Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

lundi 6 juin 2011 à 02h36min

Le mouvement d’humeur déclenché par les soldats de la deuxième région militaire depuis mardi dans la soirée a connu son dénouement vendredi. Retranchés dans leur base du Camp-Ouezzin Coulibaly après trois jours et trois nuits de tirs à l’arme automatique, de pillages et de saccages dans toute la ville, les soldats mutins en seront délogés par des Commandos de Dédougou, le Régiment de sécurité présidentielle (RSP),

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

une troupe d’élite venue de la capitale et qui a dû faire usage d’armes lourdes pour venir à bout d’eux. Le bilan officiel fait état de 7 morts, dont une jeune fille de 14 ans par suite d’une balle perdue. C’est pour s’enquérir de la situation et redonner confiance aux troupes que le chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso était samedi à Bobo.

Les Bobolais ont enfin retrouvé le sommeil après une semaine trouble et agitée. Commencée, en effet, mardi, la mutinerie des soldats, qui durait depuis trois jours et avait fini par créer une sorte de psychose au sein d’une population quotidiennement rongée par la peur et l’angoisse, a brutalement pris fin vendredi par “suite d’une action gouvernementale”.

L’insécurité était bien réelle avec ses mutins, qui avaient transformé la paisible ville de Sya en Far-West où seules les armes faisaient la loi. Un climat d’insécurité créé et entretenu par des hommes en treillis qui se livraient à des pillages et à des saccages de jour comme de nuit, faisant ainsi de nombreuses victimes.

C’est surtout au troisième jour que les jeunes soldats, sans foi ni loi, se montreront impitoyables. Juchés sur leur moto, ils sillonneront les différentes artères de la ville en s’adonnant à cœur joie aux tirs d’armes automatiques sous le regard souvent médusé de la population.

La nuit de jeudi à vendredi sera encore plus agitée avec ces “rebelles” de la 2e région militaire, qui avaient choisi de donner un coup d’accélérateur à leur mouvement. Jusqu’à la première lueur du jour, les tirs de rafales étaient entendus dans tous les secteurs de la ville, que les mutins avaient investis.

La situation était presque devenue insoutenable pour la population, qui se demandait à quand la fin du cauchemar, car, depuis le début de la mutinerie, les jours se suivaient et malheureusement se ressemblaient pour les habitants de Sya.

Vendredi matin encore, des commerçants de la ville, notamment ceux de la rue de la Namibie, ne pouvaient que constater les dégâts après le passage des pillards en treillis dans la nuit. Bobo-Dioulasso était à sa 3e nuit consécutive d’attaques à main armée perpétrées par des soldats mutins et cela, au grand dam des commerçants, visiblement excédés par ces pillages et ces saccages à répétition.

Des mutins en jupon

Des jeunes filles en treillis, qui avaient elles aussi rejoint les rangs des mutins, feront le show dans la ville de Sya au grand étonnement des habitants. La colère et l’indignation qui s’étaient emparées de la population ne seront que de courte durée avec ces rumeurs de plus en plus persistantes d’une intervention de commandos en provenance de Dédougou et surtout du Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

Toujours est-il que la mutinerie des soldats de la 2e région militaire prendra ce vendredi une autre tournure avec l’entrée en scène des détachements du RSP. Toute la ville retiendra son souffle aux environs de 9 h lorsque, par deux fois, la sirène de la mairie retentira.

Une invite urgente à la population à regagner les domiciles pour des raisons de sécurité, nous apprit-on de sources municipales. Les choses sérieuses ne tardèrent pas à commencer, car peu avant 10 h, de fortes détonations étaient entendues en provenance du camp Ouezzin- Coulibaly : la colonne de militaires, qui venait de traverser la ville en provenance de Ouagadougou, était entrée en action.

C’était le début d’une opération de désarmement, qui allait contraindre les habitants de Sya à se tenir chez eux. Même la grande prière du vendredi, que les fidèles musulmans préparaient activement, n’aura finalement pas lieu.

L’inquiétude gagnait progressivement du terrain dans une ville où beaucoup de gens craignaient un affrontement entre les mutins et les éléments du RSP, positionnés à l’entrée principale du camp militaire et de ses environs. Mais il y aura plus de peur que de mal, car la grande bataille que les Bobolais redoutaient n’aura finalement pas lieu : en début d’après-midi, la 2e région militaire était passée sous le contrôle du RSP, qui venait d’y faire le ménage.

Une bonne nouvelle pour les habitants de Sya, qui tarderont à sortir dans les rues pour manifester leur joie et même sympathiser avec les éléments du RSP, affectueusement appelées “les forces Licorne”.

“Les sanctions seront extrêmes”

Le retour progressif à la normale va se traduire dès le lendemain par la reprise des activités dans de nombreux secteurs et la réouverture du marché central. L’arrivée samedi à Bobo-Dioulasso de la haute hiérarchie militaire a contribué à assurer davantage les Bobolais de la fin de leur calvaire : “Au lendemain des opérations militaires qui ont permis de restaurer la quiétude et l’ordre au niveau de la ville de Bobo-Dioulasso, nous sommes venus pour rencontrer les troupes, jauger leur moral et aussi les encourager à terminer le travail”, a déclaré le chef d’état-major général des armées (CEMGA), le général de brigade Honoré Traoré, qui était accompagné dans son déplacement par le chef d’état-major particulier de la présidence du Faso, Gilbert Diendéré.

Il s’est dit très déçu par le comportement “déshonorant” de ces jeunes mutins : “Nous en sommes à nous demander si nous ne rêvons pas.

C’est en tout cas l’avis que nous partageons au sein de la hiérarchie militaire et nous nous posons des questions sur le pourquoi de ces manifestations parce que nous n’en voyons pas vraiment les raisons”, dira le CEMGA. Aucune information précise quant au nombre des mutins ou même au montant des dégâts.

Toujours est-il qu’une cinquantaine de soldats impliqués dans cette affaire sont actuellement gardés au camp Quinima de Gendarmerie tandis que d’autres seraient toujours en cavale.

Quelles peuvent être les sanctions à l’encontre de ces mutins ? Extrêmes, a répondu sans détour le chef d’état-major général des armées. Au moment où nous bouclions la présente édition, nous avons appris qu’une mission gouvernementale est attendue ce lundi à Bobo-Dioulasso.

Jonas Appolinaire Kaboré

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 juin 2011 à 04:49
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Mutinerie au sein du régiment de la sécurité présidentielle le 15 avril 2011 avec le saccage du domicile du général Dominique Diendiéré, pillages et destructions et de nombreux blessés.

    Mutinerie de la la soldatesque du RPC de Dédougou le 30 mai 2011 avec une élève de 3e du lycée Rosa-Molas gravement blessée par une balle perdue dans la cuisse aux premières heures de la matinée.

    Mutinerie des gendarmes de Kaya le 17 avril 2011 avec incendié du domicile du chef du corps du régiment de commandement d’appui et de soutien et saccage de celui du commandant de la première région militaire.

    Effectivement, quand trop, c’est trop !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 05:03, par le saint
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Toutes mes FELICITATIONS a la hierarchie militaire, maintenez le cap ainsi,sans flechir devant les indiciplines de l’armee,et cela dans toutes les regions militaire du Pays pour que les populations retrouve confiance a leur force armee,dont la mission premiere est de defendre le territoire Nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 08:40, par woté
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Bravo aux commandos d’élite et courage à toute l’armée nationale. Cependant il faut des sanctions exemplaires à ces mutins, voiyoux et vandalistes, à l’issu d’un procès en bonne et dû forme. Il doivent s’expliquer sur les mobiles de leurs actions après tout ce que l’état a dû faire comme sacrifice financier à leur encontre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 09:09
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    c’est bien que le calme soit revenu à bobo et le gouvernement a bien fait d’intervenir car les militaires faisaient du n’importe quoi dans la ville. Mais il ne faut pas oublier que le fond de l’affaire reste : à savoir que la hiérarchie a mal géré l’armée avec des détournements de primes destinées aux soldats. Faut pas croire que l’action salutaire à Bobo va faire qu’on va oublier tout le reste, la mal gouvernance au faso

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 09:29, par LINO
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    je souhaite que EXTREME là soit LA MORT pour ces bandits de grands chemins.Si on les radie seulement et les laisser,on aura formé et jeté dans la nature des criminels en puissance.Dejà que sous les drapeaux avec la rigueur de la discipline militaire que l’on connait ils n’ont pas eu peur de défier la hierarchie,c’est pas dans le maquis que ces délinquants vont avoir pitié de quelqu’un.PARDON EXECUTEZ-LES.ILS N’AURONT EU QUE CE QU’ILS VOULAIENT

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin 2011 à 18:00, par La Force Tranquille
      En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

      Tu as tout dit frangin. Je ne vois que deux choses à faire :
      1. Les tuer tous pour qu’on ait la paix et que cela serve de
      leçons aux autres.
      2. Imposer un niveau minimum de BEPC pour accéder au
      concours. Et pour ceux qui sont déjà intégrés sans aucun
      diplôme, les obliger à suivre des cours.

      Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 09:51, par Beurk
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Des gonzesses pilleuses,terroristes au Faso,là je tombe sur mon cul.A dire que les fondementaux de la vie ont fichu le camp pour se muer en faillite morale.Je suis outré.Ceci étant,on fait quoi maintenant des autres mutins qui tapissent à l’ombre dans les autres casernes ?Si j’avais des pouvoirs de décision,l’épuration doit se poursuivre afin que notre armée redevient saine et respectée.Nécessairement,mettre aussi un gros coup de frein aux recrutements car nous avons trop de militaires et tellement trop qu’il y a trop de désoeuvrés,et tellement désoeuvrés qu’on les envoie en mission à l’extérieur.Bien sûr c’est très noble une mission de maintien de paix mais nous n’avons pas les moyens pour entretenir tout ce beau monde budgétivore et apprenons à devenir modestes d’autant que selon mon intime conviction,ces différentes missions ont sûrement contribué à renforcer leurs perversions à savoir le viol,le vol etc

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin 2011 à 18:24
      En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

      Beurk, tout n’ apas ete mauvais dans les mutineries et tous les mutins ne peuvent etre loges a la meme enseigne. Il y avait ds vrais problemes qui ont ete souleves et qui ont amene le President Blaise Compaore a se saisir du ministere de la Defense lui- meme. Ce geste en lui seul, montre que Blaise , deconnecte de la realite burkinabe, parce que trop absorbe a chercher son Prix Nobel, n’ avait pas le temps du Burkina. Apres avoir tout domnne aux premieres mutineries, le gouvernement ne comprend plus pourquoi ces morpions, classe 2005, nous fatiguent. Des gens qui sont loges en caserne et qui reclament des indemnites de logement. En toute chose il faut etre logique. Ce sont des voleurs, des corsaires venus pour notre malheur du desert du four du Darrr, que non , du Darfour. Eh !, les gars, ici on est a Burkina. Si ta main t’ amene a pecher, coupe- la. Si ton oeil t’ amene a pecher par concupiscence, creve- le. Mais on aurait tord de croire que la mutinerie a ete necessairement une mauvaise chose dans ce pays. Des gens disaient que ca va chauffer allr ou ? Ils ont maintenant compris que la vie est tres fragile aussi que tres relative. Il ne faut jamais dormir sur ses lauriers, encore moins dormir sur ces arrogances de parvenu. Ce pays appartient a nous tous. Ne perdons jamais notre boussole de la justice sociale.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 11:07, par GROS COEUR
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Trop c’était trop. On a honte des brebis galeuses de notre armée. Où a-t-on vu une armée s’en prendre à des populations à mains nues. Même en temps de guerre on protège les civils notamment les femmes et les enfants. Mais combien de femmes et d’enfants auront été traumatisées par ces sautes d’humeur ? Que Dieu ait pitié de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 11:27, par Ben
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Pour répondre à votre question :" Quelles peuvent être les sanctions à l’encontre de ces mutins ?"

    Je dirai simplement qu’ils doivent être jugés et si reconnus coupables ils doivent être purement et simplement radiés des rangs de l’armée Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 12:09, par Kylian
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    L’image est très expressive : Un militaire sans treillis et sans arme est réduit à sa plus simple expression et à son état d’Etre fragile comme l’est chacun de nous. Vivement que cela serve de leçon à tous ces hommes de tenues à qui les armes sont données pour la protection de la population. Pas de sentiment pour les mutins en "jupon" qu’elles subissent le même sort que leurs complices. La parade en treillis sur des motos est fini maintenant. C’est l’heure de la profonde méditation.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 12:18, par Marco
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    L’excès nuit, les mutins en ont fait assez et ils récoltent les pots cassés.
    Regarder en Somalie où c’est le chaos, nous en voulons pas de ça au Burkina Faso.
    Burkinabè, ressaisissons nous et surmontons nos différences.
    Ayons à l’esprit le bien et l’avenir du Pays.
    Que le paix règne au pays.
    Que Dieu bénisse ne Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 12:48, par merci king black
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Merci mon président Compaoré,chef suprême des armées du Burkina de nous débarrasser des ces voyous de soldats.félicitations aux généraux Diendéré et Traoré.
    Notre pays n’est pas un farwest.A cause de ces incultes tous les bailleurs de fonds sont en train de partir.Des gens qui sont chargés de nous protéger ne doivent pas nous détruire et ça doit être une leçon pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 13:38, par danoisa
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    banditsalots, mais pourquoi on ne les montre pas à visage découverts puisqu’ils sont sans pudeur. qu’on les licencie tous

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 13:43
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Une battue doit être organisée derrière les mutins en fuite, même hors du territoire. Des perquisitions doivent être faites dans les domicile afin de récupérer toutes les armes qui y sont cachées afin d’éviter que ces "bandits", s’ils sont en liberté, ne les utilisent pour des braccages.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 14:14, par Omar
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Bonjour !
    C’est ma premiere fois d’entendre parler du Faso.net franchement merçi et du courage que le Tout Puissant vous benisse.Je vous ecris depuis Lyon en toute sincerite jusque la nous n’arrivons pas a comprendre pourquoi ce si gigantesque desordre perpetue dans notre Burkina ce lache d’equipe a la tete du Faso des le premier mouvement sauvage a ouaga pour affaire de femme et elle s’est tue parce que l’impunite c’est leur nom et prenom. ecoutez les choses ont change. Maintenant que ces fils de putes ces delinquants servent de leçon.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 14:15
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Il faut tout simplement passer ces délinquants en cour martial et les exécuter. Depuis qu’on a exécuté les coupeurs de tête en 1973 est ce que quelqu’un a osé lorgner la tête de de son prochain encore ? Ces voyous hors ou dans l’armée constituent une menace pour la population civile ou militaire. Les déchets de la société on n’en veut plus.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 14:30
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    je félicite très sincèrement les commandos du RSP et du RPC de Dédougou pour nous avoir sauvé la vie, mais éviter s’il vous plaît de félicité le président du faso dans cette affaire car c’est lui le premier fautif dans la situation actuelle. Il a trop laissé pourrir les choses. Nous ne voulons plus de ça au Burkina Faso. Il y’a d’autre dangeux qui guette ce pays hors mit cette mutinerie, je veux parler de la pauvreté programmée des Burkinabé à travers le refus des paysans à faire du coton. Qu’est ce qu’il faut faire pour empêcher cette paupérisation quasi générale de la population ? Voici les questions de l’heure qui exige nous une réponse claire et absolue sans équivoque aucune si nous voulons marcher vers le progrès. La menace est très grande et sans coton pas de Burkina Faso !! C’est clair !! Si vous passez votre temps à félicité Blaise Compaoré dans cette affaire il finira par croire qu’il travail bien. Alors attention !! il y’a des problèmes plus grave à la sofitex qu’il faut corriger pour que l’économie du pays même soit équilibrée. Je déplore les commerces qui ont été piée et je demande aux commerçant de ne pas perdre l’espoir car quelque chose sera faite pour les dédommager. Mais si cette année nous n’avons pas du coton ça sera très grave pour ce pays. Donc je demande au gouvernement et précisément au premier ministre de continuer son programme de la libération des sociétés affectueusement appelée la valse des DG.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 15:48, par prince
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Bon boulot et felicitation à ceux qui sont entrés en action.
    Mais il faudra extraire progressivement ceux qui ont posé les même actes à ouaga, tenkodogo, kaya, dori, fada, po et .... pour qu’ils subissent les mêmes règles de la loi (mise en garde à vue et juger), sinon ca sera 2 poids et 2 mesures.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 16:40, par yingre
    En réponse à : aidontt nous

    ils sont encore en vie ? torturee les normalema cest quoi ca bande de vouleurs

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 17:03, par le citoyen
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Revenons à une armée classique. Qu’il ne soit plus question d’envoyer nos troupes pour le maintien de paix ! ce qui nous est arrivé est la conséquence de la participation de nos troupes aux missions de maintien ou ils ont appris la mauvaise manière de servir auprès de leurs confrères étrangers. Ces structures de maintien de la paix ne sont en fait que des relais formelles de formations de rebelles pour déstructurer les jeunes états en opérant des chantages sur les responsables. Laissons ce travail aux casques bleus de l’ONU qui en ont la légitimité et les moyens. L’histoire de MOBUTU doit inspirer plus d’un.
    Par ailleurs il y ’a lieu de mettre en place une cour martiale et tout militaire en fin de formation doit y prêter solennellement son serment " je m ’engage à servir ma patrie et mon peuple, à ne pas utiliser mes armes contre lui etc...etc.." avant de prendre définitivement service. Et en cas de non respect constaté par les juridictions compétentes, la peine capitale sera prononcée sans équivoque.
    Par ailleurs, il y’a lieu d’institutionaliser une période d’observation rigoureuse de 05 ans pour ces recrus avant leurs intégration définitive. Cette disposition parait necessaire au regard du caractère particulier des questions de sécurité. Une radiation doit etre prononcée avec poursuite judiciaire si des malversations graves sont commis par le militaire pendant cette periode d’observation.
    Ceci n’est qu’une reflexion modeste d’un citoyen soucieux de la paix au Burkina, et non celle d’un spécialiste.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 17:10
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    ON NE PEUT ACCEPTER DANS AUCUN MONDE QUE DES MILITAIRES SE COMPORTENT COMME DES VOLEURS.

    MOI JE N’AI PAS DE FELICITATION A ADRESSER A CES GENS JE SUIS TOUT SIMPLEMENT DEGOUTE DE TOUS LES MILITAIRES. ILS SONT TOUS LES MEMES POUR MOI DEPUIS LES PREMIERES MANIFESTATIONS.

    CEUX DE BOBO SEMBLENT UN PEU PLUS DEGOUTANTS MAIS C’EST LES MEMES.

    EN VERITE CE NE SONT PLUS DES MILITAIRES, C’EST TOUT SIMPLEMENT DES DELINQUANTS.

    ILS SONT TOUS LES MEMES ET JE NE VEUX MEME PAS QU’UN MILITAIRE PRETENDE QU’IL ASSURE MA SECURITE. TOUT LE MONDE LE SAIT C’EST SE MAINTENIR AU POUVOIR QUI LES INTERESSE, PAS NOTRE SECURITE.

    LES GENS SE POSENT LA QUESTION DE SAVOIR POURQUOI C’EST CEUX DE BOBO QUI ONT ETE MATES. ET BIEN C’EST LES SEULS QUI ONT AJOUTE A LEUR DEMANDE LA DEMISSION DE BLAISE.
    CEPENDANT CELA NE FAIT PAS D’EUX DES BRAVES. ICI IL Y A DES REGLES. BLAISE DOIT PARTIR MAIS CE SERA DANS LES REGLES.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 17:31, par MAMA DEPUIS USA
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    TOUTES MES FELICITATIONS A CES HOMMES COURAGEUX QUI ONT PU METTRE LA MAIN SUR CES MILITAIRES SINGES, CES VOYOUX, ECERVELES, CES VIRUS. JE ME DEMANDE POURQUOI ON N’A PAS DEVOILE LEUR VISAGE ET NOUS DONNER LEUR NOM ? ILS NE SONT PAS DES GENS DIGNES ALORS POURQUOI PROTEGER LEUR IDENTITE ? COMMENT PEUT-ON SAVOIR QUI EST QUI ? ET SI UN JOUR, HOPE NOT, QU’UN D’ENTRE EUX OU UN GROUPE DE CES BANDITS S’EVADENT COMMENT ALLONS-NOUS LES DENONCER ? LES FEMMES QU’ILS ONT VIOLES ONT BESOIN DE VOIR LEUR VISAGE AFIN DE LES SIGNALER AUX AUTORITES. ILS N’ONT PAS EU PITIE DE LA POPULATION, ILS N’ONT PAS RESPECTE LA POPULATION ALORS POURQUOI LES PRIVILEGER AINSI ? MA SUGGESTION POUR LEUR PUNITION :SEND THEM TO LYBIE ET OU SYRIE AFIN QU’ILS SACHENT CE QUE C’EST "LUTTER, REVENDIQUER, UN VRAI HOMME" QU’ILS AIllENT LA-BAS JOINDRE LES REBELLES OU S’ILS SONT SI ASSOIFFES D’ETRE TRES RICHES QU’ILS DEVIENNENT LES MERCENAIRES DU PRESIDENT KADHAFI ; LES AL QEDA ONT BESOIN DE VOLONTAIRES BOMBES-SUICIDE (KAMIKAS)DONC NE GASPILLEZ PAS LES BALLES DES ARMES DU PAYS, ENVOYEZ-LES DONC EN AFGANISTAN ET/OU IRAQ MAIS AVANT CA, ENVOYEZ-LES MARCHER NUS DANS LES RUES DE BOBO ET OUAGADOUGOU AVANT DE VOUS DEBARRASSER D’EUX.
    UNE AUTRE SUGGESTION : QUE DESORMAIS ON RECRUTE LES MILITAIRES AVEC BAC OU NIVEAU TERMINAL, QUE LES TESTS DE RECRUTEMENT MILITAIRE SOIENT ASSISTES ET CORRIGES PAR D’AUTRES MILITAIRES ETRANGERS DE HAUTES CLASSES POUR EVITER LES RECOMMENDATIONS, LES FRAUDES, POUR EVITER QUE DES GENS RENTRENT PAR LA PETITE PORTE AND MAKE SURE QU’ILS SOIENT EVALUES MENTALEMENT, FAITES AUSSI UNE ENQUETE DE MORAL PLEASE PLEASE NO MORE LAGOUROU !
    POUR CONCLURE JE PRESENTE TOUTES MES CONDOLEANCES AUX FAMILLES QUI ONT PERDU UN OU DES MEMBRES DE LEUR FAMILLE A CAUSE DE CES VAURIENS, DE CES DERANGES, DE CES INGRATS, EGOISTES, DE CES VIRUS NUISIBLES AUX DEVELOPPEMENTX DES AUTRES ET DE LA SOCIETE.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 17:46, par Le néant de bobo
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Trop c’était tard, Il fallait faire usage de cette force dès le début des mutineries au BF. Pourquoi avoir paniquer et céder dans un premier temps et après vouloir faire usage de force alors que ce qui s’est passé à Ouaga était pire que ce que ce qui s’est passé à Bobo. Je suis d’accord qu’il fallait mettre fin à tout cela mais c’est la manière. Est ce que là Blaise ne vient pas de mettre en conflit deux camps de l’armée sinon même trois ? Prions que cela soit la solution

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 17:51, par angelo faché
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    on la dit et répété un militaire sans formation ideologique est un danger en puissance comme le dit kelk1 il ya des gens qui travaille pour achété mouton et il ya d’autre qui travail pour devenir mouton sur ke si on demande a ces malfrats ils n ’ont fais que suivre des instructions si non c est dur de nous dire kils revendique avec tout ces vols c est pour faire koi avec tout ca ? revenons a notre revolution elle est democratique
    la patri ou la mort ; nous vaincrons camarade

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 18:00, par pierre
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    comme sanction pour ces malfrats : prison bunker pour eux et travaux forcés à perpétuité ! Ils vont installer les rails jusqu’à Dori !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 18:02, par La Force Tranquille
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Je paraîtrai sans doute cruel ou vulgaire... Mais je n’aspire qu’une seule et unique chose : qu’on les tue tous pour qu’on n’en parle plus !
    La plaisanterie n’a que trop duré !!! les honnêtes citoyen travaillent à la sueur de leur front pour s’en sortir. Certain même ayant étudié jusque loin à l’Université et sont sans boulot. Rien dans la tête, nul et stupide comme le trou de cul, vous courrez tout simplement pour être recrutés.Estimez-vous heureux car vous dormez bien, vous mangez bien. Vous avez le culot de réclamer des indemnités et pire encore osez aller piller ceux que vous êtes censé protéger. Allez tous vous faire faire foutre. Vivement qu’on n’entende plus parler d’eux, bande d’imbécile.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2011 à 18:10
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Parfois, je suis heureux de n’ avopir pas ete journal...eux. Pourquoi vous masquez ces delinquents qui ont apporte tant de deshonneur a notre armee et a notre peuple ? Tout le monde sait que le regime de la 4eme Republique est champion en gabegie, en familliarisation du pouvoir, en enrichissement illicite, mais a la limite, nous preferons ca a une bande de lascars qui veulent appliquer leur pauvre experiences acquises au Darfour. Ici, c’est le Burk
    ina et nous avons encore quelques valeurs. Especes de rebelles sans causee !!!!

    Le plus fort n’est jamais asez fort pour le rester.Il faut que force reste a la loi. Si les civils avaient la moitie de votre armada, qu’est-ce que vous pouviez faire ? C’est le coeur qui fait la bagarre et nous sommes tres faches. Toun tebga yinga, oun saka koum. Un conseil aux militaires qui sont venus liberer la population : Agissez de telle sorte que ces bandits soient declares "evades". ls n’ ont pas plus de droits que la pauvre file qu’ ils ont tuee et les commercants dont ils ont pilles les commerces et les populations qu’ ils ont terrorises pendant des jours. On est ou la ? Bande de malappris !!

    LOP

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2011 à 14:00
    En réponse à : Mutinerie de Bobo : Trop, c’était trop !

    Ces militaires ont commis des actes de haute trahison au peuple. C’est un tribunal spécial qui doit les juger. Pourquoi ne pas les faire comparaitre devant la cour martiale pour qu’ils repondent de leurs actes ?

    PS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés