Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • • mardi 30 octobre 2018 à 00h50min
An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

« La puissance qui s’acquiert par la violence n’est qu’une usurpation et ne dure qu’autant que la force de celui qui commande l’emporte sur celle de ceux qui obéissent ; en sorte que, si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu’ils secouent le joug, ils le font avec autant de droit et de justice que l’autre qui le leur avait imposé. La même loi qui a fait l’autorité la défait alors : c’est la loi du plus fort ». Cet extrait de l’Encyclopédie, premier tome, écrit en 1751 par Denis Diderot qui y combat l’absolutisme, Blaise Compaoré l’aura vécu à ses dépens.

En effet, arrivé au pouvoir le 15 octobre 1987 par la force – via l’assassinat du président Thomas Sankara – et la répression des détracteurs à son coup d’Etat, l’ex-président Compaoré a finalement quitté le pouvoir au terme d’une insurrection populaire, le 31 octobre 2014, sur la pointe des pieds, par la manière avec laquelle il s’est arrogé le pouvoir : le recours à la force.

Mais cette fois-ci, la force légitime du peuple qu’il a soumis à ses desiderata pendant 27 ans de règne sans partage. Son diktat n’aura donc duré qu’aussi longtemps qu’il a été fort.
Et ce, en attendant que le rapport des forces tourne en faveur du peuple qui l’a éjecté de son poste éjectable auquel il voulait s’accrocher telles les feuilles marcescentes d’un bambou qui refusent de se détacher de la plante au terme de leur période d’utilité. Alors, la loi qui a fait l’autorité de Compaoré est la même loi qui l’a défait. C’est le triomphe de la loi du plus fort. Tout est donc une question de rapport de force.

La seconde leçon qu’il faut retenir à ce 4è anniversaire de l’insurrection populaire de fin octobre 2014 est que le peuple reste le seul légitime mandant du pouvoir politique. Et que personne ne peut contrarier sa volonté quand il décide de prendre son destin en main au sein d’une organisation bien canalisée par des leaders chevronnés en matière de lutte, soit-elle politique ou non.

Cela s’est vérifié aux Etats-Unis dans la lutte anti ségrégationniste des Noirs américains coordonnée dans les années 60 par Martin Luther King et au Sénégal avec l’osmose y créée par la classe politique et la société civile (avec le mouvement Y en a marre comme figure de proue) qui a occasionné la chute du président Wade en 2012.
Et c’est avec son effet de boule de neige que la même règle a provoqué la messe de requiem politique de Compaoré qui voulait se visser à son fauteuil présidentiel telle une huître à son rocher et ce, en modifiant l’article 37 de la Constitution burkinabè.

La levée de boucliers qui s’en est suivie à l’époque, à travers les multiples marches de la classe politique et de la société civile, a achevé de convaincre de la détermination du peuple burkinabè, notamment sa frange jeune, à donner un nouveau souffle à sa démocratie qui rimerait avec bonne gouvernance.

Car, nul besoin d’être Protée ou Kahina pour deviner que la colère d’alors du peuple burkinabè contre Compaoré était l’expression de sa soif du renouvellement de la classe politique aux affaires et d’une gouvernance vertueuse, notamment sur les plans économique, social et judiciaire où les esprits de Norbert Zongo, Dabo Boukari, etc., ont hanté le sommeil de l’ancien régime, tissé la toile de son waterloo (chute) et provoqué ipso facto l’exil de son capitaine.
Un véritable remake du printemps arabe où les fantômes des cadavres, dont les tombes ont été rasées pour construire le palais de l’ex-président tunisien Ben Ali, ont précipité l’exil de ce dernier à Djedda.

C’est en demeurant constant et fidèle à l’esprit de l’avènement d’un Etat de droit digne de ce nom au Burkina Faso que le même peuple, tel un bouclier humain, sortira massivement en mi-septembre 2015 pour vouer aux gémonies le coup d’Etat de Diendéré, son CND (Conseil national de la démocratie) et la médiation jugée complaisante de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) qui ont tous connu la bérézina.

Dans chacune des deux situations, la 3è leçon à retenir est qu’il aura fallu au peuple burkinabè, à l’avant-garde du combat, des leaders capables de le mobiliser et lui montrer la bonne direction à suivre. C’est la preuve qu’un peuple bien guidé est capable de déplacer des montagnes.

C’est dans de telles situations que le leadership trouve pleinement son sens. Car, on ne parlerait pas aujourd’hui d’insurrection populaire s’il n’y avait pas eu d’union sacrée de la classe politique (à travers le Chef de file de l’opposition politique) et de la société civile burkinabè.

Et en cela, l’arrivée du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dans les rangs de la grogne anti-Compaoré déjà en marche, aura été pour celui-ci le coup de grâce qui a sonné le glas de son régime. Et comme le dit un proverbe africain : « Quand les poules deviennent très nombreuses autour du mortier et harcèlent les pileuses, celles-ci suspendent leurs actions ».

CBS L’iconoclaste

Vos commentaires

  • Le 29 octobre 2018 à 21:13, par tiibo En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

    Heureusement que bientot un autre jour et une autre date prendront le relais pour l’an 1 d’une autre insurection. Ne perdez rien pour attendre.

    Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 05:50, par Bob En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

      Beaucoup pensent qu’une insurrection peut se déclencher tous les 2 ou 3 ans. On peut rêver, même debout, mais cela n’est pas possible. Enfermés dans leur bulle, ils s’etoufferont à la proclamation des résultats de la présidentielle de 2020, car RMCK sera bel et bien réélu.
      L’impatience petite bourgeoise n’est pas une réponse aux problèmes très complexes qui nous sont posés. Pied à terre SVP !

      Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 12:23, par Razambia En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

      Tiibo,yako....Le Riibo est fini et on est tout aigre.encore yako...D autres ont attendu 27 ans ruminant leur colere contre ton dieu.A tout ton tour de vivre sans riibo pcq tu n as perdu aucun parent a ce que je sache.Ah....j oubliais les autres sont en prison pour avoir voulu realise trop tot ta prediction.Encore yako.....car tout a une fin pour ne pas dire faim.Courage a toi car ainsi va la vie disait Passetaale de l obs.

      Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 08:58, par HUG En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

    Votre écrit est incomplet car tout au long de celui ci, les causes de l’insurrection n’ont pas été évoquées. Ces causes ont été entres autre la question de la modification de l’article 37 (cause primaire) et bien d’autres secondaires tels la gabegie, la politisation de l’administration, la corruption, l’injustice sociale, la vie chère, le clientélisme, l’affairisme,

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 12:16, par lepharaon En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

    merci internaute HUG, les écrits du Faso net sont véritablement partiaux et on note leur parti pris. en effet l’écrit de CBS s’est brusquement arrêté sans dire que pendant la transition et à présent on sent dans le comportement des tenants du pouvoir cette arrogance et jubilation du vainqueur tout en demeurant sourds aux messages et détresses des vaincus du moment ! comme il l’a si bien dit ce n’est qu’une question de rapport de force en un moment donné. surement que ceux qui sont forts aujourd’hui ne le demeuront pas pour l’éternité et la roue tournera un jour pour les vaincus d’aujourd’hui !
    les mêmes causes produisent les mêmes effets. un peu d’humilité sinon bonjour à l’éternel recommencement et règlement de comptes.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 17:58, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort

    Merci CBS. Malheureusement, votre ecrit reste conjoncturellement incorrect (titre) en prenant sur lui le risque de faire une certaine apologie inconvenant par ces temps qui courent. Vous auriez pu recourir au materialisme historique pour expliquer les choses, en toute sureté. N’empêche, vous êtes brave.
    Beaucoup ne savent pas que la legalité est la fille de la legitimité des peuples. Et que l’histoire humaine a toujours été une bataille contre les legalités en fin de cycle de vie (27 ans de pouvoir sans être encore rassasié) , qui s’ignorent. Malheureusement, les Hommes au Pouvoir n’en tirent pas suffisamment leçon. Et cela est le propre de l’Homme, et non seulement de Blaise Compaoré ici en cause.
    Enfin, Soldats et Soldates du jeûn et de la prière, la Providence vous invite à l’honneur de l’intercession pour la Patrie d’Isidore Thomas Sankara.
    "Dieu a été Burkinabè et restera Burkinabè"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
An 4 de l’insurrection : La ligue des jeunes du Burkina appelle à plus de civisme
An 4 de l’insurrection : Une coalition d’OSC de Bobo rend hommage aux martyrs
4e anniversaire de l’insurrection : A Dédougou, la population a brillé par son absence
An 4 de l’insurrection populaire : Une coalition d’OSC réclame justice pour les martyrs
An 4 de l’insurrection populaire : A Ouahigouya, la société civile se démarque de la commémoration
An 4 de l’insurrection populaire : Gaoua rend hommage aux martyrs
Insurrection d’octobre 2014 : « Une occasion ratée »,
selon l’organisation des peuples africains (OPA)
Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC
An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort
4ème anniversaire de l’insurrection populaire : Programme officiel
4e anniversaire de l’insurrection : Le gouvernement et les OSC font le point des acquis
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés