Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

Accueil > Actualités > Economie • • mercredi 21 octobre 2020 à 23h44min
Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

Devenir millionnaire rapidement, s’assurer des revenus réguliers, améliorer sa situation financière, ne plus avoir à travailler pour de l’argent mais avoir son argent qui travaille pour soi : c’est la promesse sans cesse reprise dans la publicité de plusieurs structures se présentant comme des institutions financières. Elles garantissent des taux d’intérêts de l’ordre de 100% en quelques semaines seulement. L’origine des revenus serait le trading.

Les nouvelles offres ne manquent pas et provoquent des débats passionnés. Si ces placements connaissent un certain engouement, certaines personnes opposent des réserves légitimes : sont-ils fiables ? Implémentent-ils la pyramide de Ponzi ? Est-il honnête de s’y engager ?
A partir des définitions du trading et du schéma de Ponzi, nous montrerons comment des arnaques peuvent se cacher derrière les expressions trading et cryptomonnaie. Nous terminerons par des pistes de réflexion.

1. Le trading : définition

Le « trading » est un mot anglais qui signifie « commerce ». Le « trader » est donc de façon large un « commerçant » dont l’activité est de vendre ou d’acheter des biens ou des services.

Dans le domaine financier, le « trading » consiste à l’achat et la vente de produits financiers. S’il s’agit de produits boursiers (actions, obligations, etc.), le « trader » est appelé « courtier ». S’il s’agit de devises ou de matières premières, on l’appelle « cambiste » (du latin : cambiare = changer). Dans cet article, nous nous restreignons à l’activité des cambistes dont il est le plus souvent question dans notre contexte.

Dans le vocabulaire du trading, on rencontre le mot Forex (abréviation de : Foreign Exchange) qui désigne le marché de devises. On peut y acheter ou vendre des devises nationales (dollars US, Yen, Euros, etc.) ou de la cryptomonnaie (Bitcoin, Ethereum, Monero, etc.). Signalons au passage que le Franc CFA est absent du Forex, étant une sous-monnaie émise par le Trésor français. L’annonce d’un changement de nom en ECO tout en gardant la parité fixe avec l’Euro traduit la volonté du gouvernement français de maintenir le genou sur le cou (l’économie) de nombreux pays africains, et ce depuis des décennies (cf. Black lives matter).

Pour revenir à nos moutons, le trading peut être comparé à l’activité de ceux qui achètent les céréales à la fin de la saison pluvieuse, lorsque les prix sont bas pour les revendre plus tard, lorsque les prix sont plus élevés du fait de la pénurie. Le trader habile va acheter des devises lorsque leur taux est bas, et trouver le bon moment pour les revendre afin d’en tirer un profit. La différence entre les céréales et les devises est que le cours (la valeur) de ces dernières peut augmenter ou diminuer d’une journée à l’autre, et même au cours d’une même journée, selon la règle de l’offre et de la demande.

2. Le trading : est-ce une mine d’or ?

Il est normal que pour s’attirer des apprenants, les centres de formations en trading présentent cette activité comme pouvant nourrir son bonhomme, ou mieux, comme une voie royale pour devenir millionnaire. Cela est vrai en partie, car des célébrités doivent leur grande fortune au trading.
Toutefois, le trading n’est pas un loisir tranquille permettant de devenir riche tout de suite sans se fouler la rate. C’est un métier à part entière, un métier complexe et difficile, où l’on rentre en compétition avec des traders professionnels et des robots pratiquant le trading automatique qui sont tous là pour gagner. Naturellement, cela ne peut se faire sans qu’il n’y ait des perdants .

Le trader prend des risques à tout moment. Il peut gagner énormément, mais il ne gagne pas à tous les coups : il peut aussi perdre beaucoup en quelques secondes. Et cela arrive régulièrement même aux traders les plus expérimentés . La prudence exige de trader avec de l’argent que l’on accepte de perdre potentiellement. En d’autres termes, il est insensé de trader avec tout son capital, ou bien avec de l’argent dont on a besoin pour vivre.

Les revenus liés au trading sont donc très aléatoires et difficilement prévisibles. Lorsque des traders professionnels agissent pour le compte de tierces personnes, ils signent en général un contrat par lequel ils sont rémunérés en fonction des gains réalisés. Toutefois, certains marqueteurs font voir dans le trading une activité où l’on ne fait que s’enrichir, et cela très rapidement. Lorsque des individus ou des entreprises proposent au grand public de leur faire gagner à coup sûr 100 % de bénéfice par trading en quelques semaines, on a le droit de douter que cette rémunération provienne entièrement du trading. En général, c’est le système de Ponzi qui est utilisé en arrière-plan.

3. L’astuce de Ponzi

Charles Ponzi (1882 – 1949) est un italien qui a inventé le mode d’escroquerie qui porte son nom où les intérêts versés aux épargnants proviennent de l’argent des nouveaux arrivants dans le système. Ponzi promettait aux investisseurs un bénéfice de 50 % en 90 jours, sensés provenir de la spéculation sur la valeur des coupons réponse internationaux de la poste. Ce premier forfait fut mis en place à Boston en 1919 et fut découvert en quelques mois après que des dizaines de milliers de personnes lui aient confié leur argent. Ponzi n’utilisait pas de coupons postaux. Il rémunérait les uns avec l’argent des autres.

Illustrons le système de Ponzi encore appelé chaîne ou pyramide de Ponzi par un exemple séquentiel en F CFA. Un promoteur promet à ses clients de leur verser 100 % d’intérêts en un mois parce qu’il serait trader professionnel. On souscrit avec une somme de 100 000 F CFA.
Le premier client est Tanga (nom fictif). Il verse la somme de 100 000 F. Le premier mois, le promoteur peut dormir tranquille, même s’il n’attire pas d’autres clients, étant donné qu’il dispose déjà de 100 000 F qu’il pourra remettre à Tanga en fin de mois. A la fin du premier mois, Tanga est rémunéré et rassure son entourage que le promoteur tient ses promesses.

Vers la fin du second mois, le promoteur a deux nouveaux clients, Raogo et Poko (noms fictifs) qui apportent chacun 100 000 F. À la fin du second mois, il peut verser encore 100 000 F à Tanga, et s’offrir 50 000 F de commission sur chaque nouveau client. Il empoche donc lui-même 100 000 F et laisse la caisse vide. On a 3 adhérents en tout.

A la fin du troisième mois, le promoteur doit dépenser 300 000 F pour ses 3 adhérents. Par conséquent, il faut qu’il ait au moins trois nouveaux clients. Ce sera facile d’autant plus que Tanga qui a déjà reçu deux fois 100 000 F aura fait la propagande autour de lui.

Ainsi se construit la pyramide dite de Ponzi. L’argent des nouveaux venus sert à honorer les engagements envers les anciens adhérents et à enrichir le promoteur. Plus le temps passe, plus il faut trouver davantage de clients dans un délai de plus en plus court, afin de pouvoir reverser quelque chose à un nombre de plus en plus important d’anciens adhérents.

Le système de Ponzi « se grippe » dès lors que les nouveaux adhérents se font rares, ou bien lorsque beaucoup d’anciens adhérents demandent à retirer leur capital. Le promoteur pourra dans les premiers temps accuser un problème informatique pour justifier les retards de payement, ou bien inviter les clients à réinvestir leurs intérêts pour augmenter leurs gains, mais par la suite, il est obligé de fermer boutique.

La pyramide de Ponzi est un vol savamment orchestré et une source de profit malhonnête, où il est connu d’avance que les derniers à souscrire perdront leur capital alors qu’ils ont été persuadés d’obtenir les mêmes gains que leurs prédécesseurs. Et « quel malheur pour celui qui réalise un profit malhonnête pour sa maison, afin d’établir son nid sur la hauteur, pour échapper à l’emprise du malheur ! » (Habacuc 2, 9)

4. Les héritiers de Ponzi

Le système de Ponzi a été depuis lors réemployé presque partout dans le monde par diverses personnes et entreprises pour s’enrichir, en promettant au public de les rendre riches rapidement. Il y a eu plusieurs cas célèbres.

Bernard Madoff en est la meilleure illustration. Né en 1938, ancien patron du NASDAQ (bourse de valeurs américaine), Madoff a utilisé le système de Ponzi de manière insoupçonnée pendant 48 ans à partir de 1960, en promettant un intérêt annuel de 8 à 12 % qui seraient obtenus par des investissements judicieux sur les marchés boursiers. Il fut démasqué pendant la crise financière de 2008, lorsque de nombreux clients voulurent retirer leur placement. Il est à noter au passage que même les organismes de contrôle très puissants aux États-Unis n’ont pas flairé l’arnaque. Madoff purge actuellement une peine de 150 ans d’emprisonnement.

Plus près de nous, ICC-Services au Bénin promettait à ses clients un rendement de 150 à 200% par trimestre, avec remboursement du capital au bout d’un an. Plus de 150 000 personnes auraient été arnaqués entre 2006 et 2010 pour un total estimé à plus de 150 milliards de F CFA. Des milliers d’artisans, commerçants ou encore magistrats ont perdu toutes leurs économies dans cette affaire, certains ayant même emprunté de l’argent à des usuriers ou contracté des prêts bancaires pour pouvoir investir . Le PDG d’ICC-Services et 3 autres complices ont été condamnés à 10 ans de prison ferme pour escroquerie, exercice illégal d’activités bancaires et corruption. La complicité de certaines grandes figures de l’État, en particulier celle de l’ancien président Yayi Boni et de plusieurs ministres, est en train d’être élucidée par la justice.

5. Un devoir de vigilance

Les exemples ci-dessus montrent que les pyramides de Ponzi peuvent se camoufler derrière n’importe quelle activité lucrative (formations, trading, ou autres activités financières) et demeurer insoupçonnées pendant plusieurs années.

L’affaire des traders burkinabè a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Lors du gel des comptes des sociétés concernées , ceux qui dénonçaient le système étaient taxés d’ennemis de l’Afrique, de ne pas vouloir le développement de leurs frères, d’être contre la création d’emplois, etc. Une rivalité avec les banques était aussi l’argument tout trouvé pour justifier la haine contre ces institutions.
Or, malgré le dégel des comptes ordonné par la justice, beaucoup d’investisseurs attendent encore le remboursement de leur capital . C’est la preuve que sans l’afflux de nouveaux inscrits, le système n’est pas fonctionnel.

En effet, il n’est pas prudent de trader avec toute la masse financière apportée par les investisseurs, parce qu’on peut la perdre. De plus, si le montant avec lequel ces sociétés font du trading à l’étranger leur permettait de rapporter suffisamment d’intérêts, il n’y aurait pas eu de difficulté à rembourser les clients en dépit du gel des comptes dans les banques locales .

Les promoteurs de ces gros « retours sur investissement » sont des fins connaisseurs de leurs cibles. Ils utilisent la cupidité des uns et l’ignorance des autres, sachant bien les difficultés de nombreux concitoyens à pouvoir « joindre les deux bouts » à la fin du mois. Ils parlent avec assurance dans les réseaux sociaux, sur les chaînes de télé, n’hésitant pas à étiqueter ceux qui ont des doutes sur leur activité. Ils utilisent des anglicismes et des expressions peu familières pour se donner de la crédibilité : trading, système en ligne, Forex, siège basé aux États-Unis, crowdfunding, cryptomonnaie, blockchain, Bitcoin, Ethereum, etc. Il y a aussi le succès remarquable des coachs qui martèlent qu’il est déraisonnable de faire de longues études pour se retrouver au chômage ou avec un bas salaire, tandis qu’un grand nombre de riches ne sont pas allés loin à l’école. Cela peut inciter les jeunes à l’entrepreneuriat, ou au contraire, les dévier vers ce type d’investissements dans lesquels ces mêmes orateurs trouvent leur compte.

Les propositions viennent et viendront de partout : du Burkina Faso, de l’étranger, par tous les moyens : à travers internet et les réseaux sociaux, et surtout par nos proches. Comme offres récentes, il y a Dipgoldinvestment (5 éditions successives grippées) , Global Investment, Crowd1, B-UMOA, Liyeplimal, etc. On peut citer aussi les offres d’emploi ultra sommaires accrochés aux feux tricolores : « Vous êtes jeune et dynamique, vous cherchez de l’emploi ? Contactez-nous à tel numéro ». Ou encore : « Vous pouvez gagner tant de Francs par mois en utilisant simplement votre téléphone portable ». On n’oubliera pas toutes les offres du même genre liées à la cryptomonnaie pour lesquelles nous consacrons un autre article.

Un mot sur Liyeplimal qui signifie « la pauvreté est finie » dans une langue du Cameroun. Là, le schéma de Ponzi est renforcé par un système MLM (Multilevel marketing ou marketing de réseau). Un nouveau membre entre sous le couvert d’un membre déjà inscrit qui reçoit des bonus. Lorsqu’on monte dans la pyramide on reçoit aussi des gratifications, et ce jusqu’au 5ème niveau. Les nouveaux inscrits et leurs parrains sont ainsi poussés à travailler dur et en équipe pour attirer de nouveaux investisseurs dans plusieurs pays , ce qui donne plus de chances au mécanisme de durer plus longtemps. Les taux d’intérêts proposés sont entre 120 et 160 % par an avec des possibilités de paiement mensuel.

Liyeplimal ressemble fort curieusement au premier « business » que son créateur a connu , à savoir Profits25. Profits25 a eu cours entre 2013 et 2017, et s’est révélé être une arnaque basée sur le modèle de Ponzi . Dans Profits25, il y avait aussi un bonus sur les parrainages jusqu’au 4ème niveau. L’activité fictive de cliquer sur les bannières publicitaires est ici remplacée par un prétendu trading sur de la cryptomonnaie. Le paiement des intérêts était aussi possible par carte bancaire, ce que Liyeplimal a réussi à faire en lien avec une grande banque de la place . L’entreprise créée par le fondateur du SimbCoin se vante sur son site web d’être « l’une des plus grandes et plus expérimentées plates-formes d’achat et de vente des cryptomonnaies en Afrique. » Toutefois, techniquement, « Liyeplimal Crypto MLM System » n’a pas besoin de trading ou de cryptomonnaie pour fonctionner. L’avenir nous le dira.

L’État a pour rôle de protéger les populations, surtout les plus pauvres. Les systèmes de Ponzi sont interdits en Europe et aux États-Unis. La Côte d’Ivoire vient d’interdire ces placements à gros taux d’intérêt ainsi que le marketing de réseau tel que QNET . Nous attendons de nos autorités qu’ils achèvent ce qu’ils ont commencé, après tant d’années de laxisme. En attendant, il convient de se poser les bonnes questions, les offres pouvant toujours être initiées depuis l’étranger.

6. Pourquoi ont-ils besoin de votre argent ?

Il est curieux que les entreprises proposant des forts taux d’intérêts n’affichent pas à leurs côtés des entreprises qui ont plus d’argent que les particuliers, et qui ont du personnel compétent en matière de finances. Pourquoi n’ont-elles pas à leurs côtés les banques qui collectent l’épargne publique pour la faire fructifier ? Parce que la cible privilégiée est les petites gens que l’on peut appâter plus facilement.

Si une personne ou une entreprise peut générer 100% d’intérêt en un temps record donné, pourquoi n’emprunterait-elle pas elle-même une certaine somme même en banque à moins de 15% l’an pour commencer son trading et distribuer les bénéfices à ceux qu’elle veut enrichir ? Pourquoi n’est-il pas possible à l’entreprise de faire des prêts aux clients potentiels, prêts qui seraient remboursés dès le paiement des intérêts ?

Pourquoi a-t-on besoin de prendre leur argent pour les faire sortir de la misère ? Que ce soit pour des sinistrés, les déplacés, a-t-on vu une ONG ou une association proposer aux infortunés de leur remettre quelques kilos de mil afin de se garantir une ration régulière ? Le mil peut toujours être vendu pour obtenir une certaine somme d’argent. Ceux que veulent les multiplicateurs d’argent sont ceux qui peuvent apporter une certaine somme d’argent et qui sont capables de susciter des investisseurs semblables dans leur entourage.

Prenons le cas de B-UMOA , formule Access. Avec 50 000 F CFA, l’investisseur recevrait 90 000 F CFA en 22 jours, ce qui correspond sensiblement à un taux d’intérêt de 109% le mois. Considérons 100 % pour simplifier les calculs et supposons que le client réinvestit chaque fois ce qu’il aura gagné. Sortons nos calculatrices.

Le calcul ci-dessus peut se faire avec toutes les offres. On parvient à des montants exorbitants au bout d’un temps plus ou moins long. Ainsi, avec 50 000 F au départ, cette entreprise produirait plus de 3 435 973 milliards de F CFA en 3 ans. Il y a suffisamment de quoi donner plus de 171 millions de F CFA cash à chacun des 20 millions de Burkinabè, y compris ceux qui sont encore dans le ventre de leur mère. Là, on pourrait dire que ces sociétés de trading et de cryptomonnaie veulent vraiment en finir avec la misère du peuple, au lieu de profiter de la misère de ces derniers pour se remplir les poches avant de disparaître dans la nature.

Conclusion

Dénoncer des systèmes frauduleux attire toujours les foudres de ceux qui en profitent. Cela est en particulier valable pour les procédés qui ternissent l’image du vrai trading et de la vraie cryptomonnaie par lesquels d’honnêtes citoyens gagnent leur vie. Par ailleurs, une personne peut choisir librement de s’engager dans une affaire malhonnête en toute connaissance de cause, en se disant par exemple qu’elle aura le temps de profiter du système avant qu’il ne se plante, laissant toujours les derniers souscripteurs bernés dans le désarroi. Qui ne risque rien n’a rien, n’est-ce pas ? Mais est-ce honnête ?

L’argent est une nécessité pour le développement personnel et communautaire, le nerf de la guerre dit-on. Il doit être recherché par des voies licites et être utilisé à bon escient. L’argent doit être un moyen, non une fin, être au service de l’homme, et non devenir son maître. Car, « nous n’avons rien apporté dans le monde et de même nous n’en pouvons rien emporter. Quant à ceux qui veulent amasser des richesses, ils tombent dans la tentation, dans le piège, dans une foule de convoitises insensées et funestes, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.
Car la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent. Pour s’y être livrés, certains se sont égarés loin de la foi et se sont transpercé l’âme de tourments sans nombre. Pour toi, homme de Dieu, fuis tout cela ! » (1 Timothée 6, 7.9-11)

Abbé Kizito NIKIEMA
Source / Contact : http://parolesdevie.bf

1. Nous apprécions positivement le reportage réaliste de l’Observateur Paalga sur le parcours de jeunes traders burkinabè qui parlent de leurs difficultés au quotidien. Cf. http://www.lobservateur.bf/index.php?option=com_k2&view=item&id=4564 (29/09/2020)
A contrario, la presse a relayé l’interview de Franck Yamadjako, âgé de 24 ans à l’époque, d’origine béninoise, venu au Burkina pour les études. Il serait devenu milliardaire en moins de 5 ans par le trading avec un capital de départ de 20 USD. Le journaliste aurait pu voler au secours de notre peu de foi, en rassurant qu’il a exigé au préalable de l’intéressé un relevé de compte. Cf. https://www.burkina24.com/2018/11/17/trading-milliardaire-a-24-ans/ (29/09/2020)

2. On se souvient du cas du célèbre trader Jérôme Kierviel. En 2008, il a fait perdre 4,9 milliards d’euros au groupe français Société Générale.

3. Cf. https://www.jeuneafrique.com/453205/societe/benin-justice-tente-de-comprendre-scandale-financier-icc-services/ (29/09/2020)

4. Cf. https://lefaso.net/spip.php?article92786 ; https://www.reporterbf.net/societes-de-trading-au-burkina-26-milliards-fcfa-geles-dans-une-quinzaine-de-comptes-bancaires/ (29/09/2020)

5. Cf. https://www.leconomistedufaso.bf/2020/05/19/societes-de-trading-des-comptes-vides-avant-la-decision-de-degel/ (29/09/2020)

6. Cf. https://www.leconomistedufaso.bf/2020/05/19/globumi-nous-avons-enregistre-des-pertes-avant-la-note-du-crepmf/ (29/09/2020)

7. Le promoteur proposait aux Burkinabè de s’entraider. En plaçant 10 000 F, on recevait 100% de bénéfices en 10 jours. Aujourd’hui, le site est fermé, son créateur sans trace.

8. https://www.liyeplimal.net/ (29/09/2020)

9. https://lesastucesdupro.info/liyeplimal-et-son-plan-de-compensation-attractif/ (29/09/2020)

10. C’est son propre témoignage. Cf. https://www.youtube.com/watch?v=GxQeEsNTVzY à partir de la 25ème minute. (29/09/2020)

11. Cf. https://www.youtube.com/watch?v=-u_2gO8wS9Y (29/09/2020)

12. Cf. https://www.youtube.com/watch?v=GxQeEsNTVzY à partir de la 43ème minute et https://www.liyeplimal.net/ (29/09/2020)

13. Conseil des ministres du 8 juillet 2020, page 5. Cf. http://www.gouv.ci/doc/1594236900Communique-du-Conseil-des-ministres-du-mercredi-08-juillet-2020.pdf (29/09/2020)

14. L’entreprise Binary UMOA se présente comme « une structure en ligne qui a pour mission de former, d’embaucher des experts traders et qui investissent des millions de dollars américains dans le trading en ligne. Elle a un système identique à celui des banques physiques au niveau du compte bloqué, seulement que vous avez la possibilité de voir votre investissement croître avec un bonus de plus de 50% sur un délai précis de votre choix sélectionné parmi les possibilités que nous présentons. » Cf. https://b-uemoa.com/ (29/09/2020)

Vos commentaires

  • Le 21 octobre à 15:50, par The Wise En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Félicitation à l’auteur de ce bel article !!!
    Effectivement, à beau expliqué qu’il s’agit d’une arnaque basée sur le "marketing de réseau", les assoiffés d’argent trouvent toujours une raison de dire quelques choses et après ce sont des enfants et des femmes qui plongent davantage dans la misère.
    Encore Merci !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 17:19, par Noumou En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Grand merci Abbé Kizito NIKIEMA, formidable article. Que ceux et celles qui ont des yeux pour voir voillent et que ceux et celles qui ont des oreils pour entrendre entendent. J’envoie tout de suite le lien de cet article à un de mes amis très prompte à croire à ce genre de charlatants "créateurs de richards". GRAND MERCI.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 19:48, par Danton En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci beaucoup M. L’abbé. Il faut crever l’abcès en réveillant nos dirigeants qui n’ont que que faire du sort de cette jeunesse désemparée et livrée à la merci de n’importe quel vendeur d’illusions. Ponzi, MLM, etc...sont tout ce que les dirigeants africains, myopes d’initiative, laissent comme alternative à ces jeunes, quand ce n’est pas pour se faire réduire en esclavage par les arabes en voulant "tenter le grillage" de Ceuta ou dans le désert libyen. Il existe à la Cité Socogib Ouaga 2000-D, une villa qui voit affluer jour et nuit des jeunes des deux sexes, et ce depuis plusieurs mois. On m’a dit que ce sont des "employés" ou "marketeurs" pour le compte de QNET, une organisation notoirement connue pour être frauduleuse, bannie dans plusieurs pays. Ces jeunes, a ce qui m’a été dit, vendraient des "produits", et auraient chacun investi beaucoup d’argent et attendraient d’être remboursés au centuple. De quels "produits" s’agit-il ? Mystère et boule de gomme. Un de ces jeunes que j’ai interrogé m’a carrément répondu avec méfiance que c’est un secret et que tout se passerait sur internet. Alors question : la police, qui est chargée d’assurer la sécurité en ville, que fait-elle en dehors de s’arrêter aux carrefours avec des fusils d’assaut pour racketer les honnêtes citoyens ? Je pose la question parce que y’en a marre à la fin de voir que des investigations ne sont pas entreprises dans des cas aussi flagrants qui d’atteinte aux bonnes moeurs et de troubles à l’ordre public à la fois, doublée d’escroquerie à ciel ouvert. Franchement il faut traduire devant les tribunaux les auteurs et complices de cette forfaiture qui est en train de gagner du terrain dans le pays, et qu il se nourrit de la misère et de la crédulité des burkinabè. Si vous n’agissez pas, nous pourrions ne répondre de rien, parce que nous prendrons nous-mêmes les choses en main. Ceci est un appel au Général Kienou, DG de la police, mais en même temps un avertissement. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 20:22, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci, M l’abbé, pour cet article mais surtout pour les nombreuses références vérifiables qui nous manquent souvent pour expliquer ces activités sinon les dénoncer...

    Mais comme vous le dites, ce n’est pas toujours l’ignorance ou la pauvreté qui fait que les gens s’embarquent quand même mais bel et bien l’appât du gain rapide et le manque de morale. "D’accord, c’est une arnaque, mais moi, j’aurai le temps d’avoir mon gain avant que le système ne s’écroule" !

    Et bien sûr, tant pis pour ceux qu’il va entrainer dans son sillage et qui eux vont perdre... Le bien et le mal, cette vieille histoire...

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 20:31, par TAMA En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci beaucoup a l’auteur.
    C’est un fléau. beaucoup de gens ce sont laisses embrigader dedans. Quand un eclairé veut les avertir, tu deviens leur ennemi. J’appelle les pouvoirs publics au secours. Je connais des gens qui sont accrocs et qui passent des heures et des heures devant les ordinateurs et sur internet, croyant qu’ils seront facillement riches à travers ces réseaux d’arnaques. Ils refusent de travailler pour gagner leur vie. C’est très désolant.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 08:17, par levieux sage En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Abbé Kizito NIKIEMA.
    Après avoir attentivement lu votre article, je vous tire mon chapeau. merci également au "lefaso.net"
    On m avais convaincu de faire un crédit bancaire sur ma pauvre pension pour investir dans le "TRADING" et recevoir plus du triple en 3 mois.
    N’arrivant pas joindre les deux bouts, j’étais prêt a m’engager.
    Mon peuple périt par manque de connaissance. Osée4/6.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 08:27, par Gérard Manvu En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Tout flatteur vit , nul ne l’ignore , aux dépens de celui qui l’écoute. De plus j’ai un faible pour ce dicton anglais : Heaven helps those who help themselves .

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 09:41, par Serge Antoine BAMBARA En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Bonjour Abbée Kizito et merci pour ce rôle de berge si bien joué à travers cet article.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 10:28, par Adama En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Un article très intéressant. Merci l’Abbé pour avoir éclairé notre lanterne sur cette question de trading.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 10:43, par Sanfo Abdoulaye En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Cool. J’ai vraiment adoré et surtout l’objectivité du post . Un post impartial qui permet à tout individu averti de savoir dans quoi il s’engage et les risques qu’il encourt. Vraiment merci L Abbé.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 10:50, par Soumana En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci pour ce bel article bien documenté avec les preuves. J"ai par moment essayé de prevenir certains internauts sur l’escroquerie qui se cache derrière les annonce de rendement a taux en 2 chiffres. A chaque fois au bout de 2 a 3 commentaires mon compte est bloqué par les administrateurs. Preuve qu’il y a bel et bien escroquerie. Les gens doivent comprendre que l’argent facile n’existe pas. Ceux qui sont devenu riche avec la bourse ou le trainding etaient deja riche. La refference Warren Buffet etait millionnaire en dollars a l’age de 30 ans.Tout le monde le brandit comme la refference. Il suffit juste De lire ses livres et vous comprendrez. J’invite les gens a se former mēme sur le net il y a plein de video sur le trading. Un des plus celèbre est thami kabbaj

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 11:58, par a_mara En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Super éclairant Monsieur l’Abbé ! Je souhaiterai que cet article soit rendu accessible à tous les jeunes (en toutes langues et en langage facile) qui s’activent honnêtement dans leur emploi de commerçant, à ces jeunes pleins d’ambition qui voyagent à travers le monde pour améliorer leur conditions de vie pour ne pas se laisser tenter ou convaincre par ces marchands d’illusions.
    J’apprécie particulièrement le point 6. titré "Pourquoi ont-ils besoin de votre argent ?" Ce point doit faire réfléchir profondément sur la crédibilité des promoteurs des dits gains !
    Encore monsieur L’Abbé pour ce partage !

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 12:09, par Christian En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Il y a longtemps que je n’ai pas lu un article aussi professionnel que pertinent. Félicitations Abbé Kizito Nikiema et merci pour d’éclairer la lanterne de plusieurs.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 12:22, par PENGWENDE En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Congrats a Monsieur l’Abbé !
    Beaucoup de victimes croupissent deja dans la misere pour avoir voulu emprunter ce racourci tres dansgereux !
    J’avoue que j’ai failli etre victime malgre mon PhD, surtout que c’etait juste avant le gel des comptes de ces "arnaqueurs !?". Heureusement que j’ai eu le flaire et que mon epouse ne m’a jamais soutenu dans mon projet.
    Que ceux qui ont des oreilles ecoutent et que ceux qui savent lire lisent bien entre les lignes !

    Eau de roche, MERCI BEAUCOUP MONSIEUR L’ABBE.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 12:41, par One punch burkinbilaman En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Moi je pose souvent la questions aux crédules. Est ce que si on pouvait se faire tant d’argent en si peut de temps, est ce que la faim et la misère seraient encore de ce monde ? Pourquoi les gouvernements ou les banques n’auraient pas depuis multiplié leurs ressources à l’infini pour distribuer ça gratuitement au peuple ? Mais bon, c’est malheureusement difficile de débattre avec des quasi analphabètes financiers qui veulent se croire capables de devenir des traders internationaux avec une petite formation (arnaque) de quelques jours.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 14:54, par Jonassan En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci mr l’abbé. Je suis heureux de constater que les escrocs ne gagneront pas la guerre. Cette jeunesse est frileuse quand il s’agit des questions de foi alors qu’elle est unanime et dévouée quand il est question d’argent. C’est une mentalité installée pour détruire en nous l’africain (le social) et pervertir l’Européen (la répartition calculée des richesses). Personne ne sait que l’intégrité est une richesse en croissance par l’avènement de sa rareté. Le Burkina aurait pu devenir l’Eldorado, hélas !
    Le marché financier n’est pas la seule arène de ces Bernard Madoff il y’a également le foncier. Souvent ces charognards jouent sur les deux terrains à la fois avec les mémés tactiques.
    - l’État doit agir,
    - La société doit agir
    - Je dois agir en formant les jeunes au trading et en leur apprenant que trading signifie commerce et rien de plus. Et quand on demande au commerçant si ça va, il vous répond, un peu. 100% de bénéfice, il vous dira jamais, même s’il vient de Dubaï.
    - La presse aussi doit agir, il ne faut pas traiter à la légère les questions financières, il faut vous cultiver.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 15:04, par Peace En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Bonjour et merci beaucoup pour cet article qui va sans doute aider beaucoup de personnes à s’abstenir de mettre leur argent dans des arnaques de tout genre. Pour être du domaine, il n’est pas donné à n’importe qui de faire le trading du forex. Contrairement à ce que beaucoup pense, le trading du forex n’est pas un jeu de hasard où on pari sur la baisse ou la hausse du cours des devises. C’est un métier qui nécessite une formation de pointe et des compétences particulières. Pour espérer réussir dans le trading, il faut être très bon en maths et avoir de solides connaissances en ingénierie financières pour faire des calculs complexes. A titre d’exemple, 73% des traders ayant de solides connaissances sur le trading perdent leur argent. C’est très risqué.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 15:29, par A. JUDICAEL LEON SANA En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Cet article est bien intéressant et formateur dans le sens où il attire l’attention des plus novices sur l’arnaque et les systèmes de ponzi qui polluent l’internet et les réseaux sociaux, et malheureusement ont fait de nombreux victimes.
    A cela s’ajoute la réalité du trading et l’avenir de l’économie numérique qui demandent à ce que tout curieux parte à la quête de l’information. Le monde évolue à une vitesse incroyable. Dans des années à venir on parlera plus des cryptomonaies, des monnaies numériques. Vous ne pouvez pas (les ignorants) imaginer les avantages de ces nouvelles technologies du numérique et de la décentralisation de la monnaie tant que vous ne méner pas la moindre recherche. Nous avons la chance de disposer d’un grand outil de recherche de nos jours qui est GOOGLE. Tous ces mots clés cités dans l’article, j’invite chacun à aller cliquer et s’approcher des spécialistes du domaine pour leur point de vue aussi. Le Faso.net devrait aussi avoir l’avis, le point de vue des experts pour les lecteurs que nous sommes, sinon la réflexion sera unilatérale et sans fondement. Cela n’a rien à voir avec la cupidité ou assoiffé d’argent.
    Le monde évolue et à une grande vitesse grand V qui nous demande aussi de l’adaptation. Monsieur l’Abbé, vous allez m’excuser on est obligé de s’y adapter.
    La BLOCKCHAIN, les CRYPTOMONAIES, la DEFI, les PLATEFORMES D’EXCHANGE sont l’avenir de l’économie numérique et du développement.
    De l’autre côté du monde (ASIE, EUROPE, USA) les choses avancent plus vites et l’actualité me le confirme aussi.
    Je demande à tous de faire de recherches approfondies dans le domaine du TRADING et des CRYPTOMONAIES car le risque existe certes mais leurs retombées en valent la peine.
    Et pour terminer voici quelques mots clés : BLOCKCHAIN, BITCOIN, COINBASE, COINMAMA, COINMARKETCAP, ETORO, BINANCE, ...
    Ceci est mon point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 15:50, par SANA A JUDICAEL LEON En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    En 2009 1bitcoin coutait seulement 0.001$ et aujord’hui 1BTC = 12911$ Cf Google ou coinmarketcap.com
    Imaginez en ce moment si vous detenez ne serait-ce que 100BTC soit l’équivalent de 1$ depuis 2009 ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 16:30, par Eric En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Je voudrais juste féliciter l’auteur pour l’article combien riche. Pour ce qui est des journalistes, espérons qu’ils n’attendent pas d’être victime pour s’intéresser au sujet !

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 16:51, par Alain En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Felicitations pour ce texte (Plein de recherches). Voilà quelqu’un qui a vraiment travaillé son texte

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 17:34, par Yacouba SANOU En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Très bien merci à vous Curé. Je manque de mots et d’expression pour exprimer mon soulagement et mes sentiments. J’ai cependant très mal car "les africains ne lisent pas". Encore merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 17:36, par Yacouba SANOU En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Je m’en vais faire le maximum de partage pour jouer ma partition. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 19:19, par Danton En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Pour une fois que les 25 premiers posts du forum sont unanimes pour reconnaître la pertinence du sujet et la qualité de la publication, nous n’attendons plus que la réaction des doyens Kôrô Yamyélé et son ami Ka.

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre à 08:30, par TitoChtx36 En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Merci pour votre contribution, cher Abbé Kizito.
    Ceci n’est pas qu’un simple acte chrétien de soutien moral et social en éveillant les conscience.
    Cet acte militant que vous faites, permet à plusieurs familles, régions, et même plusieurs pays, de prévenir les coûts sociaux et économiques qu’un tel désastre peut générer dans les sociétés.
    Surtout les sociétés dans lesquelles plusieurs de nos concitoyens vivent, avec des dirigeants démissionnaires de leurs obligations de protéger les populations.

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre à 09:17, par Victor VALIAN En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Bonjour,
    Merci et Félicitations à l’auteur de cet article. Votre article est riche, complet et pertinent. Je souhaite que l’article soit re-publié plusieurs fois pour éclairer encore et encore l’opinion et éviter que beaucoup soit pris au piège. Encore Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre à 19:43, par Sie Arsene Hien En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Je suis beaucoup perplexe quant à cet article, mêlé mêlé. Il y a une vraie confusion dans le déroulement des explications. Un adage dit à connait à demandé. Le Trading est commerce qui est légal où tu peux prendre ton capital ou en faire du profit. Ce que celui-là a oublié c’est que certaines institutions des nations et ONG ont même recours aux instituts de Trading pour solliciter des dons. Je me garde le droit de ne pas mentionner de noms. Il faut que les burkinabè apprennent à rechercher la connaissance en ces temps de NTIC. Profit25 et QNET n’ont rien de commun avec le Trading. D’ailleurs même toute activité humaine est tachetée de vrai et de faux n’empêche que l’on continue de gérer le Faux et le Vrai. Ma contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 08:02, par Jules En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    J’ai lu avec grand intérêt l’article du prélat. J’ai remarqué qu’il a mis des mois pour le rédiger. Le critiquer à la volée ne me semble pas relever du bon sens. J’apprécie vraiment le fait qu’il veuille mettre les gens en garde contre les faux fonds d’investissement en montrant comment les reconnaitre. Mais je suis resté sur ma faim quant à savoir comment reconnaitre les bons fonds d’investissement, exemple à l’appuie bien-sûr comme il en a été pour les premiers.
    Cela n’a rien à avoir avec le fait que je suis membre investisseur de Liyeplimal de GIT, un des fonds d’investissement qu’il diabolise. Non. Mais pour une appréciation plus objective de l’article un certains nombre de question doivent être posées
    - Qui est l’abbé Kizito Nikiema ? Est ce un spécialiste du domaine financier et ou du marketing relationnel ?
    - A t il été une fois dans un des ces "réseaux" ? Où s’est il contenté des "on dits" et sources informatiques ? A t il vécu l’expérience ?
    - Concernant spécifiquement Liyeplimal, a t il lu le contrat d’adhésion qui spitule qu’en cas d’éventuel problème le capital investi est entièrement remboursée plus 2% en guise dédommagement sans préjudice de poursuites ? S’il l’a lu pourquoi n’en parle t’il pas ?
    - Les exemples d’actions dites de transparence qu’il donne correspondent t’ils à ce qui est fait dans le marché financier ordinaire ? Est ce qu’une banque vous dit ce qu’elle fait de votre argent pour payer vos intérêt ? Publie t’elle la liste de ses investisseurs ? Est-ce parce qu’une société fait des milliards qu’elle distribue à tout monde ? Au passage Jeff Bezos pèse à lui seul 202 milliard de dollars.
    Bref. Que chacun se pose toutes ces questions et bien d’autres pareilles sur cet article.
    Moi personnellement, j’en retiens que M. L’abbé fourre l’ivraie et le blé dans le même sac. Le pire dans tout ça c’est qu’il ne connait que l’ivraie. Il ne sait même pas à quoi ressemble le blé. Dans le domaine du marketing relationnel en général et celui des investissements en particulier, il y a eu et il y a encore beaucoup de faux. Mais de vrais existent. Il suffit de faire soit même ses propres recherches sur la chose, consulter des spécialistes là dessus et vous allez éviter l’arnaque.
    En ce qui concerne Liyeplimal, je peux vous assurer, ça n’a rien à avoir avec un ponzi. Je demeure à votre disposition pour vous éclairer davantage.

    Répondre à ce message

    • Le 25 octobre à 14:42, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

      Monsieur Jules, deux remarques :

      1°) Dans la vie, chacun joue son rôle. Monsieur l’abbé, en tant que guide spirituel, se voit questionner par rapport à ces "investissements". Il répond que non seulement ce n’est pas chrétien de vouloir gagner beaucoup d’argent sans travailler (le "haram" des musulmans), mais que la plupart de ces offres sont des escroqueries. Ce rôle de trouver les soit disant "bons" filons pour les conseiller aux gens que vous voulez lui assigner n’est pas le sien.

      2°) Disons les choses clairement : Un spéculateur (ou trader si vous préférez) sachant utiliser l’effet de levier peut faire du 1000% sur un investissement, par hasard, par chance, par concours de circonstances, par délit d’initié ou tout cela en même temps.
      Mais prétendre réaliser de façon SURE, PERMANENTE et sur plusieurs mois des performances supérieures à 300% en spéculant sur l’économie réelle, des monnaies, furent-elles virtuelles, ou des valeurs mobilières est un pur mensonge. Cela est économiquement, financièrement, statistiquement IMPOSSIBLE et on peut le démontrer trivialement mathématiquement. Que cela soit écrit dans un contrat ne change rien à cette réalité, et ceux qui ont leur argent "bloqué" (pour toujours) dans plusieurs de ces officines malgré ces "contrats" sont là pour en témoigner.

      "Certains ont eu" me direz-vous. C’est justement parce que certains ont eu gain de cause alors qu’aucune activité financière ne peut produire ces sommes qu’il ne reste que deux possibilités :

      A/ Le blanchiment de capitaux. L’argent sale provenant de la piraterie, des attaques à main armée, de la prostitution, de la drogue, du trafic d’armes et d’organes ou des jeux illégaux a besoin de devenir "légal" en passant par des sociétés officielles. Pour cela les criminels sont prêts à perdre une bonne partie de leur argent en "frais" et des spécialistes montent des sociétés pour les aider à faire cela. Mais ces gens n’iront jamais attirer l’attention en offrant des intérêts supérieurs à l’usure ou en faisant appel au public ce qui oblige les états et banques centrales à s’en mêler.

      B/ Ce sont des pyramides de Ponzi ou de Madoff tels que cet article l’explique.

      Alors au lieu de nous développer les "garanties" de votre "contrat" dans ce forum, répondez simplement à la question de monsieur l’abbé : Si c’est si juteux, POURQUOI avez-vous besoin de l’argent des autres alors que vous pouvez multiplier par vos investissements "sûrs" et à 3000% le capital que vos avez mis à créer votre société ???

      Répondre à ce message

  • Le 26 octobre à 06:00, par Lom-Lom En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Internaute Jules, au lieu de chercher à savoir si Mr l’Abbé est spécialiste ou pas dans votre domaine, je crois que si vous l’êtes pas d’accord avec ce qu’il affirme, vous êtes libre de produire un article pour démonter point par point ce qu’il a dit. Quittons dans l’affaire des Diplômes (certains sont du reste mal acquis) et attachons-nous à l’objectivité des disserteurs. On espère pouvoir lire bientôt votre article avec autant de références comme l’a fait Mr l’Abbé. Sinon, votre critique risque de voler et s’évanouir dans le vent !

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre à 12:34, par Kaboré En réponse à : Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt

    Le trading n’a rien avoir avec le crowdfunding de nombreuses sociétés et startup dans les pays occidentaux ont été lancé grâce au crowdfunding qui constitue en fait ce que nous appelons du financement participatif pour fonder des entreprises et start-up concrète. Le crowdfunding est l’une des solution les plus efficace dont l’Afrique a besoin pour lancer de grande entreprises par elle même. Au cas contraire, ce sont les institutions internationale ainsi que les banques qui continueront de s’enrichir, au détriment de la population. Vous avez oublier de mentionner que les banques offrent des taux d’intérêt. Vous etes vous déjà poser la question Comment le font t’il ?
    En plus la valeur du taux d’intérêt en banque augmente en fonction de votre budget, ainsi seul les plus riches peuvent bénéficier des faveurs au détriment des plus pauvres.
    Allez visitez des sites internet occidentaux telle que kisskissbankbank qui ont permis de lancer des sociétés partout dans le monde et même dans notre pays le Burkina Faso.
    Le véritable problème est l’absence d’éducation financière de la population , la pauvreté de la population. Si ces sociétés de finances ont pris de l’ampleur celà signifie qu’il y’a un réel besoin de la population. Sans pour autant encourager les arnaques j’exhorte la population a plus d’éducation financière.
    Chaque entreprise, pays aura tendance à préservé ses intérêts , les média aussi savent détecter les articles qui fairont polémique d’où celui-ci, toute fois il serait aussi utile de faire des articles pour permettre de relancer l’économie du pays au lieu de juste dénoncer des cas et de faire la promotion de quelque site .
    En matière d’investissement le risque 0 n’existe pas, et même les banquiers le savent, c’est pourquoi ils ne prêtent de l’argent qu’à ceux qui en ont. Le financement participatif quant à lui permet au de résoudre les grand problèmes de la société . En effet lorsqu’une personne donne ou investi de l’argent dans un crowdfunding, il ne s’attend à rien en retour sinon la réalisation du projet auquel il participe.
    Rédigée s’il vous plait des articles permettant d’ameliorer la vie des hommes du pays.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sociétés commerciales : L’Agence burkinabè des investissements instruit les actionnaires minoritaires sur leurs droits
Corruption dans l’administration des douanes au Burkina : Un programme anti-corruption mis en place pour inverser la tendance
Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina
Investir au Burkina : La protection des actionnaires minoritaires préoccupe l’Agence burkinabè des investissements
Projets et programmes communautaires : Le Burkina Faso dans le viseur des experts nationaux et de l’UEMOA
Production de miel au Burkina : Les acteurs disposent désormais d’un référentiel technico-économique
Journée africaine de la statistique : Déclaration de Lassané Kaboré, ministre de l’Economie et des Finances
Filières économiques porteuses : La bonne moisson du Réseau des producteurs de beurre de karité
Élections 2020 au Burkina : Une mission conjointe de la CEDEAO et de l’Union africaine salue le dispositif mis en place
20e Concours d’agrégation en médecine : Le Dr Aimé Sosthène Ouédraogo sacré meilleur lauréat
Hauts-Bassins : L’ONG Action contre la faim plaide pour une amélioration des services WASH dans les centres de santé
Kagalo : Le projet qui veut renforcer la participation des femmes dans les sphères de prise de décision
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés