Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas parce qu’un crâne est chauve qu’il n’a pas de poux.» Proverbe Africain

Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 17 juin 2022 à 22h36min
Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

Bien qu’ayant fait encore l’objet de débats ce vendredi 17 juin 2022 à l’Assemblée législative de transition (ALT), le projet de loi portant statut de héros de la nation a été adopté.

Malgré leurs divergences, les députés sont parvenus à un consensus pour l’adoption du projet de loi portant statut de héros de la nation. Ce, grâce à l’amendement de l’article 12 qui dispose que : « La présente loi s’applique pour compter de 1919, toutefois des personnes qui se sont révélées par des actes exceptionnels dans des circonstances antérieures à 1919 peuvent être reconnues comme héros de la nation conformément à la présente loi ».

Ainsi, sur 70 votants, 57 parlementaires ont voté pour l’adoption de ce projet de loi. Le député Gilbert Bamogo fait partie de ceux qui ont voté contre. Pour lui, il y a lieu d’être clairement situé sur l’histoire du Burkina Faso, question de savoir exactement quand est-ce que le pays est-il devenu une nation.

Malgré l’adoption du projet de loi portant statut de héros de la nation, certains parlementaires sont restés sur leur soif

La victoire de la démocratie

« En tant que bon démocrate, j’accepte le résultat. Sinon personnellement, j’ai voté contre ce projet de loi parce qu’il s’agit d’un sujet qui nécessite beaucoup de réflexion sur notre histoire. Parlant d’héros de la nation, nous sommes censés nous interroger sur la date à partir de laquelle nous sommes devenus une nation. Sommes-nous devenus une nation en 1919 ou en 1960 ? », questionne le député Bamogo.

La Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH) saisie pour avis, a elle aussi partagé ce même point de vue. Cependant, accepter les opinions contraires aux siens, contribue selon son président, à la construction d’une véritable nation.

Ousmane Bougouma, président de la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH)

« À partir de quand sommes-nous devenus une nation ? Pour nous, c’est en 1960 pour trois raisons. D’abord, pour une raison historique car c’est à cette date que nous avons accédé à l’indépendance. Ensuite, pour une raison symbolique parce que c’est à cette période que nous avons acquis toute la liberté que revendique tout un peuple. Enfin, pour une raison juridique puisque c’est précisément à cet instant que la notion de “nation” a été intégrée dans notre constitution », a justifié Ousmane Bougouma, président de la CAGIDH.

La Commission du genre, de la santé, de l’action sociale et humanitaire (CGSASH) quant à elle, a dit avoir statué sur l’année 1919 parce qu’elle représente la date à laquelle le Burkina Faso a été constitué comme territoire. « En plus de cela, nous pensions qu’il faille aller au-delà. De sorte à voir qu’à partir de cette date, les populations ont eu une histoire commune et se sont senties appartenir à un territoire bien déterminé avec des valeurs culturelles diverses certes, mais des valeurs qui nous ont emmenés à défendre ce que nous pouvons considérer comme notre territoire », a clarifié Edwige Ninon Yaméogo/Sankara, présidente de la CGSASH.

« Ce qui est important pour nous, c’est de reconnaître les héros de notre nation », a signalé Edwige Ninon Yaméogo/Sankara, présidente de la CGSASH

Notons que si le présent projet de loi est aujourd’hui adopté, il avait fait l’objet de discussions tout au long de la séance plénière de l’Assemblée législative de transition (ALT) le vendredi 10 juin 2022, sans que les députés ne trouvent un point d’accord.

La satisfaction du gouvernement

Le gouvernement, lui, s’est dit satisfait du résultat obtenu à l’issue de cette plénière. « C’est un grand sentiment de satisfaction, au regard du fait que les dissensions autour de ce projet de loi ont été très houleuses depuis son introduction à l’ALT le 10 juin 2022. Nous avons vraiment vu que l’article 12 a constitué le principal point d’achoppement, mais aujourd’hui, nous avons pu trouver le consensus. De sorte que le projet de loi soit adopté », a déclaré Lazare Zoungrana, ministre de la solidarité nationale et de l’action humanitaire.

Le gouvernement félicite les députés pour leur disposition à travailler à adopter des projets de loi de qualité pour le bien-être des populations

Pour le ministre, c’est la démocratie qui a gagné au sortir de cette session plénière. À entendre Lazare Zoungrana, l’application de cette loi va profiter à tous les Burkinabè qui se sont illustrés de façon particulière, afin qu’ils soient reconnus comme héros de la nation.

L’ALT est composée de gens soucieux de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour adopter des projets de loi de qualité, à en croire le ministre de la solidarité. C’est cela d’ailleurs qui a justifié le report de l’adoption de ce projet de loi portant statut de héros de la nation, a-t-il signifié.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 17 juin à 12:46, par A qui la faute ? En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    Les transitions se suivent et se ressemblent. Des gens payés à ne rien faire. Certainement que des gens ont ciblé leurs papas pour couronner, comme avant. Sinon, quand on n’est plus un pays ou alors un des plus faibles du monde, la priorité n’est pas de savoir qui en est le meilleur héros mais plutôt d’essayer de devenir un pays entier, uni et paisible.
    Nous sommes trop distraits, toutes les énergies doivent se focaliser sur la sécurité et l’économie. Notre survie en tant que pays libre en dépend

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 13:25, par SOME En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    Non on n’a pas besoin d’une loi pour reconnaître un héros de la nation. Cette manœuvre n’est que du revionisme de l’histoire du pays.
    De plus IL EST ABSOLUMENT HORS DE QUESTION QUE CELA CONCERNE THOMAS SANKARA et les héros de la révolution. Il est hors de question que les assassins viennent s’autoabsoudre sous le l’étendard de la réconciliation, n’en déplaise à ces faux sankaristes collabos des assassins.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 13:50, par sidwaya En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    La loi est adoptée, ok ! il faut maintenant définir clairement les critères à remplir pour être un héro ou une héroïne national (oui national mais pas ethnique ou local). Le vrai débat commence ! Dans ce pays où des personnes veulent voir coute que coute un de leur ethnie ou aïeux être considéré comme héro ou héroïne, même s’il a été massacreur ou complice de tel ou tel préjudice causé aux autres ! Le plus dur semble être devant nous. courage !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 17:47, par Amoless black power En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    L’honorable Ousmane Bandaogo confond ici état et nation .L’Etat burkinabé existe bel et bien depuis 1919 tandis que la nation burkinabé est toujours en construction. Je souligne en passant qu’il existe des nations sans états (la nation kurde par exemple ) et des états où cohabitent plusieurs nations (l’Afghanistan ) .Il faut des cours de droit pour mettre tout ce beau monde à niveau. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 17:59, par Alpha2025 En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    Alors que l’heure est grave, nous avons le don de nous focaliser sur des sujets qui devraient être débattus plutôt à d’autres moments. Actuellement, quelle est la valeur ajoutée de cette loi pour la lutte contre l’insécurité ? Alors que notre histoire n’est pas encore écrite, comment pensons nous identifier ces héros ? Nous devrions plutôt nous apesantir sur des sujets plus utiles et plus urgents : la lutte contre l’insécurité le pouvoir d’achat des populations. Les autres débats pourront être abordés plus tard.

    Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 16:27, par Mornab En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

      @Alpha2025, complètement de ton avis dans son ensemble. Concernant l’histoire de notre pays, elle demande en effet à être écrite et bien écrite. Il est vrai que ce qui nous est donné à lire aujourd’hui est tout sauf la vraie histoire car trafiquée par le colon pour sa gloriole et aussi par nous-mêmes ensuite. C’est pareil pour l’histoire de l’Afrique entière.
      A ta question ""comment pensons nous identifier ces héros ?"", je crains fort que les vrais vrais héros et héroïnes de ce pays ne soient jamais identifiés. Jamais ! car les vrais héros et héroïnes du Faso, depuis fort longtemps, ont été ou sont dans la retenue et l’humilité et sont bien souvent anonymes ! C’est tout comme nos enfants qui aujourd’hui sont en 1ère ligne sur le front de l’insécurité, sacrifiés corps et âmes. Ils l’ont fait pour leur patrie. Pas pour en attendre une gloriole de circonstance et de propagande sur laquelle on légifère soit disant en ce moment. Dans l’histoire du Faso plus tard, peut-être qu’on ne se souviendra même plus de leur nom. Et pourtant, ce sont ceux-la, entre autres, de vrais héros de ce pays.
      Les pseudos héros exagérément enjolivés et glorifiés mais qui bien souvent sont loin d’en être dans la réalité ou du moins pas autant qu’on en dit, pourraient être tous ou presque de la même ethnie ou des mêmes quelques ethnies, des mêmes régions, des mêmes localités... comme souvent, comme si le pays ne se résumait qu’à ceux-là. Malheureusement pour le pays et son histoire qui sera toujours ’’traficotée’’ à la gloire de certains et toujours les mêmes en tournant en dérision toute la complexité et toute la vérité de notre histoire commune.
      Nos professionnels du sujet : historiens, sociologues, ethnologues, politologues, linguistes et j’en passe, ont du grain à moudre dans la rigueur scientifique et dans la stricte neutralité pour nous restituer notre histoire dans sa vérité.

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 00:29, par Dibi En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    Kabako ! Patisangana !
    Voilà une question qui dépasse pour l’heure la Compétence d’une Assemblée de Transition qui n’est même pas une Assemblée élue du Peuple, mais l’Assemblée désignée et cooptée par un pouvoir issu d’un Coup d’Etat néocolonial réalisé par un officier opportuniste qui s’est saisi d’un contexte de tous les possibles actuels et à venir !
    Voilà une question essentielle et de débat intellectuelle de long cours qui reste à mener par des Historiens et des politologues et non par des coteries de politiciens de cour, sans autre vision que l’ethnocentrisme culturel ; des gens sans culture historique et qui ont déjà envahi nos espaces publics (rues et places urbaines) par des noms de tous les Féodaux centraux et périphériques. C’est flagrant à Ouagadougou, Koudougou, Kaya, Ouahigouya...Fada , Bobo ..., où les nomenclatures de l’espace public urbain coïncident exactement avec les figures honorées de l’ethnicisme-local.
    Blaise Kouacou Compaoré et Simon Compaoré Maire, ont abusé de cette politique de toponymie nomenclaturale de l’espace de la Capitale, où, peu de princes, rois et dynasties mossi ont été oubliés.
    Le plan de Ouagadougou, notre capitale pluri-ethnique à tous, révèle plutôt, une nomenclature cadastrale mono-ethnique, en plus des grands noms de la Coloniale !
    A Bobo, Koudougou, Ouahigouya, ..., on retrouve les mêmes tares ethnicistes qui sont, à vrai dire, la traduction d’un manque d’intégration nationale, d’une prégnance de la domination néocoloniale du pays, et de l’inculture des élites politiques aux affaires ; généralement, des gens qui connaissent peu ou mal le pays, au plan de la géographie comme au plan de l’Histoire.
    Franchement, quand on ne connait pas l’Histoire et la Géographie d’un pays et d’une Nation en gestation, en Ignares politiciens débiles et incompétents, on se tait. Et on arrête d’empiler les problèmes les uns sur les autres ; et pour lesquels on n’a pas de réponses.
    Cette question de Héros et de Mémoire, est à laisser aux Historiens ; et Surtout à l’Histoire ! Parce que d’instinct, notre peuple sait qui est son Héro National et qui, il porte dans son cœur et dans sa mémoire, en tant figure sortie de ses rangs, en défenseur de ses intérêts et de sa cause première !
    Loin s’en faut, ce ne sont pas des conclaves de néo-colons compradores, aux affaires, qui décident à sa place, et qui il doit Honorer !
    N’infantilisons pas notre peuple ! Et ayons le sens de l’Histoire ! Ce serait vain et contre productif ! Ces questions sont des questions mémorielles qui dépassent ici, les petits et grands politiciens du marigot local. Surtout à l’échelle d’un Burkina-Faso que des politiques néocoloniales ont désarticulé, désintégré, extraverti économiquement et culturellement. Ressaisissez-vous et n’oubliez pas que nos Héros peuvent êtres de toute l’Afrique et d’ailleurs ; et n’ajoutez localement de la rancœur à des rancœurs de guerre mémorielles ; et trouvons déjà des réponses adéquates à la question sécuritaire où le néocolonialisme - sa vision, sa classe politique et ses élites traditionnelles compradores et mi-féodales n’ont pas de solutions ; et se perdent en réconciliations-négociations et appels en tout genre !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 21:01, par HUG En réponse à : Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi portant statut de héros de la nation est enfin adopté

    internaute Dibi on ecrit Kouakou et non Kouacou.Ce sont les baoule en cote d ivoire.Hum loi sur hero national.Allons seulement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina /Politique : Le Front patriotique demande la destitution du député Mohamed Koumsongo après les troubles du 4 août 2022
39e anniversaire de la révolution burkinabè : Le mouvement ‘’ Endogène’’ invite le peuple à recourir aux valeurs patriotiques de la révolution
62e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : Message du président du Faso
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange avec des représentantes de structures de femmes des 13 régions
Situation nationale : La « Mobilisation des intelligences pour le Faso » rejette la demande de pardon de l’ex président Blaise Compaoré
Burkina : Un Front patriotique est lancé pour « oeuvrer sans délai pour une transition politique légitime et souveraine »
Burkina Faso : L’ALT définit le rôle du Conseil d’orientation et de suivi de la transition.
Rumeurs sur l’enterrement des restes de Sankara et compagnons : L’UNIR/MPS prendra ses responsabilités si ...
Burkina : L’UNIR/MPS en congrès extraordinaire, transition oblige !
Montée des couleurs à la Primature : Pas de vacances pour le Premier ministre en août
Burkina : Le mouvement BUTS appelle à la mobilisation pour un « recadrage » de la transition
Café politique de l’ARGA : La première édition se penche sur la place des ethnies dans la crise sécuritaire au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés