LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina/Promotion du consommons local : Le président de l’ALT, Ousmane Bougouma, salue le savoir-faire de la SN-Citec

Publié le mardi 30 avril 2024 à 12h40min

PARTAGER :                          
Burkina/Promotion du consommons local : Le président de l’ALT, Ousmane Bougouma, salue le savoir-faire de la SN-Citec

Le président de l’Assemblée législative de transition (ALT), Dr Ousmane Bougouma, a effectué une visite au sein de la doyenne des industries burkinabè dans l’après-midi du lundi 29 avril 2024. A travers cette visite, Dr Bougouma a voulu témoigner sa reconnaissance à l’endroit du personnel de la SN Citec et lui adresser ses félicitations et encouragements pour le travail abattu. Une manière, selon lui, de soutenir la production et la consommation locale.

La visite du président de l’Assemblée législative de transition au sein de la Société nouvelle huilerie et savonnerie Citec (SN-Citec) s’inscrit dans une dynamique de soutenir les entreprises locales. C’est donc pour encourager le personnel de cette unité industrielle que Dr Bougouma est allé à la découverte de la SN Citec. Aussi à travers cette visite, il a pu toucher du doigt le fonctionnement de cette industrie qui fait la fierté des Burkinabè.

Le président de l’ALT, Ousmane Bougouma, à la découverte de la SN-Citec

En effet, cette société de droit privé burkinabè est la première industrie du Burkina Faso opérant dans le secteur des oléagineux, à travers la production d’huile alimentaire, de tourteaux de coton et des aliments pour bétail à base de graines de coton. Elle produit également du savon de ménage à base de matières premières importées de la sous-région.

La SN-Citec dispose aujourd’hui d’équipements techniques modernes de la plus récente génération pour la trituration de toutes graines oléagineuses. Ce qui lui permet de mettre à la disposition de la population des produits finis de qualité. Ainsi, de l’administration au laboratoire et contrôle qualité, en passant par la zone du pont bascule, à l’aire de stockage, puis à l’unité de l’huilerie et la savonnerie, toutes les installations ont été visitées par le président de l’ALT et sa délégation. Toute chose qui leur a permis de toucher du doigt le fonctionnement de la SN-Citec.

Une vue des produits finis (huile alimentaire Savor), prêts à la consommation

Au terme de la visite, Ousmane Bougouma se réjouit du travail abattu au sein de cette unité. Il a saisi aussi l’occasion pour encourager l’ensemble du personnel pour sa résilience et son engagement. « Nous avons visité l’unité de production d’huile, de savon et le laboratoire. Il nous a été donné de voir une équipe composée exclusivement de Burkinabè qui travaillent nuit et jour pour transformer des produits locaux afin de mettre à la disposition du consommateur burkinabè, des produits de qualité. C’est une façon pour nous de saluer ainsi la résilience de la doyenne des industries burkinabè parce que la SN-Citec a été créée en 1941 et surtout saluer l’abnégation au travail de nos devanciers qui nous ont légué un fleuron de l’industrie burkinabè », a-t-il laissé entendre.

Dr Ousmane Bougouma a salué la résilience de la SN-Citec face aux difficultés rencontrées

Il a par ailleurs salué l’expertise de l’ensemble des agents qui travaillent sous la houlette du directeur général, Ibrahim Traoré. Pour Dr Bougouma, la SN-Citec est à féliciter pour sa résilience car, dit-il, malgré les difficultés rencontrées, l’unité arrive toujours à mettre sur le marché des produits de qualité. La délégation parlementaire a pu toucher du doigt les difficultés rencontrées par la SN Citec. La grosse difficulté est liée donc à la rareté de la matière première qui empêche l’usine de fonctionner à temps plein. « Aujourd’hui, l’unité tourne à peine à 40% de ses capacités de production et malgré tout, elle fait des bénéfices », a souligné le chef de la délégation parlementaire.

Des emballages de savon SN Citec

Il estime que si cette unité de production est correctement accompagnée par l’Etat burkinabè, l’on peut effectivement transformer substantiellement. C’est une unité qui participe au développement endogène puisque la matière première est produite au Burkina Faso et toute la production burkinabè s’adresse au consommateur burkinabè et l’Etat burkinabè est aussi partenaire dans la structure du capital social. « Il est bon de soutenir cette unité industrielle afin qu’elle puisse grandir davantage pour le bonheur des consommateurs burkinabè et pour le développement de notre économie », a-t-il souhaité.

La délégation en visite à l’unité de savonnerie de la SN-Citec

Une visite saluée à sa juste valeur

Cette visite du président de l’ALT est fortement appréciée par le directeur général de la SN-Citec et l’ensemble du personnel. Pour le directeur général de la société, Ibrahim Traoré, cette visite est une source de motivation. Elle constitue, selon lui, un appel à continuer dans la résilience, à faire en sorte que les intérêts de toutes les parties prenantes continuent d’être satisfaits au bonheur des populations. Pour le directeur général, la SN Citec est aujourd’hui un modèle de partenariat public-privé et aussi un modèle économique et commercial au profit des parties prenantes.

La délégation parlementaire a visité le laboratoire et contrôle qualité de la SN-Citec

« La difficulté principale est liée à la mobilisation de la matière première que ça soit la graine de coton ou la graine de soja, nous rencontrons des difficultés pour avoir les quantités à même de couvrir les capacités installées de la société qui sont de l’ordre de 120 000 tonnes de matière oléagineuse et pour environ 22 500 000 litres d’huile par campagne avec une possibilité de travailler 11 mois sur 12 mois possibles », a expliqué le DG Ibrahim Traoré.

Le directeur général de la SN-Citec, Ibrahim Traoré, se réjouit de la visite du président de l’ALT

A l’en croire, ces dernières années, la SN-Citec travaille en moyenne trois mois sur onze possibles ; ce qui démontre la difficulté que la SN-Citec rencontre dans la mobilisation des matières premières afin d’apporter sa contribution à l’atteinte de la sécurité alimentaire. Il souhaite que l’ALT puisse accorder au gouvernement, l’ensemble des moyens législatifs à même de travailler à organiser l’ensemble des filières au Burkina Faso.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Après la ministre Nancy, voici le président de l’ALT pour se "promener" à Bobo. Depuis, une semaine, ce gouvernement fait quoi à part se pavaner à Bobo. Pendant ce temps, les terroristes continuent leur travail dans la Tapoa profonde par exemple !
    Les problèmes d’approvisionnement de la SN CITEC ne datent pas d’aujourd’hui. Une usine qui travaille 3 mois par an ne peut être rentable ou alors ces produits ne sont pas compétitifs !

    • Tu as certainement une haine viscérale contre la transition actuelle sinon j’ai cherché vainement à établir le lien entre la presence du président de l’ALT et du ministre Nancy à Bobo et le problème du terrorisme dans la Tapoa profonde

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus