Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 9 août 2022 à 23h15min
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

Le bureau de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, en compagnie des présidents des délégations spéciales des 12 arrondissements, a effectué une visite de courtoisie chez le Mogho Naaba Baongo. La délégation s’est rendue au palais royal ce mardi 9 août 2022.

Le bureau de la délégation spéciale de Ouagadougou, à travers cette visite de courtoisie, est venu demander à l’empereur des Mossé des bénédictions et un accompagnement afin que la mission qui lui été assignée puisse se dérouler en toute quiétude. Selon le président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou et également haut-commissaire de la province du Kadiogo, Maurice Konaté, il était de bon ton d’effectuer ce déplacement pour « saluer cette personnalité morale et solliciter ses bénédictions et ses encouragements », s’est-il exprimé.

Le Mogho Naaba Baongo a recommandé aux membres de la délégation spéciale de toujours opter pour le dialogue et la tolérance même s’ils ne sont pas du même bord politique

Le Mogho Naaba Baongo les a exhortés à taire l’intérêt personnel et à privilégier celui collectif. Il a rappelé que seul l’intérêt général doit primer et a dit prendre conscience de la lourde charge qui leur a été confiée. C’est pourquoi, il les a rassurés que les portes du palais leur seront toujours ouvertes quand ils en auront besoin. Le chef des Mossé a conseillé à la délégation, d’œuvrer à lutter contre les conflits fonciers et à mettre en place des infrastructures pour éviter les inondations en cette période d’hivernale. Cela, en vue d’alléger les souffrances des riverains de la commune.

Maurice Konaté arrêté à droite a remercié le roi pour ses « précieux conseils »

En ce qui concerne les litiges fonciers, le Mogho Naaba Baongo a attiré l’attention de la délégation sur cette thématique actuelle. Malgré les difficultés liées à l’accès aux terres constatées dans la ville de Ouagadougou, sa majesté les a appelés à plus de vigilance pour trancher de manière adéquate dans le but d’éviter des litiges fonciers.

La délégation spéciale en train d’écouter les doléances du roi

Maurice Konaté a dit prendre note des préoccupations du roi. Il s’est dit préoccupé par les revers du changement climatique, car, malgré la mise en place d’infrastructures, des inondations ont été constatées. Il a notifié que tout est fait pour y remédier avec plus de projets visant à contrecarrer les inondations. Le président de la délégation a aussi annoncé que des rencontres sont prévues avec les services techniques de certains ministères, pour régler les problèmes de voiries dans la ville. Il a attesté que le gouvernement en a fait une priorité.

Les ministres du Mogho Naaba Baongo étaient également présents

En rappel, les délégations spéciales ont été instaurées lors de l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Les élus ont été remplacés sous la transition par des personnes nommées.

S.B.
Lefaso.net
Crédit photo : Mairie de Ouagadougou

Vos commentaires

  • Le 10 août à 12:11, par Coen BEEKER En réponse à : Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

    Le Mogho Naaba Baongo a réçu hier en audience les autorités de Ouagaddougou. Ces conseils méritent toutes attention, surtout en ce qui concerne le domaine foncier au Grand Ouaga. Comme conseiller à l’Urbanisme entre 1977- 2005, j’ai pu suivre par Google Earth l’extension rapide de la capitale de Burkina Faso. Sur le site de ma famille aux Pays Bas : www.BELOCODE.nl j’ai publié mes souvenirs sous le titre : OUAGADOUGOU, perspectives vers 2040

    Répondre à ce message

    • Le 10 août à 22:01, par Ernest Costanza En réponse à : Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

      Vous avez évoqué « l’empereur des Mossé » dans votre article.
      je suis désolée, mais il est grand temps pour tous les Burkinabè de connaître leur histoire.
      Les Mossis sont représentés au Faso par 4 grands Rois, nommés DIMA, et le Mogho Naaba est seulement l’un d’entre eux.
      Malheureusement, ce sont les colons qui par souci de dissoudre toutes oppositions, ont dénommé le Mogho empereur, afin que la discorde règne entre les grands monarques, afin qu’ils finissent par s’entre tuer, ce qui arrangeait parfaitement les colonisateurs.
      je vous conseille de vous adresser au DIMA dé BOUSSOUMA ou au DIMA de TENKODOGO, et ils vous raconteront la véritable histoire de la monarchie au Faso.
      bien cordialement

      Répondre à ce message

  • Le 10 août à 13:23, par Sacksida En réponse à : Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

    De plus, il faudrait s’organiser avec le Ministere des Infrastructures et du Desenclavement pour boucher plusieurs nids de poules sur les routes goudronnees a Ouaga et les Curages des barrages Nr 1, 2 et 3 qui constituent des Deversoirs Principaux d’ecoulements des Eaux de pluies..Il y’a beaucoup de travaux d’assainissements et de Ramassages des Ordures Publiques qui sont draines par des pluies et vont boucher des Caniveaux Principaux et Secondaires a Ouagadougou. Le Maire Central du regime dechu etait plus dans l’affairisme economique au lieu de Travailler pour les Citoyens Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 10 août à 13:25, par Dibi En réponse à : Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif

    Une délégation spéciale de la commune de Ouagadougou chez le Mogho Naba ? pourquoi pas !
    Pour des conseils ? Est-ce à dire qu’à Fada, à Dori, à Dédougou, à Bobo, à Banfora, à Gaoua, à Tenkodogo, ..., les municipaux devraient en faire de même ? Est-ce à dire que les services administratifs, techniques, urbanistiques et sociaux ... de la ville, de la capitale, manquent tant et tellement de compétences professionnelles au sein des différentes instances et bureaux municipaux de la ville, que cela les amène à aller quémander des conseils à ce grand féodal ethnique dont le respect exige par ailleurs qu’il s’impose une certaine discrétion, pour ne pas donner le sentiment que ce pays est une monarchie, ou une République ethnocentrée légitimement caporalisée par des éléments compradores ethnicistes néocoloniaux, médiocres et décidés à dévoyer la Nation-peuple que nous voulons tous, par delà toutes nos diversités.
    Notre problème ici, reste le fait que certains éléments du compradorat local burkinabè peinent à tenir compte de cette diversité de notre peuple. C’est un obstacle majeur à la construction d’une nation unifiée, même passé sous silence !
    Cette donnée échappe, sans nul doute, à ces rois et roitelets du bloc ethnique mossi. Mais les élites politiques civiles et militaires qui sont engagées dans la construction nationale, doivent, même d’un point de vue bourgeois, savoir les limites à respecter ; car la nation, en science politique, découle d’une certaine dynamique d’unification opérée par la bourgeoisie nationale , même compradore et non par une monarchie restée féodale et culturellement fossilisée.
    Penser le contraire relève de la médiocrité et prépare des lendemains de déchirures, dans un pays où les délitements sociaux sont déjà très importants à tous les niveaux. Et il faut arrêter de donner l’illusion que la monarchie mossi et les monarques mossi sont la solution à nos problèmes, quand on sait par ailleurs, que ces entités d’un autre âge, participent à la prédation néocoloniale de ce pays. On sait que les multinationales minières occidentales leur versent des royalties (en millions de Francs CFA par an) en tant que détenteurs de la terre. Une aberration et une scandaleuse distorsion du droit positif appliqué dans tous les Etats modernes où le sous-sol, en droit, appartient à l’Etat, c’est-à-dire à la Nation entière, et non au détenteur de la terre, même roi ou paysan roturier.
    Mais cette entorse et anomalie juridique court au Burkina-Faso, depuis l’avènement de Blaise Kouacou Compaoré en 1987 et le boom minier des années suivantes ; boom minier de prédation impérialiste et néocoloniale dont notre peuple peine à voir les retombées concrètes.
    C’est à se demander à quoi servent ou s’occupent nos intellectuels ? Nos économistes de la monnaie et des Finances publiques ? Nos juristes du droit minier ? A quoi servent nos universités, nos urbanistes, nos techniciens de l’aménagement des territoires, quand c’est le roi des Mossi qu’une Délégation spéciale municipale va, en courbettes et génuflexions d’équerre consulter ?
    Tout indique que les régressions, les conservatismes les plus rétrogrades, nous sont vendus ici, avec zèle et esprit acritiques par les médias et leaders d’opinions néocoloniaux, comme des solutions-miracles. Et c’est bien triste !
    Le génie créateur à libérer et tant souhaité à notre peuple par Thomas Sankara, semble évaporé, piétiné par les nombreuses cliques de médiocres et d’obscurantistes néocoloniaux qui pullulent dans les OSC et la classe politique de vendus aux affaires ! C’est franchement désespérant !
    Na an an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Manifestation à Ouagadougou : « Ce coup-d’État n’est pas celui du monde entier mais du Burkina Faso », signale Djibril Sawadogo (manifestant)
Projet de renforcement de la cohésion sociale et de la stabilisation du Centre-nord : Près de 5 000 personnes formées
Région du Centre-est : Des ateliers régionaux pour parfaire les stratégies nationales sur la réconciliation nationale et la cohésion sociale
Burkina/Agriculture : Les activités d’accompagnement des emboucheurs restituées aux bénéficiaires
Bobo-Dioulasso : Des centaines de manifestants demandent la démission du président Damiba
Burkina/Région du Nord : Le « Boukayamdé », une solution alternative contre l’insécurité alimentaire
Burkina : Plus de 13 milliards de FCFA de pertes dues à des incendies d’entrepôts de stockage de produits de santé
Rentrée scolaire 2022-2023 : Le ministre en charge de l’éducation offre 45 kits scolaires à son personnel
UTM (Université de Technologies et de Management) : "Sessions d’informations en ligne sur la filière génie logiciel
Campagne "STRONGER TOGETHER" : Déclaration conjointe du ministre de la Santé et du ministre de l’Education nationale
Burkina/Religion : La Maouloud aura lieu dans la nuit du samedi 8 au dimanche 09 octobre 2022
Marche à Bobo-Dioulasso : Des manifestants fouettés par un groupe de « jeunes pro-MPSR »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés