique et protectrice » ?
          Il n’y a que les Africains pour vouloir un tel système derrière leurs cases, par débilité de masse ou par manque de rage de survie qui nous vaut le mépris de tout le reste de l’humanité. Et c’est ainsi que les Chinois et les Russes ont laissé faire en Côte d’Ivoire, en Libye, ou ailleurs au Soudan, au Congo, en Somalie, etc...
          Quelle honte pour notre génération ! Les paysans des montagnes d’Afghanistan, à juste raison nous plaignent !

          Répondre à ce message

          • Le 15 février 2012 à 14:00
            En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

            Diversifier ses achats d’armes est une chose et élaborer ses plans de défense armée avec des prédateurs criminels qu’on s’apprête à installer à domicile en est une autre.
            A quoi sert de payer à des colonels et autres généraux, des années d’école de guerre s’ils ne sont pas capables de tracer en toute autonomie des plans de défense stratégique du pays, sans l’aide de sous-officiers barbouzeux étrangers qui ont saccagé partout où ils ont érigé des bases.
            Demandez aux Centre-américains, aux Vietnamiens, aux Irakiens ou aux Afghans dont les morts, par racisme et conduite infrahumaine, ont droit à leurs urines et autres matières fécales. Vous appelez ça une « grande puissance démocratique et protectrice » ?
            Il n’y a que les Africains pour vouloir un tel système derrière leurs cases, par débilité de masse ou par manque de rage de survie qui nous vaut le mépris de tout le reste de l’humanité. Et c’est ainsi que les Chinois et les Russes ont laissé faire en Côte d’Ivoire, en Libye, ou ailleurs au Soudan, au Congo, en Somalie, etc...
            Quelle honte pour notre génération ! Les paysans des montagnes d’Afghanistan, à juste raison nous plaignent !

            Répondre à ce message

            • Le 15 février 2012 à 21:49, par M’BAYIIRI
              En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

              Il ne s’agit pas en la circonstance de polémiquer de façon ridicule !

              Les premières approches de coopération militaire(proposition de stages de formation militaire)entreprises par les USA en direction du BURKINA s’étaient déroulées du vivant de notre inoubliable Capitaine Sankara !

              Personne ici-bas dans aucun domaine ne peut prétendre avoir suffisamment appris au point de n’en avoir plus besoin d’apprendre : on n’a jamais assez appris dans la vie ; cela est une vérité quasi universelle !

              En stratégie militaire, nous avons énormément à apprendre des américains et de bien d’autres pays et, ce pour la raison simple que nos faibles moyens ne nous ont jamais permis de faire l’expérience de bien de zones de tensions armées et d’en tirer une expérience exploitable pour notre propre sécurité !

              Soyons juste quand les initiatives peuvent nous être favorables !

              En ce qui concerne nos officiers, disons nous bien la vérité : quels intelligents et stratèges qu’ils puissent être à la sortie des écoles dont vous parlez, sachez néanmoins que la défense d’un pays ne se repose pas uniquement sur des concepts purement théoriques ; il faut en plus de l’intelligence stratégique quelques expériences(entraînements) pratiques et des moyens adaptés aux enjeux et à l’époque ! Disposons-nous à l’heure actuelle ou, sommes-nous encore aux prémices de posséder notre propre moyen de surveillance par satellite de notre territoire ? Par exemple, la Chine y est parvenue en ayant progressé grâce à la coopération militaire avec MOSCOU, il y a quelques années

              Je comprendrais bien si vous apportiez la preuve irréfutable qui tend à prouver que le BURKINA est en train d’ouvrir ses portes à l’installation d’une base militaire américaine ; mais je doute que nous en soyons encore à cette hypothèse !

              Personnellement, je persiste à dire qu’il va de notre plus grand intérêt , de notre sécurité, que nous nous diversifions nos partenaires afin d’apprendre plus d’une façon de nous défendre quan besoin sera !

              Répondre à ce message

      • Le 20 février 2012 à 12:44
        En réponse à : Forces armées nationales : La stratégie militaire en révision

        Aveuglement réactionnaire quand tu nous tiens !
        Sankara et la RDP se sont toujours méfiés avec justes raisons des officiers envoyés aux USA qui par vocation et par anticommunisme primaire n’ont jamais formé des progressistes, encore moins des révolutionnaires pour le service de leur peuple. S’il y a des Burkinabé informés qui ne savent pas cela, si l’opposition politique n’en saisit pas les dangers, c’est bien dommage et on arrête de polémiquer. Et le régime Compaoré peut continuer de faire graduellement du Burkina-Faso, une plate-forme d’accueil de l’AFRICOM qui ne demande que cela : l’accès à une position géostratégique centrale en Afrique de l’Ouest.
        Briser l’Afrique au cœur ! Grâce à Compaoré Blaise ! C’est-à-dire en claire, No futur pour notre peuple et pour l’Afrique !

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés