Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Kagalo : Le projet qui veut renforcer la participation des femmes dans les sphères de prise de décision

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 12 novembre 2020 à 17h00min
Kagalo : Le projet qui veut renforcer la participation des femmes dans les sphères de prise de décision

En vue d’accroître la participation des femmes aux processus de prise de décision, l’ONG Counterpart International a mis en place un projet dénommé « Kagalo : Femmes autonomisées pour le changement ». Le lancement de ce projet est intervenu le mercredi 12 novembre 2020 en présence des représentants de plusieurs structures féminines, des OSC, des partis politiques et des représentants de l’État.

Le Burkina Faso et le Niger font partie des pays dont le développement a été entravé ces dernières années. Cela se matérialise par les conditions environnementales difficiles, l’extrémisme violent, les conflits intercommunautaires et inter-ethniques, les communautés appauvries, l’inégalité des sexes et une gouvernance défaillante.

Cette situation a des répercussions sur la vie des différentes populations en particulier les femmes et les jeunes filles de la région du Sahel et de Tillabéry au Niger. Ces dernières sont confrontées à un manque d’opportunités en matière d’éducation, à une capacité de prise de décision limitée et à une violence généralisée liée au genre. C’est du moins ce qu’a laissé entendre la représentante adjointe de l’ONG Counterpart International Burkina, Valérie Rolande Ouédraogo. Pourtant elles ont un rôle à jouer pour bâtir la paix, la défendre et comme leaders politiques dans ces régions fragiles.

Représentante adjointe de l’ONG Counterpart International Burkina, Valérie Rolande Ouédraogo

Accroître les chances de la femme à atteindre sa place

C’est dans cette lancée que s’inscrit le projet « Kagalo : Femmes autonomisées pour le changement » initié par l’ONG Counterpart International (CPI) en vue d’accroître la participation des femmes aux processus de prise de décision au niveau local et national. En effet, selon Valérie Rolande Ouédraogo l’exclusion des femmes des sphères de prise de décision dans un tel climat d’insécurité ne peut que contribuer à exacerber la discrimination dont elles sont victimes en politique.

De ce fait avec le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) comme partenaire de mise en œuvre du projet au Burkina Faso, le projet appuiera les femmes leaders à développer des capacités leur permettant de jouer un rôle plus accru dans le processus de prise de décision, la représentation, le choix des dirigeants, la gestion de la chose publique et la redevabilité vis-à-vis des citoyens. Selon le directeur exécutif du CGD, Dr Thomas Ouédraogo, il s’agit d’accroître les chances de la femme à atteindre sa place.

Le Directeur exécutif du CGD, Dr Thomas Ouédraogo

Il a invité les structures féminines, étatiques et les partis politiques présents au lancement officiel du projet à s’en imprégner pour l’atteinte des résultats. Notamment la participation active des femmes à la vie politique ; l’intégration des priorités identifiées dans les plates-formes de campagne ; prise en compte des priorités politiques spécifiques aux femmes et aux genres par les structures des partis politiques et une plus grande compréhension des droits des femmes par les citoyens.

Des femmes influentes dans leur communauté

La directrice générale de la femme et du genre, Edwige Sankara/Yaméogo présente à la cérémonie, s’est réjouie de l’existence d’un tel projet qui vient en appui aux efforts de son département. Elle estime que le projet permettra aux femmes d’être des actrices significatives du changement et d’influence au sein de leur communauté. À en croire Anselme Somda, chargé de programme du CGD, les bénéficiaires de ce programme ont déjà reçu des formations et certaines sont déjà présentes sur les listes électorales de l’élection législative et d’autres attendent les municipales.

Directrice générale de la femme et du genre, Edwige Sankara/Yaméogo

En rappel le projet Kagalo est mis en œuvre au Burkina Faso et au Niger. Il intervient à Dori et Gorom-Gorom et à Téra Tillabéry et Ouallam. Les partenaires de mise en œuvre sont : le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), la Fondation Hirondelle (Pour les deux pays), Femmes, Actions, et Développement (FAD) (Niger).

Judith SANOU
Le Faso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Alcools frelatés au Burkina : L’importation se poursuit malgré l’interdiction
Rentrée fiscale 2021 : La Direction générale des impôts prévoit un recouvrement de près de 945 milliards de FCFA
Direction régionale des impôts des Cascades : Un nouveau bâtiment pour booster la performance des agents
Développement économique et social au Burkina : La Banque mondiale offre 253 milliards de Fcfa pour la mise en œuvre de 3 projets
La Banque africaine de développement et la Banque européenne d’investissement signent un plan d’action de partenariat commun pour accélérer le développement en Afrique
Gestion du fret : L’Union des chauffeurs routiers du Burkina apporte son soutien au Conseil burkinabè des chargeurs
Loi des finances 2021 : La Maison de l’entreprise explique les nouvelles dispositions fiscales aux entreprises burkinabè
Région du Sahel : La Banque africaine de développement s’engage à mobiliser 6,5 milliards USD pour l’Initiative de la Grande muraille verte
Environnement : La BAD montre l’exemple et consacre plus de 36% de ses approbations aux financements climatiques
2020 au Burkina : Une économie beaucoup éprouvée
Rupture du réseau dans les services d’impôts : Tout est mis en œuvre pour résoudre le problème, assure le directeur général
Intégration africaine : La zone de libre-échange continentale en vigueur depuis le 1er janvier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés