Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Festival Ouaga Doré : La culture et le commerce de l’or à l’honneur

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • vendredi 16 octobre 2020 à 17h59min
Festival Ouaga Doré : La culture et le commerce de l’or à l’honneur

Le ministère des Mines et des Carrières en collaboration avec la structure Gold West Africa, a procédé ce vendredi 16 octobre 2020 à Ouagadougou, au lancement de la première édition du festival Ouaga Doré. C’est un événement qui a pour ambition de magnifier l’étoile jaune. Durant deux semaines au musée national, les acteurs du secteur vont se rencontrer, partager leurs expériences et vendre leurs produits.

Le Burkina produit chaque année une grande quantité d’or. Malheureusement, l’utilisation du métal jaune est peu développée dans les styles de vie des Burkinabè. Pourtant, Ouagadougou fut une ancienne route commerciale où s’échangeaient l’or, les épices, l’indigo, les cotonnades, etc. Pour remédier à cette situation, le ministère des mines en collaboration avec la structure Gold West Africa a initié un festival dédié uniquement à l’or. Il s’agit de « Ouaga Doré ». Le lancement officiel de l’activité est intervenu le vendredi 16 octobre 2020.

les participants ont visité les stands pour voir les produits faits avec de l’or

Pour le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, la production aurifère a augmenté. Mais, selon lui, même si ces résultats sont fort intéressants, il est nécessaire de mettre l’accent sur la valorisation du métal jaune au niveau national. Cette action à en croire le ministre, vise à tirer une plus grande valeur ajoutée dans un premier temps et de promouvoir son utilisation par les populations.

Pour que cela soit une réalité, se convainc Oumarou Idani, « Ouagadougou doit redevenir une plaque tournante pour le commerce de l’or et des produits et ouvrages en or. »

Oumarou Idani, ministre des Mines et des Carrières

Avec Ouaga Doré, le ministre entend jeter les bases d’un événementiel de référence dans la sous-région qui pourra s’intégrer facilement dans la Semaine des Activités Minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO). Le festival met en valeur la culture et le commerce de l’or. C’est une initiative qui enthousiasme le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango. Il a rappelé que l’or et la culture sont intimement liés à travers la pratique et l’histoire. Il se réjouit donc que le festival fasse briller d’or le musée national. Il souhaite l’établissement d’un partenariat entre l’or et la culture à travers cette activité.

Plusieurs objets sont exposés au musée national pour deux semaines

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kabore, présent lui aussi à la cérémonie, a salué la ténue de l’activité. Pour lui, ce cadre va permettre aux bijoutiers burkinabè de créer des passerelles. Selon lui, les rencontres pourront renforcer les capacités des acteurs locaux. Il espère avoir une rue spécialement dédiée aux produits faits à base de l’or made in Burkina. Il croit savoir que cela pourrait créer davantage de richesses.

Les ministres de Culture et du Commerce ont pris part à la cérémonie de lancement du Festival Ouaga doré.

C’est la visite des stands qui a mis fin à la cérémonie d’ouverture qui a connu la présence du secrétaire d’Etat des mines et de l’acier du Nigeria. Les participants ont pu observer des produits fabriqués avec de l’or. Il s’agit des bijoux, des tableaux, des ustensiles de cuisine… Débuté le vendredi 16 octobre 2020, le festival Ouaga Doré refermera ses portes le 30 octobre prochain.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cinéma : Le réalisateur Zacharie Nikiema fait la promotion de l’entrepreneuriat avec son film « Mariage à tout prix »
Culture : « Le cinéma burkinabè était bien parti, mais il risque de retomber », Justin Ouindiga dit GSK, comédien
Café littéraire : La commune de Ouagadougou veut éveiller le goût de la lecture chez les élèves
Journées cinématographiques franco-burkinabè : Des films des deux pays projetés au profit des jeunes
Cinéma africain et de sa diaspora : Girley Charlène Jazama de la Namibie sacrée Sotigui d’or 2020
Culture : Les acteurs du théâtre tiennent leurs grandes assises nationales
Culture et tourisme au Burkina : Tahirou Barry promet 185 milliards de Fcfa aux acteurs
Festival ciné droit Libre : La population de Koudougou sensibilisée pour la tenue d’élections apaisées
Cinéma : Yacouba Napon dit MCZ projette son « élection présidentielle 2025 »
Patrimoine culturel burkinabè : L’université Joseph KI-Zerbo scrute les risques majeurs du secteur
5e édition de Ouaga film lab : Des porteurs de projets en développement décrochent une vingtaine de bourses
Covid-19 : « Son impact va se ressentir sur les droits d’auteur à repartir en 2021 », dixit Wahabou Bara, directeur général du BBDA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés