Ouaga by SOTRACO bus - Place Naba Koom- Tengandogo : Ambiance bon enfant et galère !

mardi 4 octobre 2011 à 03h33min

Le transport en commun est loin d’être une habitude des Ouagalais. Chacun préfère avoir son moyen de déplacement. Comme le dirait l’artiste, « ouaga sans char, c’est la galère ». Mais progressivement, la SOTRACO installe ses pénates dans les grands axes du territoire communal. A travers une série de reportages, nous entendons vous faire vivre le quotidien de milliers de ouagalais qui ont fait du bus leur moyen de transport. Première randonnée de ce tour de ouaga by SOTRACO bus, le trajet place Naba Koom- Tengandogo (au-delà de ouaga 2000). Suivez nous. Pas besoin de ticket. C’est gratuit.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il est 18 H ce vendredi 23 Septembre au terminus du bus SOTRACO à la place Naba Koom. Ils sont nombreux les clients qui attendent les différents bus pour renter chez eux après une journée de travail ou pour faire d’autres courses. Renseignement auprès des passagers sur la destination des bus .Certains partent pour Ouaga 2000, d’autres pour Pissy, Tampouy, etc. N’ayant pas une destination particulière, nous hésitons un instant pour enfin monter à bord du bus n°10. Il traverse pour Ouaga 2000 jusqu’au village de Tengandogo.
A 18H 19mn le bus n°10 démarre. Nous n’avons pas attendu beaucoup longtemps.

Une chance que certains clients à l’instar de Patrick Kouassi n’ont pas toujours. « Il m’arrive souvent d’attendre deux heures pour finir par prendre un taxi. » déclare t-il. « Quand j’ai une évaluation, je n’emprunte jamais le bus, je préfère le taxi qui est plus sûr » nous confie cet étudiant en 1ère année en SEG (Ndlr Science économique et gestion). M Kouassi est ivoirien. Il enseigne les mathématiques et la musique dans différents établissements de la capitale burkinabè. Depuis 4 ans, il a régulièrement sa carte mensuelle d’abonnement au bus Sotraco. M. Kouassi accomplit chaque jour le même rituel. Se rendre à l’arrêt de bus et attendre son bus. Comme Patrick Kouassi, ils sont nombreux les Ouagalais (élèves, étudiants, fonctionnaires, travailleurs du secteur informel…) à avoir fait du bus leur moyen de déplacement dans la commune.

Du terminus du centre-ville à l’arrêt de Tengandogo, c’est environ une heure de parcours. Au fil des arrêts, le bus qui est censé transporter 50 personnes, se retrouve avec le double de sa capacité. Assis à deux sur une chaise, débout… l’important c’est d’arriver à destination. Une chaleur suffocante y règne. Des téléphones qui sonnent. Les propriétaires décrochent et bavardent à haute voix sans tenir compte des voisins. Des jeunes à bords lancent des boutades aux chauffeurs « chauffeurs arrête-toi pour que je décroche un appel », « chauffeurs ne t’arrête plus si ce n’est au terminus ». Certains passagers cèdent volontiers leur place aux personnes âgées et aux femmes. Ce geste de courtoisie, d’autres n’en ont cure. « J’ai payé 15O f comme tout le monde, c’est seulement à Jésus que je peux céder ma place » lance un jeune sous les rires de ses acolytes. C’est ainsi, l’ambiance quotidienne des bus. C’est la ville en miniature.

A l’extérieur, la circulation est dense. Les motos et les voitures se doublent de manière à créer des frissons. Les embouteillages sont permanents. Difficile d’avancer sereinement. Les klaxons des motos et voitures mêlés aux cris et interpellations des usagers de la route créent un méli-mélo indescriptible. M.Kouassi déplore l’insécurité ambiante que court les usagers à deux roues : « Quand je suis dans le bus et que je regarde les motocyclistes j’ai vraiment peur. Même si on me donnait gratuitement une moto pour circuler, je déclinerai l’offre ».
Il est 19h passée. Le bus stationne à l’arrêt de Tengandogo. Les clients disparaissent dans la pénombre. Malgré les conditions éprouvantes qu’ils endurent dans le bus, ils reviendront demain. A bientôt pour notre prochain numéro de Ouaga by SOTRACO bus !

Par Tiga Cheick Sawadogo et Jean-Pierre Sawadogo (Stagiaires)
Ph. Bonaventure PARE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés