Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 10 novembre 2019 à 22h20min
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

Il a été au front lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, avec son compagnon de toujours, Yempabou Aristide Fabrice Ouoba. Mais le sort a décidé, le 30 octobre 2014, que Fabrice Ouoba trouve la mort sur le terrain du combat. Ayant repris le train de la vie quotidienne, Bendi Parfait Gnoula, puisque c’est de lui qu’il s’agit, attend depuis ce jour, une justice pour son ami et frère. Cinq années après, il se confie au journal Lefaso.net, sur cette lutte.

Lefaso.net : Racontez-nous ce qui s’est passé le 30 octobre 2014 avec votre ami.

Bendi Parfait Gnoula  : Le matin du 30 octobre 2014, je me suis levé en bonne santé. Arrivé à mon salon, j’ai vu que je ne pouvais pas travailler. Je suis donc reparti voir mon ami chez lui, qui dormait toujours. Il m’a dit qu’il a fait la lutte toute la nuit, mais que le combat continue aujourd’hui. On est sorti ensemble et c’est moi-même qui ai démarré la moto. Direction en ville à l’AN (Assemblée nationale, où étaient les députés pour le vote de la modification de l’article 37de la Constitution, ndlr). On est passé par Koulouba (quartier de Ouagadougou, ndlr).

On ne pouvait pas atteindre l’AN parce qu’il y avait beaucoup de monde. C’est à partir de là-bas qu’on menait le combat, jusqu’à ce que nous apprenions que l’Assemblée nationale a pris feu. Les gens étaient très contents. Auprès de nous, les gens disaient : « le combat continue ! », qu’il faut aller à Kosyam. Mon frère et moi, nous avons pris la décision d’en faire autant. Nous avons pris la route, sur l’avenue qui mène vers Boins-yaaré. Dès que l’on est descendu du pont, au niveau du canal de Boins-yaaré, nous avons appris que l’armée est sortie et chacun se cachait. Nous avons tenté de nous cacher aussi.

On a vu des militaires qui descendaient à Boins-yaaré, mais ils ne tiraient pas. J’ai compté deux à trois véhicules qui sont passés devant moi sans tirer. Pour moi, c’était fini. J’ai dit à mon petit « on peut y aller ». Dès qu’on est sorti net sur le goudron, voilà un autre convoi qui arrive. J’ai pris peur mais j’ai quand même freiné pour le laisser passer. Le premier et le deuxième véhicule sont passés sans tirer.

Mais le troisième, à peine arrivés, les militaires ont commencé à tirer. On s’est mis à terre et j’ai entendu l’arme de la mitrailleuse qui résonnait. J’ai dit dans ma langue à mon petit qu’il ne faudrait pas avoir peur, de rester couché et tout ira bien. Après leur passage, la population est venue derrière nous. Et on a trouvé mon ami qui baignait dans son sang, c’était une balle qui avait transpercé son cou. Les gens m’ont aussi dit que j’ai reçu deux balles dans le dos, mais je refusais de bouger. Ils m’ont dit que si je ne le faisais pas, moi aussi j’allais mourir. Juste derrière nous, il y avait aussi d’autres blessés. Aussitôt, c’était devenu une question d’urgence. Comme il n’y avait pas d’ambulance à côté, ni de sapeurs-pompiers, les populations ont arrêté un véhicule privé pour qu’il nous conduise à Saint Camille. Et c’est là-bas que j’ai appris que je n’ai pas reçu deux balles, mais une seule qui m’avait traversé le corps.

Après les soins, je voulais voir le corps de mon ami. Certains me disaient qu’ils l’ont amené chez François (le frère cadet du président Blaise Compaoré, ndlr), d’autres que c’est à la Place de la révolution. Ma famille m’a interdit de sortir et c’est le soir aux environs de 19h que j’ai appris que le corps a été amené à la morgue de l’hôpital Yalgado. C’était un soulagement au moins de savoir que je pouvais enfin enterrer mon ami.

Avec la blessure que vous avez eue, est-ce l’Etat qui a pris en charge les soins médicaux ?

Une première fois, non ! Je l’ai fait avec mes propres moyens. C’est après que les dirigeants se sont approchés de nous pour aider ceux qui étaient toujours malades. Et c’est là que j’ai pu être remboursé en grande partie depuis le régime de la Transition.

Une association des blessés de l’insurrection a ensuite été créée. Qu’est-ce que cette association fait ?

Je suis membre de l’association. Au départ, il y avait des activités qui se limitaient aux rencontres au sein de l’association. Après avoir rencontré les autorités, on nous réunissait pour un compte rendu. Mais par la suite, il n’y a plus eu de suite, en tout cas pas à ma connaissance. C’est le monde de la politique, le monde des affaires ! A un moment donné, il y a eu de petites fuites au sein de l’association, d’après ce que j’ai appris. Depuis un certain temps, l’association balance et on ne comprend plus rien.

Voulez-vous dire que l’association ne fonctionne plus ?

Non, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Mais il n’y a plus d’activités qui sont organisées au sein de cette association. Par exemple, à l’occasion de la commémoration du cinquième anniversaire de l’insurrection, on pouvait aussi organiser quelque chose à la mémoire de ceux qui sont morts. Mais je n’ai pas été contacté pour une quelconque activité entrant dans ce cadre. C’est pour cela que je soutiens qu’au départ, dans l’association, tout allait bien, mais que l’argent est venu tout dérégler.

En acceptant de sortir pour lutter pour l’insurrection, quelles étaient vos motivations ?

C’est par rapport à la modification de l’article 37. Personnellement, c’était un peu de trop que le président du Faso veuille modifier cet article. Pourquoi il veut briguer encore d’autres mandats et sans limitations ?

Mais derrière le refus de la modification de l’article 37, est-ce qu’il n’y avait pas d’autres points de mécontentement qui ont exacerbé votre colère ?

Personnellement, c’est par rapport à tout ce qui se passait dans l’ensemble. L’économie ne se portait plus bien, il y avait le chômage et la misère. Ce sont toutes ces choses mises ensemble qui m’ont poussé à dire non à la volonté du président de l’époque de vouloir durer encore au pouvoir.

Cinq années après, quelles sont vos impressions sur la gestion du pays ? Etes-vous satisfait ?

Moi de mon côté, je ne suis pas satisfait. Pourquoi je dis cela ? Depuis l’insurrection, nous n’avons pas vu ou entendu que le gouvernement a fait quelque chose pour les victimes de cette insurrection. Il n’y a rien eu du tout. L’insécurité, le chômage et la misère grandissent de jour en jour. Pour tout cela, je mentirais si je dis que je suis satisfait.

Mais pour l’insurrection, est-ce que vous êtes satisfait de l’avoir faite ?

Oui, d’un côté je suis satisfait. Dans l’ensemble, il y a un changement même s’il n’est pas à la hauteur de nos attentes. Pour une première, voici un nouveau président qui est Roch Marc Christian Kaboré. De Blaise à Roch, c’est un changement qu’on doit à l’insurrection, même s’il reste beaucoup à faire. Et l’article 37 aussi ne peut plus être modifié.

Dans vos affaires, puisque vous êtes coiffeur, quelle comparaison faites-vous depuis 5 ans après l’insurrection et avant le départ de Blaise Compaoré ?

Le marché a diminué pour moi. Ça ne marche plus comme avant. Les gens disent qu’ils n’ont pas d’argent. Avant, certains pouvaient se coiffer deux à trois fois dans le mois, mais aujourd’hui, tout cela a changé. Toi-même tu es témoin, depuis que tu es arrivé, tu n’as pas vu de client ! Et souvent, la comparaison, c’est par rapport à ce que tu arrivais à faire comme réalisation avant et qu’aujourd’hui tu ne peux plus te le permettre. Moi j’ai une famille et je ne vis que de la coiffure, mais c’est devenu difficile. D’après les paroles de Rasta : « Les gens crient rasta, rasta, pourtant rasta marche affamé ». Pour dire que c’est nous qu’on dit héros de l’insurrection alors qu’on marche pitoyables.

Revenons à ce malheur qui vous a frappé lors de l’insurrection, le décès de votre ami ; ou en êtes-vous avec les procédures judiciaires ?

Ils ne m’ont plus rien dit jusqu’à présent. Ils m’ont écouté après que j’ai posé plainte auprès de cette justice. Mais après cela, c’est resté sans suite jusqu’aujourd’hui.

Que comptez-vous faire dans le sens d’obtenir encore une réponse de la Justice ?

S’il y a une justice, alors qu’elle soit dite. Moi je suis impuissant face à son silence.
Qu’est-ce que la famille a pu faire dans le sens d’obtenir justice pour son enfant ?
Maintenant qu’il y a une distance, je ne sais plus tout ce que la famille fait au sujet de mon ami. Puisque sa maman est au village, c’est lui seul qui était ici à Ouaga pour se débrouiller comme moi.

Est-ce qu’à chaque 31 octobre vous faites quelque chose en mémoire de votre ami ?

Bien sûr ! Ça c’est la moindre des choses ! Avant tout, il est à moi. Je ne peux pas l’oublier. Ce qui me frustre beaucoup est qu’il est mort sans assistance. Il ne m’a rien laissé. S’il m’avait laissé une personne, je pouvais dire, voilà quelqu’un qui représente mon ami et si j’ai 5 ou 10 F, je pouvais soutenir ce dernier à ma façon. Mais il ne m’a laissé personne puisqu’il n’était même pas marié. Mais je l’accepte comme ça parce que c’est le destin qui en a décidé ainsi, même si ça me décourage à tel point que je ne puisse pas le raconter à quelqu’un.

Quel sentiment vous anime aujourd’hui ?

La mort de mon ami me laisse dans le chagrin total, mais je sais qu’il n’est pas mort pour rien. La cause pour laquelle il est mort en vaut la peine. C’est triste mais c’est la vie qui demande cela.

Mais vous auriez pu mourir à la place de votre ami. Avez-vous mesuré cela ?

Oui et c’est ce que moi-même j’aurais souhaité. Il était encore plus jeune que moi.

Si c’était à reprendre, est-ce que vous seriez prêt à sortir, sachant que la vie de votre ami est en danger ?

Pour le combat qu’on a mené, ce n’est pas individuel. Deuxièmement, c’est pour l’avenir, soit de mes enfants, soit de mes petits-frères. Donc si c’était à refaire, pour le bien de ces enfants ou de ces petits-frères, je serais encore prêt. Mais si c’est pour un individu, je ne suis pas prêt.

Qu’attendez-vous des autorités qui sont là depuis 2015 ?

Je veux rappeler à Son Excellence monsieur Roch Marc Christian Kaboré, mon président, qu’il ne faut pas qu’il oublie ces martyrs. Que ce soit dans le sens de la justice ou de l’appui de certaines familles, tout dépendra de lui. L’essentiel est qu’il puisse se rappeler tous ces gens qui ont payé de leur vie pour libérer le pays.

Ensuite, je veux ajouter qu’on n’était pas sorti pour des intérêts individuels. Mais aujourd’hui, ça ne va plus. Pour la jeunesse, c’est toujours le chômage qui s’aggrave de jour en jour. Hormis cela, du côté du secteur informel, où moi je suis en activité depuis longtemps, ces deux dernières années, le marché recule. Alors, quand est-ce que nous autres pourrons évoluer afin de quitter ce secteur ? Quand nous parlons, c’est comme si nous on attendait des millions pour changer notre vie. Non, en sortant les 30 et 31 octobre, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie. C’est pour avoir une vie meilleure que chacun a risqué sa vie. Donc, maintenant, la balle est dans le camp de ceux-là qui dirigent.

Interview réalisée par Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 novembre à 14:24, par Paul En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

    “je ne sais plus tout ce que la famille fait au sujet de mon ami. Puisque sa maman est au village, c’est lui seul qui était ici à Ouaga pour se débrouiller comme moi.”
    Et pendant ce temps, ceux que vous avez mis au pouvoir par votre sang, qui mangent gras et qui se la coulent douce avaient leurs enfants et neveux en France, au Canada ou aux USA dans de belles et coûteuses écoles. Depuis 5 ans, ils parlent de leurs martyrs quand ils n’ont perdu aucun fils, aucune fille, aucun frère, aucun ami. Et ils se repaissent de votre sang, à l’image du vampire. Votre sang et votre sacrifice sont leur fond de commerce qui leur donne le pouvoir et la richesse, pendant que vous croupissez dans la misère le jour et la nuit tourmenté par le cauchemar de vos proches, frères et amis perdus. Avec les dirigeants politiques que nous avons en Afrique, non de tels sacrifices ultimes de soi n’en valent pas la peine. Pour ma part j’avais dissuadé mes neveux et nièces et tous ceux que je connais de sortir marcher. Et aujourd’hui ils ont tous la vie sauve. Le jour où des ministres, députés, responsables politiques de tous bords, directeurs, presidents d’institutions et consorts sortiront en masse avec leurs progénitures appelées Papou et Mimie qu’ils auront faits rentrer du Canada des USA et de France pour battre le pavé pour une cause noble, moi aussi je sortirai avec mes neveux, nièces et amis pour marcher à leur côté. Autrement, niet. Je reste chez moi. Je ne pourrais servir de poulet de sacrifice pour les ambitions d’un quidam.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 08:58, par A qui la faute ? En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

    Malheureusment tout ce sacrifice n’a pas DU TOUT servi à la cause défendue sauf pour ceux qui résument tout le mal à la personne de Blaise ou sa famille. On parle de coup d’Etat le plus bête mais cette insurrection n’est pas loin d’être la plus bête de l’histoire des Nations : mourir et se blesser pour remplacer un bonnet blanc par un blanc bonnet. Chaque peuble méritant ses dirigeants faisons notre introspection pour constater que dans la conscience collective nous sommes loin de réussir quelque chose de grand comme la révolution cubaine ou la révolution française.
    Pourquoi : parce que nous avons une mémoire de poule et nous ne sommes pas éduqués à la démocratie et au caractère sacré du bien commun. Il a suffit que des gens sortent à la télé pour dire qu’il regretent d’avoir accompagné Blaise pendant 27 ans pour devenir des saints à nos yeux. Les nombreuses, privatisations, les routes inexistants payées, les barrages inexistants payés, les milliards fêtés, les maisons de rois construits, les parcelles accaparées, tout ça nous avons oublié. Il ne reste qu’à les reconduire en 2020 pour voir l’étendu de leur talent mais préparons-nous à donner des explications à nos petit-enfants parce que tout le monde a contribué à cet état du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 09:55, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

    Courage Mr Gnoula mais retiens que ton avenir ne dépend que de toi et toi seul. Evite de suivre aveuglement les vendeurs d’illusion qui t’ont conduit dans ta situation actuelle. Si tu t’étais focalisé sur ton travail avec la même énergie que pour lutter contre "l’article 37", tu serais loin aujourd’hui. Ce que "peuple (d’ailleurs qu’appelle-t-on peuple ?)" n’a pas compris, c’est qu’en en réalité les événements de 2014 n’étaient rien d’autres qu’une bagarre entre une minorité d’élites pour le contrôle des maigres ressources du pays. Une fois BC parti, ce fut la bagarre pour entrer dans les organes de la transition (pour contrôler et profiter des maigres ressources). Ensuite quand RMCK est arrivé, ce la bagarre pour la distribution des postes (en vue de profiter des maigres ressources). Et c’est en perdant du temps dans ces dissensions claniques que le système de défense et de sécurité a été gravement fragilisé, voire aujourd’hui anéanti. Maintenant, je pose la question au "peuple" burkinabêêêêêêêê..........êêêêêêê : Que vous a apporté l’insurrection d’octobre 2014 ? Est-ce que c’était pour se retrouver avec des centaines de morts, des centaines de milliers de déplacés avec en prime une bonne partie du territoire national sous occupation ?

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 19:24, par KLADJOU En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

      Vous voulez savoir ce que l’insurrection nous a apporté ?
      La dignité, la démocratie et la fierté d’être Burkinabè, n’en déplaise aux nostalgiques et caciques de l’air Compaoré !!!!
      Les centaines de morts, les milliers de déplacés font partis des conséquences de l’échec des 27 ans de Compaoré qui a détruit l’armée et qui a pacté avec le diable djihadistes en acceptant être un vil serviteur des djihadistes qui avaient occupé le Nord du Mali, et dormaient à Ouaga. En quoi le burkinabè pouvait être fier de laisser son pays servir de sanctuaire et fournisseur d’armes à des terroristes pour tuer ses voisins au motif que nous voulons être épargné ? Et pour combien de temps monsieur ?
      Erdogan a appliqué exactement cette politique de complicité avec l’EI en laissant utiliser son territoire par les combattants de l’EI et en achetant leur pétrole. Quand il arrêta la collaboration, il a subit leur foudre a travers une serie d’attentats suicides. Et puis pensez-vous qu’une telle politique allait perdurer dans l’espace CEDEAO, ou que la Communauté internationale allait laisser Compaoré poursuivre cette complicité impunément ?
      Mon Frère tu es certainement un nostagique des compaorés ou un bénéficiaire de leur système, mais reveilles-toi, ceci c’est du passé et nous ne regrettons pas notre insurrection. Au contraire j’ai des photos de l’insurrection que je regarde chaque matin et si c’était a refaire je dis à mes enfants de ne pas hésiter une seconde. Personne ne peut retarder ou avancer sa mort et tout âme gouttera à la mort (nous dit le saint coran), insurrection ou pas, n’en déplaise aux nostalgiques des 27 ans de règne de Compaoré. Le vrai malheur du Burkina c’est de n’avoir pas chassé Compaoré depuis l’assassinat de Norbert Zongo en 1998.. Nous aurions déjà eu une armée républicaine digne de ce nom, bien formée plutôt qu’une milice à la solde d’une famille. Au lieu de cela on l’a laissé detruire notre armée avant de le chasser ! C’est cela qu’il faut plutôt regretter !

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 10:05, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

    Courage Mr Gnoula mais retiens que ton avenir ne dépend que de toi et toi seul. Evite de suivre aveuglement les vendeurs d’illusion qui t’ont conduit dans ta situation actuelle. Si tu t’étais focalisé sur ton travail avec la même énergie que pour lutter contre "l’article 37", tu serais loin aujourd’hui. Ce que "peuple (d’ailleurs qu’appelle-t-on peuple ?)" n’a pas compris, c’est qu’en en réalité les événements de 2014 n’étaient rien d’autres qu’une bagarre entre une minorité d’élites pour le contrôle des maigres ressources du pays. Une fois BC parti, ce fut la bagarre pour entrer dans les organes de la transition (pour contrôler et profiter des maigres ressources). Ensuite quand RMCK est arrivé, ce fut la bagarre pour la distribution des postes (en vue de profiter des maigres ressources). Et c’est en perdant du temps dans ces dissensions claniques que le système de défense et de sécurité a été gravement fragilisé, voire aujourd’hui anéanti. Maintenant, je pose la question au "peuple" burkinabêêêêêêêê..........êêêêêêê : Que vous a apporté l’insurrection d’octobre 2014 ? Est-ce que c’était pour se retrouver avec des centaines de morts, des centaines de milliers de déplacés avec en prime une bonne partie du territoire national sous occupation ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 22:31, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »

    Les défenseurs du MPP sont de très bons comédiens mais ce n’est pas sûr que leur comédie fasse rire tout le monde. Quelques questions et réponses pour vous :
    Questions : Où étaient les RSS lorsque BC hébergeaient "ses amis" ?
    Réponse : Au plus haut sommet de l’état (Président de l’AN, tout puissant ministre d’état, tout puissant maire de la capitale Ouaga).
    Question : A-t-on entendu un jour quelqu’un parmi les RSS dénoncer cette situation ?
    Réponse : Non parce tout cela les arrangeaient bien (profiter des maigres ressources du pays).
    A supposer qu’il aient eu peur à l’époque de dénoncer la situation, quelle stratégie ont-il mis en place pour faire face à la situation lorsqu’ils se préparaient à prendre le pouvoir. Parce que le pouvoir, à ce que je sache, ce n’est pas seulement porter des faso dan fani pour inaugurer des foires mais c’est plus que ça. Il faut être prêt à relever beaucoup de défis. Etaient-ils prêts pour cela ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Le changement profond n’est pas l’option de tous les Burkinabè », dixit Dr Abdoul Karim Saidou (politologue et enseignant-chercheur)
Commémoration du 5e anniversaire de la Journée d’hommage aux martyrs : Le message du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Nous devons plus que jamais refuser toute forme de soumission d’où qu’elle vienne », déclare la Majorité présidentielle
Cinquième anniversaire de l’insurrection populaire : « L’insurrection a été une grande leçon de démocratie et un exemple pour les futures générations » , déclare le MPP
An V de l’insurrection populaire : Des OSC dénoncent la « systématisation de la corruption, de la fraude, des détournements de deniers publics
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés