Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

vendredi 20 janvier 2012 à 00h30min

Depuis le lundi 16 janvier 2012, Boulsa, chef-lieu de la province du Namentenga, connaît une certaine agitation sociale. A l’origine de cette poussée de fièvre, une attaque à main armée survenue la veille sur l’axe Boulsa-Dargo. Les forces de sécurité auraient alors entrepris une véritable battue pour retrouver les délinquants, même à l’intérieur des concessions. C’est dans ces circonstances que le commandant de brigade de gendarmerie, Souleymane Sawadogo, aurait administré une gifle à l’élève Diallo Yoro du lycée provincial qui n’aurait pas été réceptif à ses questions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le lendemain, le garçon, qui se plaint de douleurs à la tête et à l’épaule, est conduit par ses parents à l’infirmerie et les autorités politico-administratives entreprennent de désamorcer la bombe en prenant en charge les soins et présentant des excuses à la famille.

Les excuses semblaient avoir été acceptées quand, le mardi 17 dans l’après-midi, une délégation d’élèves demanda à rencontrer le haut-commissaire, Pierre Emmanuel Ouédraogo, pour poser deux doléances :

- l’évacuation de leur camarade dans un Centre hospitalier régional pour y subir des examens plus poussés ;

- l’organisation d’une marche de protestation le lendemain.

Selon nos informations, sur le premier point, le haut-commissaire aurait tout de suite marqué son accord et hier même l’élève a pu se rendre à Kaya aux frais de l’administration. Pour ce qui est de la manifestation par contre, elle aurait été déconseillée pour éviter qu’un tel rassemblement ne dégénère.

Visiblement, l’appel de l’autorité n’a pas été entendu puisque les scolaires ont bravé l’interdit pour battre le pavé hier matin mais, dit-on, dans le calme et la discipline. C’est en tout cas ce qu’on nous a laissé entendre hier en milieu de journée.

La Rédaction

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 janvier 2012 à 00:50
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Visiblement ce commandant n’a pas compris les évènements de Koudougou !

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 03:03
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      et tu veux qu’on fass quoi de cette histoire de kdg ? cest pas pour autant qu’on doit laisser les gens vivre comme des sauvages la !! Je crois meme qu’on ne l’a pas bien gifler...

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 05:05, par Bisongo
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      c’est dommage que les hommes en tenue continuent d’agir de la sorte !

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 07:25
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Faisons très attention à ne pas verser dans l’excès d’un côté comme de l’autre. Je note que dans cette ambiance, nos propres enfants sont devenus quasiment "ingérables" à la maison et dans les établissements.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 08:59
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Ce commandant a toujours les nerfs de CDR.J’invite les élèves de Boulsa à travailler dans le calme et de pardonner à ce monsieur de commandant pour qui un stage sur la gestion des conflits aiderait davantage dans ses tâches.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 14:56, par Traoré vlé
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Nous avons tous été élèves et même etudiant mais on était pas impoli.honteux pour les parent qui encourage la delinquence primaire. comment dans une situation d’attaque à mains armé un élève refuse de cooperer avec les pandore qui font leur boulot dans l’interêt superieur du oeuple burkinabè.merci mon commandant malheureusement ce n’est q’une seule gifle que tu a donné a cet impoli d’elève.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 16:17, par FAVORABLE
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Cher ami, il ne faut pas appréhender le problème dans ce sens, cet élève devait simplement répondre poliment aux questions du pandore, car il n’a pas été le seul à être interrogé. Dans tous les cas ce sont des gens de BOULSA que le pandore voulait sauver en traquant les bandits. A cette allure les forces de l’ordre ne feront rien prochainement même s’ils sont alertés et c’est nous encore qui allons nous plaindre.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 17:22, par traoré
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      On est où là !
      si le gendarme avait amené cet elève a la brigarde pour interrogation je vous assure que c’etait la 3ème guerre mondiale. il a administré une gifle voila problème. supposons que la cooperation de cet élève pouvait permetre au pandore de mettre la mains sur les bandits ou son seul refuse pouvais permettre au bandit de s’echapper.
      depuis les hostilité de koudougou on ne peut même plus dire a un "achète moi de la cigarette sans quil ne bombe sa poitrine. on est avant tout au faso noublion pa cela !!
      cordialement

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 17:42, par traoré
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      On est où là !
      si le gendarme avait amené cet elève a la brigarde pour interrogation je vous assure que c’etait la 3ème guerre mondiale. il a administré une gifle voila problème. supposons que la cooperation de cet élève pouvait permetre au pandore de mettre la mains sur les bandits ou son seul refuse pouvais permettre au bandit de s’echapper.
      depuis les hostilité de koudougou on ne peut même plus dire a un "achète moi de la cigarette sans quil ne bombe sa poitrine. on est avant tout au faso noublion pa cela !!
      cordialement

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 02:48
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Le commandant a bien fait.nos enfants sont maintenant tres impolis.il faut que nous leur apprenions a respecter l,autorite envers laquelle nous dsvons obeissance,soumission et respect.nous sommes appeles a colaborer avec les service de securite.c ainsi partout.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 15:50, par yiki
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Quand tu dis "ainsi partout, tu parles de ton village ou de ta concession ?
      Il faut sortir de ta léthargie. Ce n’est pas ainsi partout.
      C’est peut être encore ainsi dans les têtes de ceux qui sont incapables d’apprendre que la force ne doit pas être usée comme à l’état sauvage.
      On est en état de droit, du moins c’est ce qui est proclamé au travers de nos lois.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 16:54
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Tes enfants sont peut-être impolis, mais moi mes enfants sont polis et j’en connais beaucoup d’autres enfants polis. Alors livre tes enfants aux gifles éducatrices des gendarmes, ne leur dis pas de gifler tous les enfants et à tout va !

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 06:26, par Hamane
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Si le gendarme n’a effectivement rien fait d’autre qu’administré une simple gifle à l’élève ; je pense que son acte est à la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable. Personnellement, je choisi d’accepter ce geste. Il est fort possible que le refuse de l’élève a frôler la désobéissance à l’autorité qu’est le gendarme. n’oublions pas ce proverbe qui dit : "si tu épargne ton enfant du fouet tu le gates". Sauf s’il y a un autre abus. sinon, chers élèves, acceptons cette gifle qui indique que nous devons pas chercher à l’abri de tout fouet. De nos jours, les sociétés où l’on ne peut plus administré de châtiment corporels aux enfants, sont aussi restées dans l’incapacité d’administrer même une correction verbale à ces mêmes enfants et actuellement, les "enfants rois" de ces sociétés leur causent toutes sortes d’ennuis. Ne copions pas leur erreurs. Nous ont été plus que giflé et on n’a rien perdu de notre dignité.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 07:57, par Kiparé
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Ecoutez ! Detaillez nous pourquoi il a gifle cette eleve avant de laisser les gens etaler des commentaires inutiles ici.
    En effet, bien que ce ne soit pas du tout normal de gifler qui que ce soit,si j’ai bien compris il pourchassait des coupeurs de route !
    Il faut alors voir s’il n’a pas perdu ses nerfs(ce qui est different d’un abus de pouvoir), et le rappeler a l’ordre avec justement en plus l’action entreprise vers la famille de la pauvre, dont je suis sur a recu pas mal de gifles de ses parents, ce qui n’est pas normal diront les puristes ici.
    Sinon...Sinon...voila ce qui va se passer : personnes ne fera plus d’effort que ca pour pourchasser ces voleurs..qui a ce qu’on dit ne font pas seulement que gifler quand vous tombez dans leurs filets.
    Ne fragiliser pas le pays a cause de ca !

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:12
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Les gens sont devenus faibles. Faut porter la main sur les gens. Mon grandpere battait ses femmes et ses enfants avec le zaande. Si tu chicottes aujourd’ hui ton enfant avec le fouet de Ganga, il va meme mourir d’ un palud cache. Regardez la femme qui a fouette un enfant a Sabou. L’ ecolier est mort wet on a dit que c’est la femme. Les gens marchent morts. Ils attendent que tu les poussent, ils tombent comme un fruit pourri et on dit que c’est toi. Oui, c’est toi puisque c’est toi qui a fait tomber le fruit trop mur pourri. VFranchement, on doit cooperer avec les forces de l’ ordre mais si on ne le fait pas, est-ce que c’est illegal ? ca depend. Tu cooperes avec des gens qui risquent d’ aller te vendre. Le probleme n’est pas si simple.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 08:31, par Yiki
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    C’est bien de traquer les bandits. C’est même ce qui doit être fait. Toutefois cela donne-t-il le droit de violer les domiciles des habitants avec, au passage,des bastonnades administrées aux enfants.
    L’état de droit est bien une illusion dans ce pays.
    Il faut enseigner aux forces de l’ordre à travailler dans le strict respect des lois.
    Si ces lois sont insuffisantes ou mal foutues, nous avons des députés qui sont bien payés pour y remédier.
    On est fatigué de tous ces hommes de tenue qui n’ont rien retenu à l’école que l’exercice de la force brute et bête.
    Et pourtant, que de séminaires organisés avec en prime des perdiem distribués.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 15:52, par sidnaaba
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Mon frère yiki, bastonner est different de gifler. n’exagerons pas mes frères, les autorités se st excusé et se st engagé à prendre en charge tous les frais. si l’élève avait été agressé par les bandits, aurions nous pas accuser la sécurité de n’avoir pas fait sont travail ? a cette allure chacun se contentera du stricte minimum. c’est ce que font les enseignants du primaire de nos jours. on progressent avec les bons élèves et tanpis pour les cancres. dans ts les cas pas le moindre baton au risque de se retrouver en prisons.

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 08:47, par Lecitoyen
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Poussée de fièvre pour une gifle.Ce que les élèves ont fait est bien : ce n’est pas eux qui ont marché, c’est l’Etat de droit qui est en marche.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 09:12
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    c’est le moment où jamais pour le peuple burkinabè de se libérer des chaines. je veux dire que la démarche des élèves est à saluer. Et c’est ainsi qu’il faut réagir. Il se prends pour qui ce commandant pour violenter cet élève innocent ? Avait-il le droit de gifler l’élève ? Aidez-moi !

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 14:10, par Kouma
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Pourquoi c’est cet élève que la gendarmerie a intérrogé et pas un autre ? S’il est vrai que les hommes de tenus abuse de leur autorité et exploite la méconnaissance du droit du citoyen lambda, il est vrai aussi que depuis quelques temps nos enfants sont devenus impolis, irrespectueux envers tout le monde. Si un enfant à des droits, il a aussi des devoirs et nous avions tous reçus des fessées à notre enfance sans pour autant mourir. Au contraire, cela nous a peemis de connaître les limites à ne pas dépasser en matière droits.

      Répondre à ce message

      • Le 20 janvier 2012 à 15:59, par Hum !
        En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

        Si on suit ton raisonnement, il faut taper sur celui qui est en faute.
        Tu te crois au temps colonial ou quoi ?
        Il y a des méthodes plus intelligentes d’aboutir à la révélation de la vérité.
        Ce n’est pas parce qu’on est incapable de réfléchir sur l’une ou l’autre de ces méthodes moins violente et surtout pas corporelle, qu’il faut perdre son sang froid et tomber dans la bestialité.
        Où va-t-on si même le représentant de la loi est incapable d’appliquer la loi.
        C’est le gendarme qui a violé la loi et non le petit qui refuse de répondre.
        Le refus de répondre, s’il doit être sanctionné, le sera devant les instances où des gens sont payés par mois pour cela.

        Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 15:24, par anonyme
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Je suis désolé mais si vous confondez liberté et libertinage, votre enfant risque de vous cracher sur le visage un jour parce que vous lui avez reproché d’avoir insulté un adulte. il faut d’abord savoir ce que l’élève a fait et savoir que le commandant peut être le père de Diallo et donc le giffler comme il aurait fait à son propre enfant.ce n’est pa parce qu’il homme de tenue qu’il condamné son acte de la sorte.

      Répondre à ce message

      • Le 20 janvier 2012 à 18:15
        En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

        Une fois qu’ il est en tenue, il n’est plus le pere, le frere ou le cousin de quiconque que se soit. Il represente la loi. Elle est impersonnelle. mais comme on est en afrique des Peres de la Nation, donc, dans des Etats-Famille, on peut appliquer la methode retrograde de gerer les individus comme dans des familles depassees.

        Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 15:35, par Kevin
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Elève innocent ? Tu n’en sais rien...! Je ne suis pas pour la violence. Mais je pense que le refus de coopérer avec les forces de sécurité place l’élève en situation de faute, voire de suspect pour complicité avec les braqueurs. Sinon, pourquoi refuserait-il de coopérer avec les gendarmes qui risquent leurs vies pour protéger la sienne et celle de sa famille ? Soyons prudents et ne défendez pas aveuglement les gens...!

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 11:46
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    bonjour dois je vous rappelez que l’objectif était d’arrêter des briguants pour le bien de tous en tant que citoyen nous avons le devoir de collaborer pour que ces voyous soient arrêter.. arretont de toujours taper sur les hommes de tenues arretont de marcher ou de bruler pour un oui ou pour un non Mr les gendarmes je suis aussi étudiant et je vous soutiens contre cette grande délinquance

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 13:46, par Un fils de Boulsa
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Il est grand temps que l’état fasse valoir son autotité. Je ne vois pas en quoi un gendarme ne doit pas gifler un citoyen qui fait obstruction ou retention d’info pour son enquête. Cher petits frères, soyez réalistes et indulgents.Pensez à votre avenir. Les coupeurs de routes ont endeuillé beaucoup de famille dans notre province (Namentenga). Facilitons le travail des forces de l’ordre en collaborant, dans l’intérêt de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 13:47, par PAPUS
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Diallo YORO EST UN BANDIT OU EST DE CONNIVANCE AVEC DES BANDITS. LE COMMANDANT NE L A PAS BIEN GIFLE CAR IL DEVRAIT PERDRE DES DENTS. POURQUOI UN CITOYEN VA S OPPOSER A DES FOUILLES DES FORCES DE L ORDRE A LA RECHERHE DE BRIGANTS.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:13
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      papus,tu es fatigué,car il faut savoir qu’on n’est pas dans une jungle parcequ’en droit universel,je peux m’opposer à quelqu’un de fouiller chez moi s’il ne dispose pas d’un ordre de perquisition du juge sinon,c’est trop facile.Qu’est ce qui prouve que celui qui porte une tenue de gendarme ou de policier avec son arme n’est pas un voleur ?il faut être cohérent et fait gaffe à toi car dans ce far west,je souhaite qu’un brigand déboule chez toi avec des tenues de gandarme pour fouiller ton habitation et ohhhhh surprise,il tombe sur tes cantines à la Guiro.
      tu n’auras tes yeux pour pleurer.
      pauvre burkina,on marche sur la tête

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:26
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Si Diallo est un bamdit, le gendarme a ete corrompu et s’est contente d’ une gifle au lieu de l’arreter seance tenante. On ne gifle pas un bandit. On l’ arrete. et s’ il est bandit, pourquoi voulez- vous qu’ il se denonce ? Ce n’est pas son role. Ce gendarme que j’ ai rencontre il y a un mois a Boulsa, est un vrai violent. S’ il ne prend garde, il va commettre une betise irreparable.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 13:51, par Yéti
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Blaise, le lion et Hyacinthe sont fatigués et les souris dansent. Sinon on’gaou. Son Administration soutien les élèves et fait tout ce qu’ils veulent, les parents sont avec leurs enfants : dans cette histoire il n’y a plus qu’un intrus:les forces de l’ordre ; alors ouste ! MM. les gendarmes, dormez ou quittez toutes les villes où les gens préfèrent être braqués que de collaborer avec vous.
    C’est comme ça qu’ils ont fait crucifier le christ et libérer Barabas. Quand ce pandore sera parti vous le réclamerez avec torche en plein jour mais "lèbga" trop tard.
    Pour les Braquage de ce côté là il faut laisser les Kaf devraient régler ça à Boulsa ils n’ont qu’à wacker les braqueurs.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:14, par Le Bouc
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Ecoutez mes frères.soyons réalistes et comprénons biens les choses. les enfants deviennent de plus impolis et incontrolables vous le savez bien. si le commandant a giflé ce gamins, c’est avec juste raison surtout qu’il est en train de mener des enquêtes. qui d’entre vous peut resister à des injures d’un enfant qui n’a même pas l’age de votre enfant ? Attendons donc les dedails avant de donner raison à ces élèves. Ne comparons surtout pas cette situation avec celle de Koudougou car là, il s’agit probablement d’impolitesse.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:35
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Combien de fois ce gendarme a-t-il giflé ses propres enfants. Pourquoi donc vouloir giflé l’enfant d’autrui ?Ce que les gens ne font pas chez eux c’est ce qu’ils veulent faire dehors.Notamment les semblants d’intellectuels qui pourrissent leurs enfants à la maison et sont sans pardon pour les autres enfants.L’insolence ou l’arrogeance des enfants ou des élèves est une responsabilété collective.Si l’élève en question avait reçu l’éducation qu’il convient il n’aurait pas désobéi au gendarme qui ne l’aurait pas non plus giflé.S’il l’a giflé alors qu’il supporte les conséquences de son acte.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:36, par BONSENS
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    On ne peut faire des omellettes sans casser des oeufs et il n’ya pas d’activtés sans risuqes. Acceptez donc ces petits ecarts de conduite des forces de l’ordre et surtout que c’est dans le traque des coupeurs de routes. C’est ceux qui ont les mains qui les salissent et c’est ceux qui agissent aussi qui commettent des erreurs donc sachons pardonnez car il y’a va de notre interêt. Entre une bonne paire de gifles et un braquage je pense que le choix est clair pour toute personne lucide, même un abruptis de samo saura choisir.
    Ne travaillons pas à demotiver les forces de l’ordre dans leurs actions dans la mésure où ils sont detenteur de la violence légale.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:45
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Les coupeurs de route ne sont pas des extra-terrestes. Ce sont des produits de notre société.Dites moi quel rapport y a - t-il entre gifler quelqu’un et rechercher des informations ?Dans d’autres pays, on ne frappe pas les suspects mais ils finissent par avouer leurs forfaits.Il y a des techniques dans l’interrogatoire. Pourquoi ne pas amener nos forces de sécurité à ces écoles ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:47, par Par MOI
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    impolitesse ou pas une gifle reste une gifle.maintenant pour moi après tout ce que les forces de l’ordre ont subi dans ce pays,si j’étais un d’eux je ne toucherais plus a un individu dans quoi que ce soit,si les braqueurs veulent qu’ils braquent,de toute façon le gendarme ou le policier aura son salaire a la fin du mois.merci

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:24
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Tu as menti. Vous allez faire votre travail piaan. Et sans gifler. Vous passez votre temps a cogner les citoyens et vous croyez qu’ on va vous laisser faire ? Vous pouvez avoir des resultats sans cogner, Gendarmes- Fouettards. Tu penses que les resultats sont fonction de la cogne ? Tu es un vrai TareTare.

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 14:55, par pote
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    @le bouc
    parfaitement,je partage ton point de vue.Faites un tour dans les lycees et colleges pour vous rendre compte de la nouvelle espece d’eleves.C’est tout simplement degoutant.Je me demande quelle societe auront nous demain.Les enfants sont tres impolis.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:17
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Regardez aussi nos dirigeants, cette nouvelle race de dirigeants, de hauts- fonctionnaires, de fonctionnaire, etc. C’est la merde. Pourquoi voulez- vous que les enfants soient des sains dans une societe ou il n’ y a plus de saints ? L’ iguane ne ne prendra jamais la forme du trou d’ un lion.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 15:18, par Isco
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Il est temps que le PM et même le PF prennent des mesures drastiques pour remettre les élèves sur le bon chemin ; A l’allure ou vont les choses, sans le savoir un petit groupe est entrain compromettre l’avenir de toute une génération. Pourquoi, on laisse les élèves ddescendre dans la rue parece que un gendarme a gifflé un des leurs ? Quel risque les forces de l’odre ne prennent pas pour nous permettre de vivre. Arrêter ces agissement inutiles et nuisbles. Si un élève tente de marcher, il faut bien le chicoter. Attention au désordre.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 16:22, par mêche lente
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      les chers amis je pense que nous devons à present colaborer franchement avec les forces de l’ordre que de passer le temps à les critiquer négativement car c’est si l’on peut se lèver aaller vaquer à ses besoints où il veux et quant il veux c’est grâce àla presence des hommes de tenes sinon si ces hommes de tenues baissent les bras même ,eux fameux élèves seront violées dans les classes ,sur les routes ,les plus forts faire la force aux plus faibles pour en dire que ça donc encourangeons nos braves hommes de tenues au lieu de les denigrer car la securité n’a pas de pris merci

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 15:56, par TheKing
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Je pense que les problèmes de ce genre n’en finiront pas au Burkina Faso, tant que nos structures administratives ne se reforment pas profondément. Figurez-vous que les CB de brigade dans certains chefs-lieux de provinces et dans certains gros villages sont des adjudants-chefs, avec à la base comme niveau, le CEP (les anciens gendarmes) ou le BEPC. Qu’est ce qu’ils en savent du droit ou de la gestion des conflits ? Quoi de plus normal, que la violence supplée leur carence intellectuelle et leur manque de professionnalisme. A l’opposé, vous avez des étudiants de droit bien nantis, qui chôment dans nos cités. Alors que ces étudiants pourraient facilement intégrés la gendarmerie et remplacer ces CB qui nous font souvent honte dans leurs manières d’agir et de parler dont la rhétorique est du genre à nous couper souvent le souffle. "Il faut que les sages gouvernent nos cités".

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 17:24
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      ça c’est quel raisonnement ? Ce raisonnement doit être à la hauteur de ton ignorance accrue et ton égoïsme. Être étudiant ne te donne pas plus de droit par rapport à ceux que tu penses qu’ils n’ont que le CEP ou le BEPC. Et tu n’as aussi plus de droit que le garibou qui mendie sur la route. Tu dois être un incapable notoire de réussir sans une main invisible. je ne suis pas un gendarme et j’ai plus que le BEPC et je ne suis pas plus vieux car je suis loin des 40 ans mais une chose m’écoeure chaque fois que des imbécile de ton espèce ramène tout à l’étudiant comme si l’argent du contribuable est récolté pour s’occuper d’étudiant. Il faut laisser quand le budget de l’état sera constitué de fond provenant du seul fait des étudiants vous serez recrutés au niveau de tous les démembrement de l’état

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 17:41, par kaaya
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      a Theking

      mon type, si tu n’as rien a dire, on ne t’oblige pas a te prononcer, ses memes gendarme du CEP ou BEPC dont tu parles la,ils ne dorment pas nuit et jours pour ta securité et celle de ton village, Regarde mou ce type là !!!!!!!!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 17:07, par Iso
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Mes félicitations à l’ensemble des éducateurs. En quoi gifler un enfant constitue un problème ? Ou bien C’est parce que celui qui a giflé est un homme de tenue ? Vous n’allez pas me dire que dans cette localité on ne se frappe jamais. Mr le gendarme enlevé votre tenue et frapper bien ces gens comme eux-même ont l’habitude de frapper leurs femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 17:26, par Le Bouc
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Ah la je crois que Theking est un peu aigri. Ce que tu oublie, ces CB avec leur niveau CEPE ou BEPC parlent et comprennent mieux le français que toi avec ta maîtrise et ont reçu une bonne éducation et formation pour l’accomplissement de leur mission. Soit honnête mon frère.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 17:54, par kiema ousmane
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    bonsoir les frères je kroi ke dans ce pays il ya tros de laisser allez . arrêtons l’hémorragie pour nes pas donner tros de force a sais petit délinquantes . si sais pas bousouma ,sais boulsa on n’est ou ? LAISSER leurs marcher et mater les y’a quoi même tros sais tros et si cetais entre élèves qui allais marcher. sa m’ennerve tout sa la . a zorgho sais peulh et mossi. mossi brulle les maison de peulh et autorité dit rien .pire on demande a peulh de partir pour un moment pays sais pour qui même ? qui peux décider de bruler maison de quelkin et puis ya rien .moi j’ais gifles un élèves la semaine passer parce-kil a bruler le feux alorske tous le monde étais arrêter je lapel pour lui conseiller en tan que petit frère il me dit qu’il sens fous et kon ce connais dans ce pays sais la que je lui est gifle . dite moi kel éducation nous donnons a nos enfant ? UN ÉLEVÉS QUI SE FOUS D’UN GENDARME , pays la est gâter mais on vas gère sa a notre mannieure

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 17:57, par Atrap Le Moize
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    LeKing de mes deux, tu ne comprends rien a rien. Si tu penses que c’est des sous hommes que ceux qui on le niveau CEP ou BEPC, tu me fais pitie. Ce sont des hommes qui grace a leur courage et leur travail nous permettent de dormir en securite chez nous. C’est toujours nous les etudiants qui avons les grandes gueules. Qui te dit qu’il n’y a pas d’universitaires dans les forces de securite. Fais un tour pour te renseigner a la Police ou a la Gendarmerie et meme dans l’Armee et tu seras sidere.
    Quant a ceux qui blament le CB pour une gifle donnee a un enfant, vous me faites aussi tous pitie. Vous allez tous recolter votre lachete collective en pleine figure un jour quand vos propres enfants se mettront a vous bastonner chez vous et personnes ne viendra vous delivrer. Quelle idee de vouloir tout politiser. Vous en voulez tous a Blaise et a son regime et vous vous trompez tres souvent de cible. Si les forces de securite decident de ne plus agir et de laisser faire comme vous les nuls vous voulez, vous n’aurez meme plus avoir le culot de mettre le nez dehors tellement ce sera l’anarchie et la jungle creee par vos petits sauvageons que vous elevez comme des poules dans vos maisons et que vous appelez enfants. Vous serez encore toute honte bue ceux qui appelleront a l’aide les forces de securite. Si mon efant manque de respect a un adulte dehors et qu’il est gifle, c’est son probleme ; je vais meme le corriger davantage. On ne va pas vous suivre dans votre lachete a refuser d’assumer votre responsabilite parentale en eduquant vos enfants pour qu’ils soient polis et courtois envers les adultes et leurs camarades. Si vous voulez faire de vos enfants des trous du cul comme vous c’est votre probleme. Si un de vous envoie son enfant me manquer de respect, non seulement je vais le frapper mais je vais le suivre a la maison pour frapper les minables parents qui se font appeler ses parents. A bon entendeur...

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2012 à 18:21
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      A force d’avoir pitie de tout le monde, tu es la pitie elle- meme en puissnace. A bas les punitions corporelles, armes des incapables comme toi. La CIA ou le FBI , ce sont les mieux informes, mais ils ne torturent pas pour amener les gens a dire ce qu’ ils veulent. Est-ce qu’ il y a un contrat entre le peit Diallo et les gendarmes ? Bien vrai, il pouvait parler pour aider la gendarmerie mais il n’etait bpas oblige. Ou alors, si on estime qu’ il est complice, qu’ on vienne l’arreter avec un mandat d’ arret dument signe par le procureur mais pas le gifler. Arretez ces methodes coloniales ou nle gendarme etait craint comme un Diablotin Noir alors que c’est nos sous qui sont utilise pour le payer. Vraiment, ce pays ne sera plus jamais comme avant. Malheur a ceux qui tardent a apprendre cette petite verite.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 18:08, par Le muet
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Une gifle administrée à un bandit(parce cet élève doit en être un ou bien il a un parent parmi les bandits) quoi de plus normal. Mieux vaut administrer une gifle à un bandit que de recevoir une gifle d’un bandit. Si ce n’est qu’une gifle,mon commandant et si c’est pour éviter des pertes en vies humaines(puisque les bandits eux n’hésitent pas à tuer) administrez-lui une autre si vous en avez l’occasion. Ceux qui en sont contre n’ont jamais été braqués ou volés. que disent les victimes ? Interviewez-les.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 18:25, par L’esprit
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Bonsoir à tous,
    Je comprends les commentaires des uns et des autres mais il est nécessaire que des détails soient apportés à cet article sur les circonstances de la gifle.
    Je suis convaincu que personne n’est contre l’éducation d’un enfant et en Afrique la société contribue à cela ;
    Aussi, ce n’est pas par ce qu’une partie des forces de l’ordre a déconné que nous devons jeter la pierre sur l’ensemble de la grande muette.
    Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2012 à 18:45, par MS
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    "la crainte du gendarme est le commencement de la sagesse" .cet enfant est un suspect et les gendarmes doivent restreindre leur recherche sur lui et son entourage car il se pourrait qu’il soit manipulé par les braqueurs en question afin de brouiller les pistes de recherche .Aussi ,il faut que l’Etat prenne ses responsabilités pour permettre aux forces de l’ordre de faire bien leur travail sinon pour une simple gifle d’un gendarme sur un enfant impoli ,des gens se lèvent pour marcher ,que les gendarmes se retractent et laissent les bandits les dépouiller,comme-cela les parents auront les moyens pour financer leurs etudes. Comme ils respectent les bandits.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2012 à 10:39, par ericsonlezoulou
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Rien n’autorise un agent de sécurité à mettre la mains sur un citoyen. Même si le jeune en question était soupçonné de banditisme,il a le droit de refuser de parler à un fonctionnaire dont le rôle doit strictement se limiter à appréhender et rechercher des preuve dans le respect des droits humains et de la dignité des citoyens.
    Dans un Etat de droit, un agent de sécurité n’a pas le droit de porter des menaces et des actes violant contre quelqu’un. Attention, notre peuple n’est plus ignorant, de plus en plus, il connait ses droits.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier 2012 à 00:09, par wo aya
      En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

      Etat de droit, droit de l’homme etc... mais ce sont des trucs qui font que nos services de sécurité ont peur de travailler correctement de nos jours. je ne suis pas contre le droit quand je parle mais arrettons d’exagerer un peu. le droit qu’on doit à un enfant ne doit pas empêcher son éducation. regarder l’anarchie dans nos écoles primaires dans nos collèges même dans la société en général aujourd’hui c’est déplorable. l’enfant n’a plus de respect pour le vieux n’en parlons pas son ainé. où alons nous avec tout çà ? dans le décor certainement. Que l’Etat s’endort seulement et quand il perdera tou son pouvoir on verra les résultats. L’anarchie est une forme de pouvoir aussi mais çà m’inquiète fort qu’elle soit convenable pour notre société. je vois un temps venir où la loi de la jungle va se substituer à celle de nos jours quand toutes les forces de l’ordre n’auront plus le courage ni la morale d’aller interpeller un citoyen en infraction de peur qu’il lui arrive quelque chose qui risque de les trimbaler en justice. Dès lors on se rendra justice et malheur aux plus faibles.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2012 à 13:26, par yat
    En réponse à : Boulsa : Poussée de fièvre pour une gifle

    Très bonne analyse. Cet enfant se reproche de quelque chose. On badine pas avec la sécurité. Qu’il soit élève ou non s’il est suspect, on doit l’auditionner. le titre d’ élève ne lui confère en aucune manière une quelconque inimité. Arrêtons de décourager les agents de sécurité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés