Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

mercredi 8 février 2012 à 01h42min

7496,20 milliards de FCFA, soit 1,483 milliard d’euros. C’est le coût global de l’enveloppe de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) pour la période 2011-2015. Comme on le dit chez nous, c’est au propriétaire du chien enragé de l’immobiliser avant d’espérer que les autres lui viennent en aide. C’est pourquoi l’Etat burkinabè s’est engagé à financer sur ressources propres 63,3% de l’enveloppe et compte sur les ressources extérieures à hauteur de 34,5%. Grâce à la conférence internationale pour la mobilisation des fonds tenue du 1er au 3 février 2012 à Paris bien de partenaires techniques et financiers (PTF) ont annoncé déjà une contribution de 20 650 milliards, soit 96% du montant à rechercher.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

En ce mois de février 2012, il fait un froid de canard dans l’Hexagone avec des flocons de neige qui tombe sur Paris. C’est pourtant cette période qu’une dizaine de ministres du Burkina, pays sahélien où les températures tournent actuellement autour de 30°C a choisi pour tenir une conférence internationale pour le financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) qui a une vision ambitieuse pour le pays dans les 5 ans à venir, à en juger par l’enveloppe globale de ce référentiel de développement, 7496,20 milliards de nos francs, soit 1,483 milliards d’euros.

Cette stratégie vient remplacer le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP), qui a constitué le référentiel central de la politique de développement économique et social du gouvernement sur la période 2000-2010. Instrument d’opérationalisation de la Vision Burkina 2025 par cycles quinquennaux, la SCADD a quatre axes stratégiques pour relever le défi de l’accélération de la croissance et du développement durable.

Ce sont le développement des piliers de la croissance accélérée ; la consolidation du capital humain et la promotion de la protection sociale ; le renforcement de la bonne gouvernance et la prise en compte des priorités transversales dans les politiques et programmes de développement.

C’est pour mobiliser les ressources pour mettre en œuvre ce vaste programme que l’Etat burkinabè, en partenariat avec la Banque mondiale, a tenu du 1er au 3 février 2012 à Paris une conférence internationale qui a réuni tous les partenaires techniques et financiers du Burkina Faso.

Dans un climat glacial qui dictait sa loi dans la capitale française, la délégation burkinabè, conduite par le premier ministre, Luc Adolphe Tiao, a vite mis du boom au cœur avec les différents intervenants : le directeur général adjoint de la Mondialisation au ministère des Affaires étrangères et européennes de la France, Georges Serre et le directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Burkina, Madani M. Tall.

Le chef de file des PTF, l’ambassadeur Mette Knudsen, chef du département Afrique du ministère des Affaires étrangères du Danemark ; l’ambassadeur-chef de la délégation de l’UE au Burkina, Alain Holleville ; le représentant-résident de la Banque mondiale, Galina Y. Sotirova ; le coordonnateur résident du Système des Nations unies, Pascal Karoreo ; le chef de mission du Fonds monétaire international pour le Burkina Faso, Laure Redifer...

Ils ont tous salué la pertinence de la SCADD en cela qu’elle est le fruit d’une démarche participative (populations, société civile, gouvernement, PTF...) qui intègre les Objectifs du millénaire pour le développement, et l’Etat en a pris la grosse part du financement à plus de 60%. C’est pourquoi ils ont unanimement dit leur adhésion pleine et entière à la SCADD et promis d’être aux côtés du Burkina pour sa mise en œuvre.

Le ministre de l’Economie et des Finances du Burkina, Lucien Marie Noël Bembamba, faisant une présentation du document, a fait un focus sur les résultats et leçons apprises du CSLP, sur les priorités, les besoins de financement et les dispositifs de suivi. Après lui, des présentations sectorielles (ministères de la Santé, de l’Agriculture, des Mines, du Commerce, de la Culture et du Tourisme, de l’Education...) ont permis aux partenaires d’avoir bien d’éclairages sur la vision du Burkina en s’engageant dans cette politique quinquennale.
Le premier ministre a, dans son intervention, souligné les quatre objectifs de la conférence de Paris :

- offrir au gouvernement burkinabè une plate-forme internationale pour présenter la vision et sa stratégie afin d’atteindre les objectifs de croissance et de développement du pays ;
- renforcer l’adhésion de l’ensemble des partenaires aux objectifs de la SCADD et réaffirmer l’appropriation de sa mise en œuvre par le gouvernement ;
- obtenir l’engagement des partenaires techniques et financiers par la mise à disposition des ressources extérieures en complément aux ressources propres de l’Etat ;
- enfin, renforcer l’harmonisation, la cohérence et la prévisibilité des partenaires entre gouvernement, bailleurs bilatéraux et multilatéraux et investisseurs privés.

Quant aux résultats, ils ont été largement atteints, selon Luc Adolphe Tiao, d’autant plus que les partenaires ont massivement répondu à l’invitation, adhéré à la vision de développement de notre pays et se sont engagés à y contribuer à hauteur de 20 650 milliards, soit 96% du montant à rechercher. “Cette conférence a levé la crainte par rapport au financement de la SCADD”, a-t-il conclu. Le secteur privé n’a pas été en reste, et nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Abdou Karim Sawadogo :Ouaga-Paris-Ouaga

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 février 2012 à 09:08
    En réponse à : Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

    Ok pour le financement. Et, comment le gouvernement va se mettre au travail pour atteindre les objectifs en 2015 ? Il serait temps que les PTF exigent plus de transparence dans la gestion de ce pays. On a vu le cas Guiro qui est l’arbre qui cache la forêt. Il serait temps que les PTF exigent des audits dans tous les ministères et autres projets pour trouver les délinquants au col blanc et soient traduit en justice.
    Au niveau de la douane, Guiro a été arrêté et les autres douaniers qui ont détournés des dizaines, centaines voire plus de F CFA, sont-ils inquiétés ? On attend des actes, pas que des paroles pour brasser l’air et endormir le peuple.
    Et, maintenant la belle mère nationale qui fait des dons à tout va tandis qu’elle traite mal son personnel. Visiblement, elle a été à la bonne école car c’était la même chose avec Kanazoé. Et, pourquoi l’avoir mise comme présidente de la chambre de commerce de ce pays ? A croire qu’il n’y a pas d’opérateurs économiques intègres et honnêtes dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 15:40
    En réponse à : Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

    il faut que le peuple se reveille de son sommeil profond pour demander des comptes au gouvernement et à ses élus. si la SCADD peut nous sortir de la misère, qu’on me fasse le bilan de la première année de mise en oeuvre (2011). c’est quelle ecole de planification ça, où on demarre la stratégie avant de chercher du financement ? Le budget 2012 est-il calé sur la SCADD ? sur quelles ressources propres compte-t-on ? de grâce qu’on arrête de se foutre des gens !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 15:42, par BOB
    En réponse à : Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

    Financement par-ci financement par là mais on ne voit rien concrètement.L’objectif de voir un burkina émergent etait pour 2015 maintenant il nous parle de 2025 c’est de la démagogie. Voyons voir d’ici 2015 s’il y aura un changement.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 15:44, par RAWA
    En réponse à : Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

    Je n’arrive pas à comprendre cette obstination à s’endetter lourdement. Si la gestion d’un état se resumait à la recherche effrenée de l’endettement, tout le monde est capable de gérer. Moi je pensais qu’il s’agissait de trouver des stratégies en rapport avec nos richesses nationales. Je me rend compte qu’avec toute cette floppée d’économistes costumés, on n’arrive pas à trouver la solution. Car pour moi, la solution, ce n’est pas l’endettement massif. Nous avons besoin d’hommes assez intelligents pour l’élaboration d’un plan de developpement à long terme. Des gens comme. Même le prétendu grand économiste ADO, dès qu’il prend le pouvoir court chez le blanc pour déclarer qu’il a besoin de 20 000 milliards pour développer le pays. C’est vraiment désolant. Si ce n’est que ça, nous pouvons tous être des gouvernants. Nous avons assez de terres pour cultiver et vendre dans toute la sous région. Commençons déjà par là et nous aurons assez de moyens pour constuire de beau échangeurs et une belle ville. Rien ne sert de vivre dans une belle ville si tout ce argent emprunté servira à tous ces travaux alors que les gens vivent mal et ont faim. Le developpement, ce n’est pas la construction de belles villes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2012 à 00:56, par Lexys
    En réponse à : Financement de la SCADD : Les bonnes nouvelles venues de Paris

    "7496,20 milliards de FCFA, soit 1,483 milliard d’euros" ? De grâces, revoyez vos règles de conversion euro#fcfa. Si un eoru ne fait que 655,957 fcfa alors il est impensable que 1,483 milliards d’euros équivalent 7496,2 milliards de fcfa.

    * 1,483 milliard d’euros font 972,784 milliards de fcfa
    ou
    *7496,2 milliards de fcfa font 11,428 milliards d’euros
    Corriges ton papier !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés