UGEB : "Non à la levée de milices"

jeudi 5 mai 2011 à 00h52min

L’Union générale des étudiants burkinabè (UGEB), dans la présente déclaration, dénonce les miliciens de certaines autorités tout en mettant en garde ces autorités contre une guerre civile. Elle appelle aussi les étudiants à rester mobilisés pour la défense de leurs interêts materiels et moraux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Camarades étudiantes et étudiants, Depuis le mois de février 2011, la jeunesse de notre pays, en particulier celle scolaire et estudiantine, est en lutte pour réclamer la lumière sur les tueries survenues le même mois dans la région du Centre-Ouest. Depuis lors, on assiste de plus en plus à une agitation fébrile de la part de certaines autorités locales telles que des maires et des hauts- commissaires, de certains chefs d’établissements d’enseignement secondaire et de bonzes du parti au pouvoir (CDP). En effet, ceux-ci se sont livrés à des actes répréhensibles à travers la levée de milices dans le dessein funeste de s’attaquer aux scolaires et étudiants dont le seul crime est de réclamer justice et vérité pour leurs camarades lâchement assassinés.

Ces milices pro-CDP, armées de gourdins, machettes, coutelas, etc., s’en sont prises aux scolaires et étudiants dans plusieurs localités du pays. Ainsi, à Ziniaré, suite aux rumeurs d’une descente de scolaires et d’étudiants de Ouagadougou dans la ville, des miliciens armés de gourdins, de machettes, de fusils ont barricadé tous les quatre côtés de la ville le 11 mars dernier dans l’intention malsaine d’en découdre avec tout manifestant qui s’y hasarderait. Ceux-ci se sont arrogé le droit de faire la police dans la ville en fouillant systématiquement tous les passants et leurs engins !

A Ouagadougou, des miliciens, recrutés et armés par le maire Simon Compaoré aidé par des maires d’arrondissements, des conseillers municipaux et des députés, ont été aperçus dans des véhicules de l’Etat lors du meeting réprimé de l’ANEB du 15 mars dernier. Ils ont pris les étudiants et scolaires à partie sous l’œil bienveillant des forces de l’ordre. A Tenkodogo, c’est le maire Alassane Zakane en personne qui a organisé une marche le 04 avril passé avec des miliciens en direction du siège du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) dans le but d’agresser des élèves et des responsables du MBDHP.

Dans la ville de Koupéla, l’élève Didier Segda, en classe de 1 re A au lycée municipal de Koupéla, a fait les frais des comportements bestiaux de ces miliciens le 30 mars 2011 au cours d’une marche pacifique des élèves. Les blessures de ce dernier étaient telles qu’il a, tour à tour, été évacué au CMA de Koupéla et au CHR de Tenkodogo, avant d’être référé à l’hôpital Yalgado. Dans d’autres localités comme Koudougou, Kindi, Boussé, Yako, Tanghin- Dassouri, etc., des milices ont également été levées. Ces comportements irresponsables qui sont de nature à plonger les milieux scolaires et universitaires dans un climat d’insécurité permanente sont caractéristiques du pouvoir de la quatrième République. En effet, en 2000, ce sont les milices levées par le CDP qui se sont attaquées à des responsables du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) en incendiant leurs domiciles.

A travers de tels agissements, le pouvoir de la quatrième République est en train de semer consciemment les germes d’une guerre civile dans notre pays. C’est la preuve que la sécurité de la population en général et celle de la jeunesse scolaire et estudiantine de notre pays en particulier constituent le dernier souci du pouvoir en place. Camarades étudiantes et étudiants, C’est le lieu ici de prendre l’opinion publique à témoin des agissements des milices pro-CDP à l’encontre des élèves et étudiants. Cela est d’autant plus choquant que c’est au moment où le président du Faso a engagé des concertations avec les élèves et étudiants que de telles pratiques ont commencé à s’intensifier et à s’étendre à d’autres localités de notre pays. C’est pourquoi l’UGEB :
- dénonce la levée tous azimuts des milices ;
- exige des autorités leur démantèlement immédiat ;
- appelle l’ensemble des élèves et étudiants à rester plus que jamais mobilisés pour se défendre contre toute agression éventuelle de milices et pour faire aboutir leurs revendications. Non à la levée de milices ! Non à la restriction des libertés démocratiques ! Pour la satisfaction de nos revendications, en avant ! Pain et liberté pour le peuple !

Ouagadougou, le 26 avril 2011

Le Comité exécutif

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mai 2011 à 10:52, par kabore
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    bjrs je pense que le journal ne doit pas passer de tel communiquer meme si on paye quel jeu joue t’il ? parceque s’est pas un journal de propagande politique du PCRV.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 13:24, par saga
      En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

      Ok ; Mais où mettez vs la démocratie. Il faut amener les gens à gerder en mémoire les bêtises commises pour affronter les réformes ds ce pays. on ne peut pas passer ss silence cela, même en ce moment.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 22:24, par Yamame
      En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

      mon frère tout le monde a le droit de s’exprimer et donner son appréciation des situations.
      d’autant plus qu’on empeche personne de recourir au droit de reponses. le journal n’a fait que son travail de s’ouvrir à une organisation de notre société quoi qu’il soit.
      Je pense plutot que c’est toi qui doit apporter la preuve de l’existence du "PCRV" dont tu parles et de son implication supposé dans cet ecrit de l’UGEB, à moins que tu verses dans la théorie du complot permanent.

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 11:58, par Ydan
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Pathétique cet article truffé d’insinuations et d’accusations graves. Le jour où la priorité de l’UGEB sera les études au secondaire et au supérieur, elle aura fait un pas de rupture avec ses anciennes habitudes. Attendre aujourd’hui pour relayer des évènements qui se seraient déroulés depuis février et mars dans un climat aussi délétère est irresponsable.

    Vouloir faire endosser à l’Etat, toute la responsabilité de ce qui se face au Faso, c’est être complètement borné. Pendant que les uns tendent de coudre, l’UGEB défait. Y’en a marre d’un mouvement qui ne se préoccupe plus des problèmes des étudiants, radicalement tourné et aveuglé dans des débats politiques voir religieux.
    Il faut dire qu’avant que je ne vienne sur ce campus, en province, l’UGEB avait plus de crédibilité que ce qu’elle présente comme visage aujourd’hui. Avec le temps, elle a peut être oublié sa vocation première en cours de route.
    La plus grande tragédie pour un mouvement de ce genre, c’est quand la vision et la responsabilité sont quasi-absente.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 13:41, par Golden
      En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

      Tu es un fantos toi

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 16:44, par Pousg-gomdé
      En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

      Bjr Ydan,
      Le principe de notre démocratie est le respect de l’autre. L’UGEB a bien le droit de s’exprimer sur ce qu’elle croit être un problème pour la construction d’une nation. les problèmes que cette structure posent sont d’actualité et si nous ne prenons grade elles peuvent semer les germes d’une guerre civile (voir l’histoire de la FESCI et des milices en CI). Pourquoi des individus auront le droit de lever des milices pour assurer leur sécurité ou de leur clan ? Dans quel genre de pays sommes-nous alors ? Le Burkina Faso est un pays organisé où toute force parallèle est proscrite par la loi. Les gourous ou n’importe qui n’ont aucun droit de lever des milices. C’est ainsi que cela a débuté en Somalie il y a une vingtaine d’années et ils sont toujours empêtrés dans une guerre interminable. Il faut situer dès à présent les responsabilités de chaque acteur afin que lors du jugement de l’histoire chacun réponde de ses actes. Même si l’on taite aux deux mamelles du CDP, il faut savoir raison gradée car c’est une dérive sécuritaire qui risque de fragiliser notre peuple. L’UGEB a seulement manqué d’audace en ne nommant pas les responsables de ces actes. D’autres se chargeront sans doute de le faire en d’autres lieux.
      L’UGEB n’a jamais refusé l’Ecole. Elle est bien consciente que seule l’instruction permet de sortir de l’obscurantisme et non le suivisme ou le griotisme de certains.
      Les visions étriquées ne permettent pas de bien voir arriver les choses. C’est ce qui expliquent que les derniers troubles n’ont pu être perçus à temps et décortiqués par nos dirigeants. Evitons d’être fébriles devant certaines déclarations qui rendent plus de bien à notre pays et à notre peuple que la défense de positions qui seront nuisible à long terme.

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 12:17, par le burkinabè
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Vous êtes libres de demander la justice mais vous n’avez pas le droit d’aller bruler les écoles, les mairies et les commissariats par des expéditions punitives dans les localités que vous avez citées.

    Les miliciens dont vous parlez ne seraient ils pas les populations organisées pour vous empêcher de saccager et bruler leurs infrastructures publiques et privées ???

    D’accord pour les revendications, mais de grâce arrêtez la politique de la terre brûlée, car tout ce que vous saccagez (privé ou public), vous et nous allons le payer !!!

    Nous voulons tous que l’injustice, la corruption, les frustrations de toute nature cessent mais allons y pacifiquement !!!

    En Tunisie et au Maroc on a pas brûlé des infrastructures !!! C’est plutôt le mauvais exemple de la politique de Gbagbo que vous appliquez (piller et brûler les logements des adversaires politiques) !!! Je suis surpris de cette ressemblance d’ailleurs et on pourrait se poser beaucoup de questions !!!

    Ensemble luttons contre l’injustice, l’impunité, le favoritisme, le clanisme, la corruption, la vie chère et autres causes de frustration mais dans la paix !!!!

    Amen !!!

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 12:51, par SS
      En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

      Salut à tous
      On peut détester l’UGGEB, mais ayons le courage de reconnaitre sa constance dans la défense des intérêts matériels et moraux des étudiants.
      Aujourd’hui, le gouvernement a retiré la police des universités, qu’en dites vous ? Ce sont les mêmes qui attaquent l’UGEB, mais lorsque les revendications aboutissent, ils n’ont pas le courage de reconnaître que seule la lutte a permis d’arracher ces acquis.
      Si vous pensez que revendiquer ce qui est bien pour le peuple, c’est faire la propagande du PCRV, alors tant pis pour vous car l’UGEB revendiquera toujours ce qui est le mieux pour les étudiants.
      SS

      Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2011 à 14:33, par Tibila
        En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

        parceque pour toi le retrait de police universitaire est un aboutissement de la lutte de l’ANEB ???? dites-moi quelle est la proposition de l’Aneb ? que propose l’ugeb en lieu et place de la police universitaire ? croyez-vous que tout les etudiants sont d’accord pour sa dissolution ???
        on se rappelle des années 2000 - 2002 ou les memes partisans de l’aneb ont brutalisé les etudiants sur les campus en leur traitant de "fantoches" comme s’ils n’avaient eux aussi le droit de s’exprimer (que dites vous ici de la liberté democratique ???).
        L’aneb sur les campus veut que tout etudiant soit de leur bord.
        Je ne doute pas des luttes d’antan qui ont eu de forte mobilisation. des lutte nobles. Mais aujourd’hui l’ANEB a perdu sa crédibilité.
        Demandez vous combien d’etudiant participent aux assemblée générales de l’aneb sur le campus. c’est triste !!!

        Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2011 à 16:01, par Ydan
        En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

        Dites moi en quoi le retrait des services de sécurité universitaire améliore la vie des étudiants dont la priorité n’est pas de passer le temps à aller en grève. Quand l’on vient à l’uo, la première des choses c’est d’étudier. Quand les conditions deviennent difficiles, il faut l’exprimer tout simplement sans tomber dans l’irresponsabilité. Ns sommes des étudiants qui ont de l’intelligence. Je ne vois pas en quoi faire revivre ou recréer des faits mentionnés dans cet écrit contribue à l’amélioration des conditions de vie des étudiants.

        J’en appelle au sens de responsabilité de chacun. L’Etat a sa part, les étudiants aussi la leur. Alors , cessons de prendre les autorités comme des ennemis. Regardons ensemble à l’intérêt de cette nation. Eloignons nous de ceux qui sèment la haine et le refus d’agir pour le bien commun

        Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2011 à 16:46, par M’ka yeel yan ?
        En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

        Bonjour à tous. En fait, l’UGEB en elle même constitue une milice manipulée à volonté par les partisans de la courte échelle pour arriver au pouvoir. Revendiquer vérité et justice ne saurait se traduire par des actes de vandalisme, de destruction de bien publics et privés. Qui d’autre qu’une milice se comporte de la sorte ? Maintenant que la population compris les agissements de cette milice de l’université et qu’elle s’organise pour se défendre contre les saccages des domiciles, commerces et les bâtiments administratifs, on nous parle de semence de germe d’une guerre civile. Dieu saura nous en épargner. Camarades, si nous ne pouvons pas exiger de l’UGEB qu’elle se consacre exclusivement à la lutte pour la défense des intérêts des étudiants soucieux d’apprendre pour mieux servir la nation plus tard, alors, démarquons nous de cette milice organisée au sein de l’Université.

        Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 13:07, par Moi
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Meme si on sait qu avec la justice qu on a cela n ira pas loin, posez des plaintes contre ces milices.
    Personne n a le droit d avoir une milice privee dans un etat de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 14:55, par Achille
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Dans tout les cas ce ne sont ni les étudiants, ni les élèves et encore moins les écoliers qui font trembler ceux qui ont créé cette milice.
    Alors que cette milice ait le courage d’aller afronter leur vraie cauchemar.
    Où était cette milice quand les millitaires terrorisaient le pays surtout ceux que cette milice est censée protéger ????
    Que cette milice arrête sa comédie.
    La présence de telles milices est plus dangéreuse à l’heure actuelle que la barbarie des militaires.
    Personne n’a le monopole de la violence. Alors que personne n’abuse de sa position.
    Etre violent ou barbare est à la portée de n’importe qui.
    Donc être violent ne montre pas que quelqu’un est courageux, ni brave, et encore moins puissant.
    Que celui qui veut graver son nom dans l’histoire pose des actes qui bénéficieront à la postérité.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 15:02
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Il y’a toujours des gens naîf quoi ?
    comment peut on considérer que des gens qui s’attaquent aux étudiants et élèves avec des machettes et des gourdins,...sont dans la légalité ? je plainds la personne qui eu ces propos.que diras tu si demain c’est ta fille ou ton fils qui est victime d’un coup mortel de machette ou de gourdin milicien ?l’UGEB AU MOINS A LE COURAGE DE DÉNONCER CES MAUVAISES PRATIQUES. PAIN ET JUSTICE c’est tout ce que l’UGEB demande comme tout le peuple burkinabé. que les laiches-bottes se taisent. stop aux recrutements de miliciens. des maires que le peuple a choisit et pour leurs interêts aujourd’hui ils repondent à ce même peuple par des miliciens. PAS DE GBAGBO AU BURKINA !!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 15:14
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    QUI SEME LE VENT RECOLTE LA TEMPETE. QUAND LES SCOLAIRES MANIFESTERONT SANS CASSE, LES "MILICES" DISPARAITRONT D’ELLES MÊMES. LE "CLIMAT INSURRECTIONNEL" (FORMULE REVOLUTIONNAIRE DE L’ANEB) QUE L’ANEB VEUT CREER AU BURKINA DOIT ETRE COMBATTU AVEC LA DERNIERE ENERGIE CAR NOUS NE VOULONS PLUS RETOMBER DANS LES TURPITUDEs DE LA RDP (A MOINS QUE CE NE SOIT DE LA RNDP ?).

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 15:37, par bolo
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    les populations doivent vs observez bruler car ils n’ont pas de droit ni de devoir. pour égaliser une photocopie d’identité aujourdhui à kpla il faut aller à Tenko ou Fada.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 16:00, par hammadi
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Bonjour a tous,

    Je m’inscris dans la meme ligne que le commentateur precedent. Le fait de porter plaint, meme si il ne resout pas le probleme instantannement aura le merite de demontrer que les milices existent. Ce serait un debut, pour la quete de la Justice.

    Des statistics sur les plaints de ce genre, peuvent a long terme influencer, "les partenaires financiers" qui sont de plus en plus regardant sur les indicateurs Vitaux de notre "Democratie".

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 16:01, par Achille
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Dans tout les cas ce ne sont ni les étudiants, ni les élèves et encore moins les écoliers qui font trembler ceux qui ont créé cette milice.
    Alors que cette milice ait le courage d’aller afronter leur vraie cauchemar.
    Où était cette milice quand les millitaires terrorisaient le pays surtout ceux que cette milice est censée protéger ????
    Que cette milice arrête sa comédie.
    La présence de telles milices est plus dangéreuse à l’heure actuelle que la barbarie des militaires.
    Personne n’a le monopole de la violence. Alors que personne n’abuse de sa position.
    Etre violent ou barbare est à la portée de n’importe qui.
    Donc être violent ne montre pas que quelqu’un est courageux, ni brave, et encore moins puissant.
    Que celui qui veut graver son nom dans l’histoire pose des actes qui bénéficieront à la postérité.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 19:03
    En réponse à : UGEB : "Non à la levée de milices"

    Très pathétique, cet article :
    1- pas un seul mot de regret sur les manifestations des élèves ayant dégénéré dans plusieurs localités et s’étant soldé par la destruction de biens publics (commissariats, mairies, gouvernorats, etc.) et privés. Cautionnez-vous ces pratiques ? Si oui, vous êtes à combattre avec la dernière énergie ;
    2- des citoyens qui se mobilisent de façon souvent spontanée pour défendre les biens collectifs, ça ne peut vraiment pas s’appeler une milice. Les contribuables, à un moment, sont obligés de mettre un hola ! à tous ces actes de vandalisme répétés. Cela ne devrait pas se faire dans un état de droit, mais reconnaissons que nous avons vécu des circonstances particulières ces derniers temps. Autant nous sommes choqués que ce soit des gens qui s’organisent pour faire le travail régalien de l’état, autant je suis choqué (sinon meme plus) par les destructions sauvages de biens par les élèves et les étudiants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés