Enseignement secondaire : « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable »

vendredi 9 décembre 2011 à 02h01min

L’Association des délégués des lycées et collèges du Burkina Faso (ADLC-BF) a tenu ce 8 décembre 2011 à Ouagadougou, une assemblée générale extraordinaire avec les élèves. Objectif de cette rencontre des délégués d’établissements : trouver les voies et moyens pour mettre fin aux « perturbations anarchiques » des cours.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Depuis le début du mois de décembre, aucun jour ne se passe sans que des élèves ne partent en grève pour divers motifs. Les cours sont perturbés par des mouvements spontanés, et cela au grand dam des autorités scolaires. C’est pour faire face à ces grèves intempestives que l’ADLC-BF a tenu ce 8 décembre 2011 à Ouagadougou cette assemblée générale extraordinaire. « Nous sommes pour les grèves, mais il faut que celles-ci soient organisées », propos de Fernand Ouédraogo, président de l’ADLC-BF.

Au sortir de cette rencontre, les responsables des élèves, espèrent trouver un consensus sur le déroulement des grèves. « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable. Il est de notre devoir de mettre fin aux grèves anarchiques », affirme par exemple Fernand Ouédraogo. Mais les délégués souhaitent également que les autorités s’engagent à mettre fin aux répressions des manifestations des scolaires. Les élèves se sont livrés à des discussions houleuses afin de trouver des compromis pour sortir de cette zone de turbulence que traverse le secteur éducatif.

Cette rencontre s’est déroulée en présence de quelques chefs d’établissements, du directeur régional de l’Enseignement du centre, et du secrétaire général du ministère en charge des Enseignements secondaire et supérieur, Luc Yé. « Nous apprécions cette manière démocratique de résoudre les problèmes, et cela est déjà un bon signe dans le processus d’apaisement en cours » a laissé entendre François Compaoré, directeur régional de l’Enseignement du centre.

Dimitri Kaboré (stagiaire)

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2011 à 13:34, par Yéti
    En réponse à : Enseignement secondaire : « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable »

    Pauvre nouveaux instruments vous êtes mal embouchés. On ne cherche pas une solution comme ça. Est ce c’est vous qui fêtes les grèves ? Sinon vous dénigrez les causes des grèves. Vous êtes pour l’assassinat de Flavien, de Norbert et pour le renvoi des cinq filles en grossesse entre autre. Demain ça sera vous la victime.
    en tout cas, les grèves ont permis la reprise des cinq filles. Justice devrait être dite pour les autres causes aussi.
    Ne négligez pas les raisons des luttes des autres proposez d’autres formes de lutte ainsi vous ne les blesserez pas et vous pourrez cheminer ensemble, si vous voulez la paix.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2011 à 09:43, par Mamie
      En réponse à : Enseignement secondaire : « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable »

      Chers élèves il est temps que vous pensiez à votre avenir des grèves par ci par là trouble des cours à quoi cela vous rapporte . cinq filles enceintes le DR du centre nous a donné l’information que la fille a intégré la classe depuis le 16 novembre les autres qui sont des accouchées ont également rejoint les classes. pourquoi une grève le médecin après la mort ? laissez la justice faire son travail.étudiez même dans n ans eux ou vous justice sera faite pour eux . COURAGE dans vos études et SUCCÈS à ceux qui ont des examens.

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 11:30, par true
    En réponse à : Enseignement secondaire : « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable »

    en tant que participant a cette rencontre je pense que tous les aspects de cette rencontre n’ont pas été donnés.A mon humble avis il serait tant pour vous journalistes de relater la vraie teneur des événements pour avoir plus de crédibilité .Aussi je m offusque devant la réaction de l’internaute profane qu’il est surement devant ce qui c ’est réellement passé. Nous ne sommes aucunement des instruments de qui que se soit . Une gréve sans organisation est une gréve non pas par principe mais pour des intérêts non avouable aussi veuillez avec tous mes respects changer votre discours et surtout votre manier de cogiter sur des sujets lourds en sens et en importance comme celui-ci

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 15:21
    En réponse à : Enseignement secondaire : « Plus question qu’on perturbe les cours sans raison valable »

    Il est bon de défendre toutes ces causes.Mais forces est de reconnaitre que la majorité des élèves se fiches de telle ou telle injustice.ils profitent de ces raisons pour foutre la pagaille parce tout simplement ils n’aiment pas faire cours.
    Je suis engager à 100% dans toutes ces causes et je trouve que c’est dommage qu’il en soit ainsi.Toutes ces perturbations sont en défaveurs des élèves en classe d’examens.
    Que ce qui veulent faire grève le fassent mais qu’ils laissent les autres bosser dans la paix.
    C’est bon de gréver, mais c’est pas dans l’anarchie que des solutions seront trouvées.
    Cette rencontre c’est deja un pas vers des manisfestions pacifiques

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés