Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • LEFASO.NET • vendredi 1er novembre 2019 à 22h15min
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis

Le Balai citoyen, une organisation de la société civile, a organisé le jeudi 31 octobre 2019 à Ouagadougou un panel à l’occasion du 5e anniversaire de l’insurrection populaire. Trois panélistes ont échangé avec le public sur les acquis et perspectives de l’insurrection. Ce sont les professeurs Abdoul Karim Saidou, Luc Marius Ibriga et l’avocat Guy Hervé Kam. Ce que l’on peut retenir, c’est que l’insurrection a eu de nombreux acquis.

Un bilan positif de l’insurrection, c’est la note que l’on peut retenir du panel organisé par le « Balai citoyen » à l’occasion des cinq ans de l’insurrection populaire. Le mardi 31 octobre 2019, trois personnages ont échangé avec le public sur le thème : An 5 de l’insurrection populaire, les aspirations au changement et le devoir de redevabilité des autorités, bilan et perspectives.

Le premier à prendre la parole fut Luc Marius Ibriga. Il est enseignant de Droit, contrôleur général d’Etat. Il était surtout en 2014, l’un des rédacteurs de la charte de la transition. Il a porté son speech sur « 5 ans après l’insurrection, le bilan du changement attendu ».

Dr Ibriga a d’emblée souligné qu’au Burkina, les gens ont tendance à dépeindre tout en noir. Pour lui, les gens ont une tendance à l’amnésie collective. Sinon, croit-il dur comme fer, le bilan est positif. Pour lui, le Burkina a réussi une prouesse que d’autres peuples veulent et tentent de réaliser. Il souligne même que l’insurrection a été humaniste. Pour lui, il y a des acquis. Il a cité la reddition des comptes, la déclaration d’intérêt du patrimoine. Toutefois, il note qu’après l’insurrection, les gens se sont démobilisés. Après le responsable de l’autorité de lutte contre la corruption, la parole fut donnée au Dr Abdoul Karim Saidou.

Le politologue a épilogué sur le rôle et la place de la jeunesse dans le défi sécuritaire. Il a d’abord commencé par définir le mot « jeune ». Selon lui, en Droit, le jeune, c’est celui dont l’âge est compris entre 16 et 35 ans. Il a noté avec satisfaction que les jeunes s’organisent pour apporter leur touche dans la lutte contre l’insécurité. Il en veut pour preuve les groupes d’autodéfense et le mouvement populaire du Bam. Sur les réseaux sociaux, il dit avoir remarqué que cette partie de la population contribue en matière de sécurité. Seulement, il constate que dans les groupes terroristes, il y a aussi des jeunes. Des gens ont donc décidé d’être l’ennemi de la nation. Il a à la fin suggéré que l’Etat essaie de mutualiser les forces des jeunes.

Le 3e et dernier intervenant fut maître Guy Hervé Kam. Il est avocat et au moment de l’insurrection, il était le porte-parole du Balai citoyen. Il a parlé du rôle et de la place de la jeunesse dans le changement. Il a d’abord rappelé aux uns et autres que l’insurrection est achevée. Pour lui, si c’est de la révolution qu’on voulait, là on pourrait dire que le travail n’est pas encore fini. Il retient une leçon de l’insurrection en citant le regretté Hamidou Valian, un Slameur : « Quand le peuple veut, le peuple peut ».

Il a ensuite égrené des acquis de l’insurrection. Ce sont selon lui la loi sur la corruption, le nouveau code minier, l’indépendance de la justice, les candidatures indépendantes.
Il revient donc, à l’en croire, à la jeunesse de se mobiliser pour une application effective de ces acquis. Il a invité les jeunes à se battre. Les jeunes doivent militer aussi bien en politique que dans la société civile. Eric Ismael Kinda s’est dit heureux de la tenue de ce panel. Il a également souligné que les gens ont tendance à oublier les acquis de l’insurrection. Selon lui, des personnes travaillent chaque jour pour réécrire l’histoire du Burkina selon leur bon vouloir. Avant le début du panel, les participants ont observé une minute de silence pour les victimes de l’insurrection et du terrorisme.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 novembre à 14:43, par Yako En réponse à : 5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis

    Tout ça c’est du blabla. Aujourd’hui 31 octobre 2019 le pays se trouve dans quel état ? Je persiste le coup d’état des 30 et 31 octobre était l’œuvre d’une minorité urbaine violente.Le reste n’est que de la gesticulation intellectuelle pour justifier l’injustifiable.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre à 17:54, par Sacksida En réponse à : 5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis

    A vrai dire, des acquis comme les lois et les textes cites sont bien beaux mais quels en sont leurs applications concretes ou relles sur les pratiques quotidiennes ? En verite, le Burkina Faso a produit certes de beaux textes mais dans la pratique administratives quotidiennes des choses sont restees en l’Etat, et dans certains cas elles se sont empirees. C’est pourquoi, nous sommes de ceux qui estimons que l’insurrection populaire du peuple Burkinabe est inachevee ou trahie car elle devait etre l’occasion de refonder l’Etat Burkinabe pour en faire un instrument au service du peuple integre Burkinabe : Une ideologie politique et sociale progressiste ; (car la these qui tend a dire que les ideologies sont mortes est un mensonge ; d’autant que le liberalisme sauvage avec son cortege d’exploitation des peuples et des masses populaires est une "Ideologie" des oppresseurs politiques et economiques), Une politique democratique et sociale dans l’interet du peuple, Une justice peu couteuse au service du peuple et de la verite, Une economie sociale de marche, Une culture et un art nationale au service de la prise de conscience patriotique du peuple, Une administration publique dynamique et avec des dirigeants competents impulsants la rapidite et la celerite dans le traitement des dossiers, des structures publiques qui combattent reellements des detournements, des fraudes et des malversations de toutes sortes ou de corruptions ; et pour une gouvernance ou gestion vertueuse. Ayons le courage citoyen de dire la verite aux dirigeants actuels au pouvoir qu’ils ont failli sur toutes ces questions. Rien ne sert de masquer la realite alors que le peuple vit quotidiennement ces realites. Que Dieu sublime aide le peuple integre du Burkina Faso. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Le changement profond n’est pas l’option de tous les Burkinabè », dixit Dr Abdoul Karim Saidou (politologue et enseignant-chercheur)
Commémoration du 5e anniversaire de la Journée d’hommage aux martyrs : Le message du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Nous devons plus que jamais refuser toute forme de soumission d’où qu’elle vienne », déclare la Majorité présidentielle
Cinquième anniversaire de l’insurrection populaire : « L’insurrection a été une grande leçon de démocratie et un exemple pour les futures générations » , déclare le MPP
An V de l’insurrection populaire : Des OSC dénoncent la « systématisation de la corruption, de la fraude, des détournements de deniers publics
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés