Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. » Michelle Obama

Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

Accueil > Actualités > Opinions • • dimanche 6 décembre 2020 à 21h26min
Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

Un seul tour de scrutin et puis c’est plié. Roch Marc Christian KABORE a repris sa chose. Il a gardé son naam (pouvoir) comme qui dirait en langage populaire. Tous ceux qui rêvaient de second tour, de « vrai changement » et autre « retour triomphal au pouvoir par les urnes » n’ont plus qu’à aller se rhabiller. Les uns et les autres peuvent remballer leurs programmes et leurs ambitions. Faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Examiner de près les stratégies électorales adoptées, pour voir qu’est-ce qui n’a pas marché. Tâcher de survivre politiquement à la défaite et mieux se préparer pour dans cinq ans. Sait-on jamais ? Pour le gagnant, c’est maintenant que tout commence. Observations citoyennes et conseils gratuits à un homme d’Etat avisé, pour un second et dernier mandat à la magistrature suprême.

Qui peut le plus, peut le moins

Parlant du tempérament avec lequel celui-ci a mené la barque Burkina lors de son premier mandat, notamment sous une tempête battante sécuritaire, sociale et sanitaire, le doyen Edouard OUEDRAOGO du journal L’Observateur Paalga a dit de Roch Marc Christian KABORE qu’il est « un héros tragique ». Pour signifier qu’il a su tenir debout, là où personne ne n’aurait pu lui reprocher de s’être écroulé. Serrer les dents et avancer.

Garder le cap et se concentrer sur l’essentiel. Ce sont certainement les armes secrètes de la réussite de cet homme politique insaisissable, dont l’apparente bonhommie cache les mystères d’une surprenante capacité à se mettre au-dessus des contingences, pour dominer et maîtriser les évènements.

C’est cette force de caractère sans aucun doute qui a permis à Roch Marc Christian KABORE et son pouvoir de surmonter les montagnes de difficultés et d’échapper à toutes les chausse-trappes tendues lors du premier mandat. Mieux que de survivre, ils se sont même payé le luxe de plusieurs réalisations marquantes et des décisions plus que courageuses.

Au-delà de toute considération, c’est probablement là que se trouve la clé des 57,87% et la cause de la débâcle d’une opposition trop arc-boutée et timorée sur crise sécuritaire et ses conséquences humanitaires. Celle-ci est certes encore présente et prégnante au Nord, à l’Est et dans le Sahel principalement. Mais, à l’orée de son second et dernier mandat, Roch Marc Christian KABORE doit également continuer à gouverner pour le quotidien, comme il a su si bien le faire lors du premier mandat. Il doit aussi, plus que jamais, chercher à rassembler la nation. Car seule une nation unie et forte, peut venir véritablement à bout du péril sécuritaire qui nous hante.

Renforcer la gouvernance inclusive
L’une des caractéristiques principales de la gouvernance sous le premier mandat de Roch Marc Christian KABORE a été cette ouverture remarquable à la société civile. Va-t-on poursuivre sur cette lancée lors du second mandat ? Nul ne peut le prédire. Il y a toutefois vivement lieu de l’espérer. Le MPP regorge certes de cadres compétents et il se manifeste dans ses rangs beaucoup d’appétits légitimes.

Ce serait cependant une grossière erreur semble-t-il que, alors qu’il entame son ultime mandat et qu’il a besoin de gouverner pour rassurer et rassembler, le Président KABORE s’enferme dans le nombrilisme étriqué d’une gouvernance partisane et/ou de récompenses. Nul ne peut faire injure au MPP de n’avoir pas pris une part très active à la réélection de son champion. Il demeure toutefois évident que c’est le bilan et les résultats du programme présidentiel que les Burkinabè ont plébiscité dans les urnes le 22 novembre. Il faut donc avoir l’intelligence politique de préserver ces petites mains extérieures, qui ont si grandement contribué à l’ouvrage.

Certes, le second mandat ne signifie une espèce de dernier souper, ni une sorte de viande d’éléphant pour y convier tout le monde. Mais du côté des opposants défaits et forcément déçus, il y a aussi sans doute quelques courtisans, qui ne se feraient pas prier plus que ça pour ravaler leurs critiques et injures, pour apporter plutôt une petite pierre positive à la reconstruction de l’unité nationale.

La dialectique ici est que la réconciliation nationale ne concerne pas uniquement que la seule question du retour des exilés, aussi prestigieux qu’ils soient. Face à un ennemi commun qui nous menace à l’intérieur même de nos frontières, elle commence plutôt logiquement par une main fraternelle et agissante tendue à quelques leaders domestiques qui veulent et qui peuvent prendre une part significative à l’apaisement social.

Préparer le Burkina du futur

Dans ses propos d’avant-campagne, Roch Marc Christian KABORE a pris clairement date pour un certain nombre d’initiatives fortes, visant à jeter les bases d’une réconciliation nationale et la refondation d’un espoir pour les générations futures. Il est temps, dans cette même dynamique, de se défaire de tous les boulets. Rompre avec les liaisons « naturelles » ou préconçues, dont certaines peuvent s’avérer politiquement dangereuses et objectivement inopérantes, dans un contexte de gestion des affaires de l’Etat.

Quand elles ne sont pas tout simplement encombrantes et compromettantes, face à d’autres alternatives existantes, pour l’œuvre et la haute mission du moment.
L’analyse des résultats des élections législatives du 22 novembre est édifiante de ce point de vue. Là où, agglutinés dans les principaux « grands partis » politiques, la vieille garde politique a continué à se battre et s’entre-déchirer pour un leadership dépassé, égoïste et méprisant, les jeunes ont su prendre activement et intelligemment toute leur part naturelle à la compétition.

En terrassant ici et là quelques vieux « baobabs », ils ont su prendre la place qui leur revient, avec peu de moyens et beaucoup d’ambition. Dans ce registre, les quelques jeunes qui, depuis 5 ans, ont été appelés au gouvernement sont loin d’avoir été ridicules. Bien au contraire. Quelques-uns symbolisent et trustent littéralement à eux seuls une grande part de la réussite du programme présidentiel, par la performance et les résultats des départements ministériels qui leur ont été confiés.

Comme on le dit au rugby, il faut à présent transformer l’essai. Donner à cette jeunesse volontariste davantage l’opportunité de servir la nation, en mettant ses connaissances acérées et son enthousiasme avéré au service d’une action gouvernementale beaucoup plus en phase avec les évolutions technologiques du moment ; une gouvernance plus vivace et plus dynamique, pour un Burkina de demain incontestablement meilleur et prospère.
Le mandat de tous les défis.

Roch Marc Christian KABORE le sait sans doute mieux que quiconque. Ce second mandat est celui de tous les défis. En l’adoubant largement le 22 novembre dans les urnes, le peuple burkinabè a démontré qu’il lui fait pleinement confiance. Confiance, malgré le contexte difficile, pour ramener la paix et la sécurité au Burkina Faso.

Confiance en ses qualités d’homme de foi et de pardon, pour présider à la réconciliation, à la cohésion sociale et à l’unité nationale. Confiance en sa vision, pour faire en sorte que la transition vers une nouvelle génération d’acteurs politiques puisse se faire dans la douceur et avec intelligence. En le réélisant le 22 novembre, les Burkinabè n’ont pas seulement voulu confier à Roch Marc Christian KABORE la responsabilité historique de présider leur destinée pendant 5 années supplémentaires. Ils ont prouvé leur confiance en l’homme pour tenir la barre, quelles que soient les difficultés.

Nul besoin d’être un devin, pour penser et dire que dans 5 ans (Dieu lui prête vie, santé et force), le président Roch Marc Christian KABORE aura à cœur de passer le témoin à un successeur élu, dans un Burkina Faso de paix, d’union et en développement continu. C’est aujourd’hui que commence le long parcours et le vaste chantier qui doivent nous mener à cette perspective porteuse d’espérance pour notre chère patrie.

La page des élections est désormais tournée. Que ceux qui ont voté pour lui arrêtent de jubiler et pensent à ce qu’ils peuvent faire, chacun au plus petit niveau qu’il croit se trouver, pour aider le chef de l’Etat à réussir la noble mais délicate et difficile mission qu’ils lui ont confiée. Que ceux qui ont concouru avec lui et à qui sont allées les voix de nombreux autres compatriotes ne lui tournent pas le dos. En se disant avec amertume qu’après tout, c’est Roch Marc Christian KABORE qui a gagné et que celui-ci n’a qu’à se débrouiller avec son mandat.

Enfin, que tous ceux qui ont des critiques objectives à formuler et des conseils (aussi naïfs et novices soient-ils) à donner ne se taisent pas. C’est ainsi et ensemble, que nous allons construire le Burkina. Bon vent, Excellence Monsieur le Président réélu, et que Dieu bénisse toujours le Burkina Faso.

Sidzabda Damien OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2020 à 21:12, par YAAM SOBA En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Tout ce que les burkinabé savent, c’est que son mandat finit dans cinq ans. A sa place j’allais former un gouvernement de technocrates et de large union nationale pour sauve le Burkina Faso. Son PNDES n’a pas répondu aux attentes des burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 21:16, par Rasta En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Hahaa. Rock malgre q je laime pour sa tenue danfani et son character enigmatic ,ne va rien faire de plus ou nouveau q ce quil a fais pendant 32ans . Tout au contraire Rock va profiter de ce manda modifier la constitution et Dan’s 5 ans se presenter au election encore .
    Et comme les burkinabe on orreur de dire non ,nous resterons au staut qo Pamis les 5 pays les plus pauvre au monde.
    Pauvre pays . Ni Rock ni Simon ne pourront apporter un plus .

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 22:16, par Kiriki En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Vous ne rendez pas service à ce monsieur. Le burkinabé à complètement perdu le sens même de raison de vivre. Le burkinabé est très désespéré. Et y a pas grande chose pour un désespéré.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2020 à 06:38, par ARMAND En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

      Les désespérés sont hors du Burkina. Nous garderont espoir. Les 57% qui forment la majorité des burkinabés qui ont voté ROCK resteront sereins. J’avais prédit le suicide pour les désespérés. La vie est ainsi faite. Rock avait répondu humblement à ZEPHIRIN que c’est après l2 22 qù’on saura qui est zéro. Le monsieur deuxième tour rase le mur. Passer son temps à faire l’école buissonnière et connaître les notes de ceux qui sont toujours en classe. C’est les moins que zéro qu’on renvoie.

      Répondre à ce message

      • Le 7 décembre 2020 à 09:23, par Vérité En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

        C’est vrai qu’au Burkina les votes passent comme une saison de moisson. Celui qui peut conserver du riz , des billets de 1000 f est voté. Si les Burkinabe s apitoyaient vraiment de leur sort je ne sais pas voter la même personne avec un pays si tristement défiguré. Attention au culte de personnalité. Pensez à réparer pour les générations futures au lieu de jubiler d’une victoire sans manche dans des conditions ignobles d’achats de conscience

        Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2020 à 11:56, par HUG En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    On croise les mains et on regarde.Au Bf monsieur le journaliste on ne vote pas les progranmes politiques mais on vote en tenant compte de ce que on gagne en tant qu individu .

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2020 à 12:16, par Mninda En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    En démocratie ,la seule véritable règle qui vaille est l’accession à la direction et gouvernance de l’Etat dans un pays par la voie des urnes à travers des partis politiques .
    Au sens noble du terme, faire la politique ,c’est chercher à conquérir le pouvoir par la voie des urnes pour servir la Nation ,son pays ,à partir de convictions et de valeurs nobles . Et un parti politique est un regroupement de femmes et d’hommes qui partagent en commun des convictions et des valeurs qu’ils entendent mettre au service d’un peuple, parce que qu’ils estiment que la traduction de ces convictions et valeurs en bonnes manières de gestion du patrimoine public et en actions concrètes de gouvernance et de développement contribue au bonheur de toute la communauté nationale . Naturellement, à la tête de ce regroupement de femmes et d’hommes qui s’engagent en politique ,se dégage un premier responsable du parti dont le leadership est accepté par les autres en raison de ses qualités humaines , de meneur d’hommes ,de leader ,d’homme intègre et honnête , de son sens élevé de l’intérêt général et national etc. S’engager en politique devrait donc être un sacerdoce ,un don de soi ,car s’engager en politique comporte aussi des risques jusqu’à la mort pour une cause à laquelle on croit fermement et dont on est prêt à payer le prix fort, jusqu’au sacrifice suprême s’il le faut .
    Or que constate -t-on nous de nos jours ? La politique est tout simplement devenue une activité commerciale ,un jeu de placement ,un jeu de loterie où on tente sa chance .
    Ainsi on crée un parti, non pas avec l’intention et l’objectif de se mettre un jour au service exclusif de son pays, mais dans l’objectif de récolter des dividendes financières et autres avantages matérielles ou de prestige ,à travers toutes sortes de pratiques aussi indignes que moralement abjectes .
    Comment par exemple, on peut créer un parti et annoncer déjà le jour de l’assemblée générale constitutive, qu’on est de la majorité présidentielle ,et qu’on soutient en même temps le président sortant candidat au pouvoir ,sans avoir même échanger préalablement , ni avec la direction du parti de ce dernier ,ni présenter sa propre vision à fortiori son propre programme d’abord au peuple burkinabè ?
    Mais plus grave ,c’est l’escroquerie politico-Société civile actuelle à laquelle se livrent de manière outrancière et nauséabond des responsables d’OSC pour accéder ou s’accrocher aux hautes et juteuses fonctions de l’Etat burkinabè ?
    C’est vrai, qu’il y a des gens dans ce pays qui sont convaincus, que les burkinabè sont vraiment des "burkinabêtes" et que leur manœuvre n’est pas perceptible, par ceux-ci.
    Ces gens ont raison, puisque les burkinabè leur ont montré qu’ils étaient manipulables comme des gamins .
    Regardez déjà ,sans doute en perspectives de la formation du futur gouvernement , comment ces personnes courent et s’excitent dans la presse pour clamer qu’ils sont quelque chose dans la réélection de RMCK ? Des gens qui n’ont même pas une concession de quartier villageois comme fief électorale . Certaines de ces personnes savent pertinemment, que si jamais ,elles se présentaient aux élections législatives par exemple dans leur province d’origine ,elles n’auront même pas 100 voix dans leur propre village . Alors, on invente des ROCK ceci ,des ROCK cela et bien d’autres flagorneries dégoutantes.
    Alors, à travers certains journalistes et médias ,ils arrivent à inculquer et à propager l’idée d’ouverture du futur gouvernement à la société civile et patati ,patata. Non mes frères ,en démocratie normale et digne ,ou tu t’engages clairement en politique pour défendre tes idées et tes valeurs ,ou tu restes à équidistant de la politique . Comment on peut se dire OSC apolitique ,et annoncer publiquement son soutien au candidat d’un des partis politiques en compétition à l’occasion d’une élection présidentielle ? Plus incompréhensible ,on se dit OSC et on bat ouvertement campagne pour le dit candidat au même titre et de la même manière, pendant la période de campagne officielle que les partis politiques normaux ?
    Cela n’existe nulle part, sauf dans nos républiques bananières de nos pays . Bref, il y a intérêt à clarifier et mieux fixer beaucoup de choses avant les prochaines élections de 2025 .
    Il est important également ,que le président RMCK se libère du chantage de certaines personnes se disant responsables d’OSC ,et qui donnent l’impression de le tenir par quelque chose . Non président ,il est temps que vous vous délestez de certaines personnes encombrantes et incompétentes en plus d’être des affairistes et opportunistes notoires ,pour faire appel à des femmes et hommes de devoir dans le futur gouvernement ,ayant un sens élevé de l’Etat ,de l’intérêt général ,intellectuellement et moralement intègres . Web master j’espère que vous n’allez pas encore bloquer mon post, car je ne vois pas ce que je dis de mal dans mes opinions .

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2020 à 14:53, par ARMAND En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

      Mr CACA vous avez parlé beaucoup pour ne rien dire. Nous sommes en politique. Il faut parler politique. Il n’y a plus d’idéologie genre gauche droite. Il s’agit de mondialisation. D’un foure tout pour avoir à manger. L’ère du capitalisme et du socialisme n’existe plus. Fini le temps de Marx et Angela. Tu veux trouver une idéologie dans 200 partis politiques. 71 partis ont supporté Rock. N’est-ce pas de la création du MPP ? Quand ZEPHIRIN a couru pour une coalition pour le deuxième tour j’ai soupiré. Il a ouvert la porte pour que le MPP fasse de l’exhibition de partis affiliés. Un coup KO. Vous voulez des conférences pour des partis affiliés au MPP pour désigner quel candidat ?

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2020 à 13:26, par Rasta En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Bonj frere et soeur burkinabe .
    En regardant les recapitulative de notre election on peut constater :
    Nombre delecteur inscrit :5,9 million /(sur) au moins 10 million
    Nombre de votants : 2,9 million/5.9millions
    Le vainqueur au presidentielle a gagner 57,87% des 2,9million =1,67million
    Considerant que au BF nous avons 10million delecteurs et meme 5,9millions, Nous pouvons deduir q :
    1-Seulement 16,78% des 10milion delecteurs ont voter pour le vainqueur (considerant 10milion delecteurs evidemement )
    2-Seulement 28.44% des 5,9milion delecteurs ont voter pour le vainqueur (considerant 5.9milion electeurs evidemement ).
    Cela me conduit a me poser quelque questions :
    A-Est-ce q la democratie actuelle au Burkina nous convient ?
    B-Est ce que les dirigeant qi emmane de nos elections sont representatif ie est ce q Rock peut dire qil a ete elu par la majorite ?
    C-Ceux qui nont pas voter ou/et ne se sont pas inscrit , sont tils des desesperes ?
    Sil sont desepere et ne se sentent plus burkinabe jai peur pour le pays car nouS avons perdu deja plus de la moitier de notre electora qi peux etre synonyme dun eclatement de la nation en gestation ? Que cela ne se produit au non de nos ancetres qui se sont sacrifier pour q la nation existe.
    Si jetais Roch je commencerai a trouver des reponse a ces questions et fera tout qe lor ne se tranform plus en charbon noir.
    Aussi je ferai tout pour passer le flambeau a une nouvelle generation . Ce nest pas que Nokia 3310 nest pas bon ou pas performant , Steve Job a creer Iphone et China et samsung ont copier.
    Un petit conseil : Levolution sert a lavancement des generation dans la posterite :PF medite sur ca avec une bonne Cigar et ton reggae prefere dans la nuit noire sans Simon sinon...
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2020 à 13:39, par Ka En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Oui ARMAND : Kiriki, Rasta et autres sont hors du pays et ne sont pas au courant de ce que une population primaire dont eux ils appellent du bétail électorale mais mûri par leurs crimes gratuits et leur corruption à ciel ouvert peut prendre comme décision ferme, comme ce qui s’est passé dans les urnes le 22 Novembre dernier.
    Cette population était très intelligente plus que nos politiciens aux petits pieds. Ils ont jugé dans les urnes que le président mouta mouta est celui qui est mieux que ceux qui promettent des tunnels ou des négociations avec les terroristes, ou faire revenir des supposés accusés sans la justice.

    Sidzabda Damien OUEDRAOGO que je partage trés souvent ses analyses pertinentes depuis des années, a encore dit ce qu’il fallait de cette élection, et de celui qui a été choisi par un peuple mûri. Car, durant les cinq ans écoulés, malgré que nos propres frères déguisés en terroristes pour lui mettre les bâtons dans ses roues, il a pu rouler pour atteindre à 60% de son programme présidentiel : Et les 40% restant, en tant qu’un révolutionnaire libéral a sa façon, il fera de tout ce qui lui reste comme effort, et faire la paix et la reconciliation ses chevaux de bataille. Pour cela, il doit laisser la justice "rendre justice dans toutes les affaires sensibles", dont les dossiers de l’assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, du putsch manqué déjà jugé, et de l’insurrection populaire, pour ramener la paix des cœurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l’œuvre de construction nationale surtout aider le peuple à se réconcilier pour de vraie et durable".

    Sidzabda a bien clarifié les choses, car, c’est vrai que le président Roch Kaboré durant les cinq ans, était en face à une opposition violente qui ralentissait ses actions plus que les actions de nos frères déguisés en terroristes. Malgré les violences de l’opposition a chaque sortie individuelle des revanchards, pour ne pas s’associer au programme de développement du pays et des solutions pour une réconciliation durable, le peuple les a jugés dans les urnes.

    C’est pourquoi 57% du peuple Burkinabé qui ont vu toutes les initiatives qui témoignent de la volonté de Roch Kaboré d’aller à l’apaisement et à la paix, surtout en se rangeant au côté de son peuple pour leurs intérêts naturels et le bonheur de tous en chacun, en ayant pas tué qui que ça soit en le brulant dans une voiture, ou le fusiller à la sauvette, sauf l’amélioration des conditions de vie des populations, qu’il a mérité de continuer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2020 à 13:50, par Nabiiga En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Quelle question ? Rien qu’à regarder comment il a changé ce pays de ce qu’il était sous le CDP à ce qu’il est aujourd’hui pour être édifié. Que Roch ait transformé ce pays est sans appel. Les 5 prochaines années en seront même mieux, n’en déplaise à ces détracteurs.

    Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2020 à 06:39, par Kiriki En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

      De toute façon, le temps est le meilleur juge. Ce monsieur là n’a rien changé en 5ans et ne changera rien en 5autres années. Le pouvoir d’État n’est pas de la complaisance ou encore, se faire désigner comme président pour ensuite négocier et s’assoir sur le fauteuil. Si Ka veut que j’arrête de m’exprimer je suis capable de m’abstenir. Mais il faut savoir que je ne demords pas de mes appréhensions. Je fais confiance en ma lecture. Et au lieu de prendre vos bâtons pour pourchasser des internautes, commencez par lire le journaliste qui se pose la question de savoir ce que votre monsieur va faire avec le pouvoir après son...........
      A supposer que vous soyez touts de la même opinion, ce qui ne sera jamais le cas sur ce forum, j’expliquerai toujours ma lecture. Comme toi Ka. Comme les pseudo appartenance à toi Ka.
      Allez y raccompagner le million d’individus sans abris chez eux pour commencer. Reouvrez les écoles fermées pour commencer . Rééduquer le corps médical pour commencer. Renforcez le système éducatif pour commencer. Puisque le tunnel est un fantasme, amenez l’eau potable des les confins du Burkina. Une pensée pour cette trentaine de femmes abattues parce qu’elles partaient juste puiser de l’eau insalubre.
      Affaire qui est terroriste qui ne l’est, mr Rock n’a qu’à gérer ça avec son cdp ressuscité. Moi en temps que burkinabè, je ne vois pas en quoi est ce qu’un quelconque amalgame peut s’inviter sur cette question.
      Ka pour une dernière fois, je ne suis pas de ceux qui prennent une position sans être capable de la justifier.

      Si le bas peuple est de nouveau pris en otage ou pas, je le répète, ne vous pressez pas.
      A bon entendeur salut.

      Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 04:41, par warzat En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Que dire ? Je parlerai de développement et on dit que le développement passe par le développement de la route. Dans cette optique, il peut être judicieux :
    - de confier le bitumage des routes en zones dites rouges au génie militaire. Avec une bonne protection des FDS appuyées par les technologies notamment du G5, les travaux peuvent se dérouler normalement ; pour le reste du pays, le ministre actuel des routes peut se débrouiller ;
    - trouver une solution au problème du rail, qui s’il fonctionne normalement créera beaucoup d’emploi ; le problème de l’emploi est une véritable bombe à retardement.....pour combien de temps encore ?
    - énergie, pas d’inquiétude, à ce rythme, l’électrification ne sera plus un thème de campagne en 2025 ;
    - l’industrie et commerce poursuivre l’industrialisation à travers surtout des PME ; le ministre actuel est sur la bonne voie ;
    - l’agriculture ; les efforts et les changements de stratégies, ont permis que la semence améliorée arrive à temps, d’autres aspects sont à améliorer, mais l’approche actuelle est la bonne. Certains aspects de l’agriculture ne seront plus des thèmes de campagne aussi en 2025 ;
    - les enseignements secondaires et supérieurs, il n’ y a aucune inquiétude à se faire à ce niveau, la poursuite des efforts du premier mandat connaitra son apogée avant la fin 2025 et de nouvelles approches peuvent être entamées. A ce niveau, il faut que nos enseignants surtout du primaire et du secondaire aient plus de considération. Cela ne dépend pas uniquement du ministère, mais surtout des parents d’élèves ;
    - pour l’environnement, une formation d’environ 500 de nos forestiers,en véritables Rangers, dans les pays d’Afrique de l’Est avec l’appui de la coopération, empêchera, les assassins de se réfugier dans nos forêts, le reste de la troupe pourrait se consacrer à d’autres tâches utiles à amélioration des conditions de vie des populations ;
    - l’eau et l’assainissement, à notre humble avis, il faut changer de stratégie, autrement, il n’ y aura jamais avec l’approche actuelle un service continu de l’eau dans notre pays ; les populations ne sauraient se contenter des vieilles rhétoriques alors que visiblement, il s’agit d’un problème d’incompétents qui sont aux affaires :depuis fort longtemps ;
    - les finances, succéder à Mme Sori n’a pas été facile, mais il faut reconnaitre qu’à ce niveau, il y a un effort de modernisation qui commence à porter ses fruits ;
    - la santé, on peut être fier des hommes et des femmes ; une amélioration de la gratuité des soins des enfants de 0 à 5 ans, un développement des mutuelles de santé, la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière seront des atouts majeurs pour la santé ;
    - administration territoriale et ministère du logement, il faut que les ministres soient en mesure d’envoyer devant la justice les maires indélicats, c’est un véritable flop !!!!Que la terre redevienne propriété de l’état. Nommer un révolutionnaire pur et dur dans ce secteur ;
    - la justice, le frère Bagoro a eu chaud, mais il s’en sort bien, il peut et doit continuer ses efforts. Il peut gagner un procès contre Bolloré et récupérer notre rail ;
    - lutte contre la corruption, si le raisonnement doit se faire par l’absurde comme celui qui a amené le ministre de la défense en prison, il est fort à parier, il y aura très peu de cadres dans les ministères, beaucoup de cadres ne pourront pas justifier de leurs biens. Que faire, d’une administration héritée de 27 années de gabegie où le chacun pour soi à primer sur le bien commun ?
    - la réconciliation, que faire lorsque .les vrais commanditaires sont hors du pays et certains supposés exécutants en taule au pays ?
    Que faire d’un Général, qui lorsque le bateau coule, met femme et enfants à l’abri, sauve par son approche une partie de la troupe, à qui il était prévu de lui faire un coup dans le coup ? Qui, lui croupit en taule. A mon avis, seuls nos frères de la grande muette pourraient contribuer à solutionner ce problème. Il faut beaucoup de subtilités que seuls les vrais hommes d’état savent faire.
    Au finish, nous voulons d’un président qui à l’issue de son mandat, vaquera à son train train quotidien, libre de ses mouvements, assistant en toute quiétude à la messe ou au culte du dimanche, aux baptêmes et autres mariages....avec les soucis d’un homme normal devant Dieu et le pays tout entier qu’il a eu à diriger.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 08:57, par de rien En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Que peut bien faire notre président d’une victoire qui lui est indifférente ? eh bien absolument rien du tout ! en tout cas, rien pour apporter du bien être et améliorer la situation du burkinabè. le burkinabè ! parlons en ! une espèce extrêmement bizarre, incapable de percevoir la vérité même si celle ci lui pendait au bout du nez. RMCK a un histoire qui est connu depuis 1983, il a posé des actes qui sont connus de toutes et de tous. Son passé indique clairement que ce n’est pas l’homme de la situation dans la mesure ou il ne l’a même jamais été. Après avoir fait toutes ses armes et avoir été une arme de Blaise Compaoré, il lui a juste fallu dire du bout des lèvres que l’erreur est humaine pour que tout lui soit pardonné et qu’il soit élu, puis réélu. Bien cher burkinabè si le terrorisme et le grand banditisme prospèrent c’est parce que notre président n’en fait pas un problème. libre à vous de croire à ses propos et à ses coups d’épée dans l’eau. si la grogne syndicale ne retombe pas, c’est parce que notre président n’en a que faire, ou parce qu’il fait mal. si la corruption, l’incivisme sont en passe de devenir des sports nationaux c’est parce que notre président par son silence peut être complice et sa passiveté n’ambitionne pas d’y mettre un terme. alors on peut très bien continuer de s’égosiller sur ce site ou ailleurs, dans cinq ans, comme il y avait cinq ans, rien ne va bouger, rien ne va changer. Ko ! fin de la corvée d’eau. Ko ! gratuité des soins. re ko ! réouverture de faso fani… en réalité RMCK n’est pas à critiquer parce que c’est dans sa nature, il fait ce qu’il a toujours fait et fera toujours, faire la feuille morte et être porté par le vent, si ce n’est pas rester endormi en plein feu de brousse. Par contre ce peuple là !!! Ah dja !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 13:14, par Le réaliste En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    En tout état de cause, la gestion du pays durant le premier quinquennat du Président KABORE a été largement réaliste compte tenu des diversités liées surtout aux multiples actes de sabotages divers, malheureusement menés par certains Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur assoiffés du pouvoir, ceci pour protéger et défendre leurs intérêts égoïstes. Il est vrais que certaines failles liées à la gestion des divers mouvements sociaux ont été enregistrées mais, qu’à cela ne tienne, une certaine fermeté sera observée à ce second mandat de sorte à rétablir véritablement l’autorité de l’Etat à travers une lutte sévère contre l’incivisme sous toutes ses formes, sans occulter le renforcement de la démocratie et les esquisses de réconciliation après justice rendue.
    Ainsi, le Burkina gagnera

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 14:56, par jan jan En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    J’esper seulement kil changera le maire de Ouaga, ki selon moi n’est pa a la hauteur et deja des casseroles sales a son actif.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 15:24, par de rien En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Que peut bien faire notre président d’une victoire qui lui est indifférente ? eh bien absolument rien du tout ! en tout cas, rien pour apporter du bien être et améliorer la situation du burkinabè. le burkinabè ! parlons en ! une espèce extrêmement bizarre, incapable de percevoir la vérité même si celle ci lui pendait au bout du nez. RMCK a un histoire qui est connu depuis 1983, il a posé des actes qui sont connus de toutes et de tous. Son passé indique clairement que ce n’est pas l’homme de la situation dans la mesure ou il ne l’a même jamais été. Après avoir fait toutes ses armes et avoir été une arme de Blaise Compaoré, il lui a juste fallu dire du bout des lèvres que l’erreur est humaine pour que tout lui soit pardonné et qu’il soit élu, puis réélu. Bien cher burkinabè si le terrorisme et le grand banditisme prospèrent c’est parce que notre président n’en fait pas un problème. libre à vous de croire à ses propos et à ses coups d’épée dans l’eau. si la grogne syndicale ne retombe pas, c’est parce que notre président n’en a que faire, ou parce qu’il fait mal. si la corruption, l’incivisme sont en passe de devenir des sports nationaux c’est parce que notre président par son silence peut être complice et sa passiveté n’ambitionne pas d’y mettre un terme. alors on peut très bien continuer de s’égosiller sur ce site ou ailleurs, dans cinq ans, comme il y avait cinq ans, rien ne va bouger, rien ne va changer. Ko ! fin de la corvée d’eau. Ko ! gratuité des soins. re ko ! réouverture de faso fani… en réalité RMCK n’est pas à critiquer parce que c’est dans sa nature, il fait ce qu’il a toujours fait et fera toujours, faire la feuille morte et être porté par le vent, si ce n’est pas rester endormi en plein feu de brousse. Par contre ce peuple là !!! Ah dja !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 17:36, par Sacksida En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    D’abord, pourquoi y’a t-il eu une insurrection bien sur populaire en 2014 ? L’on peut citer la volonte de BC et de ses amis politique de s’eterniser au pouvoir a la tete de l’Etat, la patrimonialisation et personnel de l’etat, la mauvaise gouvernance et la corruption au sommet de l’etat, l’impunite et une justice aux ordres, le chomage massif et croissant des jeunes etc. Essayons d’examiner ce qu’il en est apres 5 ans de RMCK et du MPP les choses de maniere froide. Sous la Transition la Constitution a ete verroullee limitant les mandats Presidentiels a deux. Ca c’est inviolable. La patrimonialisation de l’Etat se poursuit avec bien sur l’accaparement des terres par des centaines de societes immobilieres au detriment des Burkinabe moyen et du peuple reel ; plus 100.000 parcelles bien sur detournees des Maires que la Transition Politique avait incarceres, ont ete liberes par ce pouvoir MPP ; et les Burkinabe moyen sont de fait exclus de l’obtention de terrain d’habitation ou de logement, la mauvaise gouvernance continue et des detournements des deniers publics, des vols des delinquants a colts blancs battent son plein ; et ce des dossiers criminels y relatifs sont mis sous le tapis ; avec l’impunite de ces crimes economiques et financiers, le chomage criards des jeunes se renforce consequences de la mauvaise strategie nationale etc. En outre, apres ces problemes internes evoques ; qu’en est-il du Burkina Faso sur le plan de ses operations avec l’exterieur ? Nos Balances Commetciales et des paiements sont restes au rouge donc deficitaires et chroniques. Je passe la question cruciale du Terrorisme et bien sur ses consequences desastreuses. Alors disons quel changement ce pouvoir MPP a apporte depuis janvier 2016 ? Ma conviction est que les Tapeurs de Tam-Tam de RMCK et son pouvoir devraient etre modeste car il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 21:25, par Ka En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

    Dans cette analyse pertinente d’un connaisseur averti de notre politique d’autruche, je demande à quelques internautes dits des connaisseurs, qu’est-ce que Roch devrait faire et qui n’a pas été fait ? Quelles sont les solutions que vous pouviez apporter et suggérer qui pourraient régler définitivement la question de la pauvreté, de la réconciliation durable, de nos frères déguisés en terroristes et vivent dans nos foyers et nous tuent ou ils veulent là où ils veulent ?

    Vous êtes des Burkinabé concernés par notre situation, qu’est-ce que vous faites en étant à l’extérieur a votre niveau pour que ce qui nous arrive depuis le jour que le Burkina a déclarer son indépendance pour que les roues du développement, de la réconciliation commence à rouler, les pédales commencement a bouger ? Je prends un seul exemple dédié a la cause pour faire avancer le pays, ‘’’les six engagements imaginés par l’idéologue Thomas Sankara repris par une bonne équipe autour d’un représentant nommé Blaise Compaoré, et cette même équipe nommé RSS a continuer ces six engagements en les améliorant avec un représentant nommé Roch Kaboré.’’’ Pourquoi pas vous les internautes connaisseurs et dénigrants ? Ou est votre volonté de faire avancer le pays, que des dénigrements ? Vous avez peur de quoi en étant a l’extérieur ? Vous manquez de quoi pour revenir prendre la place de celui qui fait de son mieux ? Vos incapacités de revenir est due à quoi ? Si vous ne pouviez pas contribuer aux efforts des autres, vous n’aviez pas des raisons valables de critiquer celui qui fait de son mieux pour que le Burkina avance dans la justice pour une réconciliation durable.

    Souvent, rester dans son coin sans des critiques sans fondements c’est mieux, ‘’beaucoup mieux.’’ Parler en ignorance, vous êtes sans appel. Parler sans connaissance de cause, vous êtes des champions. Vous saviez tout, sauf Roch Kaboré le président mouta mouta qui ne sait rien.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2020 à 15:00, par Passakziri En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Que va faire Roch Kaboré de sa victoire ?

      Des Qualificatifs comme
      " homme politique insaisisable" etc. sont des termes qu’on a aussi entendu quand on parlait de Blaise Compaoré. Donc ca semble être une musique connue.
      En faisant le tour de l’histoire du Burkina Faso, je ne peux pas ressortir le nom d’un seul président au pouvoir ayant perdu des élections. Finalement on ne sait pas si la chose la plus difficile n’est pas d’accéder au pouvoir et de s’y accrocher jusqu’aux élections ? Faut-il alors avoir du mérite pour être reélu ? Faudra t-il avoir un bilan positif pour s’assurer du vote de ceux qui vont aux urnes ? Je n’en suis pas sûr. J’ose émettre l’hypothèse que vous placériez n’importe qui à Kossyam , il aura assez de pompeurs d’air , vieux comme jeunes pour faire sa prodada avant et pendant les campagnes électorales et que la gabégie aidant il remportera haut les mains les élections. L’histoire du Burkina des indépendances à nos jours ne parle pas un autre langage. Blaise Compaoré en arrivant au pouvoir en 1987 , peu sont ceux là qui lui prédisaient une longévité à ce niveau . Mais la suite nous la conaissons. Grâce à la lâcheté de certains qui sillonent aujourd’hui la toile pour jouer aux griots de RMCK, il y resta 27 années durant.
      La première des choses que Rock peut faire qu’il n’a pas fait jsuqu’ici, c’est de se démarquer de ceux qui lui pompent l’air comme un certains autoproclammé illuminé ayant fait tous les combats du Burkina et cotoyé toutes les somités du pays qui ont d’ailleurs été ses promotionaires.
      Il y’a aussi ceux là que ces pompeurs d’airs font décorer pour prétendus Services rendus à la nation, confondant Nation et partis politiques .
      S’il ferme ses oreilles aux légendes de ces individus parmis lesquels je compte cet internaute au pseudo à deux lèttres qui nous brûle les yeux Avec ces textes kilométriques , il pourra avoir la clairvoyance de prendre des décisions courageuses visant le bonheur de tous les Burkinabè, par exemple en veillant à ce que l’exploitation minière profite entièrement à la Nation, que quelques fonctionnaires ne se partagent pas des milliards comme argent de poches année par année , que le foncier ne soit pas le Far West des lugubres proprìetaires terriens, que l’éducation soit refondée et surtout qu’une lutte contre la CORRUPTION soit sérieusement ménée. Les exemples ne manquent pas de ce qui n’a pas été fait et qui devrait être fait.

      Passakziri

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Construire le pays sur le socle de l’intelligence collective, prône Jérémie Yisso Bationo
Burkina : Le découpage de l’administration territoriale doit être accompagné de la rationalisation des circonscriptions administratives, pense Sansan Tori Hien
Mali : Le Gourma vers une zone de droit
Décès de la députée Claudine Ouédraogo : Longue lettre à ma sœur défunte !
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés