Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • vendredi 28 juin 2019 à 23h50min
Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

Ce vendredi 28 juin 2019, l’audience du procès du putsch du Conseil national pour la démocratie (CND) est marquée essentiellement par la suite des plaidoiries de la défense. Pour leurs clients, les avocats de la défense ont plaidé pour des acquittements et des réductions de peine suite à des circonstances atténuantes.

Dès l’ouverture de l’audience, Me Adrien Nion, conseil de l’adjudant Jean Florent Nion, a pris la parole pour terminer sa plaidoirie débutée la veille. De son avis, il est trop facile d’attribuer uniquement les responsabilités du coup d’État de septembre 2015 au Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Pour lui, les responsabilités sont partagées, le gouvernement du Conseil national de la transition (CNT) aussi a sa part.

Revenant à son client, Me Nion a déclaré qu’il ne saurait occulter sa responsabilité dans cette affaire. Toutefois, il a rappelé au tribunal que son client est un excellent militaire. « En ce qui concerne l’attentat à la sûreté de l’État, nous plaidons coupables », a-t-il déclaré.

Appelé à la barre pour son dernier mot, l’adjudant Jean Florent Nion a fait un mea culpa. « Si vous me donnez cette chance de rester dans l’armée, je saurai comment me comporter. Ce procès m’a appris beaucoup de choses. (...) Si vous me donnez une seconde chance, cela ne va plus jamais se répéter », a-t-il promis avant de regagner le box des accusés.

Éloi Badiel plaide coupable…

Après le passage de Me Adrien Nion, c’est au tour de son confrère Me Bertin Kiéno de lui succéder. Dans un premier temps, il a dressé l’agenda de son client du 16 au 29 septembre 2015.

Pour lui, il n’y a aucune preuve qui accable son client d’être auteur d’actes de violence dans ce dossier. Si on veut rattacher les violences aux auteurs, il faut procéder à une expertise balistique, a recommandé Me Kiéno.

Pour ce faire, Me Kiéno a plaidé coupable pour l’attentat à la sûreté de l’État. Quant aux actes de violence, il plaide non-coupable.

Après avoir cité les circonstances atténuantes de son client, Me Kiéno a demandé l’acquittement pour les faits de coups, blessures et meurtres. Ainsi, il a demandé au tribunal d’atténuer la peine de son client dont le parquet militaire a requis 25 ans.

Coupable d’avoir accompagné le général Gilbert Diendéré dans son coup d’État

C’est pour préserver sa vie et sa sécurité que le lieutenant-colonel Mamadou Bamba a accepté de lire le communiqué du putsch du CND. C’est en ces termes que Me Mamadou Sombié a défendu son client.

Me Sombié a cité un proverbe camerounais qui dit : « Ce n’est pas l’homme qui cherche le problème, mais c’est le problème qui cherche l’homme ». Et de poursuivre que le cas de son client est différent, car au premier degré de réflexion, l’on dira que « Mamadou Bamba est couché sur son lit et le problème est venu le chercher ».

Pourtant, ce n’est pas le cas. En effet, Bamba a appelé le capitaine Abdoulaye Dao le 16 septembre 2015 aux environs de 14h pour s’enquérir de la situation qui prévaut à Kosyam. Etant en mission hors de Ouagadougou, le capitaine Dao lui a promis de lui revenir avec plus d’informations plus tard. C’est ce qui peut expliquer sa désignation pour la lecture de la prise du pouvoir du CND, a indiqué Me Sombié.

Ainsi, au nom de son client, il a plaidé coupable d’avoir accompagné le général Gilbert Diendéré dans son coup d’État. Il a ajouté que son client s’est rendu de lui-même à la gendarmerie.

Il faut noter que Me Sombié défend également le lieutenant Jacques Limon. Il a plaidé non-coupable pour la complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, et les coups et blessures.

Accusé d’avoir envoyé des messages textes depuis son téléphone aux putschistes alors qu’il était chef de cabinet du secrétaire général du ministère de la Défense nationale au moment des faits, Jacques Limon ne reconnaît toujours pas ces faits qui lui sont reprochés. Pour son avocat, les messages retrouvés dans le téléphone du capitaine Oussène Zoumbri ne sont pas exactement ceux envoyés par son client. « Capitaine Zoumbri peut rentrer chez lui. C’est possible ! Et cela dépend du tribunal », a lâché Me Sombié.

Alors que Me Latif Dabo plaide pour son client Abdoul Karim Bagagna dit Lota, l’audience a été suspendue. Elle va reprendre le lundi 1er juillet 2019 à 9h 00.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 juin à 09:19, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    Je ne connais pas le contenu de la plaidoirie de la défense, mais le peu indique une bonne plaidoirie, et les accusés reconnaissent leur culpabilités sur des points sensibles. Je regrette toujours la plaidoirie des avocats de la partie civile qui étaient une expédition punitive que l’établissement des preuves.

    Répondre à ce message

    • Le 29 juin à 12:19, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

      Caca, rappelle-toi de ce que je disais concernant la plaidoirie des avocats des opprimés qui sont maître Kam, Farama, et Yanogo. Ils ont plaidé pour que le droit soit dit, et non aller en guerre avec les accusés qui restent nos sœurs et frères Burkinabé. Je te répondais ceux-ci : ‘’’Les avocats des victimes ne sont pas en guerre avec les supposés accusés. Et leur plaidoirie très diplomatique et psychologique dans une vraie intelligence d’avocat avertis, est qu’ils savent que La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes si on va en guerre avec des présumés accusés qui ont utilisé des mensonges pour leur défense au lieu de la sincérité : Sauf les juges qui ont les clés des mensonges de tous les supposés accusés, peuvent à la fin aller en guerre avec ses futés qui prennent le peuple Burkinabé pour des idiots, en les sanctionnant à la hauteur de leurs actes et de leurs mensonges pour sauver leur peau. Ici les trois avocats des victimes ont compris en plaidant avec modération, que la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de leur culpabilité, le doute devra nécessairement leur profiter. Mais ces trois avocats ont une confiance totale que dans ce jugement dont 80% des mensonges dominent la réalité, certaines exceptions, par exemple dans le cadre d’une affaire d’atteinte à la sureté de l’Etat, la présomption d’innocence est limitée. C’est pourquoi les avocats attendent des juges des sanctions sévères pour celles ou ceux atteintes de cette infraction qui peuvent aller à la condamnation de peine de mort comme Blaise Compaoré et Diendéré Gilbert ont utilisé pour fusiller a la sauvette leurs frères d’arme Zongo et Lingani. Mais aujourd’hui la peine de mort est abolie au pays des hommes intègres. C’est pourquoi mon cher caca, j’ai félicité les avocats pour leur intelligence de ne pas aller à la guerre avec les supposés accusés dont les juges connaissent cas par cas ces mafieux de deuxième zone qui méritent des sanctions à la hauteur de leurs actes.

      Répondre à ce message

      • Le 30 juin à 11:06, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

        Ka, bon dimanche , je vois et comprends votre argumentaire à défendre les avocats des pseudos victimes. Dès le départ, Caca non plus n’a pas changé son analyse critique face à ces avocats du vendre et des plateaux télés. C’est la première fois que j’entends un argumentaire d’avocat d’accusation le terme diplomatique et psychologique. Je ne suis pas un spécialiste juridique, mais le peu de droit que j’ai étudié me dit que ces avocats des victimes n’ont pas bien joués leurs rôles dans l’accusation par des preuves irréfutables. Chacun est libre dans son fantasme et imaginaire de dire ou commente ce qu’il pense. Cependant, je me demande si ce procès n’était pas politique, comment ces avocats des opprimés comme vous le dit pourraient avoir une sanction exemplaire des juges. La présomption d’innocence n’empêche pas un avocat d’accusation de présenter des preuves de culpabilité au tribunal et proposer un critère de condamnation selon la loi. C’est la première fois que je vois des avocats des victimes tourner au tour de la peau du loup en jetant la responsabilité des sanctions au juge du tribunal. Ces avocats des opprimés ont été incapables d’apporter une preuve matérielle sur quel soldat à tuer un manifestant. Tout est rester dans une démarche générale où le coup d’État du gal Diendéré a occasionné des morts et blessés. Sur ces morts et blessés ni les avocats des victimes et ni le parquet militaire n’ont pu montrer des preuves à l’appui.

        Répondre à ce message

        • Le 30 juin à 21:06, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

          Caca : Dans quel domaine dans ce bas monde ou il n’y a pas de politique ? Même dans les religions de toute sorte, la politique y est présente. En parlant de la religion, dans une église a Adjamé un quartier d’Abidjan, de passage pour embrasser ma famille dans la capitale Ivoirienne, j’ai assisté au culte dans cette église ou une prière a été dite pour les terroristes qui attaquent les églises au Burkina surtout au Nord ou un pasteur a été tué. Ton parent le pasteur Zida en Suisse est bien connu par la communauté de cette église, car un internaute de bonne foi que j’ai connu au moment de la crise Ivoirienne en 2011 fréquente cette église et nous évoqué notre débat de la diaspora Burkinabé en Suisse qu’il a dit que Jean Zida n’est pas un inconnu de leur église. Que le monde soit petit n’est-ce pas ? Quand tu dis que ce procès est politique, je ne le cautionne pas, car la justice militaire est une juridiction d’exception pour juger les crimes de sang, et avec les sanctions infligés à leurs frères d’arme voleurs d’armes pour sauver les généraux, et maintenant les mêmes généraux condamnées à des peines lourdes, montre l’exception de cette juridiction sans politique. Quant aux avocats des opprimés, je reconfirme qu’ils ont plaidé avec prudence pour ne pas tomber dans le piège des mensonges dont la présomption d’innocence pouvait prendre le dessus et troubler les juges. Car ces avocats ne pouvaient rentrer dans les mensonges de ces sicaires pour exhiber des preuves dont le mot d’ordre de ces futés était la même voie ‘’non coupables.’’ Coupable ou pas, tous étaient dans le même panier. Caca, moi aussi j’ai suivi des cours juridique pour me défendre, et la présomption d’innocence doit prévaloir avant que l’enquête en cours ne soit achevée. La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais présentée comme coupable, à obtenir une rectification publique. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter. Les avocats des victimes qui savent que les juges militaires connaissent mieux leurs frères d’arme devant la barre, ont joué la prudence et le droit a pris le dessus avec les sanctions prononcées. Ce que je retiens de toi, jeune caca c’est que tu ne portes de masque pour soutenir tes mentor, et qui reste ton idéal. Existe véritablement c’est d’avoir un idéal et suivre dans la vie ou la mort cet idéal.

          Répondre à ce message

          • Le 1er juillet à 08:51, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

            Ok Ka, je ne connais pas cette Eglise mais c’est possible qu’elle soit la première église AD de la Côtes d’Ivoire où les fondateurs étaient les burkinabè dont le pasteur Adama Ouédraogo connu par l’état ivoirien. Je comprends votre démarche d’explication concernant le concept de politique. Politique Wikipédia donne la définition suivante : notion polysémique, la politique en son sens plus large, celui de civilité ou politikos, désigne ce qui est relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée.
            En général, la politique d’une communauté, d’une société, d’un groupe social, au sens de politeia, se conforme à une une constitution rédigée par ses fondateurs qui définit sa structure et son fonctionnement. La politique porte sur les actions , l’équilibre, le développement interne ou externe de cette société, ses rapports internes et ses rapports à d’autres ensembles.
            Ces deux définition suffisent à comprendre mon argumentaire quand je dis que ce procès est politique. Le politique du putsch est politique dans la mesure où l’exécutif à décider à prendre le bras pour que le auteurs soient punis et dont les deux généraux. Le ministre de la justice actuel était parmi les otages du RSP. Le procès est politique dans la mesure où l’opinion nation ont manifesté un désir de voir le Gal Diéndéré payé sa faute car in est accusé de tous vent être le commanditaire des différents assassinats du pays. Donc il y a une attente à ce procès si le Gal Diendéré n’était pas condamner. En plus, il me semble qu’il n’a pas été jugé selon son garde,mais un soldat rebelle à tenter la sûreté d’état. Le tribunal militaire bien qu’elle soit une justice d’exception savait la conclusion du procès. Ils sont arrivés dans la salle de jugement avec les peines déjà élaborés par le patron de la justice. Dans le monde, aucune justice est vraiment indépendante car elles dépendent tous le ministère de la justice qui dépende de la politique sociale du pays. Avant en France, on pouvait rencontrer des juges qui respectaient le secret de l’instruction et ces juges étaient indépendants, mais depuis les jeunes juges qui arrivent sont le produit pur de la la politique du gouvernement. Dans ce procès, les deux généraux seront condamner sévèrement, mais leurs gardes seront également rétrogradés . Ça sera un miracle que le Gal Diéndéré garde son garde du général à sa mort. Si le juge suivait la réquisition du parquet à la lettre, les deux généraux ne seront plus militaires et doivent purger leurs sentence dans une prison civile. Donc on verra le Gal Diendéré à la MACO avec un petit tenu.

            Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 11:02, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    J’ai un sentiment de pitié pour le colonel . Je crois sincèrement que le colonel voulais sauver sa peau . On se rappelle qu’en direct à la télévision , après la lecture du texte de proclamation , il s’est retourné et demander si " c’est bon". Vraiment il y a eu une bande de diable qui ont gâché la vie de centaine de burkinabés et ce depuis l’assassinat de THOM par le "monstre"

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 12:12, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    Caca, qu’est-ce que tu attendais ? Attendais-tu que les avocats de la partie civile plaide l’innocence des accusés ? Ils ont fait leur travail qui consistait principalement à demander unw peine lourde et exemplaire pour les putschistes. Par contre, à mon tour, je blament ces avocats de la partie civil de n’avoir pas demandé la même peine pour Blaise et François Compaoré car le coup d’état de Diendéré à été commandé par ces deux derniers. Le coup a été monté de toutes pièces par Blaise et par extension, le CDP

    Répondre à ce message

    • Le 30 juin à 11:25, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

      Nabiiga, j’aurais aimé que dans tes réactions à mes posts, que tu aie l’intelligence réactionnelle dans les propos. Si on parle de la plaidoirie des avocats et non de l’ancien régime avec Blaise Compaoré et son frère. Dans ce procès, le nom de Blaise Compaoré et celui de son frère n’ont jamais été cité et je ne comprends pas votre délire contre les personnages. Vous pouvez n’est pas aimé les frères Comaporé, et c’est votre ressenti, et mais soyez du moins intelligent dans vos analyse intellectuelles. Même si au départ le CDP semblait être impliquer, aujourd’hui aucune charge ne retenue contre le parti. Il s’agit simplement quelques individus du parti poursuivi individuellement. Votre intelligence devait vous permettre de dissocier les choses. Caca n’est pas dans une démarche démagogique et n’est pas un allié des frères Compaoré. Je suis simplement un citoyen burkinabè avec un regard idéal du régime Compaoré et je sympathise les actions politique en matière du développement économique, social et international. Les frères Compaoré ne sont ni mes parents de sang et ni aucun lien nous lie. Je ne sais pas si vous êtes payer par le régime du MPP à déconstruire les sympathisants du CDP ou du président Compaoré sur le forum, mais avec Caca vous aurez du mal à le faire. Aucune loi au monde peut empêcher un individu d’aimer quelqu’un d’autre. Je suis complétement libre dans mon ressenti d’aimer et n’est pas aimer. Je vous souhaite de réussir dans votre mission de déconstruction, mais soyez du mois intelligent dans les sujets.

      Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 12:36, par LE PEUPLE En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    Pas d’acquittement, pas de sursis, pas de réduction de peine qui vaillent. Le tribunal devra avoir la main lourde contre ces rebelles qui ont retourné les armes du peuple contre ce même peuple. Pensons toujours à l’horreur et au désordre qu’ils ont créés pour mieux jauger leur sanction.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 13:22, par Victor En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    Dans tout aucun membre du gouvernement de la transition ni du cnt n a été blessé ou tué. Ceux qui sont mort la c est des moutons. Même si. Ils étaient au courant qui il y avait des que l on tuait mais c était pas leur problème chacun dit qui il voulait sauver sa vie ou celle de sa famille. Ce qui ils allaient nous faire vivre si le coup d état avait réussi !!!! Ha déjà pensez aux autre avant d agir karambi beda. Ils ont fait école jusqu’à a oublier école de la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 13:31, par Yarga ali En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    C’est pas vrai. Je crois pas qu’il ait lu pour préserver sa vie. Il était super joyeux quand il lisait les communiqués. Je pense qu’il était partant pour ce putsch

    Répondre à ce message

    • Le 30 juin à 09:58, par Dedegueba SANON En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

      Pour le Col Bamba, même si sur ce coup là il en réchappe, parce que sa roublardise aurait fait mouche, je crois savoir que dans le dossier DABO Boukari il aura des soucis à se faire. Quelqu’un qui le connaît bien, sur cette plateforme a expliqué son parcours des plus atypiques comme militaire.
      Les militaires aiment parler de " classes ...", lui n’est d’aucune classe, car " taupe" de Golf sur le campus ( paraît-il), il doit son incorporation dans l’armée à celui ci.
      Effectivement lors de son procès il est comme venu confesser sa lâcheté, en cherchant à justifier que quiconque à sa place aurait fait pareille. Mais il se trouve que dans le même groupe certains ont ouvertement dit non à l’aventure, des fous peut-être ? Norbert Zongo était sans doute fou de continuer à enquêter sur Moukila ?
      Acquitter ce Col là, comme le disait J B PLACA, c’est faire "une prime à la lâcheté ". On en est aujourd’hui à le juger parce que comme un seul homme le peuple a barré la route à ce putsch foirreux, sinon ce même Col, serait un de nos " hommes forts" si ce coup avait été entériné comme les ADO et son pion sénégalais le voulaient.

      Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 09:00, par Wendkuuni En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    Bamba joue au manipulateur mais il est surtout un cameleon équilibriste. Pour ceux qui l’ont connu étudiant à l’UO dans les années 90, on sait très bien qu’il est cité dans l’assassinat de DABO Boukary car il travaillait pour Salif Diallo et corrolaires.. Bamba reviendra bientot à la barre au proçès DABO

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 22:52, par Bebeto En réponse à : Procès du putsch du CND : Le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba plaide coupable

    BAMBA MAMADOU EST UN RECIDIVISTE NOTOIRE N’AYANT AUCUNE MORALE. DANS CE PROCES IL JOUE AU CIRQUE
    Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré sont les deux acteurs clef dans l’assassinat de l’étudiant Dabo Boukary en Mai 1990. Donc Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré se connaissent depuis maintenant 30 ans. C’est pourquoi dans le dossier Dabo Boukary Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré sont tous les deux inculpés. Bamba Mamadou a été entre temps déposé à la MACO dans le cadre du dossier Dabo Boulay, ou il a séjourné pendant des mois. Dans le cadre de ce dossier, il bénéficie d’une liberté provisoire actuellement. Donc Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré sont des complices dans le crime depuis bientôt 30 ans. Ce faisant, Bamba Mamadou comme complice dans l’exécution du putsch du CND de Gilbert Diendéré n’est qu’une logique parfaite. Ce n’est absolument pas un fait du hasard si Bamba Mamadou a été choisi pour lire à la Télé les déclarations du CND. Non et non !!! C’est une logique parfaite. Je dirai que c’est le cours normal des choses.
    Bamba Mamadou est bel et bien un récidiviste notoire dans les assassinats de Burkinabè à l’image de Gilbert Diendéré qui détient la palme d’or dans ce domaine.
    Ne dit-on pas qui se ressemble s’assemble. Je peux dire que c’est la justice divine qui est en action, le fait que Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré sont côte à côte dans le box des accusés du putsch du CND.
    Dieu ne dort pas sauf aux yeux des criminels.
    En rappel après l’assassinat odieux de Dabo Boukary en Mai 1990, qu’est-ce Bamba Mamadou et Gilbert Diendéré ont servi comme information à l’UGEB et aux parents de Dabo Boukary ? C’est abominable !!!
    Quand j’y pense j’ai les larmes aux yeux.
    Ces deux criminels nous ont informés (l’UGEB et le MBDHP) que Dabo Boukary s’est évadé du Conseil de l’Entente. Voilà un peu le vrai visage de Bamba Mamadou. A chacun d’en juger en attendant l’ouverture du procès de Dabo Boukary.
    La roue de l’histoire tourne et personne n’est en mesure de prévoir, ni sa vitesse, ni son accélération, encore moins son positionnement spatial, même avec les appareils GPS de dernière génération.
    Évitons de faire du mal à autrui ou de porter atteinte à la vie d’autrui.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés