Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 1er juillet 2019 à 14h22min
Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

Après les plaidoiries de ses avocats qui ont demandé son acquittement, Dame Fatoumata Diawara, accusée de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat et complicité de trahison, a été appelée à la barre. Rappelons que pendant le coup d’Etat, elle était enceinte et a accouché pendant sa détention. Voici un extrait de propos dont les derniers mots ont été prononcés presque en sanglots.

- Dans la période du coup d’Etat, j’étais la compagne de Ismaël Diendéré, le fils de Gilbert Diendéré... Rien ne me prédisposait à ces événements malheureux

- Je n’ai jamais été commanditaire encore moins un acteur actif ou passif de ces événements

- Ils m’ont reproché d’être méchante et agressive. La plus part des hommes connaissent le stress et les humeurs d’une femme enceinte

- Je demande pardon à ceux qui ont subi des torts quels que soit leur bord ou leur appartenance

- Je ne suis ni politicienne ni militaire

- Les erreurs sont de ce monde partagent nos vies et nous rappellent la réalité

- La sagesse s’acquiert avec les événements de notre vie

- Monsieur le président, veuillez avoir un regard bienveillant sur ma situation de famille

- Je souhaite me consacrer à l’éducation de mon fils

- Je demande votre clémence afin qu’au-delà de ma personne, mon enfant ne soit pas puni.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er juillet à 14:33, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Toi et ton enfant ont au moins la vie, pendant que votre délinquance a provoqué la morts des enfants d’autrui. Dans tous les cas, même si tu venais à être, Dieu vous attend pour sa sanction qui sera inévitable.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:52, par st En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Quelle peine avait été requise contre elle svp ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:56, par Djamana Tigui En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Quand le bourreau d’hier se transforme en victime aujourd’hui !!!!!! Qui l’eût cru ? Au début les rêveurs ont chanté et faire croire à toute l’opinion publique et internationale que ce "procès" accouchera d’une souris, alors nous avions pris acte, nous suivions, nous suivons et nous allons contunuer de suivre encore ce procès jusqu’à sa fin. Croyant aux dires de ces r^veurs qui divertissaient les citôyens, maintenant que les chosent semblent s’éloigner de ces rêves d’autrefois, on prend conscient du sérieux de cette affaire dont l’effectivité des sentences imminentes n’est plus une utopie mais une réalité.Les arrogants et les faiseurs de rois d’autrefois, les marcheurs de réo et de nouna où êtes vous ? La sagesse nous ne nous enseigne pas que le fort ne doit pas se glorifier de sa force ? Mais nous, nous ne nous glorifierons pas de notre force mais plutot de rendre justice à la veuve et à l’orphelin.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:57, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Fatoumata, Allons-nous jusqu’à dire que l’ombre et la mort des âmes tués te hantent déjà ? Toi la dame de fer qui se pavanait a la recherche des fonds pour motiver ta horde de tueurs à semer le désordres et l’anarchie afin de rendre le pays des hommes intègres a une forêt de Bogota. Non !eux dont vous aviez tué pour le pouvoir ont aussi des enfants qui ne verront plus leurs parents. Tant dis que le tien te verra en vie même en prison. Madame le prix du sang se paie tôt ou tard sur terre avant le séjour final. C’est une loi divine, et personne ne peut y déroger.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 15:54, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Changement brussque de strategie, mais objectif final identique. Les remords viennent tard pour etre sinceres : quand tu n’arrives pas a terraser ton ennemi tu l’embrasses en attendant la prochaine occasion
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:07, par Roger En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Ni les clameurs des avocats de la défense, ni les lamentations et les pleurs des accusés, ni leurs supplications ne doivent pousser le tribunal à être clément.

    Le droit, rien que le droit doit être dit et la loi appliquée dans toute sa rigueur.

    La main du juge ne doit en aucun cas trembler.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juillet à 21:55, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

      Merci mon frere Dura lex sed lex C’est facile pour chacun de tuer, massacrer, detruire et venir narguer, insulter etc, en plus pour ensuite venir se retourner verser des larmes. C’est trop facile !! N’est ce pas elle qui disait aux soldats qu’ils n’ont pas de couilles ? C’est a son tour de montrer qu’elle femme en a !
      JUSTICE JUSTICE JUSTICE c’est ttout ce qu’on demande, pas de la vengeance. Et nous attendons que le tribunal dise la vraie justice !
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:25, par Wouro En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Il fallait y penser bien avant chère DIAWARA. Le vin est tiré, il faut le boire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:45, par TCHIEN-FO-YIRI En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    toi au moins tu as la chance de te consacré à l’éducation de ton fils, et ces milliers de burkinabè qui ne verront plus leurs progéniture moins encore leur donner une éducation. Tu crois que ces personnes n’avaient pas d’amour pour leurs enfants, tu crois qu’elles ne nourrissaient pas un avenir radieux pour eux ? Un adage africain dit que : " le bâton ne fait pas mal dans l’anus d’autrui, mais fait très mal dans son propre anus".

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:45, par Bigbalè En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    C’est émouvant ! « La roue de l’histoire tourne et personne n’est en mesure de prévoir, ni sa vitesse, ni son accélération, encore moins son positionnement spatial », disait l’internaute Bebeto que je salue au passage ! Je félicite cette Dame Diawarra pour avoir eu le courage de demander pardon et demander que son fils ne soit pas puni à travers elle ! En plus, elle demande la clémence du tribunal pour se consacrer à l’éducation de son fils !! Elle a bien raison mais c’est justement cette chance que certains RSP n’ont pas su donner aux parents d’autres enfants en les envoyant à la mort. Oui, nous sommes tous de potentiels êtres vulnérables et il suffit souvent d’un événement quelconque pour qu’on quitte un statut pour un autre ! Que l’attitude de cette dame demandant pardon soit un exemple pour tous les citoyens se sentant fautifs et on verra que certaines rancunes vont s’estomper ! Bravo à Mme Diawarra si elle est sincère !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:46, par BIG DATA En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    sans déconner !!!!!
    Finalement, à les écouter,personne n’est coupage.Pourtant nos frères et sœurs ont perdu la vie,des biens ont été perdus.
    Si les faits sont bien établis ,merci à la justice de faire appliquer la loi et les sanctions qui vont avec.
    Nul n’est au dessus des lois......

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 17:58, par Patarbtaalé En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    La passion et la raison cohabitent en l’homme, mais la crainte de Dieu doit l’assagir.

    Finalement qui est fait pour la prison et qui d’autre pour être excusé ?

    Que la loi soit appliquée dans toutes sa rigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 17:59, par YAMEOGO Pascal En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    si ce n’est pas que le droit est souvent dit à la tête du client sous nos tropiques, je ne vois pas comment celle-là peut bénéficier des circonstances atténuantes après avoir nié tout en bloc svt avec une certaine arrogance et nargué la partie civile

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 18:38, par LE PEUPLE En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Général Fatoumata, sachez que par votre faute, la vie des fils des autres ont été fauchées. Comme tu as maintenant un fils, tu peux expérimenter la douleur d’une mère de perdre son fils surtout par des assoiffés de pouvoir. Le tribunal ne doit en aucune manière se laisser embarqué par des sentiments. Il doit punir pour l’exemple.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 22:39, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    "Dans la période du coup d’Etat, j’étais la compagne de Ismaël Diendéré, le fils de Gilbert Diendéré... Rien ne me prédisposait à ces événements malheureux"
    donc tu n’es plus sa compagne : Ohhh I fooo ! Que dieu te soutienne !

    - "Je n’ai jamais été commanditaire encore moins un acteur actif ou passif de ces événements" : Ah ! oui Tout compte fait nous on s’est trompé. Pas le commanditaire mais au moins tu commandais !

    "- Ils m’ont reproché d’être méchante et agressive. La plus part des hommes connaissent le stress et les humeurs d’une femme enceinte". qu’est ce qu’ils sont mauvais les gens. Nous autres les vieux l’experience nous a bien appri. A vous les jeunes, dame diawarra vous apprend une grande lecon de la vie. Quand vous faite l’affaire-là, c’est bon, mais il faut savoir que quand ventre de femme grossit là, c’est misere pour toi deh ! Vous avez vu ca un peu avec vos mamans ou vos soeurs. Dame diawarra vous explique ca maintenant ! grossesse de femme là c’est stress, agressivité etc ca lui donne droit a tout et surtout le droit de tuer les enfants des autres car elle son enfants doit vivre, et vivre bien, tant pis pour les autres

    - Je demande pardon à ceux qui ont subi des torts quels que soit leur bord ou leur appartenance
    Merci dieu de lui avoir ouvert l’esprit a la tolerance et au patriotisme et a la solidarité
    - Je ne suis ni politicienne ni militaire : oh la belle surprise !
    - Les erreurs sont de ce monde partagent nos vies et nous rappellent la réalité
    - La sagesse s’acquiert avec les événements de notre vie

    Oh madame est devenue philosophe : elle a été touchée par la grace !
    -  Monsieur le président, veuillez avoir un regard bienveillant sur ma situation de famille" comme nous, nous avions ce regard bienveillant quand on gouvernait !
    - Je souhaite me consacrer à l’éducation de mon fils
    - Je demande votre clémence afin qu’au-delà de ma personne, mon enfant ne soit pas puni
    .
    Hé bé ! Monsieur les juges, comment pouvez vous punir un pauvre bambin, deja trop puni de n’etre pas né sous la gloire du pouvoir avec les cadeaux, les parrains eminents et la certitude d’un avenir doré et garanti. Au lieu de cela il a vecu la honte d’etre né en prison, prisonnier avant meme de naitre ! Une telle honte est plus douloureuse (n’est ce pas !) que la mort brutale et gratuite de ces animaux que les parents n’ont jamais eduqués. eux ils meritaient leur punition

    Pour ces motifs messieurs les juges vous ne pourrez pas ne pas lui accorder la clemence. Ceux qui sont morts n’ont eu que ce qu’ils meritaient, pas ce pauvre bambin qui a besoin de sa mere. Les morts eux n’en avaient pas !

    Plaise donc au tribunal de preter une oreille genereuse et un coeur doux doux au cri de coeur de cette malheureuse mere aimante qui se soucie tant de la vie de son pauvre bebe qui serait injustement puni et ssans avenir

    Merci M l’avocat vous avez bien joué votre partition : c’est votre profession !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 23:36, par Africa En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Le Mémoire en défense de cette jeune femme est très conciis et me semble très sincère venant du fond du coeur. Elle reconnaît implicitement avoir été entraînée dans un bourbier, sans doute à cause de sa proximité avec le fils du principal mis en cause. Voulait-elle rendre service à son copain sans en mesurer les conséquences ?
    On ne doit pas rendre justice en provoquant de l’injustice par une condamnation de cette mère d’un enfant, né durant sa détention provisoire alors que son interlocuteur, colonel dans l’armée de Côte d’Ivoire et tous les soutiens ivoiriens au putch manqué, n’ont même pas été entendus. Pour raison d’Etat dit-on, ils bénéficient des arrangements diplomatiques totalement humiliants pour notre pays.
    Un acquitement pur et simple me semble être l’issue la plus logique.

    Que dire aux victimes et leurs familles ? Les unes sont mortes, les autres blessés et marquées à vie afin que "plus rien ne soit comme avant" dans le système de gouvernance de notre pays. Ceux qui vivent, observent-ils une telle rupture ? Si la réponse est négative, n’est-ce pas un crime aussi punissable que les auteurs des meurtres commis lors de l’insurrection populaire et lors du coup d’état manqué ? Si la réponse est affirmative, alors, cet acquitement pourrait être assorti d’une demande de pardon de l’ensemble de la collectivité nationale aux victimes de ces deux évènements qui marqueront l’Histoire. Pardon pour la trahison des ideaux défendus par les insurgés ; pardon aux victimes du putch manqué, morts pour la défense de l’Etat de droit. Et enfin, la repentance des des chefs militaires et acteurs politiques qui ont provoqué ces pertes en vies humaines.
    Cette jeune femme Diawara et bien d’autres, méritent d’être compris.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 11:15, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Dans le fond les repentances, ou remords ou encore des regrets ne me semble pas tard, ce qui me choque c’est la volonté de vouloir rejeter la faute à l’autre. Si vous acceptez que vous avez du mal en étant enrôler par cette bêtise du putsch dites simplement la personne qui vous a forcé la main. Vous saviez que la saison des coups d’État n’étaient plus en mode fashion. Le Gal Diendéré a eu courage de dire la limite de sa responsabilité en toute état de conscience. Et il n’est pas venu au tribunal pour demander la clémence, là où il est responsable il assume sa responsabilité. Il y a des morts que personne ne sait qui parmi le RSP a donné l’ordre de tuer ces personnes. Si vous avez le courage en demandant le pardon au tribunal, ayez aussi le courage de dire toute la vérité sans retenu qui est le père génétique du coup et un tel a été tué par le soldat de... et sur l’ordre de.... Dans ce contexte, le tribunal pourrait statuer la responsabilité de chacun et se prononcer sur les peines.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 16:38, par Direct En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    La méthode de l’ancien régime tuer et venir demander ensuite pardon et réconciliation nationale.
    Le peuple vrai vous dis justice d’abord et pardon ensuite . Ayez le courage d’assumer vos actes svp

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet à 14:25, par LE PEUPLE En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Kôrô Yamyele, moi, j’accepte la monnaie que le Bon Dieu voudra me rendre parce que je n’ai rien à me reprocher. Mais ce n’est pas sûr pour toi qui déverse chaque fois des ablasseries sur la toile. Que Dieu te rende aussi à toi ta monnaie. Je réclame justice et je réclamerai toujpours justice pour nos morts. Pour une dame qui incite le RSP à sortir tirer, bombarder et tuer qui de surcroît nargait la justice, je ne peux prendre pitié de ses larmes de crocodile. Elle doit payer tout comme tu as payé, toi qui supportait aveuglément l’UPC.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet à 15:31, par Le fils du pauvre En réponse à : Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire

    Dame Diawara,pouvez vous renumerer le nombre de personnes que vous avez mi en prison juste pour les faire croire que vous etes la belle fille du Gle malgré des multiples demandes de pardon ? Votre arrogance,injures,et autres formes d’impolitesse vis a vis des personnes agés ,qu’en dites vous des larmes des pauvres personnes(hommes et femmes)emprisonnés injustement parce que vous avez usés de votre "titre" de belle fille,des familles qui ont pleurées,des vieilles personnes qui se sont agenouillés sans defence pour implorer ton pardon,les eviter la prison et la honte pour des faits bien formantés.Dame Diawara tout se paie sur terre,les larmes des pauvres personnes inocentes,Tu es et resteras la belle fille et la dame de fer ;as tu peur de quoi ? tu sais bien que la MACA est un hotel 5 etoiles pour un detenu de la MACO ;n’as tu plus les privilèges de la belle fille ? Seul Dieu va te pardonner,que les juges n’oublies pas ce que tu as dis auparavant et que la justice soit dite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch de 2015 : « Si on ne se pose pas les bonnes questions, on met le pays en danger », avertit Me Antoinette Ouédraogo
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
Putsch de 2015 : « Il existe dans le pays, un manipulateur qui n’a toujours pas été débusqué », conclut Me Jean Degli
Procès du putsch : « Blaise Compaoré a voulu violer un seul article, ceux qui lui reprochaient cela ont violé toute la Constitution », soulève Me Degli
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés