Image de la cité

mardi 11 octobre 2011 à 01h48min

Ce n’est pas de la fiction mais bien la réalité. Cette voiture s’est bel et bien retrouvée sur le bas côté dans le canal d’évacuation des eaux de pluie, au quartier Tampouy de Ouagadougou. Comment cela a-t-il pu arriver ? On ne saura le dire avec précision. Seulement le fruit de l’imprudence en circulation. Nous ne cesserons de rappeler au respect des règles de la circulation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Rue Urbain Yaméogo : halte au harcèlement commercial

Le spectacle qui s’offre à voir à la rue Urbain Yaméogo, située côté nord-est du grand marché de Ouagadougou, frise le harcèlement commercial, sinon physique. La gent féminine semble souffrir le martyre de la ténacité des vendeurs ambulants qui pullulent cette rue. Toute jeune fille ou femme qui emprunte à pied ou à moto le tronçon est une cliente potentielle pour les petis commerçants qui proposent leurs produits. Ils harcèlent les passants, espérant dénicher un client potentiel. Certains n’hésitent pas à vous barrer la route pour juste vous proposer leurs articles (vêtements, sous- vêtements...). D’aucuns diront qu’il s’agit là d’un reflexe inhérent au commerce ambulant, c’est-à-dire travailler à susciter l’envie d’acheter. Mais lorsque les vendeurs, outre leur harcèlement, vous prennent par la main pour vous conduire vers leurs marchandises, cela peut devenir fâcheux. Et les victimes qui manifestent leurs désapprobations, s’entendent dire des propos désobligeants du genre : « Toi tu es qui pour qu’on n’attrape pas ta main ?

Tu n’es pas mieux que les autres ». De plus en plus, ces genres de comportements prennent de l’ampleur et beaucoup de femmes réfléchissent par deux fois avant d’emprunter cette rue. Aller à la recherche de la clientèle n’est pas mauvais en soi, mais il y a tout de même la manière. Ce ne sont pas ces agissements qui leur permettront de réaliser de bonnes affaires. Bien au contraire, à la longue, ils contribueront à chasser le client. Le désordre qui s’est installé sur la rue Urbain Yaméogo perturbe aussi la circulation à cet endroit. La course-poursuite anarchique vers la clientèle a contribué à rétrécir ce qui reste comme passage pour les automobilistes et motocyclistes. Toute chose qui crée assez fréquemment des bouchons et parfois des accrocs. Il est grand temps que des mesures idoines soient prises pour mieux sécuriser cette rue. La question est de savoir à quand la fin de ce désordre. Ces commerçants, pour se défendre, disent qu’ils sont là parce qu’ils n’ont pas où aller et cherchent seulement leur pitance. D’accord, mais dans des règles et le bon sens. Le gagne-pain des uns ne doit pas entamer la tranquillité des autres. Ainsi va la vie en société.


Attentions aux colis achetés dans la rue !

Un individu vous apostrophe dans la rue et vous propose des pagnes soigneusement emballés dans un sachet transparent. Il en tient deux en main et vous propose un prix global, extraordinairement bas. Il vous fait croire que c’est un "deal" et se montre pressé. Dès lors que vous concluez avec lui, il vous cède rapidement le colis, faisant en sorte que vous ne déballez pas séance tenante. Il s’empresse de se fondre dans la nature. L’apparence de la marchandise convainc à première vue. Mais à la joie du client d’avoir réalisé une bonne affaire, intervient rapidement une surprise désagréable lorsque celui-ci découvre la supercherie. Un lot de morceaux de tissu jean minutieusement empilés et recouverts d’un quart de pagne. Pensant avoir acheté trois pagnes, les infortunés se retrouvent avec des morceaux inutilisables. Alors, mesdames et messieurs friands de « bonnes affaires », attention à ce que vous achetez dans la rue.

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 octobre 2011 à 07:06, par Sidgomde
    En réponse à : Image de la cité

    Ces petits commercants disent qu’ils n’ont ou alle, qu’ils creusent des trous et rentres pour qu’on ait la paix.
    Tout le monde connait de difficultes en tout cas la plupart des burkinabes et si tous on devait se mettre dans la rue pour dire qu’on ne sait ou aller vous imaginez ce qui allait se passer !
    C’est quoi ce desordre ! Beaucoup de ces petits commercant sont impolis et sont issues de famille dysfonctionnelle et voila ca cause de problem a toute la societe. Par que je veux insulter les petits commercants , mais les petits mossis meme utilisent le term raagbiga pour qualifier ces petits commercants arrogants et insolents.
    Je pense que ces actes sont des aggressions. C’est inadmissible d’atrapper la main de quelqu’un que tu ne connais meme pas contre so gres. C’est meme un harcelement sexual a partir du moment ou leur cible sont les jeunes femmes.
    Les autorites doivent reagir. Ce n’est pas normale ! Avec des actes ou mentalites parait comment pourrons nous aspirer au development et a la democracie ?
    Le respect de soi commence par le respect d’autrui.

    Répondre à ce message

    • Le 11 octobre 2011 à 15:08, par Christ
      En réponse à : Image de la cité

      En tout cas pour cette là , moi personnellement j’ai arreté de faire des achats dans les magasins qui sont sur cette juste pour échapper aux harcellement des commerçants.Je suis une jeune dame et je me vois insulté par ces petits commerçants.soit ils te disent que si tu sais que tu n’as les moyens pourquoi viens-tu là-bas ou ils attrappent fortement ta main.c’est genant quoi

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés