Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le monde a l’habitude de faire de la place à l’homme dont les paroles et les actions montrent qu’il sait où il va.» Napoleon Hill

3e COLLOQUE PANAFRICAIN SUR LA SPIRULINE AU BURKINA : Producteurs et distributeurs en conclave à Koudougou

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 4 mars 2010 à 01h51min

Koudougou abrite du 1er au 6 mars 2010, le 3e colloque panafricain sur la spiruline au Burkina. Il est placé sous le thème : « La micro-algue spiruline, vulgarisation et santé des populations ». Une centaine de participants venus de 14 pays d’Afrique et d’Europe prennent part à ce colloque dont l’ouverture a été présidée par le Directeur général (DG) de la pharmacie, du médicament et des laboratoires et chef du projet spiruline de Nayalgué, docteur Mahamadou Compaoré.

Après Agadez au Niger, c’est la ville de Koudougou au Burkina qui a été choisie par les producteurs et distributeurs de la micro- algue spiruline pour plancher sur la problématique de sa production en quantité et en qualité mais aussi sur sa vulgarisation. Six jours durant, les participants aborderont plusieurs thèmes dont la production et la commercialisation de la spiruline à la ferme de Nomayos à Yaoundé au Cameroun, l’influence du séchage sur la qualité de la spiruline, le système d’assurance qualité de la spiruline au Burkina, le contrôle de qualité microbiologique au Burkina, la vulgarisation de la spiruline en milieu rural, les techniques de culture de la spiruline en Inde etc. Ces thèmes seront développés par des spécialistes en la matière et enrichis avec des débats.

La rencontre de Koudougou qui permettra sans doute d’établir un lien entre producteurs spécialistes et sympathisants de la spiruline est un cadre idéal pour de véritables échanges, a souligné la présidente de l’Association des producteurs de spiruline du Burkina (APSB), Pélagie Sawadogo, à l’ouverture du colloque. Selon elle, les différentes fermes au Burkina se sont constituées en association dénommée APSB en vue de mieux conjuguer leurs efforts pour une bonne action au service des populations. Les acteurs de la spiruline souhaitent que celle-ci soit connue et consommée par les populations et fasse l’objet de prescriptions médicales au niveau des centres de santé et de promotion sociale (CSPS), a-t-elle confié. Mme Sawadogo a remercié les partenaires qui les soutiennent et les 7 fermes du Burkina pour leur contribution à l’organisation du colloque.

Une algue bienfaisante

Le parrain de la cérémonie d’ouverture, Monseigneur Basile Tapsoba, évêque de Koudougou, s’est réjoui du choix porté sur sa personne pour parrainer la cérémonie. Pour lui, c’est l’Eglise toute entière qui en est honorée. ‘’Depuis plus d’une dizaine d’années, nous avons osé, cru à la spiruline, raison pour laquelle nous n’avons ménagé aucun effort quant à sa production dans notre diocèse’’, a-t-il déclaré. Selon Mgr Basile Tapsoba, la spiruline, à travers ses vertus inestimables, mérite bien d’être vulgarisée pour le bonheur de tous. C’est pourquoi il s’est dit heureux de voir les producteurs, les amis de la spiruline et les responsables de la santé se réunir autour de la question combien importante de la vulgarisation de la spiruline au profit des populations.

Face à la recrudescence de la sous-alimentation constatée dans notre monde et plus particulièrement dans les pays pauvres, la spiruline, a relevé le parrain, vient comme une des solutions pour résoudre les problèmes de santé tels que les carences en protéines, en vitamines, en fer, etc. Il s’est dit convaincu que les résultats auxquels parviendront les participants feront accroître davantage le nombre de consommateurs de cette algue bienfaisante. L’évêque de Koudougou a imploré le seigneur afin qu’il bénisse les travaux du colloque. Pour le chef du projet spiruline de Nayalgué, Mahamadou Compaoré, représentant le ministre de la Santé, le thème retenu pour ce 3e colloque vient à point nommé car une population malnutrie est une population déficiente. C’est pourquoi le "ministère de la Santé s’investit et s’investira davantage à vous accompagner dans la production, la vulgarisation de la spiruline pour le bien-être de nos populations", a-t-il dit aux participants.

Selon M. Compaoré, la spiruline apporte beaucoup de solutions au problème de santé surtout au niveau des enfants malnutris qui constituent un des groupes cibles. Il a ajouté qu’ils sont satisfaits de la spiruline au niveau de certains centres de récupération nutritionnelle (CREN) car les enfants malnutris qui y ont séjourné repartent en bonne santé. Ce qui signifie, a-t-il soutenu, que la spiruline représente une stratégie par laquelle on peut passer pour apporter une réponse aux questions de la mortalité maternelle et enfanto-juvénile. Les résultats atteints sont, certes, fort satisfaisants, mais des efforts restent à faire notamment une campagne d’information et de sensibilisation sur la spiruline ainsi que l’obtention du label spiruline made in Burkina, a indiqué Dr Compaoré. A son avis, les échanges et partages d’expériences qui marqueront le colloque apporteront un plus à ce qui est déjà fait sur le terrain.

Par Dabadi ZOUMBARA

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
ONG Mwangaza action : En finir avec le mariage d’enfants et l’excision dans la Gnagna
Enregistrement des naissances : Entre disparités et difficultés, le Burkina veut inverser la tendance
Vie carcérale : Un vent de liberté dans les cellules de la MACO
Éducation : La Fondation Orange offre un lycée scientifique d’excellence à Darsalamy dans les Hauts Bassins
Santé : Le SYNTSHA annonce une grève de 48 heures à compter du 17 avril
Université Nazi-Boni de Bobo : Des journées pour inculquer le goût des maths chez les lycéens
Complexe scolaire Sainte famille : Une journée des parents pour « bien connaitre » son enfant
Ministère des Transports : Des réflexions pour une meilleure implication des femmes dans le département
Burkina : Le Programme national du secteur rural dresse son bilan
Droits successoraux au Burkina : L’AJPO veut mettre fin aux spoliations des femmes
Bobo-Dioulasso : Les vendeurs de pièces détachées demandent la suppression de la Brigade mobile du commerce
Agence Générale de Recrutement de l’Etat : Des nouveaux directeurs officiellement installés dans leurs fonctions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés