Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Campagnes présidentielle et législatives 2020 : Début morose dans la capitale Ouagadougou

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • mardi 3 novembre 2020 à 23h35min
Campagnes présidentielle et législatives 2020 : Début morose dans la capitale Ouagadougou

Ouverte le 31 octobre 2020, la campagne électorale bat son plein dans la ville de Ouagadougou. Surtout, lorsqu’on circule, on découvre partout des affiches de certains partis politiques. Ce qui donne l’impression que les choses bougent dans la ville. Mais dans les quartiers généraux de certains partis, les choses semblent aller lentement. Si pour certains, la campagne bat son plein à travers des meetings, d’autres citoyens estiment que cette campagne ne les concerne pas car elle est venue au contraire ralentir leurs activités. Pour essayer de comprendre l’ambiance de cette campagne, Lefaso.net est allé le mardi 3 novembre 2020 à Ouagadougou à la rencontre de quelques Burkinabè pour prendre leurs avis.

Concernant l’ouverture de la campagne présidentielle et des législatives je vois un changement dans la ville. Au moins avant le début de la campagne, au moins on profitant toujours des petits travaux mais avec l’ouverture nous ne gagnons même plus ces travaux donc il y a un changement en ce qui me concerne. Elle est venue tout bloquer et si on ne prend pas garde d’ici qu’elle prenne fin, certains vont mourir de faim. Puisque donner 2000 FCFA ou 3000 FCFA à un chef de famille qui est venu à ton meeting ne contribue pas à résoudre le problème de crise ouverte par le covid-19. Or, les hommes politiques ne cherchent que leur propre intérêt donc cette campagne créée plus de problèmes pour nous a indiqué Boukary Sawadogo.

Boukary Sawadogo

Pour Dominique Ouédraogo, depuis l’ouverture de cette campagne, les leaders des partis ne font que la part belle aux femmes. Ce sont les femmes seulement qu’ils écoutent. Dans les quartiers non lotis et dans les provinces, c’est les femmes là seulement ils écoutent. Je me demande qu’est-ce que les hommes leur ont fait. Si tu les vois lutter dans un lieu c’est pour satisfaire les femmes. Pourquoi les partis s’intéressent plus aux femmes. Je ne sais pas mais tu ne peux pas nous mentir chaque cinq ans. Mais quand tu regardes les trois partis, le MPP, l’UPC, CDP.

Ce sont des partis qui pèsent lourd sur la scène nationale mais ce qui fait peur c’est que ces partis ont mis l’accent sur les femmes et non sur les hommes. Or les femmes ne savent pas ce qu’elles veulent. C’est les flatter avec la nourriture, elles ne peuvent pas faire changer les choses comme les hommes. Chez les hommes les politiciens sont limités car c’est difficile de manipuler les hommes comme les femmes.

Dominique Ouédraogo

Nous remercions Dieu pour la santé d’abord depuis l’ouverture, je n’ai pas remarqué quelque chose d’anormal et nous prions qu’elle aille à terme sans incident. Car ce qui est bien appartient à tout le monde a souligné Daouda Ouédraogo.

Pour Ouédraogo Souleymane, rien n’a changé avec l’ouverture de cette campagne 2020 puisque depuis là nous ne sentons rien, pire elle est venue ralentir le travail. Avant l’ouverture de cette campagne, on était déjà plongé dans une crise économique avec la pandémie de la maladie à coronavirus. Et cette campagne va nous enfoncer encore, les politiciens ne luttent que pour leurs propre intérêt.
Selon Bachir Sanfo, cette campagne n’a pas de particularité, mieux c’est les mêmes pratiques qu’on revoit sur le terrain. L’achat des consciences. Rien ne bouge pour le moment, l’ambiance est morose parce que les billets de banque n’ont pas encore commencé à circuler.

Soumaila Ouédraogo

D’ici quelques jours, refaite le tour pour voir comment les choses vont bouger. Les politiciens savent qu’à Ouagadougou, les jeunes sont avec toi lorsque tu peux leur être utile or les politiciens sont des individus de cinq ans d’où cette précaution des jeunes. La campagne va prendre son envol avec les billets de banque sinon pour le moment c’est mou.

Pour Soumaila Ouédraogo, la campagne est venue trouver un foyer. Au lieu qu’elle contribue à relever la pente face à la situation, elle enfonce la situation donc pour moi rien ne va changer avec ses politiciens. Nous là on ne connaît pas une haute personnalité de ce pays qui va nous faire profiter de cette campagne. Mais néanmoins nous souhaitons qu’elle puisse bien se dérouler car s’il y a la paix l’espoir est permis.

Propos recueillis par Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Elections couplées de novembre 2020 : Le PNUD et le NDI capitalisent l’accompagnement apporté aux candidates
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés