Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne soit pas une partie de dîner de gala !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 13 janvier 2021 à 23h23min
Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne soit pas une partie de dîner de gala !

Accointance incestueuse ou pas, Zéphirin Diabré et son parti disposent désormais pour le pouvoir. Une personnalité burkinabè bien avertie de la chose politique, Achille Tapsoba, ne manque d’ailleurs pas l’occasion de ressasser cette maxime : « En politique, on ne dit jamais jamais ». Comme quoi, tout peut vous opposer, mais au même moment, vous vous retrouvez partenaires, sans que rien ne vous unisse ! En tout cas, « rien » de ce qui est connu du commun des mortels.

Dans le nouveau paysage politique burkinabè, le désormais principal parti de l’opposition, le CDP, qui semble trouver son compte dans l’engagement de Roch Kaboré à la réconciliation nationale, continue également d’enregistrer des démissions, de visages connus aux anonymes, tandis que la quasi-totalité des organisations de la société civile, elles, sont depuis longtemps plongées dans un état comateux. Quel contre-pouvoir pour le quinquennat 2020-2025 ? Bonjour donc au tout-puissant pouvoir Roch Kaboré !

Le verdict du double scrutin du 22 novembre 2020 et le « réalisme politique » ont ainsi redessiné un nouvel ordre politique burkinabè. En attendant les « termes de référence » de la nouvelle alliance avec le pouvoir, l’UPC et son président ont décidé de tourner une page de l’opposition. Que ce repositionnement ait heurté certains Burkinabè, partisans ou simples observateurs, « c’est une décision souveraine ».

Pourvu que cette nouvelle donne ne soit pas pour la classe politique, majorité comme opposition, un décor pour une partie de dîner-gala ! Une possibilité qui va être dommageable pour le pays, car ce serait s’accorder sur quelques intérêts individuels pour payer collectivement et indéfiniment à l’avenir. Les indices qui se sont offerts à l’analyse penchent pour la possibilité sus-évoquée.

En effet, la prompte succession à l’annonce des résultats provisoires, en rangs dispersés et sans aménagement, de candidats à la présidentielle chez Roch Kaboré ; l’élection à l’unanimité du président de l’Assemblée nationale ; la majorité écrasante dont disposent désormais le MPP et ses alliés à l’Assemblée nationale (plus de 90 députés sur les 127) ; la prise en compte et en main de la réconciliation nationale (principale préoccupation de l’ex-parti au pouvoir et ses alliés, constitués aujourd’hui et essentiellement du CFOP-BF) par le Président Roch Kaboré sont entre autres les éléments dans la balance. La vie politique serait fade sous le quinquennat 2020-2025, sans opposition réelle et lorsqu’on sait qu’un contre-pouvoir est caractéristique de la vitalité démocratique et est porteur des aspirations populaires.

Le CDP qui se retrouve à l’inverse de la position où il se trouvait avant l’insurrection populaire d’octobre 2014 et, avec lui, des partis comme l’ADF/RDA, Agir ensemble (qui est une scission du CDP lui-même)…ne font pas le poids, numériquement, à l’Assemblée nationale avec la trentaine de députés à leur actif. C’est dire donc (en principe) que l’opposition au niveau de l’hémicycle sera d’un poids plume.
Tout est quasiment réuni pour assister à un quinquennat politique exposé au risque des jeux d’intérêts claniques et politiques.

La question de la réconciliation nationale ne devra pourtant pas faire somnoler… ; elle ne doit pas être un blanc-seing à une gestion au rabais du pays. L’unanimité sur la réconciliation nationale, « au forceps » pour certains citoyens qui continuent de se convaincre que les Burkinabè n’ont aucun problème entre eux, ne doit pas faire baisser de garde sur la question sécuritaire et son cortège de milliers de déplacés internes, de zones hors-contrôle de la puissance publique et ces Burkinabè (civils comme forces de défense et de sécurité) qui continuent de tomber et de souffrir le martyre.

De l’espace…à occuper donc !

Dans la reconfiguration politique actuelle, les forces civiles doivent impérativement faire leur traite, en se positionnant en alternative. Ça y va du bien de tous. Les organisations de la société civile doivent sortir de la léthargie pour veiller au grain et porter les aspirations populaires. Elles doivent s’émanciper pour occuper l’espace et cesser enfin de n’apparaître que lorsque des officines politiques commandent des conférences de presse en guise de réactions ou de répliques interposées.

Cette reconfiguration de la scène politique est également (et surtout) une aubaine pour les « petits partis » pour se mettre sur orbite. Le départ de l’UPC du CFOP-BF va certainement entraîner la défection d’autres partis politiques qui soutenaient la candidature de Zéphirin Diabré. Le CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso) étant donc réduit, il y a de la place à occuper par ceux qui, jusque-là, étaient écrasés.

Mais, leur émergence dépend à la fois de la capacité de management du nouveau chef de file de l’opposition (Eddie Komboïgo) et de la volonté de ces partis de mouiller le maillot. Ensemble, sans agitations inutiles, sans opposition systématique au pouvoir et loin de toute attitude de veulerie. C’est dire que le CDP et son président doivent éviter de verser dans le sectarisme politique. Ils ont la responsabilité de faire plus, à défaut, d’entretenir la flamme allumée par leur prédécesseur (Zéphirin Diabré et l’UPC). Ça y va de l’intérêt du Burkina.

Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 23:39, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne soit pas une partie de dîner de gala !

    Excellente analyse, qui pêche hélas trop souvent par la forme.

    Un bémol cependant : Le vote du président de l’assemblée nationale à l’unanimité n’est pas un signe de manque d’opposition. En effet, le défunt Salif Diallo a inauguré un système que semble suivre à la lettre Bala Sakandé.

    Avant le vote, les partis représentés se réunissent pour négocier le bureau de l’assemblée, de sorte que les principaux partis aient leurs représentants dans le bureau de l’assemblée et les commissions parlementaires. Cela veut dire que TOUS les postes sont déjà partagés. Le vote devient un simple enregistrement du résultat d’âpres négociations et batailles qui ont eu lieu "hors antenne" mais qui ont bien eu lieu..

    Mais vous avez raison dans l’ensemble. Non seulement vos inquiétudes sont fondées, mais s’il est avéré que l’UPC est dans la majorité présidentielle c’est encore pire.

    En effet, tôt ou tard la situation de Eddie Komboïgo, député, homme d’affaire, et maintenant chef de file de l’opposition (alors même que la constitution l’interdit formellement) sera posé. Être chef de file va exposer à la grande lumière ce cumul ne serait-ce que par sa gestion de son temps.

    Si Zéphirin Diabré a pu si bien jouer son rôle toutes ces années, c’est en partie parce qu’il ne siégeait pas. Si donc Eddie vient à l’assemblée, le terne du CFOP que vous évoquez va devenir carrément gris du fait des absences prévisibles de son chef.

    A moins qu’il ne siège pas, et de plus se prenne un porte-parole, je ne vois pas de solution. Donc, ce sera le "large rassemblement", dangereux en politique.

    Mais rassurez-vous, le show ne viendra peut être pas du CFOP, mais il sera bien au rendez-vous : Roch Kaboré ne peut pas être candidat en 2025, et les appétits ne vont pas tarder à se faire jour ! "Le chapeau du chef flotte dans l’air" chantait Smaty...

    Répondre à ce message

    • Le 14 janvier à 04:38, par sotigui de bobo En réponse à : Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne soit pas une partie de dîner de gala !

      Très pertinente analyse, chapeau Oumar L. Ouédraogo, je suis vraiment accroc de vos articles. Je me permets de faire quelques observations sur le point de vue de l’internaute Sidpawalemde Sebgo qui à mon avis ne tient. Feu Salif Diallo a voulu l’unanimité, mais la réalité des élections de 2015 sont totalement différentes de 2020 où on a assisté à une montée du ton avant de se retrouver dans un arrangement dont seules les parties ont le secret. N’est-ce pas la suite de ce mouta mouta qui s’est déporté à l’assemblée nationale, je réponds par l’affirmatif. En réalité, les gens pensent déjà être dans la réconciliation nationale. Il y a beaucoup à dire et on ne peut que demander à Dieu d’éclairer nos hommes politiques.

      Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 10:29, par Vérité Indiscutable En réponse à : Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne soit pas une partie de dîner de gala !

    Maintenant nous allons discourir.
    Joli décor au plan politique dans le Faso.
    Ca me fait trop rire...
    Vive le Tout-Puissant Rock et bienvenu au 3è mandat ou plus précisément bienvenu au premier mandat de la Vème République !
    Pauvres burkinabè qui tentent d’être intègres !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Elections couplées 2020 au Burkina : La CODEL dresse le bilan de sa participation
Situation nationale : En fin de mission, le président du HCRUN remet son rapport au Chef de file de l’opposition politique
Rencontre Gouvernement-Troïka des PTF : Les crises sécuritaire et sanitaire au cœur des échanges
Rencontre entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré : Premier acte de l’opération « bayiri » pour un super "pawego" 
Elections municipales de 2022 : Les acteurs réfléchissent déjà à la participation politique des femmes
Affaire "Mosquée de Pazani" : Eddie Komboigo craint qu’on ne replonge dans une autre crise
Côte d’Ivoire : Zéphirin Diabré rencontre Blaise Compaoré en catimini
Affaire « Mosquée de Pazzani » : Les syndicats de magistrats « déplorent et condamnent » l’attitude du gouvernement
Assises nationales sur l’éducation : Le ministre Stanislas Ouaro sollicite le CFOP
Médiateur du Faso : Obtention d’une grâce présidentielle au profit d’une détenue et réintégration d’une assistante de police stagiaire radiée ( rapport 2018)
Burkina : « On se demande si on a un État. S’il y en a un, c’est qu’il y a plusieurs États », s’inquiète Eddie Komboïgo
Crise sécuritaire : Le gouvernement est-il en train de perdre l’Est ? interroge Eddie Komboïgo, chef de file de l’opposition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés