Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • • vendredi 22 mars 2019 à 11h56min
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

A l’occasion du lancement de l’écriture de ses mémoires, Dr Emile Paré est revenu sur sa participation à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. De l’Assemblée nationale à la télévision nationale, l’homme qui se réclame partisan de la violence défensive, a relaté les faits tels qu’il les a vécus.

« Je ne suis pas un pyromane […] Que celui qui m’a vu avec une boîte d’allumettes à l’Assemblée nationale, le dise. Ce n’est pas moi qui l’ai brûlée. Nous étions l’avant-garde. Bien au contraire, j’ai failli brûler puisque j’étais dans l’hémicycle pour dire aux jeunes de ne pas casser mais de s’asseoir pour qu’on délibère la nouvelle assemblée démocratique et populaire ». Une mise au point du Dr Emile Paré qui précède une question qu’il se pose « A qui appartient l’Assemblée nationale ? ».

Pour l’homme politique, il n’y a pas de quoi fouetter un chat car « le peuple brûle sa maison qu’il est prêt à reconstruire ». « Les gens disent que je suis indiscipliné. Non. J’ai des graines d’indiscipline, mais quand je mets mon indiscipline en branle, vous ne me reconnaissez plus. Grattez le chat et vous verrez une panthère […] Je suis rentré pacifiquement à l’Assemblée, j’ai chassé pacifiquement les députés, je me suis assis pacifiquement pour mettre fin au régime de Blaise Compaoré », a déclaré celui qui se réclame de l’aile gauche de la social-démocratie du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Une insurrection planifiée

Mardi, à l’annonce de la rédaction de ses mémoires, il a rappelé que l’actuel parti au pouvoir n’a jamais caché son intention de chasser Blaise Compaoré le 30 octobre 2014. « D’ailleurs, le 25 octobre, se souvient-il, lors d’une réunion du bureau politique national du parti au CENASA, le président Salif Diallo avait clairement dit que le mot d’ordre du retrait de la loi pour la modification de l’article 37 n’était plus d’actualité et que seul le mot d’ordre de départ de Blaise Compaoré comptait à présent. J’ai respecté le mot d’ordre à ma façon. Nous avons mis une stratégie en place pour renverser l’Assemblée. Je ne suis pas allé seul. Nous avons veillé pendant trois jours pour trouver la stratégie de prise de la Bastille, l’Assemblée nationale ».

« Une insurrection inédite »


Pour Emile Paré, les conditions d’une violence étaient déjà réunies à l’époque, du fait que le pouvoir a hébergé à l’hôtel des députés qu’il a grassement payés à coups de millions pour voter la loi. « J’ai l’habitude de dire que si tu ne donnes pas à manger à ton propre chien pendant quatre jours, il va te mordre. Vous n’avez pas appris que le lionceau de Blaise Compaoré a failli l’avaler à Ziniaré ? Mais, c’est son garde-du-corps qui a tiré sur l’animal. L’homme n’est pas loin de l’animal, scientifiquement parlant. S’il est acculé, s’il a faim et soif, alors il se défend par tous les moyens. Je suis un défenseur de la violence défensive quand la situation l’exige » , a persisté l’homme politique

A l’en croire, cette insurrection populaire est inédite dans le monde en ce sens que c’est « la première fois, qu’un peuple insurgé au niveau national n’a pas causé de pertes en vies humaines du côté de l’ancien pouvoir. Pendant les insurrections, on envoie au poteau l’ancien pouvoir mais nous, nous avons laissé Blaise ramasser tout pour se réfugier en Côte-d’Ivoire. Nous avons laissé tous les députés libres et Mélégué Maurice Traoré s’est permis de dire que mes insurgés se sont courbés pour qu’il monte escalader le mur. Les enfants se sont amusés avec les députés ».

Pourquoi les insurgés ont-ils mis le feu à l’Assemblée nationale ?

Selon Dr Emile Paré, peu de gens ignorent pourquoi les insurgés ont mis le feu à l’Assemblée. Alors que ceux-ci entraient dans l’enceinte du parlement, « un hélicoptère a décollé de Kosyam et était chargé de venir tirer sur nous. L’hélico est descendu jusqu’à un certain niveau où il pouvait attaquer. J’ai couru rentrer dans l’hémicycle. Et c’est à ce moment que les jeunes ont mis le feu. Le feu était obligatoire pour brouiller la visibilité de l’hélico. C’est ainsi qu’ils sont repartis », a raconté l’homme politique avant de murmurer qu’il y avait aussi des insurgés très proches du chef de l’Etat. « On ne mène pas une lutte sans infiltrer l’adversaire », souligne-t-il.

Altercation avec un responsable de la télévision

Après l’épisode de l’Assemblée nationale, Dr Emile et les insurgés mettent le cap sur la télévision nationale. « J’attends toujours des excuses du responsable de la télévision de l’époque. S’il ne le fait pas, je vais dire beaucoup de choses », a prévenu le chat noir du Nayala, avant de raconter. « Nous étions allés faire une déclaration sur la chute de Blaise Compaoré. Les journalistes ont disparu, ce qui est normal. Je n’ai trouvé que Adjima David Thiombiano, le rédacteur en chef. Il était en jean’s. Je l’ai salué et je suis rentré avec le camarade Jean-Baptiste Zoungrana, Marcel Tankoano du M21 et le camarade Diallo. Nous étions quatre. J’avais demandé aux insurgés de rester à la grande porte de la RTB. A la porte, il y avait mon ami, le journaliste Ali Compaoré. Il avait une veste bleu marine et une main dans la poche. Je lui ai dit ‘’Ton gars est tombé et je m’en vais déclarer sa chute’’ C’est mon parent à plaisanterie », explique-t-il.

Emile Paré en veut visiblement au journaliste Alfred Nikièma, aujourd’hui en poste au ministère de la Communication. « Un certain Nikièma a saboté la télé. Tankoano Marcel qui est un jeune virevoltant l’a pris par les colles et l’a projeté et lui a dit de remettre la télé en marche pour que je fasse ma déclaration. J’ai dit de ne plus le toucher. Il m’a dit que Douanio (Marguerite Douanio) est dans la salle et s’apprête à lire la déclaration de retrait de la loi envoyée par le gouvernement. Je suis allé dans la salle mais quand elle m’a senti venir, elle a eu peur et voulait sortir mais je l’ai repoussée. Je lui ai dit que je n’étais pas là pour la violenter mais pour lui demander d’arrêter la lecture du texte. Car je devais annoncer la chute du gouvernement. Nikièma m’a demandé du temps pour informer ses supérieurs hiérarchiques. Là a été mon erreur », a regretté Emile Paré.

De justesse

En effet, à l’en croire, les choses auraient pu tourner au vinaigre pour lui n’eût été l’intervention de deux commandos. « Je l’ai autorisé à appeler ses supérieurs. Il s’est éclipsé et a appelé quelqu’un qui lui a dit de me distraire, le temps qu’ils envoient un commando pour m’abattre. Nous étions dans la salle pour remettre la télé en marche lorsqu’un commando a débouché du côté de la porte qui fait face au Premier ministère. Il vociférait ‘’Où se trouve le nommé Paré ? Il ne va rien déclarer. Je vais l’abattre’’. Il ne me connaissait pas car il s’agissait d’un commando togolais. Eh bien, comme il ne me connaissait pas, mes amis Jean-Baptiste et Diallo l’ont distrait et envoyé balader du côté opposé. Diallo a demandé à Jean-Baptiste de venir me dire qu’on cherche à m’abattre. Il a demandé à Alfred Nikièma s’il existe une porte de sortie pour moi et ce dernier a répondu non mais que ça m’apprendra ».

En quête d’une échappatoire, « le chat noir » finit par se glisser dans un trou. « J’attendais que le commando vienne pour sauter sur lui et l’abattre au premier tour. Je suis un commando. J’ai fait le karaté, j’ai une ceinture rouge. J’ai également fait le service militaire à Dori sous la direction du général Lougué. J’ai été entrainé par le général Sadou Oumarou », a relaté, l’ancien responsable des comités de défense de la révolution. De quoi faire marrer le public.

« Le temps qu’ils arrivent, ce sont les commandos restés à la porte qui ont senti un mouvement insolite dans la cour et qui sont venus à mon secours. Ils ont demandé où je me trouvais et Nikièma a indiqué ma cachette. Ils m’ont saisi de part et d’autre et m’ont soufflé à l’oreille ceci ‘’Docteur, ne résistez pas car nous sommes venus pour vous défendre’’. Ils m’ont sorti et l’autre commando togolais est venu leur dire de le laisser m’abattre. Les autres lui ont répondu qu’ils contrôlaient la zone. Mais il a enlevé sa ceinture et m’a frappé. Je saignais à la bouche. Les commandos lui ont dit que s’il portait de nouveau la main sur moi, ils l’abattraient. C’est comme ça que j’ai été sauvé. Le peuple insurgé qui était à la porte ne savait pas que je souffrais. », relève le « miraculé ».

« Erreur stratégique »

« J’aurai dû rentrer avec le peuple, m’asseoir à la télé pour parler. C’est une erreur stratégique grave que j’ai faite et qui a failli me coûter la vie. Quand je suis sorti avec les deux commandos par la petite porte qui débouche au ministère de l’administration territoriale, le peuple insurgé à la porte a crié en disant que je venais d’être arrêté. C’est à ce moment qu’ils ont saccagé la télévision nationale. Une fois sorti, une chaine de télévision m’a interviewé et j’ai dit qu’aujourd’hui c’est le printemps noir africain qui démarre au Burkina contre tous les dictateurs africains ».

Après avoir manqué de faire sa déclaration à la télévision, Emile Paré envoie un commando à la radio. Pour lancer le message suivant : « 1. L’assemblée est dissoute 2. Le gouvernement est dissout 3. Blaise Compaoré est démis de ses fonctions de l’Etat 4. Il est instauré une assemblée démocratique et populaire sous la direction du Dr Pargui Emile Paré. 5. L’assemblée démocratique et populaire va délibérer sur les organes de la Transition. Mais pendant qu’il communiquait le message à son émissaire, ce dernier se fit renvoyer de la radio par des soldats. Fin.

En attendant de retrouver, plus en détails, dans ses mémoires, son rôle lors de l’insurrection populaire, Emile Paré a déjà annoncé qu’il mènera « une lutte ouverte contre un cercle de personnes qui sont en train d’entrainer le président du Faso sur le mauvais chemin » . Sans rentrer dans les détails, tout laisse croire que l’adversaire du « Chat noir du Nayala » a une étiquette : société civile.

Rassemblés par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 mars à 12:19, par Sougri En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Je ne sais pas si la stratégie de diversion du peuple par ce jokerman pour brouiller ses découvertes des activités lugubres de la Mafia pour le Pillage du Peuple n’aura pas plutôt un résultat contraire. Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 14:46, par RAK En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    De grâce ,trouver un autre coin plus juteux pour le chat noir on va quitter ici. 40 ans de lutte pour DG de l’ENSP c’est insultant quand même.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 14:53, par Maam ni foo En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Donc le chat noir est allé à la télé pour devenir président. Lui aussi, après Tantie Saran et le vié père Lougué... Eh djà, on est pas sorti de l’auberge ici au Burkina...

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 15:21, par VISION En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

      Pardon, Dr PARE, j’étais avec vous (les tous premiers) à la télé quand ce militaire à crié "Dr PARE qu’est-ce que vous faites ici ?" et à sortie son fouet et vous a mis un coup, avant que je ne lance, " mais les autres arrivent, ils escalades le mur" et il a arrêté. j’ai vraiment cru un instant qu’il allait ouvrir le feu sur nous.
      Pour le reste, je trouve que vous tirez un peu trop la couverture sur Vous.
      Vous avez eu du mérite, c’est sûr, mais les plus courageux d’entre nous, y ont laissé la vie. c’est à eux que vous devez jeter les fleurs.

      Même si selon moi, l’après insurrection populaire à été un grand gâchis, et ceux , dès le lendemain, juste qu’ aujourd’hui, ou je vous parle.
      MAIS L’ÉTERNEL GARDERA TOUJOURS LE BURKINA FASO !

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 15:04, par HUG En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    L’insurrection populaire n’a pas totalement atteint son objectif car le peuple s’est laissé embarquer. Il fallait tout chassé ( le diable et tous ceux qui ont dîner avec le diable). C’est pourquoi les tares qui ont conduit les gens à faire l’insurrection populaire sont revenues et même avec force (politisation de l’administration, corruption, gaspillage des ressources, nomination de complaisance, discrimination entre les travailleurs a savoir les superfonctionnaires et les autres fonctionnaires....) ? En effet, ce n’est pas seulement la modification de l’article 37 qui a conduit uniquement les gens à faire l’insurrection populaire

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 16:02, par Sid-Naaba En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    C’est ce genre d’attitude qu’il faut combattre. La conquête du pouvoir d’Etat ne doit pas s’apparenter à un partage de gateau. On ne peut pas se prevaloir d’une quelconque lutte ou militantisme pour esperer occuper une position. Ce type de politicien, on n’en a pas besoin. Lorsqu’on est nommé au gouvernement, on n’appartient plus à un parti politique. Tous les fils du pays doivent participer à la gestion du pays. L’idee selon laquelle c’est le MPP qui a gagné les elections donc les membres du gouvrenement doivent provenir du MPP est à combattre avec la derniere energie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 16:15, par pa lagm ne ziri En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Oui Docteur ! Mais revenons d’abord sur le pognons que vous avez reçu et partager avec le doyen Bado pour trahir le peuple au tout début de la démocratie ! Il ya des jeunes qui ne sont pas au courant et il faut aussi les situer sur la question !
    Ensuite, quand on aura une justice juste pour le peuple, il te posera la question suivante : Ainsi donc, vous avez enflamez l’assemblée Nationale comme vous le dites pour brouiller hélicoptère ? Je n’ai rien dit woooohhhh, mais il ya des gens qui cherche que coute des ennuis ! Pas vrai ?!

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 16:16, par Houma En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Merci internaute "VISION" pour ce recadrage. Le mérite revient beaucoup plus aux plus courageux comme vous le dites qui y ont laissé la vie. Le Dr commando a sauté dans un trou qui se cacher ou pour surprendre le commando Togolais ?. il faut qu’il soit plus clair pour que nous puissions mieux apprécier et voir si en 40 ans de lutte couronnés par une insurrection populaire dont il s’arrose la paternité ou les principales actions heroiques, il mérite pas mieux qu’un poste de D.G de l’ENSP ?.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 09:48, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

      eh oui !pourquoi d ailleurs avec ses multiples formations militaires et sa ceinture de même couleur que les saignements que lui a infligé le commando il n a pas pu "parer"le coup et désarmé avec la manière ce téméraire pour s élever du coup au grade de lion du nayala par mérite !

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 17:02, par poulik tichien En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    ’lors d’une réunion du bureau politique national du parti au CENASA, le président Salif Diallo avait clairement dit que le mot d’ordre du retrait de la loi pour la modification de l’article 37 n’était plus d’actualité et que seul le mot d’ordre de départ de Blaise Compaoré comptait à présent.
    Heureka et la vérité jaillit. Voilà que ce n’est pas pour l’article 37 qu’ils ont rejoint le CFOP mais parce que François Compaoré avait retiré leurs mains de la soupe et frotté dans du sable jusqu’à ils pouvaient même plus lécher leurs doigts. La révision de l’article 37 qu’ils ont initié au cours de leur congrès et leurs lignes rouges sont dès lors devenus leurs contraires.
    Zeph Bénèquelquechose t’avais prévenu de ne pas les recevoir quand il était encore non-sans-charisme.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 20:48, par Wibga En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Personnellement je n’ai jamais pris Émile pour une personne sérieuse. Ceux qui l’ont suivi ont été trahis mais comme dans son parti il y avait autour de lui beaucoup de gens de faible carrure et de basse moralité alors c’était un groupe qui ne pouvait prospérer. Son SG au MPS était vraiment lamentable et à l’organisation un qui, selon une victime, faisait la cours aux femmes des autres et aux femmes du parti. Émile lui-même était et a toujours été un ethniciste. Pendant qu’il discute des choses du parti avec des gens qui ont cru en lui pour adhérer à son parti, il parle en Samo à ses parents pour prendre des décisions. C’EST NORMAL SI SON PARTI est PARTI se prosterner surtout que ceux qui le finançaient comme Salif n’avaient plus les sous. Si Émile était important, j’allais écrire un livre pour démonter ses bassesses mais il ne vaut pas une nuit de perte de temps.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 10:36, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Comment avez vous eu l’info. que l’hélico venait pour tirer à vue ? Au procès des évènements des 30-31 Octobre tout se saura. Le seul coupable de tout ce que nous vivons de mal c’est Blaise Compaoré. A mon avis la Transition ou le pouvoir de RMCK devait faire le bilan des 27ans du pouvoir CDP. Il n’est pas encore tard de le faire. On peut aussi même revenir sur les 4ans du CNR. Les recommendations qui sortiront d’un tel audit aideront comme une boussole.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 21:22, par MOREBALLA En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    Dr PARE, si réellement tu es à l’image du mysticisme que revêt un chat noire, tu dois savoir que la roue de l’histoire du Burkina tourne de la façon dans le sens inverse des tenants du pouvoir actuel. En plus d’avoir brûler l’Assemblée Nationale, il fallait ajouter les centres de la RTB toujours à vos actifs les plus sombres. Dr PARE votre age se devait être un paravent de sagesse et d’exemple à la jeune génération, tel n’est pas le cas, Chat noire de mauvais augure est l’incarnation de la laideur immorale et sans vertu de la classe politique de la création de la haute Volta à maintenant. Nous nous demandons comment vos enfants vous regardent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 11:53, par changeons En réponse à : Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré

    "Nous avons laissé tous les députés libres et Mélégué Maurice Traoré s’est permis de dire que mes insurgés se sont courbés pour qu’il monte escalader le mur. Les enfants se sont amusés avec les députés". Voilà que Emile Paré est d’accord que se sont des enfants que les politiciens, anciens camarades de Balise, ont utilisés comme bouclier humain pour faire leur coup d’état. Malheureusement, le pouvoir actuel ne semble pas réussir là ou le pouvoir de Balise a échoué. Le vraiment changement reste à venir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
An 4 de l’insurrection : La ligue des jeunes du Burkina appelle à plus de civisme
An 4 de l’insurrection : Une coalition d’OSC de Bobo rend hommage aux martyrs
4e anniversaire de l’insurrection : A Dédougou, la population a brillé par son absence
An 4 de l’insurrection populaire : Une coalition d’OSC réclame justice pour les martyrs
An 4 de l’insurrection populaire : A Ouahigouya, la société civile se démarque de la commémoration
An 4 de l’insurrection populaire : Gaoua rend hommage aux martyrs
Insurrection d’octobre 2014 : « Une occasion ratée »,
selon l’organisation des peuples africains (OPA)
Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC
An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort
4ème anniversaire de l’insurrection populaire : Programme officiel
4e anniversaire de l’insurrection : Le gouvernement et les OSC font le point des acquis
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés