LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

mardi 20 décembre 2011 à 00h15min

Comme l’année dernière, les cours sont perturbés depuis le 5 décembre 2011 au lycée municipal de Dédougou (LMD) considéré, à tort ou à raison, comme le foyer de la contestation et de la turbulence scolaire dans la cité de Bankuy. En séjour à Dédougou dans le cadre du lancement officiel des activités du centre universitaire polytechnique de Dédougou, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur (MESS), le Pr Albert Ouédraogo, a rencontré le 19 décembre 2011 les élèves de cet établissement. Objectif : explorer des voies et moyens pour éloigner les vieux démons et éviter l’installation de la chienlit.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Des enseignements, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur (MESS), le Pr Albert Ouédraogo, en a véritablement tiré de la rencontre qu’il a eue le 19 décembre 2011 avec les élèves du Lycée municipal de Dédougou (LMD). En effet, des élèves de cet établissement où les cours sont perturbés depuis le 5 décembre dernier, ont montré le peu de respect qu’ils ont pour l’autorité par des jets de pierres sur les toits et l’explosion de pétards. Pire, l’un deux a même tenté de défier l’autorité par un bras d’honneur. Le Professeur Albert Ouédraogo, qui a suivi ce comportement discourtois de l’élève, l’a vite sermonné, avant de l’isoler.

Présents et ayant suivi en live le comportement de cet élève, certains parents d’élèves n’en croyaient pas à leurs yeux. Ces « incidents », sans portée majeure, n’ont pu empêcher la rencontre d‘aller à son terme. Le proviseur du LMD, Ousmane Faho a été le premier à prendre la parole. Pour lui, l’établissement qui compte 23 classes avec un effectif de 2 036 élèves pour cette année scolaire 2011/2012, a enregistré l’année dernière des résultats catastrophiques aux examens scolaires. Ce qui le relègue au dernier rang au niveau régional. A en croire le « provo », statistiques à l’appui, ces mauvais résultats sont dus aux grèves et autres débrayages sans fin des scolaires du LMD. Pour éviter une année similaire, il propose que des rencontres de concertations soient initiées.

Alors qu’on pensait à un retour definitif à la normale, les vieux démons ont effectué leur retour le 5 décembre dernier. Sans doute pour mieux faire passer son message par la méthode du pied dans la botte, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Pr Albert Ouédraogo, a commencé par annoncer une bonne nouvelle : ‘’Je suis venu avec une bonne nouvelle. Depuis belle lurette, les élèves de la région de la Boucle du Mouhoun, après le Bac se voyaient obligés d’aller soit à Ouaga, soit à Koudougou ou encore à Bobo pour poursuivre les études. Je suis donc venu vous annoncer le lancement des activités de l’université de Dédougou pour ce 20 décembre 2011 » Tonnerre d’applaudissements ; et le professeur Ouédraogo de poursuivre : « Pour aller à l’université, il faut avoir le Bac. Et pour avoir le Bac, il faut étudier et pour étudier, il faut savoir écouter.

Nous sommes rentrés dans une période de turbulences. Je sais aussi qu’il y a des raisons objectives. Pour cela, je vous invite au calme, à la retenue et à la concertation ». S’appuyant sur une pièce théâtrale diffusée sur la Radiotélévision du Burkina (RTB) et qui fait la genèse de la crise qu’a connue le Burkina, le chef du département des Enseignements secondaire et supérieur a dit que tout le monde est coupable. Cependant, il s’est empressé d’ajouter qu’on peut ne pas être tout le temps d’accord, mais on doit être d’accord sur l’avenir du pays. « Chacun se demandera ce qu’il a fait pour que le pays ne s’effondre pas. Chacun doit apporter sa contribution afin que l’édifice demeure debout’’, a-t-il lancé.

Seconde rencontre écourtée

Tout en invitant les élèves à être des modèles, le Pr Albert Ouédraogo n’a pas fait dans la langue de bois. Il a surtout souhaité que la sagesse des uns et des autres l’emporte sur tout autre acte. La salve d’applaudissements qui a suivi la fin des propos du ministre Ouédraogo a eu l’effet d’un feu de paille. Certes, il y a eu un déferlement des élèves des petites classes qui ont envahi le ministre, parce que chacun voulait lui serrer la main. Mais les appels à la reprise des cours n’ont pas été entendus. Car, dès l’entame de la seconde rencontre entre le ministre, les professeurs et les autres acteurs du système éducatif, le bruit du sifflet a retenti. Pour des raisons de sécurité, le regroupement massif des élèves et les jets de pierres sur les toits ont fait écourter cette seconde rencontre.

Il y a eu cependant plus de peur que de mal car le gros nuage formé d’élèves s’est dissipé quelques minutes après sans heurt. « La grève de 48 heures se poursuit. La reprise des cours, c’est pour l’année 2012 », pouvait-on entendre çà et là non loin du lycée. A la question de savoir pourquoi cet acte, l’un de élèves qui continuait d’égrener son chapelet, nous répond qu’il faut prier pour conjurer le mauvais sort qui s’abat sur le lycée municipal.

Serge COULIBALY

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 décembre 2011 à 03:09
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    il n’y a plus d’autorité dans ce pays,tout a fichu le camp et c’est pour cela qu’on dit tjours qu’un pays n’a pas besoin des hommes forts comme présidents de la république mais des institutions fortes car si Blaiso fut un temps un homme fort(a prouver d’ailleurs),là maintenant après 24 ans passés au pouvoir,il est devenu faible et il doit rendre le tablier a la fin de son mandat pour que le pays ne sombre pas dans le chaos

    Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2011 à 13:53, par MIO
      En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

      mon frère tu n’as rien apporté on devrait te censurer.Toujours pret à critiquer et vous n’apportez rien de constructif.
      Des élèves qui veulent pas aller à l’école cherchent des alibi pour faire la fête et vs vs parlez du Président.j’étais aussi élève et j’aimais tjrs les jours fériés et l’absence des prof surtout les grèves pour m’amuser.Faites comprendre à nos jeunes qu’ils sont en erreur. Grever devient un jeu d’enfant maintenant et ils s’y adonnent sans savoir le pourquoi.Dissertation pour tous les élèves du Burkina Faso :"Grever c’est bon " qu’en pensez-vous ? Donnez aux lycéens et vous verrez. Bof le burkina est aujourd’hui plein de critiques qui va construire et qui va critiquer ?

      Répondre à ce message

      • Le 20 décembre 2011 à 16:10, par AO
        En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

        Pourquoi veux tu que les autres soient censurés ?
        Toi aussi tu dois l’être puisque tu fais l’apologie de la dictature par la censure car de ta contribution dans le débat,tu n’as rien apporté
        La parenthèse étant fermée,je me demande pourquoi les fauteurs de troubles ne sont pas arrêtés puisque si je comprends,il n’y avait au plus que 2 meneurs et les autres de la troupe ne sont que des suiveurs moutonniers.Il aurait été judicieux de donner l’exemple en les mettant aux arrêts pour donner l’exemplarité mais comme dit le premier intervenant que Mr MIO condamnerait par sa censure KGBiste s’il détenanit une parcelle de pouvoir,je suis de même avis que cet intervenant que les valeurs du respect de l’aînée n’est plus d’actualité mais c’est parceque nos gouvernants ont failli moralement sur toutes les lignes.
        Mr MIO,ce ne sont pas des critiques mais une réalité et ce n’est pas la peine de se voiler la face,nous n’avons les dirigeants que nous méritons

        Répondre à ce message

      • Le 20 décembre 2011 à 19:01
        En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

        Très bien dit mon chère. Ils sont très nombreux ces gens qui critiquent et qui n’ont aucune idée constructive. C’est trop facile de critiquer. Ils nous cassent les oreilles et les yeux.
        Ceux qui passent le temps à Dire au président de se casser en 2015 feront bien de commencer à sillonner les provinces et village du pays pour présenter leur projet de société aux populations et les convaincre de voter en leur faveur. Il ne faut pas qu’en 2015 on retrouve les mêmes en train de nous casser les oreilles en disant que "Blaise est parti mais et que le régime est resté." Déposer maintenant votre faut trophée de guerre "l’article 37".
        Il faut aller au charbon au lieu de vous assoir toujours à critiquer.}

        Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2011 à 19:50, par Philipso
      En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

      je pense que tu n’as rien à dire. tu fais hors sujet. je comprends pourquoi tu raisonne de la sorte.il s’agit ici de comportement des élèves. qu’est ce que blaise dégage a à voir ici. je pense que tout un chacun de nous dois fermement condamner ce comportement sinon c’est nous même que nos propres enfants vont frapper.la morale a foutu le camp au faso. nous serons tous coupables car nous avons manqué à notre mission celle d’éduquer.

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 12:17, par rasmane
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    A force de conserver certains DG et autres proviseurs le tocsin ne fait qu !agraver la situation.qu !il daigne jeter un coup d !oeil dans certaines directions generales pour toucher du doigt les aberrations qui s !y passent.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 17:55, par conscience trankille
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    franchement ca fait pitié le coportement des eleves. C’est juste pour grever et aller boire c’est tout. Mais le probleme ici c’est les parents qui ne jouent plus leur rôle.Ces eleves, il faut les matter sérieusement pour qu’ils comprennent que c’est eux l’avenir du pays et que l’école c’est important.
    Come mesure, il serait bien que le MESS change le programme scolaire en commenant les cours le 1er Septembre malgré la pluie. La au moins, on aura 3 mois de cours et en Décembre on les libere. Et le rat qui sera dehors pour du n’importe quoi il aura ce qu’il cherche.
    mais ou allons Nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 18:29
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    Merci M. le journaliste pour cet article. Cependant je suis insatisfait car vous n’avez pas mentionné que par la faute du Lycée Municipal de Dédougou, une bonne partie des établissements de la ville ne peut pas non plus faire cours. Même si les les élèves du LMD pensent qu’ils ont de bonnes raisons pour aller en grêve (ce qui n’est même pas le cas), ils doivent savoir que les autres ont le droit d’être en classe s’ils le désirent. Ce qui est arrivé l’année dernière dans cette ville ne doit pas se reproduire cette année.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 19:22, par Levi
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    Honte à ces élèves qui confondent tout : Lutte et savoir vivre.Au lieu de s’estimer heureux d’avoir le ministre comme interlocuteur,ils font preuve de mal éduqués malgré la présence de leurs parents dans la salle.Quelle jeunesse ! Il serait mieux de suspendre ce projet de construction de l’université car ces élèves ne le mérietent pas ;eux qui se retrouvent dans une zone enclavée.Le Ministre,le gouvernement devraient arrêter de rencontrer ces foules d’inconscients et échanger seulement avec leurs responsables.Que nous apportent ces rencontres dites avec les forces vives ? Les problèmes sont connus et les solutions peuvent être données par des spécialistes du développement au lieu de gaspiller temps et moyens pour discuter avec des indisciplinés.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 19:34, par YIU
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    Il faut amener ce grand projet d’Université à KOUPELA 145 KM EST DE Ouagadougou, ou bien ?
    Effectivement devant des indisciplinés élèves devant leur Ministre de Tutelle, pas de respect ?
    Inutile de continuer ce projet à Dédougou, aucun PROFESSEUR d’université n’ira leur donner des TDS, ni cours.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 22:44
    En réponse à : LYCEE MUNICIPAL DE DEDOUGOU : Les élèves perturbent une rencontre du ministre Albert Ouédraogo

    Ce sont les conséquences d’une certaine frustration. La région est carrement délaissée par le régime.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés