Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 10 juillet 2019 à 23h10min
 Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce  une coalition d’OSC

Dans la matinée du mercredi 10 juillet 2019, un consortium d’organisations de la société civile a tenu une conférence de presse, à Ouagadougou. Le consortium regroupe le Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement, l’Association kogle-zanga, l’Association mobilisation emploi et la solidarité au Burkina Faso, l’Association pour l’émergence locale, l’Association pour les arts, la culture et le développement au Burkina Faso. Les conférenciers ont voulu ce face-à-face avec les journalistes pour donner leur opinion sur l’affaire de fraude présumée de charbon fin et la gouvernance minière en général.

Pour le président de la coalition, Issiaka Ouédraogo, qui a animé la conférence de presse, le Burkina Faso a fait son entrée officielle dans le cercle des pays producteurs d’or, il y a plus d’une décennie. « Porteur d’espoir de développement économique et social à ses débuts, le métal jaune s’est rapidement affirmé comme un bon filon qui n’a pas failli à sa réputation. Il est même devenu l’un des principaux produits d’exportation au Burkina Faso », a souligné Issiaka Ouédraogo. Selon les derniers chiffres donnés par les autorités, la production d’or en 2018 est en hausse d’au moins 15%. Cela préfigure une élévation progressive du cours de l’or sur les moyen et long termes.

Cliquez ici pour lire aussi Gouvernance minière : « Les burkinabè ont le sentiment d’être pauvres de leur richesse », déclare Issiaka Ouédraogo, président du Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG)

Paradoxalement, l’exploitation de l’or, sensée unir les Burkinabè, est devenue un sujet de controverses et de discorde. À titre illustratif, M. Ouédraogo a cité l’affaire de fraude présumée sur du charbon fin qu’une société de la place aurait tenté de soustraire illégalement au contrôle, en début d’année. Face aux révélations des uns et au démenti des autres, la coalition exige une contre-expertise afin d’apporter la lumière sur la question.

En guise de cheminement, préconise-t-il, « la commission d’enquête doit se baser sur les recherches, enquêtes, investigations et rapports déjà établis sur le sujet. Ses conclusions devront s’imposer à tous et les éventuels mis en cause, qui devront en tirer les conséquences. »

« On doit tout faire pour protéger les nationaux sur les sites miniers »

Évoquant les plaintes des populations qui vivent dans les zones concernées par l’exploitation de l’or, mais également celles des travailleurs nationaux des différentes sociétés minières, le conférencier a révélé que « ces derniers souffrent le martyre, avec des méthodes qui ne laissent aucun doute quant à une discrimination réelle et effective basée sur des conditions subjectives de traitement salariales, fondées sur le sexe, la couleur de peau, la nationalité ». Avant de dénoncer le laxisme des moyens de contrôle mis en place par l’État. Pour la coalition, il y a de toute évidence une spoliation des intérêts du pays, comparativement à ce qui se passe dans d’autres pays africains où les intérêts nationaux sont mieux protégés.

« Nous mettons en cause la relecture du code minier »

Mais ce n’est pas tout. La relecture du code minier, qui était censée apporter un rééquilibrage, doit faire face à l’hostilité des sociétés minières dont certaines font du chantage sur le pays en menaçant de limiter leurs investissements, ajoute M. Ouédraogo, qui rappelle par la même occasion que le sous-sol du Burkina appartient au Burkina Faso.

Il s’agit, selon lui, « d’une question de souveraineté nationale, de sécurité nationale et stratégique, que les autorités doivent avoir le courage de défendre. Cela, pour éviter d’hypothéquer à jamais l’avenir de millions de Burkinabè sur l’autel des investissements privés. Ceux-ci sont certes utiles et importants, mais ils doivent se faire dans un cadre respectueux de notre souveraineté et du bien-être de nos populations. »

Dans cette perspective, le partage des revenus tirés de l’exploitation du sous-sol national doit, à l’en croire, se faire dans l’équité et dans la transparence.

Les membres de la coalition demandent aux autorités burkinabè d’accroître les capacités opérationnelles de contrôle et de surveillance qui, selon eux, sont très dérisoires, comparées à l’ampleur de la tâche à accomplir sur le terrain par les agents.

Ils recommandent également que les mécanismes de contrôle soient revus, corrigés et actualisés pour être pertinents et en phase avec la gestion moderne attendue d’un secteur comme celui du sous-sol. Enfin, ils appellent les pays d’où sont issus certaines de ces sociétés minières à prendre des mesures qui s’imposent afin de ne pas rester complices d’éventuelles dérives dont elles porteraient la responsabilité devant l’histoire.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 juillet à 07:57, par Un Burkinabê En réponse à : Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC

    Ce n’est pas parce que vous êtes des profanes du secteur minier que vous devrez également ignorer les règles élémentaires du business.
    1- Suis d’accord avec la mise en place d’une structure forte de contróle et de suivi des engagements et des lois minières dans notre pays (respect du soutien aux universités en octroyant des stages aux étudiants et respect du quota de stagiaires, respect du quota de l’expertise nationale, respect de la durée de séjour des travailleurs expats., introduction de permis de travail et de titres de séjour pour les travailleurs expats. du secteur minier, etc...)
    2- Je ne vous soutien pas en ce qui concerne l’affaire "charbon fin" qui je suis convaincu est une mauvaise pub. pour notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 15:37, par Bravo Echenique En réponse à : Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC

    El caso, es que las élites gobernantes que están a favor de las empresas transnacionales, son cómplices el aceptar que violen su soberanía y le roben sus recursos naturales, humanos, etc. para satisfacer a unos pocos. Hay que luchar por la independencia definitiva de la metrópolis. Si Tomas Sankara, estuviese vivo, fuera otra cosas. saludos venceremos.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Société minière de Sanbrado (Somisa SA) : Une convention pour démarrer l’extraction de l’or
Extension de la mine RoxGold : Plus de 77 millions de F CFA pour soutenir les personnes affectées par le projet
Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC
Gouvernance minière : « Les burkinabè ont le sentiment d’être pauvres de leur richesse », déclare Issiaka Ouédraogo, président du Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG)
Fermeture de la campagne 2018-2019 d’exploitation artisanale des mines
Responsabilité sociale des entreprises : La mine RoxGold fait figure de bon élève
Activités minières : Le CGD tire la sonnette d’alarme sur les menaces sociales et environnementales
UEMOA : Le Code minier communautaire en révision
Chambre des mines du Burkina : La santé-sécurité en milieu minier au cœur d’une semaine d’activités
Chambre des mines du Burkina : Une semaine d’activités pour promouvoir la santé et la sécurité au travail
SEMAFO BOUNGOU, un bon élève du Fonds Minier de Développement Local
Affaire charbon fin : « Un mensonge répété sans démenti devient la réalité », déclare Oumarou Idani, ministre des Mines
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés