Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout ce qui vaut la peine d’être fait mérite et exige d’être bien fait» Comte de Chesterfield

Pôle de croissance de Bagré : Désormais un centre pour faciliter les affaires

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 11 décembre 2019 à 09h30min
Pôle de croissance de Bagré : Désormais un centre pour faciliter les affaires

En marge des festivités du 11 décembre 2019, le ministre du Commerce, Harouna Kaboré, a lancé officiellement le Centre de facilitation des affaires de Bagré (CEFAB), le mardi 10 décembre 2019. Ce centre, comme son nom l’indique, va permettre aux usagers de faire leurs démarches administratives d’installation des investisseurs et la délivrance des licences d’affaires ou agréments techniques dans un court délais.

Plus besoin de parcourir Bagré-Tenkodogo ou Bagré-Ouagadougou pour se procurer une licence d’affaire ou un agrément technique. Ce mardi 10 décembre 2019, le Centre de facilitation des affaires de Bagré (CEFAB) a vu officiellement le jour, au sein de la Maison de l’entreprise de Bagré, dans la province de Boulgou, dans la région du Centre-Est.

Le CEFAB a pour mission principale de soutenir tout investisseur désirant faire des affaires dans la zone du Projet Pôle de croissance de Bagré (PPCB). Ce que les chefs d’entreprises attendent, c’est la réduction des délais, des cours des actes, la facilité de les obtenir et faire leurs affaires, a rappelé le ministre du Commerce, Harouna Kaboré. C’est pourquoi, le CEFAB va jouer le rôle de relai dans sa circonscription pour l’obtention de tout document administratif ou agrément technique nécessaire à l’exercice de son activité économique.

« En effet, comme son nom l’indique, le CEFAB est un guichet unique créé par l’Etat en vue de soutenir tout investisseur à Bagré, notamment par la facilitation et la simplification des formalités d’obtention de tout document administratif ou agrément technique nécessaire à l’exercice de toute activité économique », a déclaré le ministre Harouna Kaboré.

Et le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, ne dira pas le contraire. Le temps est précieux. « Aujourd’hui, il y a des coopératives qui sont là et ont besoin de leurs documents pour être reconnu, avoir des crédits en banque et s’engager véritablement dans la production agricole au niveau de Bagré. Ce centre est le bienvenu, car il permettra à Bagré de répondre rapidement aux attributions que le gouvernement lui a conférées », a-t-il indiqué.

Réduction de coûts pour les investisseurs

Selon le directeur général de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso, Lassina Ki, toutes les formalités administratives en termes d’agréments accordés se feront dans le même centre qu’est le CEFAB. « L’objectif est de faire en sorte que toutes les formalités s’accomplissent en un seul endroit avec un seul interlocuteur et au moindre coût. Ainsi, les coûts ont été revus à la baisse. Le simple fait que les créateurs d’entreprises ne se déplacent à Tenkodogo ou à Ouagadougou pour rechercher leur autorisation, constitue aussi une réduction des coûts parce qu’on leur épargne certaines dépenses ».

« En ce jour, c’est le lancement officiellement, sinon il y a un travail qui est déjà fait au préalable », a rassuré la présidente du comité de gestion du CEFAB, par ailleurs secrétaire générale du premier ministre, Yvonne Rouamba. Pour elle, le CEFAB va contribuer à améliorer l’environnement des affaires pour les promoteurs économiques et renforcer la confiance entre l’administration et les opérateurs économiques.

Le Centre de facilitation des affaires de Bagré (CEFAB) est un guichet unique créé le 28 août 2015 par décret n°2015-1039/PRES-TRANS/PM/MICA/MEF avec l’appui de la Banque mondiale dans le cadre du Projet Pôle de croissance de Bagré (PPCB). Les missions qui lui sont assignées embrassent tous les secteurs d’activités qui vont de la santé à l’enseignement en passant par l’environnement et l’agriculture. « Ce sont les domaines essentiels pour une zone agro-sylvo-pastorale (Ndlr) ».

« Le CEFAB est un vecteur dont les actions doivent impulser de nombreuses réformes dans le domaine des affaires », a conclu le ministre du Commerce, Harouna Kaboré.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel à candidature pour le recrutement externe d’agents judiciaires adjoints de l’Etat (AJAE)
Appel à candidature pour le recrutement interne d’agents judiciaires adjoints de l’Etat (AJAE)
Situation économique : La majorité des Burkinabè ne sont pas satisfaits, selon un sondage d’Afrobarometer
21e conférence des agents comptables des EPE : L’informatisation de la tenue comptable au cœur des échanges
Lutte contre la fraude fiscale : La direction générale des impôts forme des agents sur l’usage de la facture normalisée
Economie et finances : Plus de 839 milliards de francs CFA mobilisés au premier semestre 2020
Etablissements publics de l’Etat : La qualité des services sera au cœur de l’assemblée générale de 2021
Mutuelle des travailleurs du fisc : La 5e assemblée générale se penche sur le système du tiers-payant
Economie : Le ministre Harouna Kaboré veut développer une « industrie locale » autour de la BRAKINA
Economies africaines : Le COVID-19 a inversé les prévisions de forte croissance, selon la Banque africaine de développement
Climat des affaires : Le Burkina veut améliorer son score
Impact économique du Coronavirus : 68% des femmes de Ouagadougou ont ressenti l’insécurité alimentaire dans leur famille
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés