Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

vendredi 12 août 2011 à 03h02min

C’est un truisme que d’affirmer que le secteur minier se développe au Burkina Faso. L’or (jaune) est en effet devenu le premier produit d’exportation de notre pays depuis 2009 devant l’or blanc, le coton. Ce serait également une Lapalissade que d’ajouter que le secteur génère d’importantes ressources pour notre pays et créé de nombreux emplois directs et indirects. Cela dit, autre poncif non moins grave, l’exploitation du métal précieux n’est pas sans conséquences sur notre environnement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est du reste la raison pour laquelle les sociétés minières sont soumises à des cahiers de charges qui ne sont malheureusement pas toujours respectés. Au nombre des points sensibles de ces engagements, l’interdiction des produits toxiques tels que le cyanure. Les autorités en charge des mines ont beau, avec le concours de certaines sociétés, interpeller et sensibiliser, sur le terrain, des orpailleurs traditionnels continuent de les utiliser à ciel ouvert, faisant de nombreuses victimes silencieuses.

C’est dans ce contexte que l’on apprend qu’un camion qui transportait 40 tonnes de cyanure à destination de la mine d’or d’Inata s’est renversé dans le barrage de Djibo le vendredi 29 juillet 2011, le conducteur ayant perdu le contrôle de son véhicule pendant qu’il empruntait la digue de ladite retenue d’eau.

S’il n’est pas formellement interdit d’utilisation pour les sociétés industrielles qui disposent de moyens techniques conséquents pour s’en servir sans grands dommages, le cyanure, particulièrement prisé pour le traitement des minerais, est un produit hautement dangereux pour la santé. Et sa « probable présence » en ces lieux, comme l’évoque le communiqué en date du 3 août 2011 émanant de la Société des mines de Bélahouro SA (SMB), en charge de l’exploitation de la mine d’or d’Inata, constitue un véritable problème qu’il faut prendre très au sérieux.

L’avis, diffusé par voie de presse, signale, en effet, que des cas de mortalité de poissons ont été observés dans les environs immédiats des conteneurs, qui ont, du reste, été récupérés et acheminés à Inata et que, après inspection de leur contenu, « il existe une forte probabilité que de petites quantités de cyanure aient été libérées dans la nature » ; des informations qui font quelque part froid dans le dos et qui ne manquent pas de susciter de nombreuses interrogations : l’eau du barrage n’a-t-elle pas été entièrement contaminée ? Quelle est la dangerosité d’une telle situation ? Quelles sont les dispositions prises pour y remédier ?

Sans doute, au niveau des autorités compétentes, un travail minutieux est-il en train d’être mené, en plus des premiers tests faits par SMB, mais il aurait fallu que l’information soit largement diffusée, et surtout, en attendant que les résultats des différents tests soient connus, que la zone soit mise en quarantaine. A l’instar de celle de la société exploitatrice d’Inata, qui a fait preuve d’une entreprise citoyenne responsable, une réaction officielle, pour rassurer et surtout sensibiliser la population, n’aurait pas non plus été de trop.

Touchons du bois : au cas où l’eau du barrage serait effectivement contaminée et donc impropre à la consommation et qu’il y aurait des victimes, qu’en dira-t-on ? Il est indéniable qu’il faudra sévir, avec des poursuites judiciaires et des dédommagements. La vie humaine n’ayant pas de prix et que l’on sait ce que coûte la construction d’un barrage en termes d’investissement, les sanctions devront être alors à la hauteur du forfait.

Quoi qu’il en soit, cette situation repose le problème de l’impact de l’exploitation minière sur notre environnement. Même pour les grandes sociétés dûment organisées, ce n’est pas toujours évident de manipuler les produits entrant dans le traitement des minerais, n’en parlons pas des sites traditionnels d’orpaillage. On utilise tout et n’importe quoi, contaminant la nappe phréatique, tuant les animaux et menaçant la santé humaine. On y assiste à une espèce de joyeuse pagaille et, si on n’y prend garde, on est en train de se suicider à petit feu. Et l’or dont on pense qu’il va nous sauver va plutôt nous tuer.
A bon entendeur ...

Par Hyacinthe Sanou

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 août 2011 à 09:12, par Jet
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Les inquiétudes sont réelles et pertinentes !

    Quant on sait l’engouement autour des points d’eau dans les zones sahéliennes et le peu d’accès à l’eau potables ;
    malheureusement force est de reconnaître que notre État est faible vis-à-vis des multinationales extractives de minerais, tant pour le contrôle que pour les sanctions.

    Le mieux serait d’envisager un contrôle au niveau des regroupements communautaires (CEDEAO, UEMOA,...) et doter les institutions en question de moyens conséquents pour le suivi et une marge de manœuvre pour l’application des sanctions, sans aucune pression des États.

    Gageons que le nouveau gouvernement ne tentera pas de protéger les intérêts d’une minorité au détriment du peuple sur cet incident !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 09:37, par bineere
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    RÉAGISSEZ MES CHERS AUTORITÉS, SI NON MES PARENTS VONT MOURIR. DE LA PART D’UN FILS DE LA PROVINCE DU SOUM

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 10:47, par Alexio
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Comment peut-on un chauffeur sans convoyeurs pour neutraliser telle desatres.Ici en Europe les produits dangereux sont suivis avec les plus grandes precautions.Un produit chimique comme"Le cyanire"apres la defaite naziste,Goebbels Joseph empoisonnent ses six enfants avec ce produit.Apres Tjernobyl,la plus catastrophe en Europe de l est en Romanie Baia Mare en 2000 estimer en 100000tonnes de cyanire deverser,19 especes ont ete eradiquer.Les responsables de cette tragedie etaient une entreprise Romano-Australier.Le Tisza et la danube tous pollues,les poisson flottaient jusqu en Hongrie,2,5millons hongrois avaient perdu leur l eau potable.Au Burkina les responsables doivent renser ce barrage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 12:06
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    c’est pas le premier cas et là c’est accidentel comme vous le dites puisque il y a qq semaines une autre société minière est allé déverser volontairement ses produits toxiques dans un autre barrage et cette société n’est pas poursuivi.c’est grave.voilà la réalité

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 12:50, par Burkindi
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Cher journaliste, il semblerait que le deversement n’ait pas lieu dans le barrage mais en aval. De ce fait l’eau du barrage n’est nullement menacé. Donnons l’information juste plutot que de creer une pshycose.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 13:47
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    c’est bien dommage mais il faut savoir que certains se sont sucrés dans cette affaire à commencer par le CB Sya qui, au lieu de songer à la protection des personnes face à cette catastrophe ne pensait qu’à ce qu’il pouvait soutirer de la société pour déployer ses éléments sur les lieux.par ailleurs,il est préférable de mener une enquête munitieuse en vue de situer les responsabilités car à y voir de près, l’état de la voie y est pour quelque chose bien que le chauffeur ne soit pas à son premier voyage sur l’axe.étaient sur les lieux,le PF,le DR environnement,le CB et certains techniciens de l’environnement du Soum.jusque là,aucun commentaire n’émane de ces services qui sont l’oeil et l’oreille de l’Etat en pareille circonstance.que dit le BUMIGEB qui s’est également déplacé pour ce problème ?que chacun fasse son travail à quelque niveau qu’il soit.aussi,que l’on revoye toute la procédure de convoyage des produits d’une haute toxicité devant rentrer au Burkina.pour les explosifs,nous tirons notre chapeau à la gendarmerie qui fait déjà un travail remarquable,il devait en être aussi pour le cyanure.

    Répondre à ce message

    • Le 13 août 2011 à 03:24, par Googo
      En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

      MOn cher :

      C’est très dangereux ce que tu affirmes. C’est plus constructif de se donner de bonne idée surtout de bonne information plus tot que d’accuser les gens de surcroit les autorité de la ville.

      Je pense que cet accident dois plutot remettre en cause le petit trou du barrage qui fait l’objet d’accident à chaque fois. Je pense même qu’il y a des accidents mortels des motocyclistes habitant à djibo mais qui ont perdus le controle du virage.

      Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 14:15, par yeral dicko
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Merci à l’observateur paalga d’être revenu sur cette affaire.
    Nous en tant que ressortissants de cette localité nous n’avons que nos yeux pour pleurer !
    En effet nous avons été témoins de ce malheureux accidents et écouter les communiques laconique passer sur les stations radios fm de djibo appela la population à s’éloigner totalement de cette partie du barrage et surtout d’empêcher les animaux de ci-abreuver !!
    Bonnes gens que va devenir cette partie du burkina avec cette démission de l’état burkinabè ?
    Du cyanure dans un barrage,et c’est silence radio de nos autorité ?Ni le Professeur Coulidiaty qui est ministre de l’environnement je dis bien Professeur,ni le Ministre des Mines de fait cas de cette situation catastrophique !

    Répondre à ce message

    • Le 13 août 2011 à 04:45, par Googo
      En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

      Mon cher frere : Le commubiqué a été diffusé juste quelques heures après l’incident et je pense que c’etait noble en attendant ...... MOi ce qui n’a le plus miché c’est l’ecrit du DG de la mine d’Inata M. COLLIN paru le 03/08 : SITUATION D’URGENCE : PROBABLBILITE DE PRESENCE DE CYANURE DANS LE BARRAGE DE DJIBO. Je pense que ce Monsieur ce fou des burkinabé et pire de la polutation de Djibo. C’etait plus intelligent d’assumer l’incident quelque soit l’incoterm de transport et de repercuter toutes les charges à Samsung ou à Vehrad plutot que de chercher à culpabiliser les autres. Aussi, il devait au moins plublié les resultats des tests labo qu’ils font depuis le jour de l’incident. Je pense que s’il y avait pas de mine, il n’y aurait pas de camion de cyanure à Djibo. MIeux, si la mine respectait Djibo, elle allait construire une bonne route sur le barrage et mieux goudronné l’axe Kongoussi-Djibo.

      Vous avez remarqué qu’un pont a cedé à 15kms de Djibo sur le meme axe il y a plus de 3 mmois mais rien n’est fait jusqu’à ce jour 13/08 or c’est dû au passage des camions. IL SERAIT OPPORTUN QUE L’ETAT OBLIGE LA CONSTRUTION DES GOUDRONS SUR TOUTE ROUTE MENANT AUX SITES ; c’st insignifiant comme budget par rapport à leur foutaises de charges fixes ou de salaires d’expatriés ( dizaine de millions par mois, ce qui avait meme fait l’objet de greve illimité à Inata il y a environ 04 mois).
      Soyons contructifs dans les critiquesn c’est objetcifs.

      Avec tous mes respects.

      Répondre à ce message

  • Le 12 août 2011 à 17:02, par lamenace
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    que les déchets toxiques soient déversés en aval ou dans le barrage il n’y a aucune différence car la pollution de nos nappes causeront les même dégâts voir plus alors mr BURKIDI votre raisonnement est stupide. QUEL IDIOT !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 13 août 2011 à 00:06
      En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

      Complètement d’accord avec vous lamenace !que ce soit en aval ou dans le barrage le danger est présent !faudra que les autorités réagissent très vite par rapport à cette situation. L’information doit circuler aussi afin que les populations prennent conscience du danger que représente le cyanure et puissent prendre les dispositions nécessaires pour éviter les décès !
      J’espère que cette société sera puni sévèrement !

      Vraiment !!!

      Répondre à ce message

  • Le 13 août 2011 à 13:21, par le dup
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Pour être franc j’ai honte de nos décideurs politique qui visitent les sites minières et qui nous font croire que ses gens sont là pour nous sauver je les rappelle que ses mines ont étés découvertes depuis la nuit de temps et si vos prédécesseurs les ont maintenues intact c’est parce qu’il savent que le Burkina n’est prêt à ouvrir ses mines à ce je sache leurs hypothèses se confirment ;aussi notre part de marché 10% montre que vs ns avez embarqués dans un bateau qui nous amené nul part
    Enfin le vin est tiré il faut le boire
    Malheureux ns constater que la valorisation du potentiel humain durable n’est un priorité congratulation.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2011 à 22:39, par August
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Je commence a avoir pitié de mon pays

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2011 à 12:46, par Gorko bobo
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Je suis natif de la locilité et avant le drame j’y était le 12 juillet 2011. La population avait manisfesté d’abord en revendicant la refection des routes qui déservent le Soum.Le ministre des infrastructures avient été depeché pour calmer la jeunesse de Djibo initiatrice de la marche.L’AIB de sidwaya avait fait écho sur la radio nationnale mais comme les gens n’écoutent pas la radio tant pis pour les revendications. S’agissant du cas de l’incident avec le cyanure des journalistes de la localité avaient vécu la situation mais appartenant a une certaine presse l’info n’allaient pas passer dans leur journal.Sinon le problème est réel et je pense que le premier ministre doit prendre le problème à bras le corps et resoudre la situation.Pourquoi ne pas aller sur le terrain et constater avant qu’il ne soit trop tard.En attendant ce sont les pauvres paysans affamés pendant cette période de soudure et leur bétail qui empatiront.Pire le marché à bétail est juste à coté du lieu de l’incident.Le premier ministre sera apprécié sur sa capacité à gérer cette crise et l’histoire retiendra ce qu’il aura fait pour endiguer le problème.Wait and see ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2011 à 12:13
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Qui va dire à son camarade de respecter le cahier des charges ? Nos autorités sont actionnaires dans ces sociétés minières.
    Vous êtes burkinabés mais est ce que vous vous connaissez réellement ? Le burkinabé est intolérant, indiscipliné et égoïste, fait semblant d’être travailleur. Pourquoi vous étonnez-vous du comportement des dirigeants ? C’est juste un échantillon de la population et le caractère qu’ils révèlent c’est ce que vous êtes vous-même. Arrêtez-vous juste à un croisement de 2 routes principales à ouaga et analyser les comportements des usagers de la route. Vous verrez le même caractère se refléter.
    Un burkina meilleur ? Il faudra bcp de jeûne et de prière. Ces commerçants qui augmentent le prix du sucre sont les même qui font le jeûne alors...

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2011 à 12:57
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    De grace arrêtons d’insulter les autres !!!

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2011 à 21:30, par Un ressortissant
    En réponse à : Pollution du barrage de Djibo : Avant de nous sauver, l’or va nous tuer

    Je félicite l’obs et l’invite a faire plus, par exemple un dossier qui interroge la mine, les autorités locales et nationales, les populations et des photos du site ou le camion est tombe.Les élus locaux devraient demander des comptes et rendre la bonne information aux populations. La commission des députés charges de défendre l’’environnement devraient aussi profiter de cet accident pour voir plus large dans les mines. Et le Maire qu’a til dit ou fait ! Mr l’’auteur de l’’article vous pouvez faire davantage. bravo

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés